LA ZONE -
Résumé : Ce genre de litanie à base de rimes et de jeux de mots, je faisais pareil quand j'avais treize ans et le résultat valait bien celui-ci. On ne peut nier que c'est bô, on dirait du MC Solaar (cerveau compris), la lecture est hypnotique et agréable, mais le procédé est facile, et le contenu, une sorte de bouillie sentimentale mâtinée de désespoir, ne rattrape rien.

Puèrile jaune

Le 09/08/2006
par Donatien
[illustration]     Emêchée certes, mais pas moche, juste amochée. Je bois ses paroles, elles me grisent, m'enivrent, assurent leur prise. Je m'envole, sans ailes, avec elle. Drôles d'oiseaux ivres qui se mènent en bateau, le sol tangue, les coeurs chavirent, les raisons s'effondrent, les corps s'abîment et sombrent.
    Je m'emmêle quand elle s'en mêle, je me lasse quand elle m'enlasse. Je la bouffe des yeux, et ravale des aveux. Car lorsqu'au pieu, au septième ciel, je ne pense ni à elle, ni à Dieu, mais ne rêve que d'adieux.

    L'humanité se dissout dans l'acide, la sainteté s'efface dans l'alcool.
    
    Les rêves se brisent comme du verre. Les passions idylliques coulent comme des pierres dans un océan éthylique. Toujours avoir une pelle pour les jugements sans appel, car les tombes se creusent avant qu'on y tombe. La vie s'altère et puis s'enterre.

    Prières bancales pour pierres tombales, chimères bandante, sincère et branlante.

    On s'embrasse et s'embrase, on virevolte, désinvolte, sur du 220 volts, branchés, et dans la main, un colt, chargé. On danse en silence, en corps à corps, en face à face, indécente décadence, on attend la descente, que tout s'efface.

    Une roulette russe en amoureux, finalement c'est un peu comme un dîner aux chandelles, mais en moins sexiste et plus copieux : il n'est pas indispensable d'avoir des couilles pour pouvoir payer, et il restera toujours de la viande dans l'assiette, quelque soit le calibre de son appétit. Mais au final, l'addition se solde par une soustraction. Attérant, puis enterré.

    Je crois dur comme fer que dans cette fête, ce n'est pas du mou mais du plomb que tu mets dans ma tête. Voilà qui devrait me plomber le moral, m'emmerder à mort, et me pourrir la vie... Fatigué et lassé de dancer, j'attend ta prochaine réplique. Sois créative! les cinq précèdentes n'ont pas trouvé oreille attentive. Il est temps que ça détonne, il est temps que je m'éclate.

    Ne pas appuyer sur la gachette serait vraiment du gachis. Je te presse dans mes bras, et tu presses la détente. Me voilà aux anges. Tu n'as pas l'air si contente C'est étrange. Pourtant cela n'a rien de dégradant, tu vas trouver ça dément, mais moi ça m'détend. Ton pistolet était blanc, je m'en rappelle encore, il se fondait dans ton décor. Du blanc, du vide, et du néant.

    Tu m'as vrillé les tympans, avec une arme chargé à blanc. C'était mignon mais un peu con... Tant de candeur me pousse à la rancoeur. C'est à mon tour de jouer, de tirer mon coup. J'compte bien en profiter. Les bons réglements de compte font les bons amis. Tu paraîs surprise, étonnée, bouleversée, tu connaissais pourtant les règles. Tu m'laisses perplexe... pour toi ce n'était donc qu'un jeu, et c'est ce qu'il restera de nous, le "je".

= commentaires =

nihil


    le 09/08/2006 à 15:48:11
J'ai peut-être été trop négatif dans mon commentaire, c'est fluide, les rimes permanentes sont bien foutues et rendent le texte très agréable, avec un gros côté hypnotique. D'ailleurs c'est une méthode qu'il m'arrive d'employer occasionnellement, sans en faire l'objectif unique de mon texte. C'est juste que c'est un exercice de style, et que ça se sent.
M. Yo


    le 09/08/2006 à 19:47:46
On t'as reconnu, Grand Corps Malade !
Glaüx-le-Chouette


    le 09/08/2006 à 23:08:06
GNAAAAGNAGNAGNAGNAAAAAAGNAAAGNAGNAAAAAAAAAGNANGANGNANGGNGNANGFNA

mais quelle merde

à jeter au fond d'un cahier comme la plupart d'entre nous en a des dizaines, ouais, mais putain, montre pas tes escarres comme ça en public


mais quelle merde



retourne sur MTV

Commentaire édité par nihil.
Astarté


    le 10/08/2006 à 10:25:38
Mon commentaire sera Bisounours, je n'ai pas aimé du tout, parce que c'est trop un exercice de style.
Glaüx-le-Chouette


    le 10/08/2006 à 11:40:34
J'en ai oublié de signaler qu'un faute d'orthographe lamentable au premier mot du titre, ça fait pas classe, un peu comme une crotte de nez au bout de l'index quand tu fais un baise-main.
Arkanya


    le 10/08/2006 à 14:40:40
Putain de poètes de merde, ils nous lâcheront donc jamais ?..
nihil


    le 10/08/2006 à 16:40:48
Putain d'Arkanya, elle nous lâchera donc jamais ?
dwarf     le 10/08/2006 à 23:52:47
Putains de gars qui font des fautes, ils s'arrêteront donc jamais?
Abbé Pierre


    le 11/08/2006 à 00:15:39
Vos gueules.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/08/2006 à 13:04:00
La forme fixe.

Ça me rappelle Anthrax, là.
Eightangels Puèrile jaune    le 23/09/2007 à 03:56:41
Sublime horreur de lire dans tes pensées. Come back home .
400asa     le 26/09/2007 à 01:08:36
Eh oui, un an déjà.

Bah, ne t'en fais pas, la maladie de Bourneville c'est handicapant pour communiquer avec les gens mais comme t'es un cas d'école, on pourra quand même faire quelque chose de toi. Tu verras, le formol ça pique un peu au début mais on s'y fait et je suis sûr que tu te feras plein d'amis tumeurs cardiaques pour flotter.

= ajouter un commentaire =