LA ZONE -
Résumé : Déclaration d'intention pour Bobby-Joe dans cette introduction à sa nouvelle rubrique 'mes rues sombres'. Ca parait inutile à première vue, mais bizarrement cette petite intro est agréable et donne envie de lire les textes associés.

Mes rues sombres : introduction

Le 13/07/2005
par Bobby-Joe
Mes rues sombres sont les images de ce que mon imagination engendre de plus banalement noir, de plus facilement violent.
Elles sont l’idée que je me fais d’un monde anarchique ou le mal se perpétue avec aisance. Si vous sortez le soir et qu’il vous arrive malheur, c’est dans mes rues sombres que vous trouverez la plus commune des horreurs. Les souffrances physiques, morales, visuelles où spirituelle y sont représentées à part égales. Point de mots dans mes rues sombres, juste des faits. On n’y discute pas, on s’y violente avec entrain. Elles sont autour de chez moi, parfois dans ma maison même, parfois seulement dans mon coeur. Mes rues sombres sont mes petits maux quotidiens, ceux de mes contemporains, ceux de mes amis, de ma famille. Je les conte avec joie car elles me chargent d’aventure lorsque j’y passe, elles m’emplissent de mélancolie lorsque je ne fais que les voir et m’encombrent de rage quand je ne peux y avoir accès. Rien n’est plus beau que l’imagination dans un monde gris, et qu’importe qu’elle soit belle, laide ou même banal, seul compte l'évasion qu’elle procure. Mes rues sombres sont mes défouloirs, j’y place ce que je ressens et j’y invente des situations que j’aimerais vivre. Mes rues sombres sont dans tous mes textes, dans toutes mes pensées, dans tous mes gestes, dans toutes mes paroles. Mes rues sombres sont mes veines, et s’il y est souvent question de sang, c’est qu’il en est le coeur même.

= commentaires =

Nounourz


    le 13/07/2005 à 21:53:01
éElles sont l’idée que je me fais d’un monde anarchique ou le mal se perpétue avec aisance"
> C'est pas qu'une idée mon gars... c'est on ne peut plus vrai.

"Mes rues sombres sont mes veines, et s’il y est souvent question de sang, c’est qu’il en est le coeur même."
>j'ai pas compris. le sang est le coeur de tes rues sombres ? ou alors, qu'est-ce qui est le coeur de quoi ?

Bon, je fais mon chieur, mais a part ces détails je trouve cette intro bien réussie, elle me donne envie de lire le reste : objectif atteint, donc. Je file m'attaquer à "rage urbaine".
Nounourz


    le 14/07/2005 à 06:54:03
wop pitain, je commence à voir double. Mes yeux n'accomodent plus comme il faut, j'ai l'impressikon d'avoir un strabisme divergent, c'est énervant.
Sinon j'écoute du trash (kreator - violent revolution) et j'imagine bien ce morceau en bande originale du "mes rues sombres - rage urbaine".
Yeah, du bon trash qui tache, je vais me lancer dans la carrière de "sonorisateur de nouvelles", je suis certain que c'est un créneau porteur.

Bon, sinon je continuerais bien mon commentaire super chiant et sans rapport avec le texte, mais à force de voir deux claviers et deux écrans je commence à ne plus savoir où donner de la tête pour trouver une idée cohérente.

Ok, ok, me poussez pas, je trouverai la sortie tout seul, merci. OK, j'arrête de vous saouler. Ok, je vais dormir, oui, ça me fera du bien de dormir. Voila, je m'arrête là. C'est la fin. la conclusion de ce commentaire inutile. L'achèvement tant attendu de ma logorrhée. Passé ceci, il n'y aura plus rien. J'ai terminé. Je ne vois rien à ajouter. Maintenant, je me tais. Motus et bouche cousue. J'arrête de taper sur mon clavier. Je cesse de débiter mes inanités. Tout finit un jour. Je... non?? Bon, ok. En route pour de nouvelles aventures. Je m'en vais comme un prince. De Lu. Non, ça, c'était nul. Je m'en vais, tout court. Adieu. Enfin, au revoir. Je veux dire : à tout à l'heure. Soyez sages pendant mon absence. Je peux vous faire confiance ? Ok, tant mieux. Je sais que vous ne me décevrez pas. Je peux partir la conscience tranquille. AH, au fait, je...Non, toujours pas ? OK. Cette fois, c'est la bonne, je quitte les lieux. Je suis déjà parti. Sisisi.

*ferme la porte en douceur*
*va se coucher à 6h52 du matin*
J'ai passé une excellente nuit en ma compagnie, merci à moi. C'était merveilleux.

*** parti pour de bon ***
Nounourz


    le 14/07/2005 à 06:55:36
ps : désolé, bobby joe, d'avoir pourri tes commentaires.
Glaüx-le-Chouette


    le 14/07/2005 à 12:15:48
Ca donne envie de lire les textes, en effet. C'est pas prétentieux, et ça se lit bien. Je vais voir la matière première.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]