LA ZONE -

Thoughts IV : back from Kansas City

Le 04/04/2007
par Nico
[illustration] De retour de Kansas City.
PASSANT AVEC UN CHIEN : Les gens jettent leurs ordures n’importe où ! Même au milieu de la rue !

FEMME EN BLEU : Qu’est ce que c’est que cette chose ?

MARCHAND DE LEGUMES : Je ne sais pas…

VIEUX AVEC UNE CANNE : Pouah ! C’est répugnant !

PASSANT AVEC UN CHIEN : Non ! Ralf ! Viens ici, ne touche pas à ça !

FEMME EN BLEU : Vous croyez que c’est humain ?

VIEUX AVEC UNE CANNE : Impossible !

UGO : Quelle odeur !

VIEUX AVEC UNE CANNE : Aucun humain ne peut sentir aussi mauvais. Croyez-en mon expérience, je suis sûr que…

PASSANT AVEC UN CHIEN : Je n’ai jamais rien senti de pire. C’est de la boue !

PHILOSOPHE : Oh ! Voilà un étant qui remet en cause toutes mes théories.

SCIENTIFIQUE : Ah, vous aussi ?

PHILOSOPHE : Oui, il va falloir tout changer… ou bien éliminer cette chose.

UGO : Ces choses là ne devraient pas exister. Je vais vous le retirer de là !

SCIENTIFIQUE : Ne touchez pas à ça malheureux ! C’est peut-être contagieux !

ANCIEN AMI : On ne sait pas ce que c’est ?

PSYCHOLOGUE : Il m’a bien l’air humain.

VIEUX AVEC UNE CANNE : Impossible.

ETRANGERE AVEC UN ACCENT : Peut-être un mutant…

PASSANT AVEC UN CHIEN : On pourrait lui donner des coups de pieds pour voir s’il est sensible à la douleur, et s’il est vivant. J’essaye.

SCIENTIFIQUE : Il ne réagit pas aux coups. Cela dépasse toutes mes connaissances. Vous pensez qu’il puisse s’agir d’un alien ?

UGO : Une chose d’une autre planète ?

MARCHAND DE LEGUMES : Ce n’est pas un légume en tout cas. Ou alors pas de chez moi. Ah ces grandes surfaces !

ENFANT : Maman ! Regarde ça !

MERE : Ah ! Ne regarde pas ça ! Quelle honte ! Laissez traîner des choses comme ça à la portée des enfants !

SCIENTIFIQUE : C’est peut-être une sorte d’homme qu’on n’a jamais découvert.

ANCIEN AMI : Un « homme » chaotique ? Dévoré par le chaos monstrueux ?

ETRANGERE AVEC UN ACCENT : Ou un mutant.

SCIENTIFIQUE : Je pensais plutôt à une dégénérescence d’homme.

ENFANT : Ca pue ! Maman tu crois que je ressemblerai à ça plus tard ?

MERE : Euh… Viens chéri, allons nous en.

ANCIEN AMI : Vous croyez qu’il est mort ?

VIEUX AVEC UNE CANNE : Ca en a tout l’air. Frappez le, vous verrez.

UGO : Il ne bouge pas.

CHAUFFEUR DE BUS : Moi j’ai l’impression qu’il nous regarde.

MARCHAND DE LEGUMES : Allons allons ! Je ne crois même pas que ses yeux sont ouverts !

PSYCHOLOGUE : Où voyez-vous des yeux ?

CHAUFFEUR DE BUS : Là.

PSYCHOLOGUE : Ce ne sont pas des yeux, ce sont des pieds.

COMPORTEMENTALISTE : Ce ne sont pas des pieds, ce sont des tentacules.

PSYCHOLOGUE : En tout cas, cet état doit venir son enfance.

COMPORTEMENTALISTE : Son père avait lui aussi les tripes à l’air c’est ça ? C’est évident que son état vient d’un accès de peur ou de colère.

POSTIER : Il me semble à moi aussi qu’il a les yeux ouverts.

SCIENTIFIQUE : Mais alors, il est vivant ! Il faut le transporter dans mon laboratoire. Peut-être qu’une bonne décharge électrique…

JOURNALISTE TV : Je veux l’interviewer avant ! Et il faut le filmer dans son milieu naturel.

POSTIER : Vous croyez que c’est dangereux ?

VIEUX AVEC UNE CANNE : Mieux vaut ne pas trop s’approcher.

BANQUIER : Ah ! Quelle horreur !

CHAUFFEUR DE BUS : Je crois qu’il nous supplie du regard.

CURÉ : Il faudrait sans doute que je le confesse.

BANQUIER : Comment des choses comme ça peuvent-elles exister ?

ANCIEN AMI : Ca me donne la nausée…

AUBERGINE AVEC UN SANDWICH AU THON : Le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas du tout décent de traîner dans la rue de cette manière.

FEMME EN BLEU : Regardez on dirait qu’il respire !

MARCHAND DE LEGUMES : N’importe quoi.

FEMME EN BLEU : Si, si ! Son ventre a frémi !

JOURNALISTE TV : Comment pouvez vous distinguer un ventre dans cet amas immonde ?

AVEUGLE : Mon Dieu ! Qu’est ce qui peut bien sentir comme ça ? Qu’est ce que c’est ?

UGO : Une sorte d’homme…

BANQUIER : On n’ose pas toucher.

AVEUGLE : Je l’ai cogné sans faire exprès… c’est mou, on dirait une cervelle échouée.

ETRANGERE AVEC UN ACCENT : Un mutant !

BANQUIER : Pas du tout ! C’est un monstre !

CHOMEUR : Qui nous regarde.

ANCIEN AMI : Il n’a même pas d’yeux !

MARCHAND DE LEGUMES : Je vous dis qu’il est mort ce machin.

JOURNALISTE TV : Plus c’est sanglant plus ça se vend. La télévision adoucit les mœurs.

FEMME EN BLEU : Non, il vit puisqu’il a respiré ! Enfin il vit… biologiquement au moins.

AVEUGLE : Mettez-vous d’accord…

JOURNALISTE TV : En gros, c’est un truc qui pue, vous voyez ?

AVEUGLE : Non.

DIEU : Ne laissez pas cette chose crever ! Je n’en veux pas chez moi.

CURÉ : Tête de con ! Et la miséricorde divine alors ?

DIEU : Je ne parle pas aux puçots.

MARCHAND DE LEGUMES : Bon, ce truc est trop monstrueux pour être humain. Mettez ça dans le caniveau.

CHAUFFEUR DE BUS : Il nous regarde. Il nous supplie.

AUBERGINE AVEC UN SANDWICH AU THON : Il ne faut pas le laisser sur le trottoir, on trébuche dessus. Mais dans le caniveau, cela gênera la circulation.

BANQUIER : Mettons-le dans aux égouts !

MARCHAND DE LEGUMES : Oui ! Il n’aura que ce qu’il mérite !

DIEU : C’est vrai ! On n’a pas idée d’être aussi laid ! Dire que j’ai créé les hommes à mon image !

FEMME EN BLEU : Ce machin… Il fait pitié.

CHAUFFEUR DE BUS : Il fait peur.

CURÉ : C’est triste d’en être réduit à ça.

ANCIEN AMI : Je crois surtout qu’il a honte.

MARCHAND DE LEGUMES : C’est ridicule. Il faut qu’on retire ça de devant mes légumes où ça va faire fuir les clients !

AUBERGINE AVEC UN SANDWICH AU THON : Mon Dieu ! Qu’en fait-on alors ?

DIEU : Ah, ne me mêlez pas à tout ça.

CURÉ : Tête de con !

ANCIEN AMI : Peut-être faudrait-il le tuer.

CURÉ : Ah non ! Souvenez-vous des commandements : « tu ne tueras point ».

DIEU : Oui enfin toute règle a ses exceptions.

AVEUGLE : Il est mort oui ou non ?

FEMME EN BLEU : Je ne sais plus.

CHAUFFEUR DE BUS : Tout à l’heure il m’a semblé qu’il nous regardait. Mais à présent je crois qu’il est tout à fait mort.

CURÉ : Ses yeux sont encore plus vitreux qu’avant !

CHAUFFEUR DE BUS : Il m’a même semblé l’entendre murmurer plusieurs fois quelque chose.

TOUS : Quoi ??

CHAUFFEUR DE BUS : " Désolé ".

= commentaires =

Hag


    le 04/04/2007 à 19:12:28
Youpi, en un seul texte tous les stéréotypes y sont passés. Ah non, il manque le policier qui veut l'arrêter pour outrage à la décence. Ce que je me suis fais chier.
Nico


    le 04/04/2007 à 20:06:11
Non mais je l'avoue franchement j'ai eu du mal à terminer les Thoughts, donc les deux derniers épisodes étaient très très lourds. J'en ai jeté un dans le vide sidéral d'une corbeille électronique et le deuxième, celui-ci, j'ai fait ce que j'ai pu pour sauver les meubles.
Je suis incapable de terminer ce que je commence. Y a des centaines de textes inachevés qui trainassent sur mon bureau. Là j'ai voulu boucler.

commentaire édité par Nico le 2007-4-4 20:7:55
nihil


Pute : void
    le 04/04/2007 à 20:09:14
J'ai pas du tout suivre le concept de cette rubrique moi. Je veux bien un schéma.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/04/2007 à 21:41:34
Toi Roumanie ?
Ca dur français parle, ça sûr.

Ceci dire, ça texte très pas aime moi pareil. AB produirction ressemble, très. Très trop forme à propos. Contenu non intéresserer.
ceacy
    le 04/04/2007 à 22:19:47
Bah, il y a une phrase qui vaut le détour :
"Ne laissez pas cette chose crever ! Je n’en veux pas chez moi."
Myra
    le 04/04/2007 à 22:21:46
Moi bien aime, ouais, porque la polyphonia es muy divertibuena y ça fait son charme.



Je crois qu'on s'est compris.
ceacy
    le 04/04/2007 à 22:22:50
Non.
Myra
    le 04/04/2007 à 22:27:58
Oui mais toi t'es un chauve repenti faut pas chercher.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/04/2007 à 23:01:21
Apprends-moi la repentance, Ceacy, je suis super preneur.
Inv
    le 05/04/2007 à 01:12:30
J'ai presque trouvé ça pas mal.
MonsieurMaurice
    le 05/04/2007 à 06:13:31
MONSIEUR MAURICE : "Nom de Dieu, passez moi le sel, s'il vous plait".
LH
    le 05/04/2007 à 10:12:03
Et franchement donner l'explication du texte à la fin, pour le coup c'est suicidaire.

Ca passe de texte bizarre à texte raté en un clin d'oeil.
Nico


    le 05/04/2007 à 18:46:26
Euh. Si tu as trouvé l'explication de Thoughts dis-le moi parce que je ne suis pas sûr d'avoir trouvé moi. Merci bien
Glaüx-le-Chouette


    le 11/04/2007 à 15:04:57
"En gros, c’est un truc qui pue, vous voyez ?"


A la première lecture, j'avais pas vu l'auto-commentaire inclus.

Subtile méthode.

A le relire, j'aimerais presque. Mais ça demeure beaucoup trop tarabiscoté.

= ajouter un commentaire =