LA ZONE -
Résumé : On redémarre doucement sur les chapeaux de roués avec cette lettre blasphématoire d'une créature ingrate et mécontente à son créateur. Rien qui renouvelle la théologie aléatoire sataniste, ou qui puisse sérieusement hâter la fin du monde, mais un court texte à l''humour mi-noir, mi débile.

Lettre à l’auteur de mes satanés jours

Le 05/05/2015
par Paul Garcia
[illustration]
« Cher vous,

« Je n'ai pas l'habitude de me plaindre, mais là je viens de me découvrir dans un miroir et je dois vous avouer : vous ne m'avez pas raté ! Déjà me faire naître avec quarante-cinq ans dans la vue, sans autres ambages, c'est assez attristant. Et puis, ce physique dont vous m'avez affublé : petit, brun, chauve et rond, pour ne pas dire obèse avec plus de poitrine qu'une jeune nymphe au pied léger. Sans parler de ce léger strabisme, même si des personnes délicates osent le qualifier de légère coquette-rie, il est carrément insupportable. Ce n'est plus un physique, c'est un handicap. Mais tout cela ne serait rien si ...

« Parlons de ma situation, plus exactement de ma situation socioprofessionnelle, comme les technocrates impudents l'intitulent, elle est misérable.
1 : Je n'ai pas de fortune
2 : J'ai hérité d'un QI digne d'une huître, tant et si bien que, sans réfléchir (pléonasme), je me suis marié, paraît-il à 18 ans, avec une jeune fille, mignonne à l'époque, qui s'est transformée en un cétacé soufflant et voguant dans les mers du Sud. Elle m'a fourni, je ne vois pas d'autres termes, trois mioches, trois tares devrais-je dire. Je les déposerais volontiers soit dans une consigne de gare, si les plans successifs de Vigipirate ne les avaient pas supprimées, soit dans un orphelinat, car ils ne méritent pas d'avoir un père et encore moins un paternel comme moi. Avec ce QI de gamin attardé, je n'ai pu dégoter qu'un minable boulot de vérificateur de bouteil-les vides, avec un salaire d'indigent. Il me permet de vivre uniquement dans une Habitation à Loyer Modéré ou plus exactement dans une Harasse à Locataires Mélangés.

« Alors évidemment, des idées noires viennent hanter mon esprit débile. Celles-ci risquent de se transformer, si vous n'agissez pas au plus vite, en des envies de meurtres incontrôlables. De jours en jours, de misères en misères, une seule chose pourrait me donner encore l’envie de vivre : c’est tuer. Tuer ma femme, de plus en plus encombrante. Noyer mes enfants, comme on le ferait avec une portée de chats. Assassiner mes débiles collègues de travail et empoisonner mon misérable patron.

« Alors, cher maître, cher créateur, cher auteur de mes jours, je vous prie de me sortir de ce guêpier, avant de mes propres mains, provoquer l'irréparable. A vous lire bientôt.

« Votre personnage répugnant de votre troisième roman. »

Je ne sais comment cette lettre est arrivée sur mon bureau. Le hasard, le destin, peut-être ? En tout cas, il m’a ainsi permis d’écrire mon premier best-seller : une histoire de serial killer, un serial killer un peu débile et très désespéré.

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 05/05/2015 à 13:59:50
Messages complémentaires de l'auteur :
- texte à classer dans les débiles, fait partie d'un recueil de nouvelles intitulé" jeux de.. Jeux de vilains"
- en savoir plus sur l'auteur sur : http://audiovisueletcritures.blog4ever.com/

Bon, dans ces cas-là, on a évidemment toujours un peu l'impression que l'auteur était juste en tournée de promo de son blog et pas spécialement intéressé par la Zone (surtout que c'est un des trois textes reçus le 10 avril sans aucun rapport avec la Saint-Con).
Lapinchien


tw
    le 05/05/2015 à 14:32:53
oui. perso à la lecture, ça me chier d'avoir eu la même idée que ce Paul Garcia en 2003 ici http://www.lazone.org/articles/585.html et d'en avoir fait une webserie pourrie sur Youtube, surtout qu'il a le même final twist de merde que le miens et qu'in fine ce texte me permet de bien me rendre compte à quel point c'était une idée pourrie, et surtout de me péter le cul à en faire une série pourrie en misant tout sur la mise en abyme finale alors que n'importe qui en 5 lignes peut torcher exactement la même idée. ça à le mérite de me faire reprendre conscience que je suis n'importe qui mais bon, j'étais déjà au courant.
Lapinchien


tw
    le 05/05/2015 à 14:35:50
pour Sourde Madrange, la version NOISE que j'en ai fait en 2011 https://www.facebook.com/pages/Serial-Killer/253699781409522
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 05/05/2015 à 14:42:38
Ce n'est pas une idée mauvaise, juste déjà très exploitée. Allumer un feu, ou introduire un organe oblong dans un organe creux, c'est aussi très exploité comme idée, et on continue bien de le faire des milliers ou des millions d'années plus tard.

Et puis, si tu prends Anna Karénine ou Madame Bovary, le résumé de l'idée de départ donne juste envie d'aller regarder une série télé.

Bref, il n'y a pas de mauvaises idées, juste de mauvais textes.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 05/05/2015 à 14:46:37
D'ailleurs, l'illustration de l'article est tirée du film "Des Nouvelles du Bon Dieu", basé sur une idée très similaire, et qui a des qualités esthétiques et comiques incontestables malgré qu'il soit aussi répugnant à certains égards.
Lapinchien


tw
    le 05/05/2015 à 15:08:04
"Allumer un feu, ou introduire un organe oblong dans un organe creux" Cesse de me faire fantasmer, coquinou.
Lapinchien


tw
    le 05/05/2015 à 15:49:34
sinon l'image d'illustration extraite du film est bien intrigante. C'est soit une guillotine rotationnelle à énergie potentielle élastique contrairement à l'énergie potentielle gravitationnelle emmagasinées par la lame des guillotines classiques, soit un lanceur de balltrap. Sinon je donne ma langue au chat.
Lapinchien


tw
    le 06/05/2015 à 09:11:56
Dourak, j'aurai volontiers aimé être ton #KERMITOU #KERMITOU et toi ma grosse cochonnaille de Peggy mais j'ai l'impression qu'on devient les deux vieux au balcon du Muppetshow finalement.
Muscadet


site blog fb
    le 11/06/2015 à 06:27:33
Le blog est édifiant. En même temps, il stimule le sentiment de solidarité, de cooptation face à l'adversité.

Et on a le thriller confidentiel de LC en goodie. Malgré tout, ça pourrait être pire, alors dansons.
DeepKiss de série B Edition Antérieure.    le 11/06/2015 à 11:17:31
Edition Antérieure.

Se fermant, en quelque sorte, sur une équation à peine résolue, entre mes tempes, se dessine au fusain un DeepKiss de série B glissant et s'épanouissant selon l'humeur du thé noir.
Le lieu est clos et enfumé. Mais de nouveaux horizons sont envisagés, comme ces noires inversions s'échappant de l'autre côté de la pipe d'opium. Il y a aussi des grappes de couleurs fastueusement temporaires, transférées dans le disque dur avec d'autres images venues du champ lexical de LC...
Non ! s'écrie-t-il, pris d'une soudaine panique en se redressant d'un bond. Oublie toute cette merde, fous en l'air ces images !

Extrait d'un Blog (édifiant peut-être) écrit dans la canicule lyonnaise, sur smartphone, partie avant de l'autobus en direction des Minguettes,
pare-brise sale désolé

= ajouter un commentaire =