LA ZONE -
Résumé : Le plan de ce projet inachevé d'écriture collective.

Bitengranit - Épilogue - Plan

Le 07/02/2015
par Dourak Smerdiakov
[illustration] Voici le copier-coller du plan de ce projet d'écriture collective tel qu'il fut posté dans le forum à l'origine. La rubrique s'enlisa très vite et ne fut jamais achevée. Les épisodes 1 et 2, ainsi que les épisodes 11 et 12, tels que prévus dans le plan, ont été fusionnés.
L'invasion des femmes en bois

1. Le professeur Blanquettestein de Vaux travaille nuitamment dans son laboratoire, ressassant ses échecs, ses humiliations, la bêtise et la méchanceté des humains. Invocation du Génie de la Science.

2. Dans un éclair : « Il vit ! ». Venue au monde de la créature de Blanquettestein de Vaux : Bitengranit, l'homme de pierre.

3. Découverte mutuelle de Blanquettestein et Bitengranit. Amour filial. Projets d'éducation. Dissertation sur le classement de Shanghai et le processus de Bologne (ou pas).

4. Découverte par Bitengranit, via un documentaire animalier, de l'existence du mal. Bitengranit se découvre seul de son espèce, tristesse de Bitengranit, qui incline au mal. Blanquettestein tente de l'extraire de sa condition matérielle et de l'exhorter à de plus intellectuelles aspirations.

5. Bitengranit erre par les monts et les bois et les vals et les grottes et les collines et les marais et les taillis et les futaies et les halliers et les marécages et les bocages, promenant sa douleur existentielle et biologique. Il tente de mettre fin à ses jours en se jettant sous un car de touristes anglais, qui finit dans un ravin, Bitengranit s'en sortant sans une rayure à son corps de pierre.

6. Blanquettestein s'inquiète du moral de Bitengranit. Celui-ci lui demande une compagne. Dilemme moral de Blanquettestein. Citation de Saint Paul. Biture.

7. Blanquettestein accepte mais s'en tiendra, car il se fait vieux et les forces lui manquent, à un matériau plus tendre et aisé à mettre en forme, le bois (et également plus inflammable et destructible,ainsi qu'il le pense mais ne le dit pas à Bitengranit). Il se met au travail, sans se douter que Bitengranit l'observe et mémorise ses faits et gestes.

8. « Elle vit ! ». Elle s'appelle Putenbois, le Génie de la Narration nous dira pourquoi. Idylle de Bitengranit et Putenbois.

9. Passage à l'acte de Bitengranit et Putenbois. Putenbois prend feu et se consume. Détresse et folie de Bitengranit..

10. Blanquettestein est sans nouvelles de Bitengranit depuis des mois. D'inquiétants et mystérieux événements surviennent dans la région, le pays, l'Europe, le monde. Un être de pierre sèmerait la mort et la destruction sur son passage. Superstitions, disent les journalistes. Blanquettestein décide de partir à sa recherche.

11. Après péripéties éventuelles, Blanquettestein finit par retrouver Bitengranit au fin fond du Québec, où il déforeste en tentant de créer des femmes en bois, mais en vain.

12. Blanquettestein tente de le raisonner. Mais les forces physiques et morales trahissent le vieil homme de savoir. Bitengranit le tente, lui promet la domination partagée sur le monde, lui demande ce que des années d'effort au service de la science lui ont apporté. Blanquettestein cède et lui révèle le secret qui manque à Bitengranit pour engendrer les êtres de bois.

13. Bitengranit se fabrique un harem, consomme plus vite qu'il ne fabrique, met en place, grâce à Blanquettestein, un procédé industriel de fabrication des femmes en bois par des ouvrières en bois. Complainte de Blanquettestein sur l'artisanat qui disparaît.

14. Bitengranit devient une sorte de roi fainéant abruti par la luxure, régnant en dictateur sur un royaume de femmes en bois. La place vient à manquer.

15. Bordel, j'en sais fichtre rien. Bitengranit va à la plage.

16. Bitengranit devient acteur porno et milliardaire.

17. Blanquettestein réalise que le monde des femmes en bois est dépourvu de science véritable et que l'art en est absent. Regrets. Remords.

18. Il propose à Bitengranit un rassemblement de toutes les femmes en bois en un même lieu, pour pouvoir les traiter contre les mites. Son vrai but est d'alerter l'opinion et de leur tendre un piège pour toutes les faire cramer.

19. Discussions des puissants dans les lieux de pouvoir. Fuites dans les médias quant à l'existence de femmes en bois au fin fond du Québec. Proposition franco-allemande d'atomiser le Québec, mais manoeuvres dilatoires des anglo-saxons car ces travailleuses en bois intéressent bougrement le capitalisme financier. Les chinois s'en foutent, ils ne voient pas la différence, Québec ou pas, esclaves en bois ou pas.

20. Réapparition inopinée de Putenbois, la femme en bois originelle, restaurée par un menuisier italien à l'image d'une vierge de Raphaël. Indifférence toutefois de Bitengranit : une femme en bois, c'est une femme en bois ; elles se ressemblent toutes, ces putes en bois. Détresse et suicide de Putenbois.

21. La Russie (qui sait que les forêts sibériennes intéressent Bitengranit) s'entend avec Blanquettstein pour flamber les femmes en bois le jour prévu. Mais le piège ultime de Blanquettestein pour sauver l'humanité des femmes en bois échoue suite à une intervention des féministes occidentales. Mise à mort du professeur Blanquettestein de Vaux.

22, Les femmes en bois surnuméraires se lancent à la conquête du monde, exterminant de rage des hommes incapables de les satisfaire, réduisant les femmes de chair en esclavage.

23. Les putes en bois ont conquis le monde, réduit l'humanité au rang d'esclave. Bitengranit règne en maître. Mais, un jour, les femmes en bois s'organisent en syndicat et viennent trouver Bitengranit : « fabrique pour nous des hommes en bois ». Rage et prise de conscience de Bitengranit. Il regrette d'aboir chassé Putenbois et va vivre en ermite sur l'île de Pâques.

24. Epilogue. Des années ont passé. L'humanité a disparu. Les femmes en bois sont mangées par la mérule et errent sans but à la surface de la terre, stériles et ineptes. Les extra-terrestres arrivent et se demandent ce qu'ont foutu ces fainéants de raéliens. Sur l'île de Pâques, ils trouvent Bitengranit, prostré. Ils lui montrent la plaquette embarquée sur les sondes Pioneer. Bitengranit est secoué de sanglots mais ne peut décidément pas pleurer alors il bute tous les extraterrestres.


Toute ressemblance avec... etc...

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 08/02/2015 à 13:10:46
Un plan et une trame que Mary Shelley et Rabelais auraient envié. Personnellement j'avais bien vu que l'idée globale était brillante mais j'ai glissé sur une peau de banane mentale. Je n'avais pas compris qu'il fallait traiter le sujet en tapant dans un style über-littéraire car je n'ai lu les premiers chapitres qu'après avoir soumis ma pitrerie. Les premiers chapitres de Dourak et Hag sont excellentissimes. Personnellement stylistiquement et au niveau des références à d'autres auteurs ayant traité le sujet, je n'aurai pas pu suivre et peut être qu'il y avait un malentendu au départ. Pour moi, tous les indices (comme les noms des personnages) que je percevais dans le plan, laissaient à penser qu'il fallait comme dans la plupart des collaborations zonardes taper dans le débile et pas dans un humour british et un style super ciselé.
Le Duc


    le 08/02/2015 à 16:02:47
J'avais l'épisode 9 pas 8, vous vous êtes planté, bande de nazes.

Commentaire édité par Le Duc le 2015-02-08 16:03:08.
Toto     le 08/02/2015 à 16:26:32
Episodes 1 et 2 fusionnes, cretin. Ca veut dire que l'episode 3 devient l'episode 2, et ainsi de suite jusqu'a l'episode 9 qui devient l'episode 8.
Le Duc


    le 08/02/2015 à 16:35:15
Ah ouais mais si il faut en plus lire ce que les autres ont fait...
Le Duc


    le 08/02/2015 à 17:21:01
Esprit, de Douap je t'invoque ! Fais nous signe si tu es là ! Je t'ordonne sans plus attendre de te rendre à cette url https://www.facebook.com/groups/15706187267/10153152263872268/?notif_t=group_comment_reply
D'y lire notre échange, et de m'ordonner. Ô puissant spectre.
Lapinchien


tw
    le 17/02/2015 à 08:05:32
j'en appelle à l'esprit citoyen de chacun, au "drive by" commentatoire.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 26/02/2015 à 17:18:19
Quand je pense au succès dans les années 70 du canular "L'étrangère est arrivée nue", écrit à la va-vite par une équipe de journalistes américains mais attribué à la jolie Penelope Ashe et devenu best-seller, je me dis qu'il y avait un coup à faire. Surtout si j'y rajoute les fantasmes de Lapinchien qui voudrait que je sois une bombasse à face de canard.

On choisissait un sujet à peine un peu moins débile mais un peu plus graveleux et on associait à l'initiative, par exemple, la femme-léopard (les anciens, si leur âme plane encore au-dessus des miasmes, comprendront). Ou une vieille photo d'un mannequin ouzbekh mort d'overdose dans les années 80. Un peu de XSLT et de XSL-FO pour créer de l'ePub et du PDF, puis on envoyait un dossier de presse aux médias avec un pseudo et une photo sympa, et hop, on aurait pu tous devenir riches et célèbres. J'aurais pu me payer de l'alcool de qualité jusqu'à la fin de mes jours.

Ou alors on aurait juste pu financer l'hébergement du site (qui a priori prend fin dans moins d'un an, je crois).

= ajouter un commentaire =