LA ZONE -
Résumé : Bienvenue dans le catalogue Printemps-Eté 2009 des abrutis. Vous y trouverez un large choix de gens ordinaires, avec descriptif de leurs petits travers. L'accumulation abusive de portraits condensés donne rapidement la nausée, d'autant que dans ce texte de vingt ou trente lignes, je suis pas sur d'avoir vu le moindre point. Faut se l'enquiller. Surtout quand on s'aperçoit que comme dans tout bon catalogue, y a pas la moindre chute pour donner du sens à cette tartine. Révolte !

Dormez bien, bande de crétins

Le 15/05/2009
par Phys. Ing.
[illustration] Portraits.
Y'avait cet abruti prétencieux, distillateur-expert de vent avec sa p'tite montre clinquante, ses remarques hautement spirituelles et minables, son costard mal taillé, sa veste de grand méchant et sa coiffure gélifiée pseudo stylée de petit cadre d'entreprise arriviste, genre j'me mets du spray à la menthe pour l'haleine et j'me tonds les narines. Une vieille peau aigrie aux cheveux teints en noir corbeau, avec son tailleur moche-à-chier et des manières aussi détestables que son maquillage, sa tête de teigne et sa voix de pouffe à la retraite. La voisine qui se tape un beau mec alors qu'elle à une tronche d'ancienne Miss France reliftée, voire même recolorisée. Celui aussi qui commence à prendre la grosse tête et puis le gars qui a enfin réussi à devenir le connard qu'il s'entraînait à être depuis si longtemps. Sans oublier la fausse rêveuse à tendances nympho, qu'on pourrait pas exactement qualifier de fille bien. La bécasse piallarde aux allures de Queen Elisabeth et qui se plaît a jaqueter sur Barack Obama en mode "fond de gorge" ou "nasal" et à te tirer de ta torpeur quand tu ne songe qu'au goûter de gros qui t'attend quand elle daignera enfin la boucler. Et puis aussi la gentille, mais un peu ringarde, qui fait passer la diérèse et le subjonctif imparfait dans le langage courant. Le grand con compétiteur et ambitieux, accro aux chiffres, avec sa calvitie de merde, qui se croit maître du monde à cause de son mètre 95, du pouvoir qui lui est attribué et de son adjoint minuscule aux yeux enfoncés. La parisienne revenue au pays, qui paraît 40 piges avec sa coiffure et ses fringues qui s'assortissent en un magnifique camaieu de couleurs fadasses, pisseuses ou écoeurantes avec son fucking bronzage genre "Daddy à un voilier", avec son humour nul et ses remarques de lèche cul. Et l'autre faux roux avec ses tricots col en V, ses cravates, ses jabots et sa dévotion sans limites au Dieu Travail, surtout quand dehors il pleut. La bureaucrate à l'accent russe et ses reproches à deux balles. Le mec qui paraît schizo en ce moment et qui tendrait à en devenir hautement déplaisant. Le camé taxeur de clopes complétement taré qui "crame les poulets et leur enfonce la gueule dans le bitume", qui te demande de lui rouler son fagot, se renseigne sur ta conso hebdomadaire de coke (en kilos), pour finalement prendre un "billet pour la Liberté". Le couillon de vendeur arnaqueur du Jean-Guy Shop qui t'informe que ça mange, un poisson - merci, Dugland! - mais également ce conseiller de la LMDE qui sait pas parler distinctement avec sa tête d'ado attardé qui essaye de te vendre des trucs dont t'as pas besoin mais qu'est pas foutu de répondre à tes questions, alors tu repars avec sa documentation pourrave sous le bras en marmonant des "mais putain, ta gueule", et puis la greluche qui lui équivaut du côté de la LCL qui peut plus s'arrêter de parler alors que tu t'en tamponne de son ouverture de compte à la noix et surtout de ses commentaires sur les difficultés financières des étudiants, de quoi j'me mêle, blondasse débile. Ou encore ce gros moche dans le bus qui se croit classe avec sa barbe de trois jours, qui suffit pas à planquer sa peau jauneâtre et pâte-à-l'huileuse, et sa veste en cuir noir qui parle bien fort à son voisin aux allure d'intello coincé, histoire que tout le monde puisse profiter de l'immense savoir sur la catharsis et la tragédie racinienne qui se déverse de sa bouche de crapaud, en se faufilant au travers des mouvements migratoires d'un chewing gum dont le monde entier aura vu la couleur puisque monsieur mâche mollement mais ouvertement. Le mec dans ses fourties qui te fais son sourire de foutu playboy foiré à la sauce bolo, suivi d'un "bonjour mademoiselle" bien gras-gras à chaque fois que tu le croise. Le brave mais relou avec ses gros doigts qui fait des bises sincères et bien baveuses et des interventions orales d'une richesse lyrique incomparable en s'empêtrant dans un premier degré désolant. L'inévitale poseur obsédé en manteau noir, qui se croit dans un film avec ses blondes, sa mallette, son parapluie, ses attitudes étudiées, son regard inspiré mais fuyant. [...]
Amour, quand tu nous tiens.

"Dormez bien, bande de crétins."

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 15/05/2009 à 21:25:19
Ta gueule. C'est pas des portraits, ça, c'est du mitraillage. On a dit : des textes , bordel.
Contre-paix


    le 16/05/2009 à 01:41:35
Texte bordélique, commentaire bordélique. À flemmard, flemmard et demi.

1) Déjà,le narrateur a l'air jaloux de la moitié de ses personnages. S'con quand on veut les défoncer.

2) Y'a des vrais bouts de bien. Genre, "Daddy a un voilier"
ou encore "sa barbe de trois jours, qui suffit pas à planquer sa peau jauneâtre et pâte-à-l'huileuse". Bon, c'est timide, mais y'a des petits éclats brillants là-dedans.

3) Y'a des gros morceaux de moche. "Et puis aussi la gentille, mais un peu ringarde", "avec son humour nul et ses remarques de lèche cul". C'est ce qu'on appelle "s'empêtrer dans un premier degré désolant", l'auteur bande mou. C'est archi-faible. Manque de punch, ou plutôt liquéfaction sur place. En parlant de premier degré, mh oui, parlons de LMDE et LCL, ça fera juste lycéen qui raconte sa tranche de vie sans aucune mise en relief.

4)pas de numéro 4

5) imbouffable. Pas de progression dans l'enchaînement des descriptions. C'est donc un mitraillage, certes.

6) Malgré ce, la juxtaposition de portraits voudrait nous faire accumuler de la haine. Pas si raté que ça, on en arrive à détester le mec qui nous a pondu ça. T'as une excuse ?

7) voir le 4

8) Bonjour, tu suces t'avales ?
carque     le 16/05/2009 à 11:07:25
j'ai lu la premiere et la dernière phrase. Quelqu'un peut me résumer le reste? J'ai vraiment pas envie de le lire, les étrons compacts du genre me laissent un goût déplorable.
Nar     le 18/05/2009 à 03:26:53
De la merde. Mais j'vois pas trop où Contre-Paix décèle de l'envie.

Et miteuse la référence a Salinger.


Pour le coup, y'a intérêt qu'il avale.
Nar     le 18/05/2009 à 03:28:35
Carque, c'est ton élocution qui est déplorable.
400asa     le 18/05/2009 à 04:30:24
C'est la consistance filandreuse de l'étron qui engourdit la langue.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 18/05/2009 à 18:24:18
Trop de lettres, trop de mots, trop de trucs compréhensibles pour l'auteur seulement, trop d'étudiants gauchistes de merde.

Bonsoir.
Cuddle


fb
    le 04/06/2009 à 00:06:44
Mouais la cagne de lire
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 04/06/2009 à 02:19:45
Et bien tais-toi et pompe-la nous alors !
Putsch


    le 19/06/2009 à 09:36:37
Pas franchement d'intérêt, vu comme ça.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]