LA ZONE -
Résumé : Le crétin en -kov, souhaitant s'exfiltrer une fois de plus du cloaque des auteurs inactifs, se gratte les couilles et la balalaïka pour nous infliger une ballade inutile et surnuméraire.

Ballade des langoureux

Le 07/08/2007
par Dourak Smerdiakov
Si un jour, imbécile heureux
Dont l'allégresse pétarade
Des mots guillerets et niaiseux
Sur une mélodie bien fade,
La chimère te laisse en rade,
Ferme ta gueule, écoute un peu :
Dans le silence, en embuscade,
La ballade des langoureux.
Plutôt que le refrain mielleux
De ta grotesque sérénade,
Nous, moroses, nous, chiens galeux,
Nous aimons qu'entre deux rasades
Un chant, sur notre peau malade,
Déverse l'acide fielleux
D'une musique sans pommade,
La ballade des langoureux.

Nous, psoriasiques, nous, lépreux,
Savons comme la vie dégrade,
Mais, ni furibonds, ni fiévreux,
Lassés de l'espérance crade,
Nous ne voulons que la saudade,
Lamentée dans un soir pluvieux.
Elle, la douce, la maussade,
La ballade des langoureux.

ENVOI
(aux chanteurs guillerets)

Fais moi confiance, camarade,
Tu cracheras tes derniers feux,
Tu viendras chanter la ballade,
La ballade des langoureux.

= commentaires =

Hag


    le 07/08/2007 à 21:19:24
J'adore.
Surtout l'envoi en fait, et la première strophe. M'en fout.
J'aime.
Glaüx-le-Chouette


    le 07/08/2007 à 21:31:55
T'as fait rimer saudade avec crade et pour ça j'aurai du mal à pardonner. Et puis je préfère le Dourak qui braille au caniveau des sonnets débraillés.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/08/2007 à 22:05:27
Du genre : "Il sortit du troquet.
La nuit bavait sur sa chemise,
Et, lui, sur l'Avenue Louise.
Tout cela n'était pas discret.

Il pissa dru contre un cyprès
(Ou bien le portail d'une église ?),
Puis, sur une pute insoumise,
Il s'essuya la bite, exprès.

Il s'échappa, dieu sait comment,
Aux trousses tout un régiment
De putes mal intentionnées."

Putain, j'ai la voix qui déraille.
Et je t'en chie, de la rimaille.
De la merde, en somme, un sonnet.

Glaüx-le-Chouette


    le 07/08/2007 à 22:10:02
HAHA

Ca j'aime mieux.
C'est bon la merde, quand c'est crié le poing levé et la glotte en charpie.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/08/2007 à 22:15:28

On peut passer la nuit, à ça.
Cela s'appelle inondation,
Avec ou sans ponctuation,
Compter quatorze et puis basta.

Placer la rime qui vient là,
La première, allez, sans façons,
Car dans tous les cas, c'est bidon.
Aux chiottes, tout ça partira.

On est en bonne compagnie
Ou mauvaise, selon l'avis.
La Pléiade, c'est plutôt chiant.

On ne devrait même plus lire
Ces putains de sonnets, c'est dire.
La ballade, ça, c'est seyant.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/08/2007 à 22:32:50
Ou bien, dans les supermarchés,
Posté très stratégiquement
Loin des touristes allemands
- Au rayon cosmétique, allez -,

Traîner là, errer, respirer
L'époque philosophiquement,
Bien qu'on se moque éperdûment
De cet air du temps frelaté,

Puis rentrer chez soi, valider
Sur douze fois quatorze pieds
Ses théories post-libérale

Sur cette base incontestable
Empiriquement vérifiable
Que le prix des tampons s'emballe.


Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/08/2007 à 22:51:52
Non, mieut vaut le rayon liqueurs.
Et les Allemands sont nos frères
Bien qu'ils inclinent à la bière
A l'instar des Anglais, d'ailleurs.

Continuons. Déjà vainqueur,
Nous marchons droit vers la lumière
D'un pas viril et militaire,
Vers les prix qui font le moins peur.

Le Porto bien choisi fait oeuvre
Salutaire et sans de couleuvres
Financières à avaler.

Mais le Cabernet Sauvignon
S'il vient de Bulgarie : filon
Que nul ne devrait ignorer.

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/08/2007 à 23:14:35
Le charriot, c'est pour les tapettes,
Les cul-de-jattes, les sans bras,
Les cantinières, les malfrats.
Pour toi, sous le bras, les emplettes.

A la caisse, avoir l'air honnête
D'un ivrogne de bon aloi,
Dans la file avancer bien droit.
Payer, sinon fin de la fête.

Sur le parking, accélerer
Devant les vieilles à panier,
Sortir par l'entrée, c'est marrant,

Ignorer les signaux routiers
Et l'usager non policier,
Tout ça te fait gagner du temps.
Glaüx-le-Chouette


    le 08/08/2007 à 15:11:50
Dourak je t'aime.
MonsieurMaurice     le 08/08/2007 à 19:24:32
J'ai beaucoup aimé. Cela semble inspiré avec bonheur du grand Gérard Lenorman.

A mon avis, Dourak est le nègre de Glaüx.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
s.h.g.i.3    le 14/08/2007 à 01:57:40
Quand j'étais mort-né,
J'enculais les anges,
Dans les limbes, sans
Jamais fatiguer.

Puis, j'ai respiré,
J'ai sali des langes,
Embrassé la fange,
Puis ça m'a lassé.

Donc, j'attends la mort,
sans hâter le sort,
Car c'est un péché.

D'après mes parents,
J'étais plus marrant
Quand j'étais mort-né.

Commentaire édité par Dourak Smerdiakov.
burkanébé     le 14/08/2007 à 02:14:23
C'est fin, c'est beau, ça se mange sans fin.
Lapinchien


tw
    le 19/08/2007 à 12:54:20
Je suis l'absence totale de surprise de Jack.
Lapinchien


tw
    le 22/08/2007 à 21:27:00
Dourak, quand est ce que tu proses, bordel ?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 24/08/2007 à 01:06:44
Quand j'ai l'envie, et l'idée, et l'énergie. Une fois par an, pas plus de 2 pages. Les bonnes années. Autre question ?

J'ai mis une équipe d'analyste sur le décodage de ton commentaire précédent, mais la liste d'attente pour accéder au super-calculateur de l'Université de Vorkouta est longue CMB, alors je répondrai simplement : Petit Clamart.
MantaalF4ct0re


    le 26/08/2007 à 14:50:29
magnifique page !
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 04/09/2007 à 21:03:49
À Lao Tseu, à Diogène, à Raoul.


Je voudrais une vie de chien.
Ils s'enculent sans maquillage,
Les chiens. Ils crèvent sans verbiage.
Des trous noirs, ils ne savent rien.

Société, j'ai brisé mon lien.
J'ai renoncé à être sage.
J'aurai des puces. Et la rage.
Plus rien à foutre du maintien.

Le chien suit la voie sans vertu.
Il ne se sait individu.
Le chien n'aboie pas, il wou-weie.

Le chien se relèche au derrière
Sa vérité particulière.
Il ne doit pas gagner d'oseille.
Lapinchien


tw
    le 04/09/2007 à 21:43:40
c'est beau quant même la contrainte...
Curare-


    le 23/02/2016 à 22:52:05
Tu me fais penser à Gaston Vieujeux - tu connais ?

mon-cul.com

j'aimerais tant cyberpétasse
te renifler le cédérom
et m'enfoncer sans mot de passe
entre les poils de ton pentium

te cramponner le silicone
et sans servir aucun serveur
cliquer cliquer dans ton icône
à m'en péter l'émulateur

m'offrir ainsi monstre femelle
jusqu'à l'extase virtuelle
chacun de tes chemins d'accès

et tout au fond de ta mémoire
laisser la trace humide et noire
de mes désirs numérisés

* * dans l'infernale . .
Lapinchien


tw
    le 23/02/2016 à 23:20:23
Si ça se trouve c'est vraiment lui. Personne ne sait qui est Dourak Smerdiakov. Lui le premier d'ailleurs.
Lapinchien


tw
    le 23/02/2016 à 23:24:46
les commentaires de Dourak sous ce texte, c'est une mine d'or, un filon.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 24/02/2016 à 17:11:39
Je ne connais pas et je ne veux pas connaître quelqu'un qui fait rimer accès avec numérisés et qui s'adonne à l'érotisme. En plus j'aime les majuscules en début de vers, encore plus que les virgules. Vous êtes des êtres répugnants. Scandale, poulpes, tentacules, origami.
Muscadet


site blog fb
    le 07/09/2017 à 19:15:27
Bon, ça valait sacrément le détour.

C'est à ce type de frénésies inspirées qu'on reconnaît l'émulation consécutive à l'élection de Sarkozy. 66% d'approbation en Août 2007 et huit sonnets. Tout de même.
Muscadet


site blog fb
    le 07/09/2017 à 19:24:41
Cependant, seuls les sonnets arrivent encore à convaincre.

= ajouter un commentaire =