LA ZONE -

Estampe

Le 06/02/2007
par Kwizera
[illustration] Ce n’est pas facile c’est sur. Ce qui l’est encore moins c’est d’effacer. On pourrait pourtant penser le contraire, les hommes fait pour l’oubli, pour le bonjour et puis déjà le doute, le temps, l’étang avec des moustiques, comme si l’eau aussi de notre corps pourrissait sous le soleil même en hiver… et c’est vrai que le putain de temps passe… C’est ce qui est terrible d’ailleurs dans un mur par exemple, cette proportion entre l’image qui s’en dégage et le son qui en ressort. Et de frapper contre à s’en briser les os du crâne, mais sans savoir pourquoi… redécouvrir ce qui coulerait de là dedans… des idées noires… du pétrole sous les yeux…
Autour de moi, le cirque est réglé sur pause. Ils ont arrêté de sauter les acrobates ! rentrés les tigres ! couchés les clowns… le nez rouge en collier. Je tente de rire, rien que ce matin, rien que demain, rien que pour toi, rien que d’après moi, rien, rien, rien, toujours toi, toi, moi, mais jamais plus rien entre nous. Je m’embrouille aussi à rire où il ne faut pas, quand je marche, quand je chante, quand je pleure, quand je descends dîner avec la table déjà posée, parée, prête, deux couverts, trois plats, toujours, j’ai des repères, juste assez pour avoir peur encore de les perdre aussi.
Bref, les gradins vides me donnent la nausée. Etre seul est insupportable, être seul c’est la mort, pas la vraie, la mort celle qu’on angoisse. Le loup. Le notre. Le délice de la solitude il vient de pouvoir renfermer l’autre hors de soi, de le paysager, de le dessiner. On est tous ici comme des fous qui peindraient à n’y rien entendre, avec du feu, des pierres et des oignons. On joue à se faire peur, à se faire rien, à se faire sang, parce qu’au fond, et de là vous conviendrez que l’enfant est pas stupide tout de suite, on sait qu’on trouvera la vie que sous les cicatrices. Les vers qui gargouillent. La plaie incessante. Et l’appel…
Je disais, effacer est impossible. Mille fois on essaie. Et les murs aussi. Je disais. Je t’avais posé là haut. Les pieds qui baignaient et le sable qui virevoltait. Putain d’absence. La maladie de chacun c’est de voir le futur, parce qu’aussi inconséquents qu’on reste, et même prés du tombeau, on a, non de l’intuition, mais une certaine prédisposition au regret. J’ai jamais pu aimer complètement heureux. D’abord heureux, malheureux ce ne sont que des mots, on fait pas des sensations là-dessus, mais des batailles, ça oui ! et lesquelles… avec des hordes de barbares, des invasions de bombes, des chenilles mortes au front… et des boites de conserve qui amochent un sol déjà complet de cadavres humains. Tout près de la mort, le ventre. Le cri du corps résiste à l’âme longtemps.
J’ai besoin d’être toujours amoureux. Sans cesse. Oui, besoin, et désolé pour les égos. Amoureux comme si je poursuivais non une trace, non une étoile, non une femme, mais mon chemin. Merde je finis mal. Tant pis m’a dit l’écho.

= commentaires =

Aem.
    le 07/02/2007 à 12:01:58
J'ai rien compris.

Entre le coté glauque (Solitude, cicatrices, cadavres, bombes, barbares, cadavres, mort)

Et cette histoire d'oignons, de boites de conserve et d'amour.

Quelque chose m'échappe.
Mill


site lien fb
    le 08/02/2007 à 10:11:33
Encore des clowns? Font chier les clowns.
Kwizera


    le 08/02/2007 à 23:05:04
super
Carc


    le 09/02/2007 à 10:30:09
je relirais ce soir, quand j'aurais moins mal à la tête
Aelez


    le 09/02/2007 à 12:18:41
C'est bien écrit, c'est mignon et tout ça, ce qui fait que ça se laisse lire. Mais soyons honnêtes, c'est chiant à mourir.

Ceci dit l'auteur semble quand même avoir du potentiel, donc pour la prochaine fois je commande une comptine sur les pianistes scalpés. Merci.
Glaüx-le-Chouette


    le 09/02/2007 à 21:22:55
C'est du gâchis, tout ça. Enfin du gâchis pour le lecteur. On sent qu'il a quelque chose sous la pédale, le texte, mais là, c'est comme faire gueuler un moteur sans passer la vitesse : un truc de jacky. Des effets pour rien, ou pas grand chose.

Y a du style, y a un sens naturel du rythme, y a les moyens physiques et métaphoriques de faire péter le couvercle, mais c'est pour l'instant dans un texte qui va nulle part. Un texte au point mort. C'est con, mais au moins ça me laisse de l'espoir quant à la suite.

Ah, et la dernière phrase est magnifique.
Kwizera


    le 09/02/2007 à 22:24:28
tu n'es surement pas loin de la vérité mais ya des raisons
Astarté


    le 11/02/2007 à 11:38:17
C'est joliment embrouillé et un tantinet chiant pour la suite idem Aelez et Glaüx.
Aka


    le 20/02/2007 à 13:02:08
Putain c'est la première fois que je lis un texte sans m'en rendre compte. Ca a donné un truc du genre 'blablabla clown blablabla ah merde il est deja treize heures blablabla chenilles mortes blablabla mais comment je vais commenter un truc pareil blablabla'.

Euh ouais je sais pas quoi. Il me laisse vraiment dubitative ce texte. J'ai rien calé, je l'ai lu comme une liste de courses, mais j'ai pourtant pas détesté.
Asa
    le 26/03/2007 à 19:29:25
Messages subliminaux. Tous morts, paf.

Mais moi j'ai pas lu.

= ajouter un commentaire =