LA ZONE -
Résumé : Ce premier article de Marvin est d'une bizarrerie sans nom. Construit autour d'une intrigue de vieux polar pourri, c'est assez confus, on reconnait pas les personnages, mais c'est indubitablement déjanté, ce qui en fait une lecture de choix. Une espèce de Snatch pourrissant sauce gueule de bois. Une bonne bouffée d'air vicié, bien glauque, bien grinçant.

Les bêtes de poisse 1

Le 27/10/2005
par Marvin
[illustration] 1. De la crémation des plaies, et brûle tes entrailles
Il paraît que j'ai été trouvée dans une poubelle.

C'est Stankson qui m'a dit ça.
Je n'en sais trop rien, en fait. J'ai évidemment bien senti les frères me rouer de coups de burin.
Ca m'a fait, je dois l'avouer, un peu mal.
M'en foutais, la concierge m'engueulera pareil de toutes façons, quand je décorerai son paillasson de vomi. Je me sens moyen, en fait. J'ai l'estomac comme un broyeur à sapin. Stankson me tend un café trop fort. Que j'ai bien vite fait de lui renvoyer sur ses mitaines, avec un jet de gerbe frisant la vitesse de l'éjaculation.
Stankson me dit que je suis dans un sale état. Que je ferais bien d'arrêter les conneries. Il me dit que j'ai ruiné le début de ma vie. Il me fait un mélodrame de poète. Il est doué, en mélodrame, mais méchant coup de pas de bol, j'accroche moyen à ses épiques paroles de héros. Alors je me contente d'entendre sa voix, sans chercher à comprendre ses mots.
Au bout d'un moment, je décide de partir. Je me rétame dans les tuyauteries avec une rare violence.
J'ai mal au dos, pour le coup.
Je sors de la chaudière de chez les vieux à Stanks, et je regagne mon immeuble. J'ai pas fait une centaine de pas qu'une première bombe me tombe sur le recoin de la tronche.
Y'a une lettre d'Ayne sur le sol, devant ma porte. Merde, comme si je pouvais sortir du gaz si facilement que ça et me mettre à manger les énormités que la vie m'offre sur un étron.
J'ouvre cette foutue lettre.
Bordel de Dieu.
Il écrit qu'il veut crever, il s'est découpé les veines, le con.
Je pourrais prouver à n'importe qui si on me croit pas. Elles sont avec la lettre, les veines.
Aah... La vraie baffe. Il a choisi ce moment pour annoncer un truc aussi débile... Merde, tiens, j'ai même pas envie de m'en occuper. Je rentre dans mon appart, et je me fais mettre à terre par un frère de la mafia.
Hier, c'était mon premier jour de pègre.
J'ai adhéré à ce... truc un peu par hasard. Une sorte de guilde qui fait des transferts pas jolis jolis, genre trafic d'organes. Moi je suis que navette entre deux QG. J'ai un peu le malheur de savoir bien conduire des camionnettes. Les frères de la rate, qu'ils se nomment, les enfants de chiotte.
Moi, j'en tiens une sacrée couche pour la journée. Le soir tombe juste et je sais plus où j'étais y'a deux heures. Je pense que... je vais retourner voir Stankson. Peut être qu'il rendra ma soirée amusante en me divertissant avec ses histoires pourries. J'ai déjà assez de crasse sur moi pour me fondre dans le décor de la cave.
Ah ouais mais c'est vrai que je suis un peu sonnée par le pain d'un des frères. Chez moi en plus. Je trouve ça mesquin. Mais bosser chez des tafioles ou autre part, ça changera rien au fait que j'ai pas la fibre des échanges commerciaux entre gangs.
Ouch.
Il m'a fait mal, le con.
Je suis étalée sur le seuil de ma piaule, la porte ouverte, et un sale courant d'air puant me souffle dans les oreilles. C'est assez désagréable. Et les bestioles des murs viennent bouffer le vomi sur mes bottes. Pour sûr, je vais me faire sacrément engueuler.
J'ai le sentiment d'avoir foutu une journée en l'air. Il commence tout juste à faire noir, et j'ai encore rien fait. Sans faire attention à mes os à moitié pétés, je me relève et referme la porte. Faudrait penser à se marrer, maintenant. Je vais chez Stankson. Manque de bol, il commence à pleuvoir, et je me retrouve trempée. Je pue le vomi réhydraté.
Faudra penser à bouffer, j'me dis. J'ai 500 kilos de reins à l'arrière de mon pick-up.
Et ça me fout même pas la gerbe.
A tous les coups, je suis encore déchirée. La pluie qui me fait l'effet de poignards de braise me confirme l'idée.
En arrivant devant la porte de la chaudière, j'ai furieusement envie de m'écrouler dans la fange. Si on arrive, personne pourra dire que je suis dans le gaz, et on va encore me jeter dans les poubelles communes pacqu'on croira que je suis morte... Ca ne me ravit pas.
Des pas. C'est mon pôte, qui vient.
Il aura... Bien fait de venir, tiens, j'ai... Comme des... Sortes de morsures dans... Le dos.
Eeesh...
Noir.

***

J'aime pas cette sale impression de déjà vu. Je suis encore assise à coté du placard à linge, et Stankson est debout en face de moi. Sauf que cette fois, il a l'air tout chose. Pauvre vieux, j'espère qu'il va bien.
Il fait mine de s'approcher de moi. Et mes premières paroles depuis une heure sortent en même temps qu'un vieux rot oublié au fond de mon estomac :
- Non ! Je pue !
Y'a des gouttes d'un truc acide qui me brûle les amygdales. De la bile. Encore ! Nom de Dieu !
Je pue, et je tremble. J'ai l'impression que le temps s'est considérablement ralenti et d'avoir atteint Parkinson avant l'âge. C'est pourtant chouette.
J'ai des tonnes d'images abstraites qui floodent ma vision, ça m'empêche de penser droit, dis donc.
J'ai nerfs qui tremblent, les yeux trop ouverts à mon goût. Comme quand je faisais peinture avec ma classe, avant que tout soit brûlé. Et que les bestioles survivantes commencent à devenir folles. On fait tellement pitié que même les cafards sont plus dignes que nous.
- T'es moisie de l'intérieur, ma pauvre folle.
- Toi aussi tu sens ?
Il renifle mon haleine et fait la gueule. J’t'ai eu, pauvre demeuré.
- Vous avez la bile qui chatouille votre palais, mon bien-aimé Stanks ?
- T'es qu'une blatte.
- C'est mon nom, p'tite bête.
Un autre éclair brûlant, plus fort cette fois, me contracte la poitrine. J'me sens rougir de douleur jusqu'au bout des narines.
J'me demande quand même ce que j'ai bien pu faire pour recevoir tant de pains comme ça. Ca m'fait bouffer la poussière, j'me rends compte que je suis totalement recroquevillée sur moi-même, contre le mur.
Des bêtes mes grimpent dessus, ou alors, ce sont mes propres mains. J'arrive plus à faire la différence.

= commentaires =

Womble


    le 27/10/2005 à 21:30:35
La narration n'est pas extrêment clair. Mais sinon j'ai trouvé que l'écriture correspondait bien au style voulu. Chouettement glaque.
xia     le 27/10/2005 à 21:54:34
Veux tu une clauque ?
Glaüx-le-Chouette


    le 27/10/2005 à 23:36:39
C'est glauque. C'est trash. C'est écrit comme ça se lit. C'est du tout bon pour moi.

Et si c'est pas clair, c'est parce que ça part manifestement in medias res, comme on dit (insérez ici un hochement de tête averti), et qu'en l'occurence (hochement de tête pour l'expression) les res sont un marécage de mouises en tous genres.

Ah ouais, et une petite crise d'épilepsie d'allégresse pour le truc des veines dans l'enveloppe. Et pour les organes. J'aime bien les organes.
Abbé Pierre


    le 27/10/2005 à 23:44:46
La photo, qui ressemble étrangement à Machin Poc au Rat est pourrie.
Sinon j'ai pas encore lu le texte, mais je vais le faire. Juste pour les veines dans l'enveloppe.
ramuf     le 27/10/2005 à 23:48:56
Au fait à quand un duo musical entre nihil et aka, ou carrement un pot pourri entre zonard, je suis sure que ça se vendrait hyper bien
Lapinchien


tw
    le 27/10/2005 à 23:56:40
lors du prochain tremblement de terre en Armenie surement
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/10/2005 à 00:07:52
Il me semble qu'un jour, ici, quelqu'un avait un problème avec les Arméniens, mais je n'arrive plus à me souvenir qui, quand, comment, et pourquoi.

Le texte, bien, ça change, mais j'ai peur que le docteur Glaücke-Schuätte ne se mettent à imaginer Marvin en train de chanter guérison sexuelle à des poulardes.
Lapinchien


tw
    le 28/10/2005 à 00:28:16
j'ai un tremblement de slip, tu veux pas nous ecrire un sonnet la dessus. On le chantera tous en coeur pour recolter des dons...
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/10/2005 à 00:47:14
J'aime pas les choristes.
Lapinchien


tw
    le 28/10/2005 à 00:55:58
sur ce coup là, c'est ta parole contre la leur. On se revera au tribunal.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/10/2005 à 10:10:30
Remarque, j'aime pas les choristes mais j'aime bien les choeurs.

On se reverra ou on se rêvera ? Ou essaies-tu de dire que c'est tout un, et que ce bas-monde, à nous infligé par nos sens et nos entendemenst illusoires, n'est que songe et fumée ?
Aka


    le 28/10/2005 à 10:47:53
J'aime vraiment bien pour l'instant. Encore une qui déroge (?) à la règle de poster un premier texte pourri quand on est nouveau.
Narak


    le 28/10/2005 à 11:45:55
Je trouve ça bien sympa, surtout pour un premier texte.

Bon à partir de maintenant je recopierais les commentaires d'Aka, ça sera plus simple.
Aelez


    le 28/10/2005 à 17:59:30
J'aime.

Et pour argumenter un peu plus, ce que j'aime particulièrement c'est cette manière de raconter des glauqueries glauquesques avec platitude et détachement, c'est puissant.

Et ça rend parfaitement compte de l'état de délabrement de la fille, ça correspond aux réactions apathiques de la défoncée qu'elle est censée être. Comment ça ça veut rien dire ce que j'écris? Bon en gros le fond correspond à la forme, et ça me plaît.

J'veux bien lire la suite.
Glaüx-le-Chouette


    le 29/10/2005 à 13:57:36
J'aime beaucoup aussi le fait que ce texte appelle autant de commentaire contenant "glauque" et ses composés, éventuellement inédits, éventuellement multipliés.
Ca me donne l'impression qu'on parle de moi.
Ca fait tout gonfler les oreilles toutes rouges.

Et je veux lire la suite aussi.
Aelez


    le 29/10/2005 à 17:45:47
Eglauquation glauqueuse déglauquant glauquement l'inglauquésimale glauquinerie du Glaüx ?

Ca va, tu rentres en compèt' contre Dumbo?
Cadarn


    le 30/10/2005 à 18:01:06
ah, du neuf enfin, salut a toi marvin, en plus du pas encore pourri, je veux la suite!
nourz     le 30/10/2005 à 19:22:27
Ouaip, un bon premier texte, bien trash. La glauquitude de l'ambiance est bien rendue, la narration colle bien au personnage.

J'ai hâte de lire la suite moi aussi. Ah mais moi je peux ! vive les privilèges, et j'vous emmerde.
Kirunaa


    le 12/01/2006 à 21:31:19
Putain, comment j'avais fait pour le louper celui là ?
Je devais encore faire semblant de bosser. Je suis vraiment une merde.
Aesatruc     le 03/06/2006 à 13:07:09
HmmMmmMMMMmMMm.... délicieux. Du petit lait. C'est comme un vacherin, ce texte : ça fout un petit goût sucré acide rigolo au début puis ça se glace et ça devient dur vers la fin.

Chaimeubocou.
Koax Koax     le 22/09/2009 à 00:22:08
Pas mal du tout, ça se lit tout seul et c'est assez glauque, pour l'instant, même si c'est quand même un peu flou, et peut être trop rapide à lire, mais la suite va peut être contredire cette impression.

= ajouter un commentaire =