LA ZONE -
Résumé : Putain, mais même au sujet de cette saloperie de merde de Disneyland Paris, Dourak arrive à nous pondre une ballade morne, misanthrope et disjonctée. Un excellent cru, pas anodin, prenant. Et en plus, ça se chantonne très bien sur un air de musette. A genoux.

Marne-la-Vallée

Le 31/03/2008
par Dourak Smerdiakov
[illustration] Dans le grouillement des cloportes,
J'ai fait la file et acheté
Le billet qui m'ouvrait la porte
Du rêve kitsch préformaté.
Le peuple veut être amusé,
Une plèbe, ça se dorlote.
Moi, je traîne, désabusé.
Il y a du sang sur mes bottes.
Je vais humant des âmes mortes
Dans l'air immobile d'été,
Et que le diable les emporte,
Si lui n'est pas trop dégoûté.
Jeux véhéments, rêve éculé,
Le peuple court ces choses sottes.
Moi, je suis moins bien régulé.
Il y a du sang sur mes bottes.

Le psy voudrait que je m'en sorte,
Mais tous mes circuits sont crâmés.
Dans ma tête une voix m'exhorte :
Ces gens seraient mieux massacrés.
Retirant la sécurité
De mon arme, alors, sans parlotte,
Dans cette plèbe, j'ai tiré.
Il y a du sang sur mes bottes.

ENVOI

Mickey, à quoi bon discuter ?
Plus rien n'empêchera, mascotte,
Le percuteur de percuter.
Il y a du sang sur mes bottes.

= commentaires =

Le Duc


    le 31/03/2008 à 01:13:11
Bordel, ça te dérange si je file ce texte à des potes zikos pour qu'ils en fassent une chanson ?

commentaire édité par Le Duc le 2008-3-31 1:14:14
Glaüx-le-Chouette


    le 31/03/2008 à 10:20:45
C'est génial bordel.
En particulier le vers de refrain.

En revanche le "Mickey, à quoi bon discuter" m'a causé une réminiscence assez désagréable de cette pute plébéienne démocrate de Noir Désir. J'aurais préféré avoir une réminiscence de Marie Trintignant je crois, en fait. Avec des grandes oreilles.
Caboche à kirsch     le 31/03/2008 à 12:26:29
Non, ça n'est pas génial.
Tout juste honorablement réalisé.

Encore que :

La reprise de "Moi,je" est-elle consciente ? Ainsi que son omission, source de déséquilibre, à la troisième strophe ?
Les répétitions de "peuple" et de "plèbe" sont voulues ?
T'as lu Gogol ?

C'est quoi cette mise en page de merde ?

Glaüx-le-Chouette


    le 31/03/2008 à 12:38:06
Hey, ce serait moi le trou de balle académiste capable de sortir des critiques formelles à la mords-moi-le-nœud, ici. Sauf que je ferais pas celles-là :

que des reprises et des procédés soient "conscients" ou pas, "voulus" ou pas, on s'en bat les couilles, on n'en est plus à la critique à la papa, Sainte Beuve, il est mort et enterré, et la critique psychanalytique c'est en Angloyie et ça donne rien à part des discussions de bonnes femmes. Lis le texte tel qu'il est et si tu trouves des particularités, prends-les comme telles et cherche pas la volonté de l'auteur ; t'es assez grand pour avoir un esprit critique à toi, non ? Que je n'aie plus à le redire, petit trou du cul.

Pour ma part les deux particularités que tu relèves, elles me plaisent, au sens où il s'agit effectivement, dans ce texte, d'un locuteur qui s'oppose au monde entier et va lui tirer dans la gueule au nom de ses valeurs et de ses avis, au monde entier ; et au sens où la troisième strophe est celle du passage à l'acte, et donc, il paraît excellent que le "moi je" inclus dans des vers d'abandon ou de déploration soit supplanté par un "dans cette plèbe, j'ai tiré" actif et froid. Note aussi que l'envoi évacue entièrement le "moi je" au profit d'une adresse à l'adversaire, et d'un effacement derrière le "percuteur" qui va "percuter". Si t'étais un peu plus malin et que tu voulais faire vraiment de la critique tu pourrais en tirer que le "moi je" a accompli son destin, il s'est retiré derrière la Justice qu'il voulait servir, la mécanique a remplacé l'individu, et hop. T'aurais l'air intelligent. Là bof.

Maintenant ta gueule, Sainte Beuve.
Lapinchien


tw
    le 31/03/2008 à 13:08:50
elle est morne la vallée.
"LC - période Grosses Têtes"
Caboche à kirsch     le 31/03/2008 à 13:44:32
La pertinence d'une critique s'apprécie par la démesure de la réaction qu'elle provoque.
Encore merci.
nihil


    le 31/03/2008 à 13:50:50
Si je dis que ce texte est merdique et qu'on me tombe sur la gueule pour me démontrer le contraire, ça veut dire que ma critique était pertinente ? Yahourt ?
Nico


    le 31/03/2008 à 14:21:35
C'est très bô j'ai beaucoup aimé. Il y a quelque chose de lent, morne qui pue déjà la mort avant les dernières strophe. Hourra.
Glaüx-le-Chouette


    le 31/03/2008 à 14:23:29
"Il y a quelque chose de lent, morne qui pue déjà la mort avant les dernières strophe. Hourra."


Ah, en effet, Dourak a laissé traîner sa bite en partant, on va nettoyer ça.
Caboche à kirsch     le 31/03/2008 à 15:57:08
"Si je dis que ce texte est merdique et qu'on me tombe sur la gueule pour me démontrer le contraire, ça veut dire que ma critique était pertinente ? "

Tu as omis d'intégrer la démesure à ton fabuleux raisonnement.

Ca tombe bien que je revienne m'essuyer ici : j'avais oublié de noter l'artificialité de la rebriche dans les deux premières strophes.



[edit Glaüx] Je vais répondre dans ton message étant donné que ton but c'est de trolliner, comme d'hab'. Autant le faire dans tes chiottes à toi.
Oui donc, je crois que tu confonds la démesure avec la précision, ducon.

Commentaire édité par Glaüx-le-Chouette.
Yothar Ace     le 31/03/2008 à 15:58:28
T'as nettoyé tes bottes depuis ?
Aka


    le 31/03/2008 à 16:49:38
Ca fait 20 min que je cherche ce que je vais bien pouvoir dire sur ce texte : n'importe quel commentaire ou une bonne vanne. Je ne trouve pas. Donc je vais juste dire que j'ai vraiment bien aimé, surtout pour un sonnet mais que space moutain c'est kwool ^^ .
Hag


    le 31/03/2008 à 18:50:07
J'adore.
Ceact     le 31/03/2008 à 19:29:05
Décidément, si je n'étais pas athée, j'idolätrerais bien Dourak.
Ceacy


    le 31/03/2008 à 19:40:11
Enfin, si je n'étais pas athée et déjà trop con pour utiliser un clavier.
Caboche à kirsch     le 31/03/2008 à 22:07:33
"Oui donc, je crois que tu confonds la démesure avec la précision, ducon."

L'insulte ne déshonore que son auteur. (Confucius)
Tout ça pour deux ou trois petites questions polies que j'avais posées à l'auteur. C'était sans compter sur le réseau des zorros de la zone.

Rien à propos de la rebriche,l'expert démesuré ?

Nico


    le 31/03/2008 à 22:42:49
Je pense qu'on peut dire avec assurance que tout le monde se fout profondément de la rebriche.
Caboche à kirsch     le 31/03/2008 à 22:51:27
Je propose un sondage.
nihil


    le 31/03/2008 à 22:57:05
Je propose ta tête plantée sur une pique.
Quelqu un


    le 31/03/2008 à 23:07:55
De fleste aftener i Cairos travle gader har bevæbnede medlemmer af den lokale hundepatrulje travlt med at skyde tilfældigt udvalgte hunde. Problemet er, at de ikke altid er gode skytter. Mange sårede og klynkende hunde bliver smidt
op på ladet af en lastbil, hvor de langsomt bløder ihjel. Andre slæber sig væk i mørket - overladt til en smertefuld skæbne.
Skydning, hængning, aflivning med strøm eller druknedøden er blot nogle af de metoder, som lande, specielt dem hærget af krig, hungersnød eller politisk kaos, bruger for at kontrollere bestanden af herreløse hunde.
Men disse barbariske metoder er nyttesløse og uegnede til at mindske antallet af herreløse hunde.
Med din hjælp kan vi stoppe den brutale aflivning af herreløse hunde har allerede skaffet mobile dyreklinikker fyldt med udstyr og veterinærmedicin, så også hunde uden for byen kan få den hjælp, de behøver. Vi sørger samtidig for at oplyse og undervise både regeringer og lokale hundeejere omkring praktiske kontrolmetoder som sterilisation og registrering. Men som du nok kan forestille dig, er der meget mere at tage fat på.
En fast månedlig støtte er vigtig, for det koster tid, penge og ihærdighed at samarbejde med regeringer for at opnå en lovgivning, der forbyder mishandling af dyr, samt at bygge og etablere reservater til rehabilitering af nogle af de dyr du er med til at redde. Derudover skal vi ændre menneskers opfattelse af dyrebeskyttelse ved undervisning og oplysning til børn og lokalsamfund. Vi mangler også konstant midler til at kunne yde akut nødhjælp til dyr verden over


commentaire édité par Quelqu un le 2008-3-31 23:8:51

commentaire édité par Quelqu un le 2008-3-31 23:9:17
EvG


    le 31/03/2008 à 23:12:55
Pauvre Mickey, lui faire ça c'est vraiment méchant les gars. Un jour j'ai dit "ta gueule" à quelqu'un. Ca m'a fait du bien.
Le Duc


    le 31/03/2008 à 23:50:11
AHHHHHHHHHHHHHHHHH MAIS QUES CE QUE C4EST ??? MAIS LAISSEZ MOI TRANQUIL AAAAAAHHHHHHHHHH

putain on es envahis par les têtes d'ampoules fais chier, v'voyez où ca méne de tous le temps ce la pété ? Bordel, c'est de la faute à glaux ca encore.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 01/04/2008 à 02:34:41
Aka, prendre une ballade pour un sonnet, c'est la pire des vannes. Veuille crever, là, tout de suite.

C'est marrant, parce qu'à peu près 60% des faiblesses que je trouvais moi-même à ce texte ont été relevées.

Encore que, pour les deux premières relevées par 'Caboche à Kirsch', dont je trouve pour une fois l'intervention pertinente, en effet, je me disais surtout que c'était susceptible d'être critiqué mais qu'on pouvait aussi bien s'en contrefoutre, voire le justifier comme le fait Glaüx. Eviter la répétition de peuple et plèbe, c'était facile : foule, cohue, par exemple, et bingo. La non répétition du "moi je" au troisième couplet m'a par contre réellement fait hésiter, brisure de symétrie. Mais, donc, oui, j'en étais conscient. Et j'ai un peu lu Gogol.

Je ne sais pas quel est le rapport avec Noir Désir, mais je ne suis effectivement pas content de l'envoi, même si le fait de l'adresser à Mickey me faisait marrer.

Cela dit, si c'était honorable, j'en serais très heureux. Faire une ballade honorable, ce n'est pas donné à tout le monde. C'est un bon but dans la vie, d'ailleurs.

Duc, t'as des potes ?
Konsstrukt


    le 01/04/2008 à 07:48:12
c'est dommage que ça sonne un peu beaucoup "rock engagé" ; autrement y'a des belles envolées (le percuteur qui percute, ce genre-là). autrement, bon rythme, belle utilisation des vers brefs, je trouve.
Aesahaettr


    le 01/04/2008 à 09:38:57
J'aimerais des éclaircissements.
Déjà Dourak, je n'ai jamais lu une ballade de lui qui comporte de défaut structurel, genre les rimes "més/crés" puis "té/ré" avant l'envoi, je suis pas habitué, alors je me demande si c'est pas fait exprès, ou quoi. Mais bon en fait on s'en bat les couilles.

Ca fait rock, ouais, mais pas trop quand même. Dans le rock y'a pas beaucoup de connards qui vont jusqu'à écrire des chansons dans lesquelles ils massacrent adultes et enfants dans un parc chamaré, y'en a encore moins qui le font bien, bref, aucun rapport. Les rockeurs sont des putains de kikoos.
Le texte est haineux et puis ça sautille, ça laisse un goût fruité dans la bouche et un sourire de clown satisfait sur le visage.
L'époque des bonus dvd dans les commentaires me semble si lointaine...
Glaüx-le-Chouette


    le 01/04/2008 à 10:31:20
(l'écho de Noir Désir, il s'est fait dans ma tête avec un couplet de la chanson "Un jour en France", sur 666.667 CLUB :

"Se rappellent de la France, ont des réminiscences
De l'Ordre, des jeux de l'essence,
Quand on vivait mieux,
Y avait Paul et Mickey, on pouvait discuter,
Mais c'est Mickey qui a gagné
Allez d'accord, n'en parlons plus".

Mais aucun rapport dans le thème et le propos. Juste une réminiscence formelle.)
Nico


    le 01/04/2008 à 10:52:08
Tu connais trop bien les paroles de Noir Désir pour être tout à fait honnête toi.
Quelqu un


    le 01/04/2008 à 11:33:24
Poème à Minnie...

Petite moule baveuse !
Tu me rend rêveur !
Quand tu sens la gueuze !
Fait moi péter les ganglions !
Avec tes gros nichons !
Je me sens cochon !
Ensemble on sentira le moignon !
Mais on sera pas aussi con !
Comme les autres avec leurs champignons !
Je t'aime fifille !
Avec toi je m'enfile !
Je m'en lasse jamais !
Même quand je peux te sodomiser !
Et c'est que du bonheur !
Avec du beurre !
Allons si tu veux ouvrir ta fleur
Essaye plutot avec ma pine !!
Et si malgré ça, tu n'y arrives pas !
Sers toi de tes doigts !
Caboche à kirsch     le 01/04/2008 à 11:38:44
Quel est le vicieux qui se fait passer pour moi ?
Dourak, t'as oublié de me répondre pour la rebriche.
Glaüx-le-Chouette


    le 01/04/2008 à 12:36:55
Mais t'écoutes pas bien, toi, hein.
Copie-moi cent fois : on s'en branle, de l'intention de l'auteur, à moins d'être un gros esclave sans teub.
Caboche à kirsch     le 01/04/2008 à 13:18:39
Qui te parle de l'intention de l'auteur, ma couillette ?
Un simple éclaircissement technique, voilà tout.

Trop dur à capter pour un rebelle qui éjacule sur Noir Désir.
nihil


    le 01/04/2008 à 13:23:41
C'est toujours marrant de voir des débiles débattre de la qualité du cadre d'un tableau.
Glaüx-le-Chouette


    le 01/04/2008 à 13:23:53
Et puis merde, je laisse parler le monsieur, trop braqué pour être améliorable.


[edit : en revanche, nihil, on peut pas dire que l'écriture et ses particularités soit le cadre de quoi que ce soit d'autre, sinon ça signifie que la littérature c'est des paquets de lessive et des campagnes de comm']

Commentaire édité par Glaüx-le-Chouette.
Nico


    le 01/04/2008 à 13:59:19
Ou des campagnes de com' pour des paquets de lessive.

Ceci dit à l'heure actuelle je bosse sur une campagne de com' pour la collecte des déchets ménagers. Hourra.
Jéhosé Le Duc président !    le 01/04/2008 à 13:59:28
Entre tous les commentateurs, je déplore Dourak, trop attaché ici au squelette du texte. (Hey!!!Le cadre machin, et la structure cela! etc…)
Glaüx est pas mal dans la description de la peau du texte.
C’est encore le Duc que je préfère. Je ne sais pas bien le dire, mais il y a une innocence enfantine dans les analyses du Duc. Comme celles d’une petite fille en socquettes et couettes qui ne refuserait pas un bonbon pour la bête raison que ça ne se fait pas. C’est bon et puis tant pis, nous dit simplement Le Duc.
Glaüx-le-Chouette


    le 01/04/2008 à 14:22:31
Toi, juste ta gueule.
Alpha Rhum et eau     le 01/04/2008 à 15:26:30
Toujours le même troupeau de bovins atteints par la Flageolante du bouc.
Le meilleur restant la Chouette Glauque qui continue à faire joujou avec ses petites étiquettes.

[Edit : exemple grossier et caricatural de lancer de troll, merci de ne pas mordre à l'hameçon]

Commentaire édité par Dourak Smerdiakov.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 01/04/2008 à 16:47:43
Tiens, oui, Duc, t'as des potes.

Aessahtr, certaines rimes sont fort pauvres, certes, mais, bon, ce qu'on t'offre régulièrement ne t'es pas dû pour autant, et la richesse des rimes reste en option. Si je prends la Ballade des Seigneurs du Temps Jadis, dans Villon, j'y trouve Callixte/papaliste, nom/Aragon, Breton/Alençon et même Auvergne/Charlemagne. Certes, je ne choisis pas la meilleure. Plus loin, dans le Testament, au hasard : Bible/évangile, mal/official. D'Eustache Deschamps ou de Villon, qui lit-on encore avec plaisir, de nos jours ? Personnellement, je m'autorise à être moins exigeant envers moi-même que Villon.

Pour le refrain qui ne s'intègre pas systématiquement dans le couplet (je suppose que c'est ce que Caboche à kirsch appelle "artificialité" de la rebriche), je crois que c'est tout simplement une question d'ouverture d'esprit. Ma ballade ci-dessus est narrative, elle raconte quelque chose, elle est même vachement moderne avec allers-retours du présent au passé composé dans le récit, c'est limite foutoir de ce point de vue-là. Mais, donc, il y a progression d'un récit, et un couplet n'est pas l'autre. De nombreuses ballades plus classiques reprennent au fond le même contenu d'un couplet à l'autre, disent la même chose en variant les exemples, en quelque sorte pour meubler (Dans les Dames du Temps Jadis, tu peux aussi bien laisser tomber le deuxième et/ou le troisième couplet, tout le message de départ est encore là). Ici, dans les premiers couplets, le refrain produit l'effet que mentionnait Nico : "quelque chose de lent, morne qui pue déjà la mort avant les dernières strophe." Par ailleurs, dans la chanson française, en dehors du formalisme des ballades, le fait est que les refrains sont sortis des couplets pour s'y développer sans trop de contrainte (exemple moderne que j'aime bien : "repenti, j'ai trahi" qui revient entre les couplets chez Renan Luce). Ici, il y reste, avec une certaine autonomie, comme dans un stade intermédiaire. Bref, est-ce un défaut ? Oui, si on considère la forme et l'usage des ballades figés par un Deschamps. Non, si on considère qu'en 2008 on peut jouer à faire de la nouvelle soupe dans la vielle casserole.

Je réponds parce que les critiques portent sur le texte et, ça, j'apprécie. Cela dit, à ce train-là, on va se retrouver à disputer d'un nouvel Art poétique, et y passer plus de temps que je n'en ai mis à pondre ce texte. A vrai dire, en l'écrivant, je ne me suis tout simplement pas autant posé de questions.
Astarté


    le 01/04/2008 à 17:10:18
Va faire un commentaire après...

Bon bin juste un ressenti : j'ai aimé.
Caboche à kirsch     le 01/04/2008 à 20:17:16
Voilà. Le seul qui aurait pu légitimement me savonner la gueule me répond intelligemment et sans s'énerver. Du coup les gens de bonne volonté sont autorisés à se sentir un peu moins cons. Merci Dourak.

Concernant cette affaire de rimes par contre,il y aurait de quoi tenter d'enculer une mouche avec une pince à cornichons.
Glaüx-le-Chouette


    le 01/04/2008 à 20:27:08
"Légitimement". Mais faudrait vraiment faire un travail de mise à plat théorique pour les cons du statut de l'œuvre d'art et de l'auteur, parce que là, c'est terrible.
Aesahaettr


    le 01/04/2008 à 21:23:44
La pitié est un sentiment vil.
Aesahaettr


    le 01/04/2008 à 21:25:15
Oh, tiens, j'ai laissé un commnetaire sur le mauvais texte.
Je retourne à mes crapauds virtuels.
Caboche à kirsch     le 01/04/2008 à 22:45:11
"Mais faudrait vraiment faire un travail de mise à plat théorique pour les cons du statut de l'œuvre d'art et de l'auteur, parce que là, c'est terrible."

Je t'attends tranquillement,vilaine chouette.Fais provision de verveine auparavant, tu risques d'avoir une digestion difficile.
Anglerond


    le 02/04/2008 à 09:32:02
dans le sens caché du texte on voit un poète désabusé par son impuissance à sauver le peuple - la plèbe - et qui se suicide, il se prenait pour Dieu sans arriver à l'être. partant de là je trouve l'intention, quoique inconsciente à mon avis, des plus pertinentes.

Michelet a fait un tel texte ou il se prend pour Jésus mais vaux faire les choses à la place des aautres, régner.

Rimbaud à fait ça dans l'alchimie du verbe :

- or ! tel tel qu'un pêcheur d'or ou de coquillages,
dire que je n'ai pas eu soucis de boire !

aprés pour ce qui des rimes et des vers, on s'en contre fout, ça devient du slam. du slam avec des bottes. et dans slam ya sang. et ya aussi ; sans l'âme.
pauvre poète ! faut être riche poète pour porter le monde sur ses épaules. pauvre, tout nous échappe, même la fin, un suicide est un renoncement, une fuite, l'abandon à la persévérance d'être Dieu. c'est peut être ça la Zone, un couloir de fuite pour ceux qui renoncent à être Dieu, l'entonoir vers le non retour pour les poètes pauvres.
on moins on y est ensemble ! merci la Zone.


nihil


    le 02/04/2008 à 10:39:20
De rien, pauvre con.
Nico


    le 02/04/2008 à 11:44:32
Sortir des trucs comme ça à 9h c'est violent bordel.
nihil


    le 02/04/2008 à 15:57:56
Je me demande juste si ce petit texte sympathique méritait des commentaires aussi pompeux. On se croirait en 1ère L, sauf qu'en 1ère L les élèves sont pas aussi motivés.
Nico


    le 02/04/2008 à 16:13:57
Très bien résumé. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je ne lis pas les commentaires de plus de 10 lignes, parce que forcément on y parle de rebiche.
Caboche à kirsch     le 02/04/2008 à 21:05:54
RebRiche, ma biche.
Nico


    le 02/04/2008 à 21:46:37
Ca sonne mieux sans R.
Anglerond


    le 06/04/2008 à 02:59:51
commentaires pompeux rimes avec bottes. élèves pas motivés, élèves sans z'L. tout texte mérite commentaire bordel ! du commentaire qui dérive à écrire, et donc à déplaire.
dwarf     le 08/04/2008 à 20:04:25
Bin ça tue.
Et je trouve pas que ça n'ait pas de sens.
Glop-glop


    le 31/10/2008 à 14:14:51
La répétition de "plèbe" me gêne. Faudrait virer la première occurrence.
evariste galeux     le 22/12/2008 à 23:18:37
Diantre ! mais c'est que je me rends compte que je n'ai même pas commenté ce texte.
Et après avoir lu tous les commentaires suite à l'intérêt que j'avais porté à une lutte littéraire, je dois avouer n'en avoir plus le courage. Tout à été dit. Smerdi et nihil étant ceux avec lesquels je reste le plus en accord quand ils disent s'étonner de voir autant de blabla et blabla extasié devant ce texte qui fut écrit sans grande concertation entre l'auteur et lui-même.
C'est sympathique, on y trouve de fières idées, mais ce n'est pas assez travaillé pour être vraiment bien.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 23/12/2008 à 04:10:02
Amusant. J'ai l'air dans la tête maintenant.
Copypasta


    le 23/10/2017 à 23:48:59
un tit sagemé oklm pr dire ke jkiffe tjrs autant se text
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 27/10/2017 à 18:36:16
Félicitations, votre commentaire vient d'être décrypté.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]