LA ZONE -
Résumé :

La lutte des classes en solitaire

Le 08/10/2017
par Dourak Smerdiakov
Une foule stupide se presse. On s'amasse
Tout au long des barrières nadar ; moi, des yeux,
Je balaye ces bancs de poissons curieux
Et le dispositif déployé sur la place.

Sous le manteau, je serre un vieux fusil de chasse
Contre mon coeur qui bat, camarade hargneux,
Non le tocsin peureux, non le glas ténébreux,
Mais la charge contre un ennemi de ma classe.

Je suis si jeune encore et n'ai pas d'avenir ;
Je veux la fin du monde ou un angle de tir...
Le cortège déboule, en retard, passe en trombe.

Ce bon vieux capital n'a plus besoin de moi ;
Je suis chômeur depuis des centaines de mois.
Je n'ai pas l'ombre d'une chance. La nuit tombe.

= commentaires =


= ajouter un commentaire =