LA ZONE -
Résumé : Bon ça, c'est spécial. Tout en étant très cohérent, clair et compréhensible, on capte pas du tout où l'auteur veut en venir. En tous cas ça baigne dans une atmosphère vaporeuse, délicate et assez sombre, c'est loin d'être désagréable, mais voilà : je vois pas l'intérêt.

Dard

Le 10/03/2008
par Anglerond
[illustration] Une épine, minuscule, de couleur noire, passa violemment de la tige de la rose au rose de l’épiderme d’Helene. La brindille noire se noya dans une goutte de sang écarlate et de là remonta jusqu’au cœur un cri âpre, cruel. Pour le blesser, l’égratigner, le vider à jamais de son mauvais sang.
Helene fut soudain absorbée par la vive sensation de la piqûre de l’épine. Elle en oublia un instant son chagrin. L’homme pour qui elle s’abattait en de noirs desseins ne compta plus, n’exista plus. Ses yeux, sa voix, ses ongles, son être en entier était plongé dans cette tentative désespérée qu’a un humain sans aiguille voulant extraire une écharde ou une épine si enfoncée sous la peau, là justement ou l’autre pouce n’atteint pas. Helene se torture à donner à ses doigts l’occasion de dépasser leurs limites et leur fait subir toutes sortes d’acrobaties idiotes et douloureuses aux articulations qui pourtant jamais n’arriverons à joindre, l’un en face de l’autre, deux ongles bien durs et fermement décidés à chasser l’intrus qui se cache commodément et sans scrupules sous une fine couche de peau qu’il a creusé et s’y est installé si impeccablement dans un bain de sang, à seule fin cruelle semble t il, de venir là, agacer quelques nerfs et menacer par un demi millimètre de bois noir l’édifice humain tout entier, jusqu’à réussir à lui faire croire à une écume empoisonnée, à un meurtre commis sur une innocente, par la nature toute entière, par le revers piquant de la rose.


= commentaires =

nihil


    le 10/03/2008 à 17:11:41
Ouais bah alors là, je suis carrément un sanglier.
Narak


    le 10/03/2008 à 17:49:28
Ouais ouais ouais... sinon ça va ?
Rouage


    le 10/03/2008 à 19:19:29
Les roses ça fait trop goth.
Nico


    le 10/03/2008 à 19:43:30
Je prendrais deux merguez et la cannette d'ice tea qui est au fond là bas. Molo sur la mayo.
Nico


    le 10/03/2008 à 19:43:49
Nous sommes des sangliers.
Hag


    le 10/03/2008 à 19:55:59
Non moi je suis un putain de papillon.
Nico


    le 10/03/2008 à 20:08:10
Je prendrais aussi la grosse tapette à mouches.
nihil


    le 10/03/2008 à 20:12:46
Narak, on t'appelle.
MantaalF4ct0re


    le 10/03/2008 à 22:49:09
Anglerond fait partie du lobby anti-roses, pro-tulipes.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 11/03/2008 à 01:55:53
Va crever, pute. Complètement hors-sujet sur la zone, au mieux.
Mentaltrash


    le 11/03/2008 à 03:31:14
taggle
Omega-17


    le 11/03/2008 à 08:00:22
Tas de mots abscons même pas absurde, ça mérite rien.
Caboche à kirsch     le 11/03/2008 à 09:16:33
Pas un seul gros mot, ça doit vous perturber, tas de verrats !
Allégories, métaphores, symboles : quand on n'en voit pas l'intérêt on s'inscrit sur la zone.
Tête à grog     le 11/03/2008 à 10:36:32
Tas de mots abscons, tas de mots abscons........
Ca me rappelle quelqu'un. Mais qui ?
Aesahaettr


    le 11/03/2008 à 12:49:58
Moi je vais me la péter plus Qu'Oméga en utilisant le terme "abstrus".
Et je fais un gros doigt à Omega en partant.
Va te faire foutre, Omega.
Anglerond


    le 12/03/2008 à 01:14:48
putain les mecs faut tout vous zespliquer. c'est vrai que vous êtes des sangliers nourris à la merguez et à la bière rance.
la meuf Hélène, c'est la pute qu'est votre pute de meuf à vous : il suffit d'un dard plus pointu que le votre et vous devenez sa merde qu'elle jette sur un trottoir,sur laquelle vous marchez un soir de cuite avant de vomir.
le gros mot c'est l'ensemble du texte. c'est nul, je sais, ici, mais je voulais en être sur. j'ai un autre texte qui est posé, pas plus vulgaire, la violence est ailleurs, allez y faire un tour, ailleurs tas d'abstrus.
mais ce que j'aime le plus, dans les textes de la zone, ce sont les comentaires. j'y écrirais encore que pour ça. il en reste des merguez ? et la mayo....
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/03/2008 à 01:25:29
Tu suces ? T'avales ? T'écris des textes ?

Un cognac, sinon rien. La bière rance et les merguez, t'envoies ça au Darfour ou aux Wallons, merci.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/03/2008 à 01:28:32
Bah, après le mot 'chagrin', je n'arrive plus à comprendre le sens des phrases.
Anglerond


    le 12/03/2008 à 01:42:13
va pour le cognac. pourtant tu devrais lire le sens des phrases avec ta cervelle à l'envers ! faut pas réfléchir en lisant, faut lire, simplement. mais t'as pas l'air d'y arriver. trop de meguez, c'est sûr
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/03/2008 à 01:48:55
"Ses yeux, sa voix, ses ongles, son être en entier était plongé dans cette tentative désespérée qu’a un humain sans aiguille voulant extraire une écharde ou une épine si enfoncée sous la peau, là justement ou l’autre pouce n’atteint pas"

Non, celle-là, je l'ai relue dans tous les sens, je ne trouve pas prise (spéciale dédicace anniversaire Claude François).
Anglerond


    le 12/03/2008 à 01:54:17
plante toi une épine sur le dessus de la main à un endroit ou tu n'arrivera pas à l'enlever avec tes deux pouces comme on fait d'hab.
insiste.
et tu pourra peut être observer la magie de tout un corps qui participe à l'effort.
j'ai voulu l'écrire, je l'ai raté car je voulais aussi que les gensses ils réfléchissent. à priori ça fonctionne.
si j'étais un CLD FRçs, j'écrirais pas à la zone, je baiserais aux philipines
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/03/2008 à 02:09:34
Tu ne comprends pas. Je ne discute pas le réalisme de la scène, je dis que ta phrase est incompréhensible et ne permet même pas de visualiser cette scène.

"cette tentative désespérée qu’a un humain "... Avoir une tentative ? Ce n'est pas ma langue, ça. Réellement, je ne comprends pas ce que cette phrase tente de dire, je n'en discute même pas la crédibilité.
Claude François     le 12/03/2008 à 02:36:37
J'avoue, vers la fin de ma carrière j'ai un peu pété les plombs.
Anglerond


    le 12/03/2008 à 03:51:22
peu importe pour moi la scène. il ne se passe rien. une épine dans la peau. et alors ? dans toutes histoires écrites ici ou sur d'autres sites il ne se passe rien. rien qui n'ait déjà été écrit !
pour moi ce n'est qu'un prétexte à écrire. être subversif en ce qui me concerne c'est bousculer la langue.
j'aurais pu écrire : toute entière elle était plongé dans une tentative désespérée, parce qu'elle n'avait pas d'aiguille, à vouloir extraire l'écharde ou l'épine, si enfoncée sous sa peau, à un endroit ou avec les deux pouces elle ne peut pas l'atteindre.
c'est de la langue. classique.purement scolarisée.
ce n'est pas du langage, pas de l'écriture créative.
Francinter     le 12/03/2008 à 03:57:00
t'as raison taloche à kirch, quand y a pas de crève salope ou pute je te nique ou qu'il y a pas d'égogeoir à humains, vous bandez mous les gorets.
il est tard je vais aller finir "La nuit remue".
Nico


    le 12/03/2008 à 13:39:52
Un auteur qui se justifie en disant que ses lecteurs sont des ploucs... Moi je préfère parler de merguez. Je les aime bien cuites, surtout au barbecue.
Anglerond


    le 13/03/2008 à 03:02:04
pas des ploucs, des sangliers. pas justifier, redresser. je sais que j'écris volontairement tordu. pas aller droit, tordre. provoquer. après je déplies.
Lemon A


    le 06/04/2008 à 20:56:59
Ouais.
En résumé c'est à chier.
SKiZZZO     le 03/08/2011 à 06:09:46
ben moi,
quand tu veux tu m'adresses
skizo1974@gmail.com
il faut vraiment avoir de la cagad dans les orifices
Fuck you all you fagotzzzzz

= ajouter un commentaire =