LA ZONE -
Résumé : Un petit mix d'onirique et d'anticipation, c'est tout simple comme concept mais sur le papier ça fonctionne. Le problème, c'est que là où on pouvait espérer une bonne guerre des machines mystique et déjantée, on se retrouve dans un tas d'impressions vaporeuses et inintéressantes. Foiré.

Rêve du 21 janvier 2037

Le 20/03/2007
par Balkis Boyle
[illustration] Les genêts sont en fleur malgré l'hiver.
Les hommes machines décapitent au loin les restants d'arbres et de terre.
Nous souffrons. Nous ne savons plus de quoi mais nous souffrons.

Nous jouons au jeu des neurones déconnectés. Avec Zilta et Pibestat. Pour ça, nous louons une chambre d'hôtel. C'est une réserve, un peu sauvage.
Après des heures de jeu, j'enroule mes jambes autour de celles de Pibestat. Ses bras restent froids.
Pendant une pause, je retrouve Darifa dehors. La vue est magnifique. Peut-être des montagnes tropicales. Elle est assise sur un parapet. Nous devisons comme de vieux amis. Son rire est chaud et rare. Elle s'agite un peu sur son parapet. Pas à cause de nos rires, mais parce qu'il fait chaud. Trop chaud. Ça fait 30 ans qu'il n'a pas plu. Elle s'agite, recule et tombe. Je ne vois pas son corps écrasé. Le temps que je me penche, l'âme au comble de l'horreur, des gens l'entourent déjà. Son sang, une tâche lointaine que je distingue à peine, est noir et orange. Des papillons et des chiens y viennent boire.

J'appelle Zilta, je crie, son cerveau est encore connecté au jeu. Il ouvre tout de même ses grands bras et je m'y jette, pour l'illusion du réconfort. Ses bras, ses bras immenses, ses bras de saule pleureur. J'aimerais qu'ils puissent me consoler.

Nous partons. La chambre est plein de cendriers, de cigarettes mal éteintes. Nous avons une heure précise de départ. Une famille est déjà là pour jouer aussi. Nous cédons la place sous les électrodes encore chauds de nos cervelles.

Quelque chose s'accélère. Peut-être le temps.
J'ai charge d'un enfant. Je ne sais pas pourquoi.
Pour partir, nous marchons dans une jungle luxuriante, malgré la sécheresse de nos bouches et de nos coeurs. J'abandonne l'enfant qui pleure au bas du rocher aux gorilles. Un grand mâle me regarde méchamment. Je ne suis pourtant pas ...coupable...?
Nous nageons vers l'autre rive. J'entends et vois, au ralenti, sous l'eau, un énorme caillou blanc s'approcher. Les gorilles nous caillassent. Nous nageons un moment.
La rive, chaque fois plus proche, semble s'éloigner.
Je porte en moi une grande souffrance, un grand chagrin en bonde de fond, roche intérieure qui me noie. Chaque évènement martèle et sculpte mon corps.
Je propose à Zilta de l'aider à payer la chambre d'hôtel pour le jeu. Pibestat ne propose rien.
Je veux creuser la terre de mes mains et y plonger mon corps, m'y ensevelir tout à fait. Être à mon tour l'argile, la forêt, le gorille, le bébé abandonné. Je ne sais plus comment tout cela finit.
Je me réveille.
Le ciel est gris.
Je regrette la sensation de nos jambes emmêlées

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 20/03/2007 à 21:37:23
"Nous souffrons. Nous ne savons plus de quoi mais nous souffrons."


HAAAAHAHAHAHAHAAAAAAAARHRHAAAAHAHAHARRAAAAHAHAA



Bon ben c'est de la merde. On dirait que ça a été écrit avec du schamallow à la place de l'encre. Impression niaise et douceâtre, avec de gros courants d'air à la place du sens.

Commentaire édité par Glaüx-le-Chouette.
nihil


    le 20/03/2007 à 21:43:08
C'est con sur le concept je trouvais ça cool moi, anticipation et onirisme mêlés, j'aurais bien vu une partouze d'androïde avec des ailes de papillons et des becs de pingouin qui copulent avec des aliens en robe de chambre.
Balkis Boyle


    le 20/03/2007 à 21:47:41
ben justement j'y ai pensé à la partouze d'aliens ailés avec des godmichés pingouinés mais là j'me suis dit qu'ça f'rait trop...!
Glaüx-le-Chouette


    le 20/03/2007 à 21:48:42
Eh bien la prochaine fois tu ne te diras pas et tu feras un vrai bon texte qui fait plaisir au kiki.
Balkis Boyle


    le 20/03/2007 à 21:52:44
et ouais mais c'est po facile d'ecrire avec du schamallow!!!!!
LeuSuisse     le 20/03/2007 à 22:56:49
C'est le scénar de Myst 25 en avant première ou vraiment de la crotte de bique ?

Pour la partouze, je recommande de se vautrer dans des fientes de pingouins pour rester dans le ton.
Hag


    le 21/03/2007 à 19:35:03
C'est nul, mais ça pourrait tout a fait se vendre.
Aelez


    le 21/03/2007 à 21:26:31
cf Imax.
Aelez


    le 21/03/2007 à 21:27:09
cf Imax.
Imax


    le 21/03/2007 à 21:35:56
Je trouve ça pas mal pour le style vaporeux et les impressions, par contre j'ai rien compris.
ceacy     le 21/03/2007 à 21:36:11
La fiente de pingouin ?
LeuSuisse     le 21/03/2007 à 23:02:54
Ben oui quoi. Un pingouin ca bouffe. Donc théoriquement un jour ca doit ressortir. Mais on dérive loin du sujet.
Asa     le 22/03/2007 à 00:46:50
J'aime bien la gonzesse qui tombe et qui s'éclate par terre comme une conne. Mais stoo.
Winteria


    le 22/03/2007 à 18:07:07
aaaah de l'impressionnisme littéraire aaaAAAAAH

Je me suis fait vomir le cerveau par tous les orifices possibles pour être sûr d'oublier ça très vite.
Aelez


    le 22/03/2007 à 18:54:10
cf Winteria

commentaire édité par Aelez le 2007-3-22 18:54:44
Winteria


    le 22/03/2007 à 18:58:18
Je trouve ton commentaire tout à fait cohérent.
Winteria


    le 22/03/2007 à 18:58:51
Et très juste, en y réfléchissant bien.
Winteria


    le 22/03/2007 à 19:00:36
Veux-tu m'épouser ?
Nico


    le 22/03/2007 à 19:29:10
Comment peut-on "enrouler" ses jambes autour de celles d'un autre ? J'ai beau essayer avec mon canard slovaque depuis une heure je n'y arrive pas.
Glaüx-le-Chouette


    le 22/03/2007 à 19:33:07
Faut d'abord préparer la jambe à la masse de chantier.
Rouage


    le 23/03/2007 à 00:26:54
Ça a sans doute un rapport avec les schamallows.
Le problème avec la masse, c'est l'atrophie résultante des muscles. Le mouvement devient difficilement controlable.
Rouage


    le 23/03/2007 à 00:27:40
Ou avec les machines à guimauve plutôt.
Aelez


    le 23/03/2007 à 15:53:30
Winteria, officiellement j'ai quand même réussi à placer deux 'cf Imax' avant que le Imax en question ouvre sa gueule, forcément ça crée des liens. Alors je pense que je vais l'épousailler lui. Navrée.
Winteria


    le 23/03/2007 à 21:05:39
C'est dommage pour quelqu'un de prometteur de finir avec un poète à moitié mexicain.
Aelez


    le 24/03/2007 à 02:15:24
Ha ouais merde, j'avais oublié qu'il était non seulement basané, mais en plus publié dans la section "poèmes de merde".
Imax, c'est le Cristobal de Marcel Amont.

Sauvez-moi.
Mill


site lien fb
    le 27/03/2007 à 09:22:34
Quelques jolies formules parmi les lourdeurs, une intrigue inexistante, une atmosphère feutrée, un peu molle. Se lit vite pour passer à autre chose.
jolipunk mouais    le 12/05/2007 à 04:24:23
Bande de trous du cul. Vous devez tous être super moches. De partout.
Lapinchien


tw
    le 12/05/2007 à 14:08:10
cachez donc ce cerveau que je ne saurais voir.
B52


21 janvier 2037    le 02/02/2008 à 22:41:59
C'est trop court ma jolie! C'est du repompé alors?

commentaire édité par B52 le 2008-2-2 22:43:49

= ajouter un commentaire =