LA ZONE -
Résumé : Dans la série des bouffons autocentrés, qui profitent de la Saint-Con pour poursuivre la polémique sur leur cas et faire parler d'eux, voici Quelqu'un. Texte symptômatique : private-jokes au sujet de la Zone et un auteur qui est le héros de son propre texte et parle de lui à la troisième personne. Bref c'est la protestation d'un ego malmené qui plaide sa cause et veut attirer l'attention par tous les moyens. Avec ici en bonus la confusion mentale qui caractérise son auteur.

La Saint-con de Quelqu'un d'autre...

Le 13/04/2008
par Quelqu un
[illustration] Ce texte démontre que les miracles sont possibles, il suffit d'espérer...
D'ailleurs, l'ensemble de "la Zone" espérait un miracle !
Bilan de la Chrétienté depuis ses origines : environ quarante trois milliards de morts, une seule "Jésurrection" non prouvée..., une seule "Nihilation" ésotérique hallucinée et un cas unique d'auto combustion spontanée, celui du dénommé Quelqu'un...
En 2008, sur "La Zone", un putain de connard pétomane du nom de Glaûx-le-chouette passe en jugement.
On l'accuse d'avoir tué Quelqu'un après avoir détruit ses texticules, en le brûlant publiquement...
Il n'en restait plus qu'une partie de la tête et quelques vertèbres, à une trentaine de centimètres de son ordinateur.
Le fauteuil avait brûlé à l'emplacement du corps, mais l'ordinateur était intact.
Nihil, le chef de "la Zone", réussit à convaincre les juges du tribunal qu'il ne s'agissait pas là d'un décès ordinaire.
Les juges ont alors admis l'existence d'une sorte de "feu justicier " lancé par Dieu pour châtier Quelqu'un, qui passait pour écrire plus que de raison des textes interminables.
Un médecin légiste émit l'hypothèse que ce cas de combustion humaine spontanée s'expliquerait par l'état d'imbibition texticulaire particulièrement prononcé de la victime.
Une étincelle de génie suffisant à enflammer Quelqu'un alors en pleine séance masturbatoire de ses neurones.
Quelqu'un avait en effet été retrouvé dans une position naturelle, assis devant son PC, comme si tout c'était passé en une fraction de seconde !
Un autre problème était l'intensité de la chaleur dégagée et l'étendue des brûlures, car il faut une température d'au moins 1.650 °C pour consumer un corps humain.
Une telle chaleur réduirait tout en flammes dans un rayon considérable et aurait mis le feu à la maison.
Cependant dans ce cas de combustion, l'environnement avait été épargné.
Un autre problème était celui de l'étrange silence de la victime.
Celle-ci n'avait pas appelé à l'aide, d'ailleurs personne n'avait jamais entendu Quelqu'un...
C'est le pseudonommé Oméga, le seul ami virtuel que Quelqu'un eut jamais virtuellement qui fournit l'explication rationnelle en affirmant que ce cas de combustion quasi-inhumaine spontanée s'était produit lorsque la courbe géomagnétique de la Terre était à son maximum.
Cette courbe varie considérablement en fonction de l'activité solaire par rapport au degré celcius de la connerie ambiante.
Cela indiquant que cette combustion spontanée était le résultat d'une interaction entre des conditions astronomiques bien spécifiques et l'état neuronal de Quelqu'un, une étincelle de génie l'ayant littéralement allumé....




= commentaires =

nihil


    le 13/04/2008 à 12:45:27
A rapprocher du texte de Mill, la ressemblance est frappante. Même cause, mêmes effets, je suppose.
Glaüx-le-Chouette


    le 13/04/2008 à 12:59:35
ràb, d'une part, et on n'y capte rien même en étant bien placé pour douiller les private "jokes", en théorie. On avait dit Saint Con, pas semaine textes de merde.
nihil


    le 13/04/2008 à 14:05:19
Auteur : Mill - Titre : Haro sur le Mill
Auteur : Quelqu'un - Titre : La Saint-Con de Quelqu'un d'autre

Décidément.
"Coucou, j'existe, faites attention à moi !"
Lemon A


    le 13/04/2008 à 14:08:39
Bon.
J'aime assez le début égotrip. Après ça tombe dans la vase et la facilité.
Quand on a rien de substanciel à raconter c'est toujours un problème.
Mill


site lien fb
    le 13/04/2008 à 14:11:51
Pas d'accord. Sans parler de qualité, mon texte joue la carte de l'autodérision, sans me poser en victime. Je suis le con de mon texte, celui qu'on essaie de brûler, avec raison. Le portrait que je dresse du personnage de Mill dans le texte le rend insupportable : il mérite donc d'être brûlé. Parlons de masochisme, mais certainement pas de "Coucou, j'existe, faites attention à moi !". Je me suis juste amusé à me décrire comme vous semblez me voir, en exagérant, bien sûr.
Mill


site lien fb
    le 13/04/2008 à 14:13:21
Pour ce qui est de ce texte-ci, j'aime pas du tout. Encore moins que le mien, c'est dire.
Lapinchien


tw
    le 13/04/2008 à 14:26:49
quelqu'on doit avoir un pain de C4 à la place du cerveau pour que çà pète au moindre éclair de lucidité
Aesahaettr


    le 13/04/2008 à 14:38:51
T'as un problème avec les pains de C4, enculé de fasciste ?
Lapinchien


tw
    le 13/04/2008 à 14:45:15
oui. clairement et çà remonte à ma plus tendre enfance avec la Play Doh dejà.
Strange


    le 13/04/2008 à 16:28:37
Je tiens quand même à saluer l'effort évident de l'auteur à se limiter dans l'emploi du point de suspension (ça lui donnait une sensualité débordante... j'étais pendue à ses lèvres... ces petits soupirs... c'était langoureux... j'en pouvais plus... c'était insupportable).
J'en ai comptés que 6 sur trois paragraphes.

PS : En fait 7, avec le titre.

commentaire édité par Strange le 2008-4-13 17:21:48
Lapinchien


tw
    le 13/04/2008 à 17:15:17
tu vas adorer mon texte alors
Quelqu un


    le 13/04/2008 à 19:18:21
Chers "tousses", particulièrement chère Hippie Strange... ainsi qu'à tous et toutes les autres...
Les troubles physiques et cérébraux qui vous affectent sont la conséquence fatale d’une masturbation effrénée : vertiges, éblouissements, insomnies, rêves pénibles ou voluptueux, réveil en sursaut, palpitations, bourdonnements dans les oreilles, affaiblissement de la vue, perte de l’appétit, douleurs dorsales, relâchement musculaire, etc. en ce compris la fixation sexuelle sur mes points de suspension (c'est BDSM)...
Elles constituent les traits principaux d'une dégradation physique.
Le moral n’est pas moins profondément atteint, les signes présentés dans divers commentaires suffisent souvent pour qu’on puisse après un court examen stigmatiser le genre de délire.
Tout d’abord, il y a un affaiblissement marqué de la mémoire, non à la manière de la démence, qui se souvient encore des faits éloignés tout en ne pouvant se rappeler ceux qui se sont passés récemment, mais un affaiblissement complet, général, aussi bien du passé que du présent.
La défiance est alors poussée à un degré extraordinaire, le branleur et/ou la branleuse craint, sans chercher à se rendre compte du pourquoi, instinctivement pour ainsi dire, qu’on veuille lui faire du mal, l’empoisonner, le/la torturer, ou bien au contraire il/elle est content(e) de tout ce qu’il/elle fait, il/elle est fier(e), il/elle n’y a que lui/elle qui fait bien, il/elle présente une sorte de vanité dont rien ne peut le/la faire revenir.
Bientôt des conceptions délirantes s’emparent de son esprit: ce sont le plus ordinairement des craintes de nature divinatoires envers le chef, ici en l'occurence Nihil et son âme damnée Glaüx-le-chouette.
Symptôme pathognomonique, le masturbateur et la masturbatrice présentent une aversion des plus prononcées pour Quelqu'un (en général et en particulier), dont la vue d'un de ses texticules suffit à provoquer de véritables accès convulsifs.
Est-il besoin d’ajouter que la stupeur, la démence, sont le plus souvent le résultat inévitable de cette triste affliction ?
Cette forme d’aliénation est curable quand l’esprit conserve encore la puissance de contrôle sur lui-même.
Dans le cas contraire, le sujet présente peu de chances de guérison et l’état mental s’aggrave chaque jour avec la persistance des habitudes solitaires que, malgré la surveillance la plus grande, ces malades parviennent encore à satisfaire.
Le cas des quelques femelles présentent, particulièrement Strange que j'éviterai de brouter le minou pour des considérations pathologiques, inclus les vésanies qui reconnaissent pour causes les troubles des fonctions menstruelles, ne méritant pourtant pas toutes d’y arrêter mon attention.
Mais..., les folies dues à la suppression ou à l’écoulement trop abondant ou insuffisant du flux cataménial, désignées sous les noms de folie aménorrhéique, dysménorrhéique, ménorrhagique… etc., ne doivent pas pour autant être acceptées sans contrôle, au moins au point de vue étiologique.
Il faut bien se pénétrer (c'est sexuel et bien profond) de cette idée que, derrière ces troubles des fonctions menstruelles, il y a presque toujours un état général auquel il faut savoir remonter : c’est ainsi que, suivant l’état de santé de la malade, le délire revêtira la forme maniaque ou lypémaniaque... et le pronostic variera suivant le résultat obtenu par la thérapeutique pour régulariser l’écoulement menstruel.
Dans certains cas, on voit la folie guérir alors même que les règles ne sont pas complètement rétablies, ces dernières ne revenant qu’au milieu de la convalescence, quand l’équilibre s’est rétabli peu à peu dans tout l’organisme par suite du retour du système nerveux à son état normal.
Cela s’applique également aux folies résultant des modifications apportées à l’organisme par l’état gravide de l’utérus.
Ces vésanies, connues de tout temps, se compliquent parfois en délirium érotique.
Ces faits si remarquables ne présentant en eux-mêmes rien qui les rattache directement à mon sujet, il me suffit de les signaler pour vous en faire part.

commentaire édité par Quelqu un le 2008-4-13 22:7:48
Glaüx-le-Chouette


    le 13/04/2008 à 19:38:03
Tu ferais mieux d'écrire des textes, de les relire et de les retravailler, avec usage de l'esprit critique et des outils de la langue française, plutôt que de pisser des commentaires pareils.

Au moins, des textes, on les lirait.
Aesahaettr


    le 13/04/2008 à 19:42:51
Moi j'ai lu.
On dit "affliction", connard.
Strange


    le 13/04/2008 à 20:18:21
T'as msn, mon héros ?
Je n'ai pas compris grand chose, je n'ai pas tout lu, mais juste assez pour réaliser que tu étais très fort, que je voulais être ton amie, tu veux bien ?
Tu *savais* que j'avais mes règles, et ça c'est extraordinaire. Tu *savais* que je me masturbais trop (même si je délègue beaucoup à des canards du tiers monde ces derniers temps), et c'est quand même bien agréable d'être reconnue par les siens, copain. Tu *savais* également pour l'affaiblissement de la vue, et pour les douleurs dorsales de nihil, et là je suis vraiment très impressionnée.

Tu dois penser que je veux t'arnaquer en te proposant mon amitié, mais pas du tout. Tu m'apprendras tes dons d'extralucidité, et moi je te montrerai la voie qui te permettra de t'exprimer de façon intelligible pour le commun des mortels, avec des légos et des onomatopées.


PS : Et tu savais pour le BDSM ... mais ça on en parlera en privé... nouvel ami... ... ... ... ... ... ... ../ ./. (hihihi ça fait du morse, c'est rigolo)...

Sinon le texte, j'ai pas aimé.
Aesahaettr


    le 13/04/2008 à 20:41:08
Toi par contre tu le comprends...
Je propose de soumettre Strange à deux heures de SAO pour vérifier si elle est pas contaminée.
Glaüx-le-Chouette


    le 13/04/2008 à 20:42:38
Sodomie Assistée par Ordinateur ?
Aesahaettr


    le 13/04/2008 à 20:43:15
Sans Aucun Oxygène.
Kwizera


    le 13/04/2008 à 20:51:50
genre 400asa il va soumettre Strange. ahaha
Quelqu un


    le 13/04/2008 à 22:16:29
J'ai MSN ma chère et douce esclave, Strange...
Sois donc mon amie...
Nous sommes maintenant trois face à ce monde de dégénérés, trois comme les trois doigts d'une main qui n'a que 3 doigts, trois, comme Oméga, Strange et Quelqu'un...
Nous commencerons par une partouze sodomique, un totem dans le cul de Glaûx-le-chouette sera le prélude...
Ensuite je suivrai la voie que tu me montreras, bien profonde...
Je te suspendrai ensuite à mes points de suspension tandis que je te planterai un point d'interrogation dans les yeux...
Je t'apprendrai ainsi à aimer mes texticules bien couillus...
Viens, je t'attends...
Astarté


    le 14/04/2008 à 13:40:09
Z'êtes sur que c'est pas Mill, c'est fou cette décalcomanie parfaite.

Poubelle
Hag


    le 14/04/2008 à 17:23:36
Ce texte est nul et son auteur un gros con.
Aka


    le 14/04/2008 à 17:46:02
Je n'ai absolument rien à dire sur ce texte, je voulais juste montré que je l'avais lu parce que moi aussi j'existe bordel.
Quelqu un


    le 15/04/2008 à 11:09:28
Mill est mon frère jumeau...
Mill


site lien fb
    le 18/04/2008 à 22:40:05
Dans ce cas, t'es au courant qu'on dit MILL, blaireau.
Carc


    le 18/04/2008 à 23:39:32
J'ai arrêté à "ordinaire" et je suis d'accord avec Hag.
wold .     le 03/05/2008 à 19:35:08
ha merde alors, je parie qu'il a 19ans?j'ai raison quelqu un?vous voyez pas forcement le rapport mais moi si

= ajouter un commentaire =