LA ZONE -
Résumé : Après la première partie de la rubrique composée de vingt-cinq portraits, voici un interlude. Bizarrement c'est presque le meilleur texte de la série : d'abord il change agréablement de la routine qu'était devenue la première partie, et puis il est déjanté, pornogore, très marrant. C'est une sorte de zapping social et culturel sans fil conducteur autre que l'état de pourrissement global de la société, dans un futur proche. Très sympa.

Surfaces (interlude)

Le 22/09/2005
par Konsstrukt
[illustration] (extrait d'un catalogue)

- Rein : 5000 euros (âges : 12-16 ans, 30-40 ans)
- Oeil (paire) : 3000 euros (âges : 15-20 ans, adultes ; couleurs : verts, bruns)
(...)
- Corps entier : 15000 euros décédé, 45000 euros vivant (âges : 12-55 ans, nationalités diverse, nous contacter)
(nouvelle loi)

c'est en 20.. que la loi popularisée sous le nom élégant de "loi des bites" entre en vigueur.

elle est très simple en fait : les anciennes ZUP sont déclarées zones sinistrées ; la police ne s'y rend plus, et des plots en ciment sont installés pour empêcher les voitures d'entrer ou de sortir des quartiers déclarés sinistrés. les fameuses bites.

la situation se dégrade très vite, et ces quartiers prennent l'aspect d'un pays en guerre, aspect renforcé par l'apparition d'une police des frontières, massivement stationnée en périphérie des zones sinistrée, et contrôlant les allées et venues de façon arbitraire et violente.

(journal télévisé)

20.. création du journal télévisé porno par la paneuropa : l'audience passe à 92% et dure ainsi pendant six mois. lorsque les autres chaînes suivent le mouvement l'audience retombe à 76% et oscille autour de ce chiffre.

le principe est simple : coupler les deux programmes les plus regardés. le présentateur annonce un accident d'avion en se faisant sucer ; la présentatrice raconte la guerre en branlant deux types ; monsieur météo parle du temps de demain en se faisant fist-fucker ; une éjaculation faciale pour le chroniqueur sportif ; l'envoyé spécial se fait enculer ; l'expert en politique se fait sucer par deux filles et éjacule sur une poitrine opulente ; les invités ont droit à des adolescents des deux sexe tout juste majeures qui les sucent et les branlent ; les gros plans vont du visage aux inserts de reportages à l'acte sexuel ; il faut jouir avec à propos ; la présentatrice vedette se fait faire un cunnilingus en annonçant les titres du journal, elle jouit en fond sonore du premier reportage, souvent consacré à une catastrophe ou une guerre, quand elle à ses règles l'audience prend encore 5 points ; des stagiaires viennent se goder sur le plateau pour combler les temps morts, et sucent leurs accessoires en gros plan caméra pendant qu'un invité parle de son progamme électoral, l'invité se faisant lui-même pomper goulument, ce qui donne à ses discours des accents de vérités qui feront sans doute la différence devant l'urne, et il répond au questions de l'expert qui, accroupi sur le bureau, se fait lécher le trou du cul par un homme et une fille qui en profitent pour entremêler leurs langues ; générique ; publicité ; d'autres programmes.

(au journal porno d'aujourd'hui)

- le clonage de Bill Gates II, la cérémonie est la même qu'il y a douze ans.

- l'arrestation d'un ancien manequin devenu grand couturier puis tueur en série. il a kidnappé puis assassiné plusieurs mannequins, les privant de parties du corps qu'elles avaient fait assurer des fortunes. son mobile était de construire, à partir de ces précieux fragments, le top-model parfait. on estime que ces crimes vont coûter aux assurances plusieurs milliards d'euros, et pourraient bien déclencher une crise financière majeure.

- le pape de la finance, Jeffrey Koolberg, s'est suicidé hier soir d'une bien étrange manière : il a avalé de l'essence et s'est immolé par le feu, de l'intérieur.

- la sortie du premier film nécrophile tourné sans trucage de toute l'histoire du cinéma. l'intrigue, très sommaire, tourne autour d'un bizutage qui tourne mal. la scène du gang-bang est d'ores et déjà un classique du piratage.

- le premier vol habité à destination de mars est un échec cuisant : par suite d'une intoxication alimentaire, les passagers arriveront à bon port, mais... morts. le vomi est-il sphérique en apesanteur ? en tout cas, cela prouve encore une fois la supériorité de la machine. aussitôt que leur clone de secours a été activé, les passagers ont déclaré vouloir poursuivre la compagnie de transport en justice. sans doute le feuileton de l'été.

(clonage)

le clonage est effectif depuis 20..
les lois l'autorisant sont votées en 20..
le coût est très élevé (il faut payer la technique, les assurances, les autorisations gouvernementales, plus des impots au montant énorme), de sorte que seuls les hommes d'états et quelques grands financiers y ont droit, plus quelques vedettes, enfin les habituels VIP.
quelques compagnies d'assurance tentent de populariser le clonage auprès de leurs clients, mais le coût est pour l'instant rédhibitoire.

(peine de mort)

les centres de détention sommaire ont été inaugurés en 20.., après la ferméture des états à toute immigration. une fois les derniers clandestins expulsés, une fois les frontières sécurisées, et une fois votées les lois permettant l'exécution sommaire des résidants clandestins, il fallait rentabiliser les anciens centres de détentions réservés aux immigrés en situation illégale.

les centres de détention sommaire étaient nés. après le rétablissement de la peine de mort, ils ont concernés tous les criminels prix en flagrant délit d'un crime passible de peine de mort ; les lois se sont durcies, et ces criminels-là n'ayant plus droit à un procès, les centre de détention sont devenus des centre d'exécution.

puis les crimes et délits passibles de mort se sont accrus, jusqu'au vagabondage, qui fait maintenant l'objet de mesures strictes : tous sont répertoriés, bagués, fichés ; au moindre délit constaté (plainte ou flagrant délit), la peine mort est appliquée.

finalement il a fallu construire de nouveaux centre d'exécution, et l'état en a profité pour les faire plus fiables, plus hygiéniques, et plus acceptables socialement. désormais, ils seraient enterrés vingt-cinq mètre sous terre.

en 20.., un an après l'ouverture des nouveaux centres, il y a eu une grève du personnel d'exécution : ceux qui travaillaient dans les anciens centres trouvaient inadmissible leurs conditions de travail, ils ont très vite été soutenus par leurs collègue des nouveaux centres. cette grève a marqué les esprit : à l'image des cultivateurs du siècle dernier qui déversaient des tombereaux de fruits avariés sur les routes, le personnel d'exécution fait de même avec les très nombreux cadavres. l'état, obligé de cêder, contruit de nouveaux centres et réforme les anciens, qui pour la plupart deviennent des écoles primaires ou des crèches.

(données techniques à propos des centres d'exécution)

- les corps sont vidés de leur sang
- le sang, récupéré, sert de nourriture pour les animaux de consommation courante : veaux et boeufs en batterie, etc.
- la peau est stockée et utilisée comme isolant dans de nombreuses usines.
- les organes sont classés et triés ; ceux qui sont intacts sont greffés, ceux qui sont hors d'usage sont légués à la recherche ou aux universités.
- les os, dents et autres matières dures sont stockées, recyclées, et réutilisées comme matières premières dans un très grand nombre de domaines.
- tous les effets personnels sont détruits, à l'exception des bijoux qui sont remis en circulation : leur vente finance, en partie, le fonctionnement des centres.

(une soirée hype typique)

dans un bar. un type sent terriblement mauvais, il sent la viande pourrie. la musique est proche du bruit blanc, 500 bpm et une note unique saturée transforment l'air en béton. il danse avec une fille, elle pue la viande elle aussi. des asticots implantés leur grouillent sous la peau. la fille veut baiser, ils vont aux chiottes. elle baisse sa jupe, elle porte une jupe assez large. entre les diverses scarifications, une grosse excroissance sort de son ventre, juste au-dessus de la chatte. c'est un nouveau-né, il a été greffé pour un million d'euros ; il vit, suce, et avale. l'innovation, c'est que la fille a fait creuser un canal entre la gorge du bébé et son vagin. quand le mec voit son foutre gicler dans la bouche du bébé, et quelques secondes après ressortir lentement par la chatte de la fille, glisser lentement le long des cuisses, pour sûr il est excité. il rebande, sauf sa deuxième bite, qui ne bande jamais : elle a été greffée à partir du cadavre d'un acteur porno, elle est verte, pourrie, et les veines sont nécrosées. seuls les nerfs ont été connectés. mais le type possède un petit bâton d'acier qu'il glisse dans l'urètre, et il peut ainsi offrir une bonne double pénétration à la fille. pour accentuer son plaisir, vers la fin, il fout des grands coups de poings dans la gueule du bébé, qui pisse le sang. la fille en jouissant contracte assez fort son vagin pour que le sang qui dévale dans la gorge du bébé passe dans sa chatte, et vienne lubrifier encore plus la bite.

(une tranche de vie typique des classes moyennes-supérieures)

un enfant trisomique coûte cent mille euros à la conception, et se négocie entre deux et six fois plus cher à la vente. selon les infirmités supplémentaires demandées, les coûts peuvent varier grandement encore.
lui, ils vont l'appeler marc.
à partir de six mois, et jusqu'à trois ans, ils vont surtout le battre. il sera un exutoire pratique pour évacuer le stress du travail. pour éviter qu'il crie (par égard pour les voisins), ils le baillonneront. au début ils lui donnaient des tranquilisants, mais il ne réagissait pas aux coups.
à partir de trois ans, il sera maintenu dans un état de faiblesse chronique, par un savant mélange de privations (nourriture, sommeil), de claustration et de médicaments. ils continueront à le battre, mais avec une violence bien plus grande. plusieurs fois, son père l'attrapera par un bras ou une jambe pour le claquer contre un mur, à la volée. il ira souvent à l'hôpital.
vers six ans, il commencera à servir de jouet sexuel, d'abord uniquement au profit de ses parents, puis la famille, les amis et quelquefois les voisins seront invités à participer. en deux ans, l'enfant sera violé plus de deux cent fois, par plus de dix personnes différentes, hommes et femmes.
il sera battu à mort à quelques jours de sont huitième anniversaire, par son père. sur une suggestion d'un voisin, le corps de l'enfants sera découpé et mangé au cours d'un barbecue, avec des légumes entiers cuits sur les braises.

(greffes)

parmi les greffes et implants rendus possibles :
une autre main
une autre langue
une autre bite
le bras d'un mort
les yeux et la mâchoire d'un mort
les couilles d'un mort greffées sur la nuque
un bébé rat dans le dos
des insectes sous la peau des bras
un serpent dans la jambe
un foetus sur la bite
une tête de chat dans le vagin
un poumon entre les seins
un vagin dans le cou
des zones érogènes sur la langue
des nerfs sur les ongles
un urètre au bout des doigts
un clitoris sous les ongles
un colon plein de merde dans la gorge
un rein malade
un bras putréfié
un oedème
etc.

(une émission de télévision)

une boite hermétique de la taille d'une citerne de semi-remorque dérive lentement dans l'espace. l'intérieur de la boite est filmé, et retransmis par satellite à diverses chaînes de télévision, et un milliard et demi de spectateurs n'en perdent pas une miette.
dans la boite, des vieillards attendent la mort. la boite dérive lentement vers le soleil ; les vieillards n'ont rien à boire, rien à manger. ils étaient cinquante-sept au départ, il y a quatre semaines. désormais, ils sont douze. la plupart des autres cadavres ont été dévorés, sauf ceux qui étaient manifestement trop malades.
ces cinquante-sept vieillards ont payé très cher pour mourir de cette façon, pas loin d'un million d'euros. le vainqueur, le dernier survivant, aura le droit, s'il gère bien les cadavres des autres, de mourir incinéré dans l'orbite du soleil. des caméras spéciales doivent enregister ces derniers instants, et ne perdre aucun détail chirurgical de son agonie.
cependant, il y un changement, pour renforcer l'audience en baisse de cette émission. désormais par d'autres émissions, plus spectaculaires, supplantent ce show qui totalisait pourtant l'an passé quatre-vingt trois pour cent d'audience, mieux encore que le journal porno. il faut dire qu'un des passagers s'était découvert un penchant pour la nécrophilie.
une émission spéciale est annoncée.
spéciale, elle l'est : en direct pendant deux heures, les douze passagers restants sont gazés. zoom haute définition sur les yeux qui se révulsent, crissements d'ongles sur les parois restitués en son surround sept point deux, l'audience explose, les annonceurs pub éjaculent sur leurs graphiques, les familles des gazés intentent un procès puisque le soleil promis n'a pas été donné, la production perd le procès, mais les quatre millions d'euros perdus en frais de justice et autres dommages et intêrets sont une misère comparés à la fortune engrangée.

(flash-mob)

manifestation de victimes, la première du genre. en direct à la télé, enfin plutôt aux télés, enfin en tout cas en direct aux télés qui ne sont ni en grève, ni en flammes, ni en otage.
ça commence à jérusalem, comme une flash mob à la con, et en moins de dix heures sur toute la planête. c'est surtout en europe que ça prend de l'ampleur.
une manif de victimes. elles sont toutes là, avec leurs gueules arrachées, leurs béquilles, leur plaies, leur peau crâmée, elles sont toutes là. un zoom sur un type aux yeux entièrement blanc, recouvert de gaze, mais il la soulève pour bien montrer ; pendant ce temps dans le studio la présentatrice se fait lécher par un chien (insert à l'écran) ; celui-là marche sur deux béquilles, il n'a plus de jambe ; un enfant au torse détruit par des shrapnels, quand on le voit on comprend à peine comment il est encore en vie, on dirait qu'il a été froissé, un genre de mako grenade ; d'autres viennent, des femmes lapidées, des fractures du crâne, ça saigne, elles viennent sans doute de sortir de l'hôpital ; des clodos en ligne qui exhibent des gerçures pleines de pus et des traces récentes de coup de matraques ; toutes les victimes qu'on peut imaginer, elles sont là, comme des rats hors des caves, qui auraient trouvé le courage d'aller voir les bourreau et montrer leurs plaies, et, et quoi ?
encore un gros plan, sur un vieux qui n'a plus de machoire inférieure.
à paris, des types ont déployés des banderolles, il n'y a pas de slongan, juste des dâtes. des victoires policières, souvent.
à londres, les écrans publicitaires sont squattés par les torses en gros plan de ceux qui ont subis des tortures lors de garde à vue ; à paris ils sont cinq cent, éclopés, blessés, massés devant le siège du gouvernement, à attendre, des caillasses à la main ; les flics font face, les matraques bandantes, ils attendent.

(extrait d'un catalogue)

FAITES DE VOTRE ENFANT UN TRISOMIQUE !
VOUS AUSSI, GOUTEZ AUX JOIES DE LA VIOLENCE DOMESTIQUE !
VOTRE ENFANT N'EST PAS UN ETRE HUMAIN !
VOTRE ENFANT N'A AUCUN DROIT !

VOTRE PATRON VOUS ENGUEULE ? LE TRAVAIL N'AVANCE PAS ? VOUS RENTREZ STRESSE LE SOIR ET VOTRE COUPLE S'ENFERME DANS LA ROUTINE ?
UN ENFANT TRISOMIQUE EST LA SOLUTION !
BATTRE L'ENFANT DES HEURES DURANT, LE REGARDER SOUFFRIR, LE DROGUER, QUEL MEILLEUR MOYEN DE RESOUDER UN COUPLE ?
FAITES DE VOTRE ENFANT UN TRISOMIQUE ! DES ANNEES DE JOIE ASSUREE !
CATALOGUE SUR SIMPLE DEMANDE


= commentaires =

Ryolait


    le 22/09/2005 à 17:34:10
C'est plutôt soft.
Ventoline


    le 22/09/2005 à 17:45:47
Gniarf ! Très sympa.

Mention spéciale à l'immolation de l'interieur.
Glaüx-le-Chouette


    le 22/09/2005 à 17:50:20
Je ne formulerai aucune critique négative, étant donné que pour une fois, Konsstrukt a écrit un vrai texte, et qu'en plus il est pas mal. Foutraque, mais... et merde. Raté.
Narak


    le 22/09/2005 à 18:57:56
Le meilleur texte de Konsstrukt. Je vous avais prévenu qu'une petite bombe attendait derrière les fagots.
J'adore, vraiment. C'est bourrin, simple, et il y a tous les bons cotés de Konsstrukt sur un texte qui fait plus de 15 lignes.

Trés trés bon et très drôle.


Commentaire édité par Narak.
Kirunaa


    le 22/09/2005 à 19:01:58
la premiere moitie est sympa. Je lirai la 2e plus tard.
nihil


    le 22/09/2005 à 19:28:00
Faut reconnaitre, c'est de la bonne came, un quart d'heure de bonne rigolade.
Lapinchien


tw
    le 22/09/2005 à 19:33:35
tiens Voici, le Monde et Playboy ont fusionné en 20 ?
çà ressemble a du vomi de cerveau, on croirait presque que c'est un fichier contenant toutes les idees pour faire une histoire qu'on nous balance à la gueule. Je trouve çà plutot sain, mieux vaut se debarrasser d'une obsession rapidement avant qu'elle ne nous envoute et ne nous pousse à ecrire 1000 pages qu'en valent pas la peine juste pour occuper le temps.Vivement que Konstruct passe directeur d'antenne. C'est plein de bon nutriments ce textes, il empiete sur pas mal d'histoires que je suis en train d'ecrire et çà me fout un peu les glandes. Konstrukt , t'es qu'un connard !
Nounourz


    le 22/09/2005 à 20:25:15
pourquoi devrait-on réserver les coups aux trisomiques ? c'est de la ségrégation, tous les enfants ont le droit de bouffer des mandalles.

les handicapés ont déjà les meilleures places de parking, on va pas leur filer tous les privilèges non plus.

j'ai pas tout aimé, mais la télé-réalité et le flash-mob sont chouettes. La scène de baise au bar est à chier pare contre.
xia     le 22/09/2005 à 23:14:41
Je vote Kiruana, je pense lire les 2 parties un jour.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 23/09/2005 à 00:46:28
La première moitié est peu intéressante, les deux idées marrantes sont dans la deuxième (le nouveau-né et le trisomique). Sinon, sorti des phrases minimalistes des surfaces, on se rend tout de suite compte des limites dans l'écriture.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 23/09/2005 à 12:35:00
Au fait, c'est quoi le problème de ce connard avec les majuscules ?
Glaüx-le-Chouette


    le 23/09/2005 à 13:31:20
Bah, c'est la mode, ça leur passera.
Un peu comme les baskets pas lacées.
Nounourz


    le 23/09/2005 à 14:41:37
nON A LA DICTATURE DES MAJUSCULES. rEBELLONS NOUS CONTRE L'ORDRE SYNTAXIQUE ! cECI EST UN MESSAGE DU CCM LE COMITE CONTRE LES MAJUSCULES.
e-dwarf     le 23/09/2005 à 15:03:09
Bien comme il faut. Comme quoi, Endemol a du fric à se faire avec la Zone.
Pinaillage de merde : il me semble que l'immmolation interne c'est pas possible parce qu'il n'y a pas d'air dans l'estomac (ou trop peu).
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 23/09/2005 à 17:14:43
Texte refusé par le service technique. Motif : pas crédible. Solution proposée : immolation interne de l'auteur par l'introduction anale d'un chalumeau.
Service technique addenda    le 23/09/2005 à 17:17:41
Prévoir introduction simultanée d'un tuyau branché sur soufflerie pour favoriser l'apport d'oxygène.
Narak


    le 23/09/2005 à 18:54:37
Ou tout simplement d'un bon coup de hachoir au dessus du nombril, niveau appel d'air c'est efficace aussi.
Womble


    le 26/09/2005 à 00:29:16
J'ai bien aimé.

Toujours dans le genre "Meilleur des mondes" alternatif.
J'ai trouvé que le coup des centres d'éxécution et l'utilisation des organes faisaient un peu Neo-Shoa, par contre j'ai beaucoup aimé le coup du Porno-Journal et des enfants trisomiques.

Une phrase me perturbe :

"cependant, il y un changement, pour renforcer l'audience en baisse de cette émission. désormais par d'autres émissions, plus spectaculaires, supplantent ce show qui totalisait pourtant l'an passé quatre-vingt trois pour cent d'audience, mieux encore que le journal porno."

Au moins dans sa première partie, le sens de cette phrase m'échappe. J'imputerai ça à, au moins, une faute de frappe.

Mais peut-être aussi suis-je fatigué...


Pour l'immolation interne je conseillerai d'opter directement pour du Napalm au lieu de l'essence. Ca colle mieux à la paroi intestinale et il y a moins de risque que ça s'éteigne.
Glaüx-le-Chouette


    le 26/09/2005 à 01:06:28
Les Surfaces relèvent quasi toutes de la faute de frappe, élevée subjectivement au rang d'oeuvre d'art.
Konsstrukt


    le 26/09/2005 à 12:35:02
ouais, je me suis emmélé les pinceaux, sur celle-là. le "par" est de trop.
Cadarn


    le 26/09/2005 à 19:21:07
est-ce que je avais dit que je n'ose pas lire un seul "surface" de peur de mange changer en lapinchien?
Glaüx-le-Chouette


    le 26/09/2005 à 20:20:23
Toi devoire aller orthophoniste voir vite vite.
Lui aiderat beaucoupboucoup toi parle.
Cadarn


    le 26/09/2005 à 20:53:17
SSSSSSAAUUUUUUUUEEEEEEEERRRRRKKKKRRRRRAAAAAAUUUUUUTTTTTTT

(J'avoue, je me suis déjà mis des piles Energizer dans l'anus
en croyant que c'était des croissants à la frangipane.)







Narak: ( http://zone.apinc.org/article.php?id=1075 ) Vous me relirez la règle 5° M.Cadran.)
Moi quand y a trop de lettres je charcle...

Nan, je déconne...C'est juste parce que c'est toi.

Commentaire édité par Narak.
Glaüx-le-Chouette


    le 26/09/2005 à 21:02:47
Aligot ?

= ajouter un commentaire =



[Accueil]