LA ZONE -

Testament

Le 17/12/2005
par Aethra
[illustration] Quel est le but de cette existence?
....
A toi de savoir me répondra-t-on. Je n'en sais rien. Je croyais tout connaître et mon bonheur m'échappe.... Ce petit bonheur fade que je croyais intense, plongée dans l'océan, vol de particules, odeur de thé à la menthe... C'est fini, tout ça, bien fini.
Je me demande pourquoi les cachets n'ont pas glissé. Pourquoi ne les ai-je pas avalés? Quel est le but de tout ça, cette fatigue, cette faim d'avoir faim, ce coeur qui se noie sous la volonté d'en trop faire....? Ces amours qui sont loins, ces anonymes autour de moi -- la solitude est mon fardeau, mon lot quotidien, je marche dans le vague en arrachant ma langue....
Ici c'est chacun pour soi, vous pleurez et personne ne le voit, perdue dans la foule je tourbillonne et la folie m'égare, je ne sais même plus, j'ai envie de partir et de tout laisser, où est le courage? Où est ce courage dont la plume me protégeait, il y a si peu? Où es-tu, toi l'amie qui m'aime, toi la grande soeur dont j'ai mal à la présence?
Ma chair me pèse, ce corps sans volonté, ces yeux qui se ferment, ce dos trop droit, ces bâtiments grisâtres dont la saleté ne nous saute plus aux yeux.
Quelle est cette existence dont on nous impose les entraves, quel est le cri de ce coeur que l'on baîllonne, quelle est cette idiotie qui me fait aimer alors qu'ils sont si loins, tous si loins.... eux que je ne verrai peut-être jamais?
Ce matin on chantait:

Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie
C'est ici
Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie
C'est la mienne aussi...

C'est la sienne aussi, mais elle ne parle plus, l'Aphone si chérie, elle ne le veut pas mais elle s'éloigne...
J'ai mal à mon âme, mal à ma gémellité, on croit que le temps est ami mais le temps est folie, le temps détruit les vies, le temps détruit les coeurs et assèche les larmes, le temps est la pourriture qui vous ronge de l'intérieur -- devenir vautour, se nourrir et grandir à partir de la mort, se donner au morbide et virer corbeau, un soir de pleine lune -- les larmes sont le ruisseau qui tourbillonne autour de mes jours, et la nuit est mon lot, la nuit est mon amie, oublier tout le reste, se donner à la nuit, s'élever à la nuit, la douleur s'est éteinte et je redeviens bulle.
Dans la nuit je hurlerai à la lumière, je deviendrai vampire, je détruirai ce coeur qui fait si mal et que personne ne protège, plus personne.... L'amie est partie, grande soeur si chérie

et je suis seule sur terre, si seule, que même mon coeur m'oublie

= commentaires =

Abbé Pierre


    le 17/12/2005 à 21:22:54
Très belle insertion du texte introspectif de Mc Solar, à l'occasion de la crémation de sa 206 tuning lors de l'Insurrection.

Sinon, cet article, je l'avais déjà lu sur le "blog" d'Aethra. J'aime bien.
Abbé Pierre


    le 17/12/2005 à 21:33:54
Oh. Je remarque qu'elle aussi nous vient de Librisme.

LC, va proposer une collaboration sur le forum des bisounours, peut être qu'on recevra deux ou trois bons auteurs, mouarf.
nihil


    le 18/12/2005 à 19:14:34
Je trouve vraiment ça super bien écrit, niveau style rien à redire, ça se lit tout seul, à part que je me serais bien passé de ce putain de poème de merde déguisé en chansonnette qui sert à rien. Faut toujours que ces resquilleurs d'auteurs trouvent un système pour placer quelques vers à la con, c'est dingue ça. SOS Lamartiniens anonymes 24/24 bonjour.

Y a des images qui me passent complètement au-dessus de la tête, voire que je trouve stupides, car je ne suis jamais avare d'un jugement à l'emporte-pièce... Et d'autres qui parlent vraiment. Y a des formules qui me font bien grincer des dents, c'est-à-dire les trucs genre "j'ai mal à ma géméllité" (tu t'entraînes pour faire les lyrics du prochain album de Zazie ?)... Et d'autres que j'adore.

Par-dessus tout, j'aime pas trop ce ton vaincu, surexploité fut un temps sur la Zone et qui l'est maintenant sur un peu tous les blogs un tant soit peu littéraires. C'est un genre de complainte de victime qui donne assez envie d'achever son auteur au marteau-piqueur. Et d'aller profaner la sépulture de sa soeur juste pour la faire chier bordel. C'est un appel au meurtre, à l'humiliation et au vandalisme, une telle résignation.
Narak


    le 18/12/2005 à 19:34:59
J'ai trouvé ça mou et un peu trop précieux.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 18/12/2005 à 20:25:54
une de perdue, dix de retrouvées. (Emille Louis)
Nounourz


    le 20/12/2005 à 09:07:56
je propose qu'on fasse une chasse aux suicidaires, sur ce thème :
si on en pousse un à faire une tentative, on gagne 5 points
si il réussit sa tentative, 5 points supplémentaires.
si il pond un poème sur son blog, -2 points.
si il poste son poème sur la zone, -5 points.

bon, je dis ça, mais il est pas si mal ce texte, si j'étais encore dépressif, je pense que je me reconnaitrais dans ce qui est dit là dedans. le problème, c'est qu'en dehors de la forme, le fond est le même dans tous les discours des fatigués de la vie.

putain, ça me va bien de dire ça...
Aka


    le 20/12/2005 à 14:09:37
Désolée, j'ai trouvé ça chiant à mourir avec un style bien lourd comme je ne les aime pas.

Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie
C'est ici
Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie
C'est la mienne aussi...

Ca vient pas d'un film ça ?
Narak


    le 20/12/2005 à 19:05:08
Si je comprends bien Nounourz, à chaque fois qu'on te parle on peut gagner des points ?
abbepierre
    le 30/12/2005 à 19:10:32
Ce texte est à chier. Le poème de merde vient de là:

Mylène Farmer
Il n'y a pas d'ailleurs.

Car Google est notre ami. Mais qu'il se prend vraiment des choses dégueulasses dans le cul.

"Tant de jours
De nuits trop brèves
Ces soupirs
Que tu achèves
Sans y croire, dérisoire

Tu voudrais
D'un autre monde
Je te sens
La proie d'une ombre
Illusoire, il faut me croire.

Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie, c'est ici
Il n'y a pas d'ailleurs
Il n'y a pas d'ailleurs
Tu sais que ta vie
C'est la mienne aussi

Pour renaître
De tes cendres
Il te faudra
Réapprendre
Aimer vivre, rester libre

Délaisser
Tes amertumes
Te frayer
Jusqu'à la lune
Un passage, il me faut me croire"
Glaüx-le-Chouette


    le 30/12/2005 à 19:25:14
C'est daaaark.


J'exècre le daaaark.
Mais pas mal de gens passent part là. Si tu pouvais traverser le plus vite possible, Aethra, ce serait chouette. Je reviens après ça, parce que c'est pas mal écrit.


Mais c'est daaaark.
EvG


    le 02/03/2008 à 23:23:23
Putain, la première phrase m'a coupé toute envie de lire la suite. Je vais chercher une ZIG ZAG jaune, me la carrer entre les lèvres en y introduisant au préalable quelque garniture et y reviens gaiment.
EvG


    le 02/03/2008 à 23:28:59
Faut oser ! Ca me rappelle le bon vieux temps de la rumeur adolescente balayée par les évènements... Puis, le narrateur, on croirait une Edith Piaf emportée par la foule toute seule. J'en mouille mes mi-bas de handicapé moteur.

= ajouter un commentaire =