LA ZONE -
Résumé : Comment c'est trop mignon ! Un conte de fées tout adorable, que vous pourriez lire à vos enfants sans soucis, sauf que euh... Y a comme un doute qui s'installe à un moment donné.

Petit conte du soir

Le 23/03/2003
par Arkanya
Il y a bien longtemps sur le Mont Pybise, il y avait un bouton de rose. La pauvre fleur inachevée soupirait d’ennui et se mourait d’asphyxie. Il vint un jour en ces terres une chenille qui, à la vue de l’esquisse de rose, prise d’un élan de bienveillance à son encontre, s’adressa à elle en ces termes :
-Bouton, petit bouton, tu sembles bien triste et seul en cette contrée déserte et vallonnée.
-Je manque d’air et d’eau, soupira la coquette. Mes racines sont paresseuses.
La chenille toute désolée caressa d’abord la tête de la fleur, doucement, lentement, jusqu’à l’apaiser tout à fait.
Puis elle se glissa dans un trou du sol non loin de là et, progressant lentement d’abord, commença à s’y enfoncer tout à fait. Elle frayait son chemin, entrant puis ressortant pour reprendre son souffle. De temps en temps, elle vérifiait que sa rose était bien et lui prodiguait autant de douceurs pour veiller à son bien-être.
Le vent lui vint en aide, cajolant la fleur, la vallée et les monts alentours. Tant et si bien qu’un volcan tout proche et fort curieux commença à sortir de sa torpeur. La chenille s’affairait à sa tâche, accélérant quelque peu son rythme comme elle sentait qu’elle progressait vers les racines.
Le volcan décidément bien malicieux s’éveillait à un point tel qu’il commença à réchauffer l’air, la terre, la rose aussi. Le vent devenu Sirocco se glissait entre les feuillages et dans les plus timides lézardes des écorces, effleurait l’herbe qui frissonnait à son contact, chatouillait la rose qui déjà commençait à s’ouvrir.
La chenille en joie ne s’arrêtait plus, elle glissait sans relâche dans l’interstice. Le volcan bouillait d’impatience et d’excitation. Le vent dansait dans la plaine. La fleur en joie trépignait et s’agitait.
Soudain, la chenille toucha les racines de sa rose qui s’ouvrit d’un sursaut compulsif. Le volcan explosa de joie dans un flot de magma aveuglant et brûlant. La terre trembla sous le choc de l’éruption, secouant les vallées et les plaines, le paysage tout entier.

La petite chenille, sortie de son trou, contempla longuement sa fleur. Elle avait l’air tranquille à présent, détendue et épanouie. Toute ratatinée de fatigue, la travailleuse s’allongea au pied de sa protégée, épuisée mais heureuse du bonheur qu’elle avait su offrir.
Le vent apaisé les berça longtemps de son souffle caressant.

= commentaires =

Clax ?    le 23/03/2003 à 11:40:54
Arka...ouaip c pas mal, mais au risk d'avoir l'esprit un peu mal place... euhh... tu parles bien de... arf!j'ose pas!
Ca parle bien de cul la? enfin a un moment.. non mais la je doute.. bon je vais la lire a ocus ce soir on verra bien le resultat
barbarella Oh queue c'est beau !    le 23/03/2003 à 12:33:17
Elle est drôlement foutue cette nana Arkania...
Des crevasses, des lézardes, des croutes, oups des écorces, des racines, ça fleure bon la campagne là-dedans.
Et encore, c'était il y a bien longtemps !!!!!!!

De nos jours, je veux même pas savoir à quoi ça ressemble.
Mais bon, si ça sent la rose...
lapinchien     le 23/03/2003 à 13:03:29
chenille ou volcan ? telle est la question ?
OcuS du cul ?    le 23/03/2003 à 16:18:08
ah ? ca parle de cul ? moi je croyais que ca racontait une histoire de chiasse douloureuse.....

(dsl si le scato occupe pas mal de place dans mon citron...)
Dr Vlad


Jolie conte    le 27/08/2003 à 03:25:04
J'aime bien ce petit conte métaphoriquement érotique (???), bien illustrée par la nature et le lien etroit qu'elle entretient avec l'acte amoureux :)

Cependant, on peux aisément prendre conscience de la vision feminine de l'auteur sur la relation sexuelle, ce petit conte mettant en avant le plaisir et l'orgasme féminin aboutissant à l'épanouissement de la rose, l'éruption du volcan et le tremblement de terre, l'homme n'etant relegué qu'au rang d'une chenille en joie, travailleuse mais finalement toute ratainée. Le plaisir masculin n'est meme pas évoqué, si c'est pas un comble ça ! :-P

En tout cas, tout ceci est quand meme une bien belle poésie sur l'amour :)
Djinny


    le 21/07/2005 à 20:08:03
wah..c'est chaud..
mais c'est beau.
nihil


    le 22/07/2005 à 22:44:07
MC Solaar, on t'as reconnu ! Aaargh, Sortez les flambeaux et les fourches !
ceacy     le 13/06/2006 à 18:45:04
stoi, le flambeau.
mimi cool    le 06/11/2011 à 19:47:42
TROP CHOU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

J'adore

= ajouter un commentaire =



[Accueil]