LA ZONE -
Résumé : Comment le monde du travail altère peu à peu nos comportements sans même qu'on s'en rende compte.

Manipulation 7

Le 03/03/2002
par Amanite
[illustration] Parlant de manipulations, il en est d'autres, tout aussi insidieuses que la
manipulation affective.
Imaginez vous, travaillant dans une boite des plus réputées de la Mode...
Mais déjà, le mot "Mode" me semble à lui seul un monde de manipulations ;
manipulation du corps, manipulation de l'image...celle que nous renvoient
les nombreux magazines féminins, sans compter la manipulation de
l'esprit...car ne pas être "in the mood of" Ze Mode, c'est déjà se
positionner en deçà des normalités du moment, ne pas refléter l'image qui va
bien, refuser l'appartenance au groupe...

Le matin, vous arrivez sur les lieux, ambiance lisse et nuancée gris-noir,
de la moquette au mobilier...minimaliste de rigueur, et là, votre image est
déjà sur la sellette. Trois collègues attendent avec vous devant la porte de
l'ascenceur. Regards de la tête aux pieds...scruttage des fringues,
godasses, coiffure, maquillage, accessoires...déshabillage des yeux de toute
votre personne, histoire de regarder si vous avez bien intégré les repères
et touches de Mode de LA société.
Votre image vous ouvrira les portes des bureaux alentours et ouvrira aussi
la bouche de vos collègues, pour espérer recevoir un simple "bonjour",
justement dans cet ascenceur.
Trois mots marmonnés...inspection de votre aptitude à parler anglais ou un
tantinet italien...car le nom du célèbre groupe de Luxe pour lequel vous
venez vous faire chier 8 heures par jour oblige...
Vous badgez....badge qui a mit 6 mois à être pondu, car il faut bien 6 mois
pour créer un badge digne du nom de ce groupe de Luxe, bureau de design
installé spécialement pour étudier l'image de ce petit rectangle de
plastique qui va porter votre photo et vous ouvrir les portes de ce
paradis...définir et affirmer votre appartenance à THE Group de Mode.

Puis vous recevez la Revue de Presse...culte de la personnalité du créateur
pour lequel vous travaillez, articles qui encensent les derniers modèles et
les dernières collections...pour bien vous faire remarquer que "LA Mode,
c'est nous."...

Vous croisez quelques collègues ficelés dans les fringues vues dans la Revue
de Presse...gris, noir, lisse, uniforme...

Puis, arrivent les notes de service...
Là, on vous permet de ne pas faire tache dans cet univers futile. On vous
aide à dépenser votre salaire à bon escient.
Vous pouvez vous procurer tous les accessoires de mode du Groupe dans les
Boutiques...une jolie carte de membre vous est réservée, vous offrant des
réductions conséquentes, et vous privilégiant lors des soldes.

Tout un monde d'identification les uns aux autres. Aucunes particularités,
tout unifié. Paradoxe de la Mode, variée, diversifiée, par les nombreux
créateurs, mais qui crée aussi des cloisons, des mini-mondes, où chacun va
aller s'enfermer, se reconnaitre, se renifler comme les chiens se reniflent
le derrière...le besoin d'appartenir à un groupe...
"Je", "tu", "il", appartient à cette mode là, et "vous", "eux", êtes si
différents...incompréhensibles...qu'il ne vous reste qu'une solution :
s'habiller comme nous qui détenons la Vérité du bon goût, ou bien être la
risée en restant dans votre monde çà part...
La Mode, censée libérer l'individu, enchaîne avec ses dictats et ses
proclamations dans les divers magazines.
Manipulation de l'image d'une identité de ceux qui cherchent encore la leur
à travers une apparence...illusion....
Enorme pompe à fric, juteuse et proxénète, La Mode vous prostitue en
beauté...
De collections d'hiver en collections d'été...la main au porte-monnaie, je
succombe...! Mais "je suis" ! j'existe, reconnue par mes pairs, et dans la
rue on ne se retourne sur moi que pour s'émerveiller ou me saluer.

Puis, vient la période des soldes réservées aux salariés...
Là, c'est vraiment adorable de leur part! Vous recevez quelques jours
auparavant votre prime de fin d'année, et l'on vous brade ensuite les
prototypes des dernières collections ou les invendus des Boutiques,
moyennant un paiment étalé sur plusieurs mois.
Quelle aubaine de pouvoir ENFIN ressembler à ses collègues et supérieurs
hiérarchiques, aborrer fièrement sur vos vêtements et accessoires LE sigle
de LA griffe.
Une sorte de vase communiquant....communiquant toujours et inlassablement
dans la même escarcelle... Je bosse, je dépense dans la société : j'existe,
je suis un bon employé.

Vous voilà entré dans le dictat de l'image du Groupe, dont l'adhérence
totale va faire de vous un employé modèle, reconnu et apprécié.

Comment ? vous n'aimez pas les créations de T....? Que dites-vous ? Nos
produits c'est de la m....?
....Domage pour vous Mademoiselle....Votre contrat vient de prendre fin.

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 24/02/2007 à 17:02:25
Trop pris dans les tripes pour que j'aie pu ressentir quoi que ce soit, on sent qu'y avait de la hargne dans la plume mais elle est pas passée sur le papier. Par contre c'est efficace du substantif, tout ça.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]