LA ZONE -
Résumé : Le style des textes d'Arka sur la Zone a bien changé depuis quelques mois. Une nouvelle fois son texte est une histoire d'amour, sensible et subtile, ce qui en fait un OVNI sur notre site insensible et insubtil. Toujours bien écrit, toujours intelligent, toujours mollasson, le texte est suffisamment bizarroïde pour se laisser lire avec intérêt.

A Rebours - 10

Le 05/11/2005
par Arkanya
[illustration] - C’est moi.
Dix ans. Ça fait dix ans.
Il y a dix ans, je nourrissais encore un espoir naïf pour mon existence. Je partageais mes journées entre les bancs de la fac, les bancs de la bibliothèque, les bancs des abribus et ceux des jardins publics. Un quotidien de bancs. Du lever au coucher du soleil, je consacrais mon temps à étudier, et j’en récoltais les fruits.
Mes nuits, elles étaient pour elle. Elle était arrivée dans ma vie comme un colis inattendu, littéralement. Elle avait chopé mon nom au pif sur une sonnette et avait demandé au facteur de lui ouvrir et de la conduire à ma porte. Je sortais tout juste de la douche, et quand j’ai ouvert, les cheveux en bataille, la serviette autour de la taille et l’air ahuri, l’employé des postes m’a lancé un regard coquin. Il attendait visiblement de quoi alimenter son carnet de potins, mais elle l’a bousculé, est entrée et a refermé la porte sur lui.
- C’est moi.
Sur le coup, j’ai juste été frappé par sa silhouette gracile, elle était tellement menue qu’elle semblait esquiver l’espace. Ce n’est que bien plus tard, la tête sur l’oreiller, que j’allais pouvoir étudier son nez fin, ses grands yeux verts et ses cheveux cendrés coupés à la garçonne. Elle ne m’avait même pas regardé, elle faisait le tour de mon deux pièces, inspectait les placards, les tiroirs, tandis que je la regardais avec la bouche grande ouverte. Enfin elle s’est retournée vers moi et, sans un mot, a tiré sur la serviette qui protégeait mon intimité. D’une main de fer elle m’a emmené vers le lit où je me suis assis, puis elle s’est déshabillée et m’a enfourché sans autre forme de procès.
J’ai eu une vague pensée pour ma copine du moment, quelque chose comme “bin voilà une bonne raison de la quitter”, ce que j’ai fait quelques jours plus tard. Cette jeune fille qui sortait de nulle part m’intriguait tellement qu’à aucun moment je n’ai songé au côté tordu de toute cette histoire. Quand je rentrais chez moi, elle était là. Elle ne me posait jamais de questions, et ne m’a jamais rien dit d’elle. Nous avons passé de nombreuses heures à discuter, de tout, de rien, de l’actualité, de la société, de littérature, de philosophie, mais jamais de ce qui nous concernait. En presque sept mois, je n’ai même pas su son prénom.
- C’est moi.
Le jour où elle est partie, comme ça, sans un bruit, comme elle était venue, je crois que je n’ai même pas été surpris. Je rentrais d’une soirée arrosée, et en ouvrant la porte, je n’ai même pas pris la peine d’annoncer “Je suis là” comme je le faisais à l’ordinaire. La lumière n’était pas allumée, j’avais compris. Je me suis couché, j’ai dormi, je me suis réveillé, je suis allé en cours, j’ai vécu comme avant, avant elle.
La dépression m’est tombée dessus quelques semaines plus tard, lente et insidieuse. J’ai bien failli foutre en l’air toutes mes années d’efforts, mais j’ai finalement réussi mes examens au rattrapage. J’ai trouvé très vite un boulot de comptable dans une boîte tranquille, et je me suis enfoncé dans mon train-train. D’humeur irascible et cynique, j’ai fait fuir un à un tous mes potes de fac, et quand le dernier est parti, je me suis ouvert les veines. D’après mon psy, le fait d’avoir fait ça dans les toilettes d’un bar prouve que je ne voulais pas vraiment mourir et que ce n’était qu’un appel au secours, moi ça me prouve surtout que j’étais trop con. A l’hôpital, l’infirmière s’est entichée de moi, et je l’ai laissé faire.
Aujourd’hui nous sommes mariés, et nous avons un fils. Avec le temps, j’ai appris à apprécier ma femme, j’ai même une grande tendresse pour elle. Mais ça ne sera jamais pareil. Mon aimée tombée du ciel, j’ai fait un trait dessus comme on décide d’oublier ses rêves de gamin. L’amour, c’est pas pour les adultes, pas assez raisonnable.
Dix ans qu’elle est partie. Dix ans, dont trois de descente aux enfers, deux de psychanalyse et cinq de mariage. Dix ans pour oublier, passer à autre chose.
Et puis elle a frappé à ma porte, et c’est comme si le temps s’était replié sur lui-même. Avec sa voix de petite fille, elle a dit “C’est moi”, et de nouveau j’étais un étudiant fauché et épris. Une vague d’odeurs, de couleurs et de sensations m’est revenue en bloc, une période, une époque oubliée, enterrée. Je l’ai laissée entrer, elle s’est installée avec toujours la même aisance. J’étais sidéré de la voir assise là, dans le fauteuil que je connaissais par cœur, elle qui n’était qu’un souvenir.
Elle me regardait en silence, ça a duré longtemps. Et puis elle m’a posé sa question muette, elle a saisi notre photo de mariage sur le guéridon et l’a retournée, face contre le bois. Ma réponse était tout aussi éloquente alors que mes mains enserraient sa gorge. Je crois bien que j’ai vu de la gratitude dans son regard.
Elle doit m’attendre là-haut, ou au-delà, ou n’importe où. Mais non, je ne la rejoindrai pas maintenant. Elle aussi patientera dix ans, je veux lui faire payer. Dix ans, la durée dont j’ai écopé pour l’avoir libérée. Cette fois, j’éviterai les toilettes publiques.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 05/11/2005 à 18:03:25
Arka. Ton but c'est de recuperer la clientelle d'Arlequin ? C'est vrai que çà en fait des midinettes... Elles pourraient devenir dangereuses à être surprises comme çà par la fin de tes textes.

Sinon pourquoi "à rebours" ? çà fait un bail que t'as quité le pas de tir de la Zone.

A Cabourg j'aurais mieux compris.
nihil


    le 05/11/2005 à 18:06:51
Apparemment ça choque pas du tout Lapinchien que Arka commence sa rubrique par le texte n°10 et ne voit pas le rapport avec le titre de la rubrique. Bon. Je suis entouré de crétins congénitaux et je peux même pas en faire des confitures.

Commentaire édité par nihil.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 05/11/2005 à 18:54:57
Ca me rappelle une chanson de C. Jérôme.

Moi aussi, je suis un crétin, mais c'est parce que j'ai manqué de vitamines. J'ai des gènes superbes.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 05/11/2005 à 19:08:44
Sinon, c'est bien écrit, agréable. On attend de voir la fin du décompte pour le fond.
Womble


    le 06/11/2005 à 02:10:43
Je dois être un peu con.
D'abord parce que je suis sur la Zone. Ensuite parce que j'ai trouvé ce texte vraiment très bien écrit (Il paraît que c'est normal avec Aka). Enfin parce que j'ai vu dans "A Rebours" une allusion à Huysmans.
Nounourz


    le 06/11/2005 à 02:16:41
J'ai beaucoup aimé.
Rien à dire sur l'écriture ni sur la narration, hormis peut-être un "wah, putain... c'est chouette".
Narak


    le 06/11/2005 à 02:39:08
Womble : C'est pas Aka, c'est Arka.
Lapinchien


tw
    le 06/11/2005 à 03:00:15
c'est pareil... fifille... slip chapiteau... couché !
Aka


    le 06/11/2005 à 12:25:55
LC je note une recrudescence de blagues graveleuses en ce moment. Mme Lapinchien attend des lapinchiots ou c'est juste la mauvaise période du mois ?
nihil


    le 06/11/2005 à 13:39:25
Quest-ce que ça manque de sordide, de violence, d'amour obsessionnel malsain, putain, qu'est-ce que ça manque de NERF ! Je sais que la Zone est un carcan, mais putain la littérature générale pour pouffiasses qui attendent le RER ne l'est pas moins !
Nounourz


    le 06/11/2005 à 13:44:24
Han, imprimer des textes de la zone pour les lire en attendant le métro : en voila une idée qu'elle est bonne !
Lapinchien


tw
    le 06/11/2005 à 13:52:27
déjà fait avec Arch Nemesis, mais j'ai 1 heure de tram aller et retour pour aller au taf donc c'etait parfait pour.
Kirunaa


    le 07/11/2005 à 09:44:44
C'est bien écrit et ça se lit tout seul, ça c'est clair...

C'est incroyable à quel point Arka arrive à faire du pseudo-mièvre avec une histoire qui, si on y réfléchit plus de 1.965 sec, est loin d'être couverte de pitites fleurs roses.

Je sais pas si j'aime ou pas.
Vassago


    le 08/11/2005 à 03:23:35
J'adore comme toujours. Etait-ce la peine de le préciser?
Aka


    le 08/11/2005 à 22:43:58
Non, c'est bon : tu peux fermer ta gueule.
Vassago


    le 08/11/2005 à 23:32:43
J'adore!!!

Arkanya je t'aimeuh!
Nagash


    le 09/11/2005 à 02:03:29
Espèce de bisounours.
Aka


    le 10/11/2005 à 19:35:43
A part ça j'ai bien aimé aussi. Pour une fois, je trouve même ça assez décevant que le texte termine "à la zonarde". J'attends la suite.
Nagash


    le 11/11/2005 à 16:02:47
J'aime.
Strawberryfields     le 19/12/2012 à 02:54:00
En effet, merveilleusement bien écrit. J'ai dévoré le texte d'une traite.

= ajouter un commentaire =