LA ZONE -

La politique dans ton cul

Le 06/06/2006
par Nounourz
[illustration] Cette nuit, entre deux épisodes d’un manga hilarantissime, j’suis allé faire un tour sur un forum que j’aime bien. Et je me suis amusé à lire un sujet traitant de considérations politiques pré-élections 2007. Ca m’a fait revenir quelques années en arrière, à l’époque du référendum sur la constitution européenne : je me suis retrouvé une fois de plus les yeux écarquillés devant ces lectures tantot pathétiques, tantot consternantes, mais bon, je suis un peu con moi aussi, fallait pas m’attendre à des miracles de la part d’une discussion sur ce thème.
Séquence souvenir.

Vous ne vous en rappelez sans doute pas parce que personne ou presque n’a jamais rien eu à foutre de mon portail, mais pourtant, si je pense être vachement plus intelligent que l’an dernier (et moins que l’an prochain), le reste des gens étaient par contre sensiblement aussi nazes, j’en veux pour preuve cet article datant d’un an presque jour pour jour : La constitution européenne (ndla : lien offline)

Bon, c’est un ruse diabolique pour vous faire aller voir la section portail/chroniques de mon site mais comme personne ne cliquera sur le lien (snif) (enfin en même temps, ça se comprend…), je vous copie/colle ce que je disais il y a 343 jours et quelques heures :

Partout j’entends parler de la constitution européenne. Certains se prononcent pour, d’autres contre, chacun ayant son argumentaire formaté et récité telle une leçon au collège. Quel est cette vanité qui les pousse à croire qu’ils ont compris les réels tenants et aboutissants de cette constitution ? Ils ne sont que les interprètes des interprètes, et ils croient avoir saisi les nuances que tout cela implique…

C’est désolant. Personnellement, je me désavoue du droit de vote, étant conscient de mon absence totale de savoir sur les effets réels a court et long terme de cette constitution ; à quoi bon jouer les citoyens quand nous sommes incapables de savoir ce dont il s’agit réellement ? Ca sert à se la péter en soirée, à faire le gars au courant, comme si t’y entravais quoi que ce soit au charabia qui t’a été prédigéré par la presse… T’as entendu non parce que ceci, tu répéteras non parce que cela, partisans du oui idem, chacun pense avoir son opinion quand il n’a que celle du média dont il dispose, l’opinion de tel journaliste ou chroniqueur plus convaincant que les autres dans la loghorrée argumentée.

Et toi dans cette nébuleuse, que crois-tu avoir compris de tout cela ? Tu sais que tu n’en saisis pas le moindre précepte, au fond, mais tu iras quand même donner ton avis, comme un mouton parmi la masse ; incapable de refuser ce droit à la parole tu vas t’exprimer sur un sujet que tu ne connais que de loin. Quand on ne sait pas, on ne parle pas : tu devrais méditer ces paroles, en démocratie aussi elles ont leur valeur ; ça vote dès que ça peut mais ça ignore tout des conséquences de son vote… Moi je n’irai pas, ce n’est pas une protestation, c’est l’admission que tout ceci me dépasse quoi qu’on en dise, et qu’en ma qualité de petite personne je ne suis pas habilité à faire ce choix : je n’ai pas honte d’avouer que je n’ai rien compris, que je n’ai pas lu les textes dont il est question, et que sachant cela je me refuse à adhérer à telle ou telle opinion préfabriquée
.“

Et donc, à relire les arguments des uns et des autres, y’a-t-il quelque chose qui ait vraiment changé dans les échanges forumesques (forumiques ? forumiens ?) heu bref entre internautes ? Bah non, j’trouve pas.

C’est toujours le schéma récurrent du “tu le sens mon gros argument dans ton cul ?", les “oui mais non parce qu’en fait", les “tu ne prends pas en compte la conjoncture intrinsèque du déterminisme de la situation actuelle qui nous préoccupe", les “ha-ha non mais très cher si je ne m’abuse vous nagez en pleine science-fiction” (merci Gotlib), j’en passe et des meilleures. En gros, on a une masse d’individus à la vision étroite (mais prétendant à une certaine largeur d’esprit) qui s’imaginent soudainement avoir saisi les rouages de la société et les moyens nécessaires pour résoudre les problèmes de notre cher pays, et qui fort de leurs convictions se lancent dans la chevaleresque entreprise de montrer à leurs co-forumeurs où réside le bon sens et comment penser mieux que les autres - c’est à dire comme soi.

Et le pire, c’est qu’ils ont vraiment l’air persuadés de servir à quelque chose ! Il doit y avoir eu, dans les cours d’éducation civique, un conditionnement subliminal très subtil, sans doute similaire à celui des chrétiens du moyen-âge. Il n’est plus lieu de croire en Dieu pour avoir sa place au paradis ; non, maintenant, croyez en la démocratie pour avoir un emploi, un appart, une bagnole et l’internet à haut débit + téléphone dégroupé (sauf dans la creuse et l’aveyron).

Alors, comme je suis le prophète (sauf en mon pays, putain de proverbe à la con), je vais vous expliquer deux ou trois trucs, comme ça vous vous coucherez un peu moins con (mais plus que moi) et vous irez pas perdre votre temps le jour venu dans un isoloir où y’a même pas de photomaton.

En france, on va dire qu’il y a soixante millions d’habitants. Sur ces soixante, on va dire (totalement au pif, merci de ne pas me faire chier sur ce chiffre c’est juste pour donner un ordre d’idée) une quarantaine de millions de votants potentiels, et une trentaine de millions qui iront effectivement insérer leur bulletin aux prochaines érections élections. Sur ces trente millions, l’extrême majorité est - comme presque tout le monde hein - influencée par les médias de masse, et en premier lieu par la télévision. Bah ouais, je vous l’ai dit plus haut : les opinions “personnelles", ce sont souvent des bribes assemblées au petit bonheur la chance de ce qu’ils auront retenu du discours du personnage politique ou journalistique qui leur semblera le plus charismatique (ça peut aller de Claire Chazal à Sarko(na)zy en passant par Bové ou PPD des guignols). on va donc dire que ce sont plus de 25 (ouais flemme d’écrire en toutes lettres sur ce coup) millions de personnes qui vont s’aligner sur un des grands courants de pensée sympathie (vous avez vu, j’utilise un mot cool pour pas les faire passer pour des cons) envers un des candidats.

Ce sont ces gens-là qui décideront du prochain président. Oui, eux. Et pas vous, forumeurs, non, certainement pas vous.

Votre débat, il est stérile, il sert à que dalle. Il ne fera changer personne d’avis ou presque, et même dans le cas aussi improbable qu’utopique (plénoasme toi même) où tous les intervenants en sortent grandis avec une vision globale du problème considérablement élargie (CTC = comme ton cul, la nouvelle abréviation qui va faire fureur sur le net), eh ben mes amis, à trente ou quarante illuminés, c’est pas vous qui allez changer la face du monde ; à vrai dire, même si vous habitiez la même ville, vous n’arriveriez même pas à faire changer de maire. Oui, bon, ça compte pas pour les villages de quarante habitants, que celui qui s’apprêtait à me sortir cet argument bidon se flagelle sur le champ. En fait, l’utilité réelle, la seule, c’est de prouver (enfin, tenter de prouver) à vos potes que vous êtes vachement lucides (j’oserais pas dire “aware", vous iriez encore croire que je me fous de vos gueules) et raisonnables et que vous savez vachement bien analyser les données et constuire un raisonnement et patati patata. D’ailleurs, avant de le prouver a vos potes, vous vous le prouvez avant tout à vous mêmes, je le sais, j’ai un diplôme de la faculté internationale de psychologie de Toulouse-croix-daurade-au-beurre-blanc.

Interlude : la sauce au beurre blanc, c’est un super truc pour le rapprochement des ethnies, vous trouvez pas ? fin de l’interlude.

Donc disais-je, vous vous écoutez parler et penser, vous vous entre-congratulez ou entre-contrargumentez la gueule et ouah putain, ça fait du bien de se sentir intelligent, d’avoir cette impression d’avoir compris l’essence du problème et d’en avoir parlé entre gens euh putain comment éviter la répétition oh et puis rien à foutre entre gens lucides et éveillés. Certains classeraient ces débats comme une forme de masturbation cérébrale, et je trouve ça assez vrai. J’aime bien cette image du gars qui éjacule sa théorie sur son clavier. Et qui laisse des taches, forcément.

Mais bon, je te vois venir, lecteur non-forumeur, en train de te marrer comme un con “ah ah qu’ils sont cons sur ces forums", n’oublie pas que les forums, c’est un peu comme ton salon. Et que les discussions enflammées (ou pas) que tu tiens avec tes potes autour d’un thé, d’un demi, d’un tarpé ou d’une ligne de coke, valent pas mieux que celles virtuelles dont j’ai parlé précédemment. Non, non, t’es dans le même panier : ton avis ne sert à que dalle, et quand t’en parles, c’est toi que tu persuades, pas les autres. Alors, si tu penses vraiment que l’échange est contructif, eh ben écoute, continue, de toute façon ça fait de mal à personne, en tout cas moi je sens rien (t’es vraiment sur que t’es dedans?).

N’allez pas me faire un foin en me disant “gnagna mais t’imagines si tout le monde pensait/faisait comme toi", vos suppositions et votre conditionnel vous pouvez vous le mettre là ou le soleil ne brillera jamais (et celui qui critique ma métaphore se prendra mon poing là ou le soleil ne brillera jamais). Quoique je dise sur ce putain de blog, les plein de millions de gens qui regardent tous les jours le JT et les débats politiques iront quand même voter. Quoique vous disiez sur vos putains de forums, ils iront voter. Quoique vous racontiez dans vos salons, ils iront au bois tralala voter. Bah ouais, pourtant si j’avais le pouvoir de transmettre ma vision nihiliste de la démocratie à l’ensemble de la population, je ne m’en priverais pas, parce que ça serait autrement plus marrant de voir un taux d’abstention de 95%.

Moi, je râle, je raille, j’enfonce les portes ouvertes et je tire sur les blessés et les mourants, je sers à rien moi non plus, j’assume. Ou pas, mais c’est pas bien grave. J’en ai marre de cette morale à la con qui fait dire “puisque t’es pas content, eh bien propose mieux, dis nous ce qui est bien". Non, je ne proposerai rien, maintenant que j’ai vomi ma théorie fumeuse - parce que je n’échappe pas à la règle : cette note est elle aussi une tentative de mon ego de s’imposer au votre, et un moyen de me sentir plus intelligent que vous, bah ouais, j’en suis tout a fait conscient - bref maintenant que j’ai bien fait mon chieur, je peux me barrer en ricanant : hin hin hin…

= commentaires =

Simili


    le 06/06/2006 à 18:12:10
Jusqu'à la fin j'avais envie de le forwarder à une chaîne de fils d'officiers de marine (je ne sais pas comment je me suis trouvé la dedans, mais jy suis en tout cas), et puis la la dernière phrase "Non, je ne proposerai rien, maintenant que j’ai vomi ma théorie fumeuse - parce que je n’échappe pas à la règle : cette note est elle aussi une tentative de mon ego de s’imposer au votre, et un moyen de me sentir plus intelligent que vous, bah ouais, j’en suis tout a fait conscient - bref maintenant que j’ai bien fait mon chieur, je peux me barrer en ricanant : hin hin hin… " m'a enlevé toute l'envie.
On dirait qu'on se catalogue, non j'estime qu'on est assez intelligent pour mériter notre complexe de supériorité.

Enfin oui, j'aime bien.
Lapinchien


tw
    le 06/06/2006 à 19:55:56
je suis complètement pas d'accord. S'abstenir c'est bien mais autant le faire pour les bonnes raisons... J'ai plutot l'impression que tu fais un complexe d'inferiorité dans ton texte. "Quand on ne sait pas, on ne parle pas..."
(çà fait peur)

Mais y a rien à savoir... Tu crois encore que çà existe les experts ? çà existe pas les experts (à part sur TF1 je sais)... Ceux qui se pretendent Experts en quelque chose, s'ils arrivent à te le faire gober, c'est à ce moment là qu'ils t'entubent et qu'ils s'elevent... Même la personne la moins consernée, la moins au courrant d'un problème peut trouver des solutions plus acceptables que celles de ceux qui se sont accaparé un pan de la reflexion collective et l'on dogmatisé et modelisé...


"Ils ne sont que les interprètes des interprètes, et ils croient avoir saisi les nuances que tout cela implique" ah bon ? et qu'est ce qui à d'autre à part des interprètes en ce bas monde ? Il n'y a rien à part l'interprétation, derrière ta fausse negation du tout se cache une quête d'absolu... Même les acteurs principaux sont interprètes... Même les compositeurs sont interprètes... Tout ce qu'on raconte, tout ce qu'on crée nous dépasse. Considerons un inventeur, un decouvreur... Est il le plus à meme d'expliquer ce qu'il a mis en evidence ? Faut il prendre sa parole pour evengile ? Non ! Pas plus que la parole de ceux qui prendrons le relais sur ces travaux...

sinon personnellement je trouve que la seule raison valable pour ne pas s'exprimer est : J'EMMERDE LE MONDE !

Ieyasu


    le 06/06/2006 à 20:39:44
Ouais LC t'as raison fuck the system, t'as vu ?
Nounourz


    le 06/06/2006 à 20:57:05
Je ne suis pas d'accord !
Mais euh, ça sent le débat aussi interminable qu'inutile. Mon ego me pousse à contre-argumenter et a prouver que c'est moua qui ai raison, et ma raison me souffle que si je me la ferme ça sera aussi bien parce qu'à la fin la conclusion sera "ah bah nous n'avons pas le même point de vue".

Me flemme m'incite à également à rester passivement inactif.

Oh, et puis je ne sais pas.

Alors, je ne dis rien.

(Mais je ne t'emmerde pas pour autant).

Bisou !
Lapinchien


tw
    le 06/06/2006 à 21:08:04
pas d'accord ! Ne pas dire c'est affirmer absolument... c'est exprimer qu'on refuse la confrontation... c'est ne pas respecter ses detracteurs... Car qu'y a t il à part le dialogue, la confrontation ? Se taire equivaut bien au plus reactionnaire des discours car c'est se prononcer dans le mutisme et exclure toute possibilité de mutation de la vérité relative... vive l'ejac faciale ! heu... la joute verbale pardon

Commentaire édité par Lapinchien.
Simili


    le 06/06/2006 à 21:38:25
Sinon, dans un tout autre registre, "comment abhorrer la politique rapidement": [edit de nihil : lien vers un site de propagande raciste et anti-islam]

Commentaire édité par nihil.
nihil


    le 06/06/2006 à 22:31:17
Je te censure la gueule Simili, j'accepte pas ce genre de liens sur la Zone. Non pas que je crois qu'un zonard suivant ton lien deviendrait d'un coup une saloperie de raciste, c'est plutôt que les liens externes permettent en général d'augmenter la visibilité d'un site sur les moteurs de recherche par exemple. Je veux pas de pub, même détournée, pour ce genre de trucs.

D'ailleurs le site en question, qui ressemble comme deux gouttes d'eau au célèbre et fort heureusement mort SOS Racaille, a pas de rapport direct avec la politique.

Commentaire édité par nihil.
Nounourz


    le 06/06/2006 à 22:39:20
LC > suite à ce que tu as écrit dans ton premier commentaire, j'aurais tendance à penser que mon silence n'est ni un refus de la confrontation, ni un manque de respect envers toi ; cependant, tu l'INTERPRETES comme tel, du moins semble-t-il... Ou peut-être est-ce moi qui INTERPETE mal tes propos, également.

(A moins que tu aies mal interprété mon texte ?)

---------------------

Donc, sinon, histoire de relancer la machine avant d'aller me coucher, parce que c'est quand même rigolo :

"ne rien dire = ne pas respecter ses détracteurs" > je ne suis pas d'accord. La démonstration étant triviale, je la laisse faire à qui veut à titre d'exercice. (Après s'être mis d'accord sur ce qu'on peut appeler le "respect", il suffira de montrer qu'il peut y avoir respect mutuel sans que rien ne soit dit : un seul exemple suffira à invalider la théorie).

de même pour la proposition "se taire exclure toute possibilité de mutation de la vérité relative". Il suffit pour réfuter cette théorie d'imaginer un cas ou mon silence pourrait mener à une mutation de la vérité relative chez mon interlocuteur. Ce cas est facile à imaginer, c'est le cas où mon interlocuteur, constatant mon silence, en vient à penser que se taire n'est finalement pas une si mauvaise idée, et finit par faire de même (auquel cas, sa vérité relative passera de "il faut aller au dialogue, à la confrontation" à "la joute verbale n'est pas obligatoire" sans que j'aie prononcé le moindre mot).

[Et là, je m'attends à me faire démontrer par A+B que j'suis trop un con. Je devrais pas jouer comme ça, pas avec lui. Ou c'est lui qui joue avec moi. Plutôt. Bah. Tant que ça m'amuse aussi, c'pas grave.]

[Les nuits blanches ne me réussissent vraiment pas... je file au pieu]
Lapinchien


tw
    le 07/06/2006 à 07:10:27
Je ne suis pas d'accord !

"Après s'être mis d'accord sur ce qu'on peut appeler le respect" Définir ce qu'est le respect de manière absolue, pour s'en servir de point central d'une quelconque démonstration allembiquée et abusive, c'est faire preuve du plus grand irrespect envers toutes celles et ceux qui ont des défintions orphelines de ce qu'est le respect...

Par ailleurs, invalider par l'exemple n'est pas valable dans tous les cas de figure. C'est ici une tentative indéniable et volontaire de ta part d'occulter la célébre "exception qui confirme la règle", nier purement son existance, ainsi les noms et adjectifs en -ou suivent la règle générale et prennent un "s" au pluriel sauf sept noms qui prennent un x : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou. Je sais bien qu'en ce moment même j'essaie moi même d'invalider ta théorie par l'exemple de l'existence d'une "exception confirmant la rêgle" et que donc je me contredis moi même et qu'en même temps rien ne prouve qu'il existe "une exception qui confirme la rêgle" dans le cadre de ma theorie generale "ne rien dire = ne pas respecter ses détracteurs" mais rien ne prouve qu'elle n'existe pas non plus, ce qui semble me replacer alors dans le cadre d'un raisonnement par analogie (étude de savoir ce pourquoi que çà fait mal au cul parfois) et que donc çà fait de moi quelqu'un qui réfléchit mal, mais en fait ce n'est pas le cas car j'avance maintenant qu'il est impossible de démonter toute tentative d'erection d'une regle générale par un quelconque individu que ce soit, car en fait toute rêgle generale est relative à celui qui l'avance et qu'il est illégitime de chercher à trouver une règle général de concensus qui la supère. Toute règle générale avancée fait partie de l'ensemble des rêgles relatives generales couvrant le spectre de la definition d'une realité (multiple et simultannément innexistante par ailleurs)

lH     le 07/06/2006 à 09:54:07
Lapinchien, tu sous-entend donc que chacun crée sa propre base homocentrique (ou homotantrique) de pensée ?

Ton exception confirmerait la règle que tu t'imposes ?
nihil


    le 07/06/2006 à 10:55:37
Je pense pas que nos amis sociaux croient réellement convaincre qui que se soit en discutant. Tout ce qu'ils font avec leurs échanges stériles en fait, c'est se renifler le cul les uns les autres.
Je crois que je me rallie au parti du silence et de l'inaction volontaire de Nounourz (Nounourz président ! Votez Nounourz ! C'est lui qu'il a raison !). En participant à des débats on se salit et on se rabaisse au niveau des intégristes sociaux. Se taire et garder son avis pour soi n'est que le premier précepte, que je suis en train de violer, pour éviter la souillure communicationnelle. Putain je reviens, faut que j'aille réécrire la Bible.
Nounourz


Oui mais non parce que très cher intrinsèquement n    le 07/06/2006 à 14:11:28
(suppression du blog --> augmentation du temps à perdre...)

Et pourtant LC, il faut bien tenter de le définir ce respect, faute de quoi cet échange ne mènera à rien. Mouais, mais en fait, même si on s'accorde sur une définition commune, ça ne le rendra pas plus constructif. Cependant, puisque nos définitions diffèrent, tu vois de l'irrespect là ou je n'en vois pas.
Qui plus est, je ne parlais nulle part de définir le respect de manière absolue, je parlais de nous "mettre d'accord" sur ce que pouvait impliquer ce terme avant d'en discuter plus avant. Evidemment, chaque humain (ou créature pensante, ne soyons pas anthropocentristes) aura sa propre idée de ce que le respect doit être, mais on pourra se rapprocher d'une idée "générale", qui couvrira une majorité des cas. Cette démarche, je te l'accorde, n'est en rien légitime et pourrait être vue comme offensante par des personnes ayant une définition radicalement différente de la majorité, mais elle n'en est pas moins nécessaire à l'avancement du débat : sans cela, notre conversation n'est plus un dialogue, mais un monologue, un échange stérile qui ne peut (sauf exception, mais une exception est ce qu'elle est : rare) mener à une quelconque "mutation de la vérité relative", alors que c'est précisément ce que nous sommes censés rechercher - si j'ai correctement interprété ton second commentaire.

Pour la seconde partie de ton dernier commentaire, j'avoue que je suis un peu étonné. D'après les deux dernières phrases, je reformulerais tes propos ainsi : à chaque créature consciente et pensante, correspond (équivaut?) un ensemble de règles relatives générales i.e. un spectre de définitions d'une réalité. Autrement dit, il n'y aurait pas UNE réalité, mais une infinité...

Avant d'aller plus loin, j'aimerais que tu confirmes mon interprétation de ta pensée, ou le cas échéant que tu la corriges.

**************************************

Vous pouvez ici constater une magnifique mise en application de ce qui est exprimé dans mon texte : cette conversation ne mènera vraisemblablement à rien (rien de concret en tout cas, et merci de ne pas me faire ch... sur une quelconque définition du concret), chacune des parties en présence semble satisfaite de sa manière de raisonner et tente en conséquence de l'imposer à son interlocuteur. N'y voyez pas une quelconque autocontradiction avec mon texte : ce n'est pas parce que je me fous de la gueule de internautes avides de débats stériles, que je n'en suis pas un moi aussi. J'ai un gros ego, j'ai envie d'avoir raison, comme les autres... ou plus qu'eux (évidemment).
Lapinchien


tw
    le 07/06/2006 à 18:48:52
Au debut du debat j'affirmais : "Car qu'y a t il à part le dialogue, la confrontation ?"

puis ensuite :" toute rêgle generale est relative à celui qui l'avance et qu'il est illégitime de chercher à trouver une règle générale de concensus qui la supère"

J'affirme donc d'un coté que les choses avancent avec le debat qui permet aux intervenants de se nourir des idees les uns des autres puis ensuite qu'il ne sert à rien de chercher le consensus car tout le monde est perdant et tout le monde fini par soutenir des idees qui ne sont pas les siennes et auxquelles il ne croit que partiellement.

Tu connais l'adage: "l'important n'est pas la destination mais le chemin à parcourir pour y arriver", et bien je soutiens haut et fort qu'il est bon de dialoguer, non pas pour tenter de resoudre les choses par le compromis, car c'est se trahir soit même que de commettre un telle hérésie pour le soit disant bien de tous qui résiderait dans la paix, l'equilibre et l'harmonie, mais bien au contraire dialoguer pour tenter d'embrouiller les choses d'avantage et attiser le feu de l'incompréhension les uns des autres qui elle même alimente la confrontation, les perturbations d'equilibre, le chaos... Car la guerre est la vie et la paix est la fin de tout.

Glaüx-le-Chouette


    le 07/06/2006 à 18:50:00
Vos gueules vous troublez mon silence.
Lapinchien


tw
    le 07/06/2006 à 19:01:20
si mes mots t'incommodent je te propose de te crever les tympans pour le fun vu que ce sont des mots écrits et pour ce qui est de l'approche pratique de la chose, arrache toi les yeux au decapsuleur.
Nounourz


    le 07/06/2006 à 19:57:21
"Car la guerre est la vie et la paix est la fin de tout."

Tout à coup, je me sens une âme de pacifiste.

(irait-on jusqu'à dire pacifiste-fucker ?)
MantaalF4ct0re


    le 07/06/2006 à 22:10:38
kewl
Astarté


    le 09/06/2006 à 11:23:16
Lapinchien

Là il y a quelque chose qui me choque c’est quand tu dis :

« J'affirme donc d'un coté que les choses avancent avec le debat qui permet aux intervenants de se nourir des idees les uns des autres puis ensuite qu'il ne sert à rien de chercher le consensus car tout le monde est perdant et tout le monde fini par soutenir des idees qui ne sont pas les siennes et auxquelles il ne croit que partiellement. »

Comment peut-on finir par soutenir des idées qui ne sont pas les siennes ?
Nounourz


    le 09/06/2006 à 11:30:04
Les idées que tu as actuellement ont-elles toujours été les tiennes ? Sinon, il faut se rendre à l'évidence : à un moment donné, tu en est venu à soutenir celles d'autres, avant de te les réapproprier (honteusement).

Les "autres" pouvant être des potes, des parents, des professeurs, des écrivains convaincants, des politiques à la rhétorique affutée, que sais-je encore...
Astarté


    le 09/06/2006 à 11:41:28
Ok pour les influences que tu cites, qui sont souvent celles que tu reçois de tes parents, au départ. Mais lorsque tu avances que tu penses tout(e) seul(e)non là tu ne vas pas soutenir des pensées qui ne sont pas les tiennes.
Et il y a aussi des personnes qui ont jetés aux orties les influences parentales, scolaires etc.., non ?
Narak


    le 09/06/2006 à 12:56:03
Ouais, pour prendre celles de La Zone.
fredleouf     le 19/12/2007 à 02:11:49
taisez vous, vous m influencez bande d aculturés mentaux

= ajouter un commentaire =