LA ZONE -

L'opération II - la roue tourne

Le 25/08/2008
par Lemon A
[illustration] Lorsqu'elle englouti goulûment sa bite dans la bouche, Jésus poussa le premier râle. Elle l'avait avalé d'un trait, tout entière, prenant les couilles à pleine main.

"Putain que c'est bon"

Tandis qu'elle accomplissait d'effrénés allers/retours, Jésus continuait de gémir. Elle le pompait comme un mort de soif, déglutissant des traînées de salive qui enchaînait sa langue enluminée au gland cramoisi.

"Suce moi bien salope, continue"
Jésus savait qu'il allait la prendre par tous les trous, peut être même qu'il lui pisserai dessus. Mêlée au spectacle de la pipe, cette idée l'excita au point de provoquer une incontrôlable montée de jouissance. Incapable de réguler l'orgasme, il se répandit comme une fontaine entre la langue et le palais de son fantasme.

"Salooooope !"

Elle se redressa avec une expression lubrique et fit mousser le sperme au seuil de ses lèvres, tout prêt de son visage. Il se détourna et entrepris de se rajuster. Une vague de dégoût l'envahissait soudain. A présent, sa bite lui semblait douloureuse, elle était rouge et le piquait.

"Désires-tu prendre un bain mon amour ?"

Derrière ces mots, un habitus lui commanda de voir à nouveau son interlocutrice. A l'aide d'une serviette hypoallergénique, elle épongeait les résidus gluants de l'orgasme inopiné. Il croisa un regard vide.

"Non ça ira comme ça, casses-toi"

La femme génétiquement modifiée ne dit rien, passa méthodiquement le linge sous son ventre le frottant contre son pubis puis le déposa sur un paravent et se dirigea d'un pas mécanique vers la sortie du bureau. Jésus attendit d'être seul avant de récupérer la serviette qu'il plia en quatre et rangea dans une poche vide de sa combinaison.

SWITCH

Encore une journée de merde pensait Eugène tandis qu'il descendait les marches en béton gris de la bouche de metro. Il s'engageait dans le couloir souterrain comme un automate, le pas cadencé sur celui des autres passagers. Tous les jours, à cette même heure, une procession d'ombres fugaces filait et se croisait sans dicontinuer : un défilé de chiffons anthracites, bonhommes de cire à la démarche robotique et aux visages fermés. Pris dans le flux humain de ce vendredi soir Eugène déambulait en rythme, sans réfléchir à son chemin, revenant du bureau vers son domicile. Il évoluait dans un cocon autiste, isolé de la foule, plongé dans ses soucis. Le putain de dossier cognait contre sa hanche, le dossier urgentissime qui ne souffrait aucun délais, le dossier qu'une fois encore, il n'avait pas pu refuser. Et voilà, une demi journée de travail, un quart de son week end carbonisé.

Eugène Guinart bossait depuis 25 ans dans un service comptable. 25 années à taper sur les touches d'une calculatrice et à remplir des formulaires, à empiler des chiffres dans des colonnes, à vérifier des diagonales et à copier des lignes, 25 ans, aussi, à perdre ses cheveux, la vue, et puis, à force de rester le cul posé sur un siège, à compiler le gras au bide. Depuis 25 ans Eugène était devenu chauve, myope et aussi flasque qu'un éléphant de mer. Lui qui se rêvait en footballeur de légende, lui qui s'imaginait en cavalier des hautes plaines, ressemblait à ces seconds rôles de série B : binoclards, moches et stéréotypés.

SWITCH

J'ai constaté mon déces. Etendu raide mort avec le crâne explosé. Du sang continuait de couler, auréole noire qui se deployait tout autour de ma tête. L'enveloppe charnelle, témoignage périmé de mon passage sur terre, gisait là, dans le jardin d'un loft. On fait tout un tas de suppositions sur ce qu'il se passe apres, dans l'au delà. On quitte le monde des vivants comme une ame en peine, on devient un fantome errant, un bon génie, un mauvais demon, on s'envole vers les cieux, un passeport pour le paradis ou une condamnation pour l'enfer, on renait, on se réincarne en mamifère, en homme, en femme ou en quelquechose d'autre, on tombe en poussiere et chaque particule rejoint les tissus de l'univers. On fait tout un tas de suppositions mais on ne connaitra jamais la certitude, à moins d'être un illuminé évidemment, un frappé du bocal, un adepte ou un gourou de secte.

Je regardais mon cadavre sur un ecran video, dans un endroit blanc, pur, sans commencement ni fin, sans espace. Je n'étais plus qu'une conscience nue, sans propriété physique, sans épiderme, sans os, sans corps, je n'étais rien de constatable, rien de visible par un témoin oculaire. Une vue de plongée sur la coquille inerte d'en bas, la masse organique dont je figurais l'âme dépossédée. Je voyais Golden, cette salope de sirène, qui s'employait à pousser mon cadavre dans la fosse que j'avais moi-même creusé. Ma dépouille glissait dans la terre pour disparaitre à jamais, empilée sur celles de Stravinski et de ses acolytes. En attendant les vers.

SWITCH

Les portes de la rame claquaient, coupant le tas humain en une portion informe et compressée. Le métro sonnait et emportait les chairs molles, forçant la terre de ses boyaux puants, de ses lampes clignotantes et du bruissement de la ferraille usée. Eugène avait toujours tout accepté avec cette résignation passive des faux génies. Il nourrissait un grand destin mais il l'avait laissé pourrir sur le coupable autel de la contemplation vaine. Il avait attendu les bras croisés une reconnaissance qui, de lui à lui, semblait aller de soi. Mais cette attente l'avait enfoncé évidemment. Car si le monde devait voir, comprendre, et récompenser son intelligence supérieure, le monde n'avait rien vu ni rien compris du tout. Et maintenant il ne restait plus rien à voir ni à comprendre, Eugène était un con supplémentaire parmi les cons, inapte à sortir du troupeau et à monter vers les étoiles. Je suis chauve, myope et flasque ressassait-il en avalant les marches du metro, je ne suis qu'un raté minable.

SWITCH

“Alors qu'est-ce que t'en pense ?” Une voix tonnait à l'intérieur de mes perceptions, elle ne m'appartenait pas. Elle appartenait plutot à un ange. “Tiens regarde” et je voyais une longue, une tres longue file d'attente, une queue interminable, qui s'effaçait dans le lointain. La camera balayait la scène comme si elle était accrochée sous l'habitacle d'un hélicoptere, au niveau du train d'atterissage. Tous ces gens avançaient lentement, résignés, les uns derriere les autres, dans un paysage plat, désolé, vide. Gros plan sur Starvinsky, gros plan sur Goran, gros plan sur le vieux, tous en-dedans et sans volonté, progressant sans but, ombres parmis les ombres, anonymes parmis des anonymes, quantité négligeable parmi la multitude passante. Putain, j'enregistrais toutes ces informations défilant sur l'écran, je devais les mémoriser quelques part, dans une quelconque banque de donnée. Je n'étais rien qu'une conscience invisible.

“Alors qu'est-ce que t'en pense ?” la voix tonnait à nouveau, imposante et froide comme du métal. Elle resonnait et remplissait tout ce qui pouvait être rempli. Je me suis dit que ce n'était pas la voix d'un ange finalement mais que ce devait être la voix de Dieu pour être aussi tonnante, et je me suis représenté Dieux, un barbu corpulent, droit, charpenté, avec un air de sagesse sans fond et de sévèrité glacée. J'ai répondu “je ne sais pas”. C'était vrai, j'avais perdu mes repères quelquepart entre la balle qui m'avait éclaté la tête et le réveil immatériel de mon esprit. “Tu veux les réjoindre ? “ me demanda la voix. Et je voyais à nouveau cette file humaine interminable qui avançait dans le néant, courbée, fatiguée, trainant des pieds. La file progressait dans ce no mans land, dans des kilomètres et des kilomètres de no mans land. J'ai crié “non !” d'une manière primale et automatique, quelquechose d'instinctif m'avait poussé à réagir, la nécessité d'une progression, le sentiment d'une étape.

SWITCH

Il avait épousé Capucine en 1977, une année médiocre pour les vins de Bordeaux, de Bourgogne et de Champagne, une année médiocre tout simplement. Il s'était retrouvé la bague au doigt parce qu'il n'avait pas su dire non, bercé par le courant de la rivière, allongé à l'avant de l'embarcation, sur le dos, les yeux clos, sans se soucier de la direction que prenait navire. A l'époque Capucine était encore baisable et elle avait encore envie. Mais, rapidement, elle s'était transformée en épouse informe et revêche, le harcelant sans cesse pour des vétilles et des questions ménagères. Dans la rue Eugène broyait du noir : ses ambitions de villa, de piscine et de bombasses énamourées s'était réduites à un F3 sans âme à une femme fanée auprès de qui il se gâchait. Heureusement il y avait quand même un point sur lequel ils s'entendaient. Elle ne voulait pas d'enfant.

Le digicode sonna et il entra dans la cours intérieur de l'immeuble. Des vélos gênaient l'accès à sa boite aux lettres, les poubelles redébordaient déjà d'ordures variées. Il était accablé. Les lumières avaient cessé de briller sur la ligne d'horizon, de sorte que l'horizon, simplement, ressemblait aux égouts. Un incompressible tas de remugles et de chiures dégueulasses étouffait toutes ses envies et ses passions. Eugène avait trop tardivement pris conscience de son apathie. La partie était jouée et les gagnants se partageaient le magot en tirant sur des gros cigares, au loin, au très grand loin hors de portée.

SWITCH

Jesus laissa se perdre un moment, assis derrière son bureau, suspendu à un vide transitif. Puis, pour se rendre à nouveau disponible, enclencha l'interrupteur commandant son système électronique de gestion des affaires courantes. Presque aussitôt, le visage anthracite du greffier envahi l'écran d'accès en salle. Une série de bips métalliques claironnait son apparition.

La porte située face au bureau glissa silencieusement vers la droite, longeant le pan de mur. Le greffier engagea une enjambée volontaire et s'immobilisa comme un piquet au centre de la pièce. A débit égal, il annonça :

" La nouvelle recrue est arrivée, dois-je la faire entré ?”
- Les tests sont-ils vraiment probants ? ” demanda Jesus
- Oui tous les tests sont positifs, il est dans une disposition idéale
- Bien” Jesus paraissait soulagé “je vais le recevoir”

Le greffier pris congé et Jesus se connecta au réseau de surveillance. Les ecrans video, le balayage des caméras et des capteurs sonores, les courbes et les statistiques, le clignotement des informations le ramenaient dans sa réalité propre. La vie sur terre constituait un putain de boulot.

SWITCH    
    
J'étais assis dans un couloir, sur un banc boulonné au sol, devant un grand miroir. Je n'étais plus cette conscience immatérielle mais j'étais cette conscience incorporée dans un type. Le corps d'un type d'une quarantaine d'années, vêtu d'un costume gris sur une chemise beige mal assortie et dont le visage bouffie portait des lunettes de vue. Le banc, le couloir gris veiné de câbles noirs, interminable, la lumière artificielle produite par des ampoules accrochées aux câbles, les murs et le sol en beton, la porte en acier sur ma droite, fermée, le claquement sec et constant de chaussure à talon sur le beton, un peu plus loin, indeterminé, et le miroir projettant mon reflet de face, sur le mur opposé du couloir, un grand miroir ancien, d'une hauteur d'homme, vissé au sol tout comme le banc. De mon vivant je ne ressemblais en rien au type que j'observais dans la glace. Un type un peu fort avec une tête épaisse, une peau lâche et l'amorce d'un double menton. Une chevelure filandreuse et trouée agonisait, annonçant la calvitie. Un physique abandonné de vacancier campeur, un physique de beauf marié, un physique d'amateur du tour de France. Le physique de pauvre clampin que je méprisais au quotidien, le corps du renoncement et de la soumission. Un mélange d'incompréhension, de déception et de colère me saisissait aux tripes, mes intestins se contractaient, mon trou du cul se crispait. Je commençais à me reveiller, à reprendre du poil de la bête. J'étais mort et on me réincarnait en un gros tas apathique. Dieux, ses sbires ou le cosmos me devaient une explication.

SWITCH

L'ascenseur s'immobilisa au huitième et dernier étage de l'immeuble. La serrure de la porte d'entrée accrochait, comme toujours. Eugène devait la faire changer ou trouver une solution. Son épouse lui avait attribué la gestion de la plomberie, de l'électricité, du chauffage, de la serrurerie et de tout ce qu'une femme ordinaire était censée attendre d'un homme capable. Mais lui, incapable, nourrissait une profonde aversion pour la chose manuelle, assorti d'une grande maladresse : des travers que Capucine ne manquait jamais de fustiger. Elle lui bouffait le cerveau à chaque fois que l'occasion se présentait, faisant d'une simple panne la pire des catastrophes, rouspétant, s'écoeurant à tout rompre, l'accusant de grever les économies du ménage par son inaptitude à effectuer lui-même les aménagements et les réparations nécessaires au fonctionnement de la maison. Eugène ne cessait d'être cet homme médiocre et creux, un ventre mou, un bras cassé.

Lorsqu'il claqua la porte derrière lui, le comptable senti que le logement était désert. La perception du vide l'avait saisi, un calme parfaitement accompli émanait des volumes. Deux fois par semaine, le mercredi et le vendredi, Capucine travaillait en garde décalée à l'hopital. Elle prenait son service en début d'après midi et l'achevait vers 22h00. Eugène songeait aux pauvres types dont elle avait la charge : en plus d'être mal en point ils enduraient les soins d'une infirmière aussi aimable et chaleureuse qu'un bulldozer. Ils n'étaient pas vernis ces types mais ils n'étaient assurement pas aussi mal lotis que lui, le mari. Eugène se débarassait de son manteau, retirait ses godasses et enfilait la paire de chaussons ridicule que Capucine avait sélectionné dans les rayons miteux d'une grande surface. Un examen rapide de la cuisine et de la chambre confirma son impression d'arrivée. Personne d'autre que lui ne se trouvait dans l'appartement.

SWITCH

La porte sur ma droite se déclencha. Elle coulissait sur le coté, libérant l'accès. Je me levais du banc et pénétrais dans une piece blanche, tellement immaculée qu'on ne distinguait plus le sol des murs et du plafond. Dieux ou son représentant m'attendait au centre de cette piece vide à l'exception du pupitre metallique derriere lequel il était assis et d'un ensemble d'écrans rappelant vaguement la cabine de pilotage d'un avion de ligne ou le pc sécurité d'une grande surface. Tout ces dispositifs semblaient flotter dans l'espace. Une chaise également metallique faisait face au bureau, le type qui m'attendait me signifia d'un geste qu'elle m'était destinée. Je m'approchais, je m'assis en me disant que Dieux, ou qui que se soit qui me recevait ici, figurait un type au physique plutot ordinaire, un homme entre deux âges, un peu plus grand et un peu plus massif que la moyenne. Il avait l'air fatigué, le teint pâle, les traits tirés. Il croisait les bras sur le pupitre de son bureau et pencha son buste vers l’avant, vers moi. Un sourire sombre d’apparat élargissait le trident de sa barbe fine qui contrastait avec ses lèvres sèches et ses paupières plissées. Un soupçon d'encre gris coulait dans ses yeux noirs.

SWITCH

Eugène reboutonnait la fermeture de son pantalon tandis que la chasse d'eau emportait ses excréments vers les entrailles de la terre. Il imaginait la merde, dévalant les 7 étages de l'immeuble à toute berzingue et s'enfonçant dans les égoûts parmi les autres merdes du quartier. Toutes ces déjections accumulées lui donnaient le vertige. L'humanité chiait sans discontinuer des tonnes et des tonnes de merde que la nature se devait d'absorber. A considérer les choses de l'extérieur, Eugène se sentait dominé, impuissant. L'ordre des choses vaquait sans lui et d'une manière qu'il n'avait pas choisi.

SWITCH

Il me fixa, son regard noir cloué dans mes yeux et déclara

“Bonjour, je m'appelle Jesus, vous vous appelez Eugène Guinart et je vais tout vous expliquer”

SWITCH

Eugène refermait la porte des chiottes derriere lui quand j'appuyais sur la sonnerie de sa porte d'entrée.

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 25/08/2008 à 23:52:50
appuyai
(je dis ça juste pour faire chier, et parce que ça m'a sauté à la gueule, étant donné que c'est à la dernière ligne) (y a deux trois autre trucs mais on n'en a rien à branler)


C'est bien sympathique, mais en effet au titre de bonus DVD ; sinon, je reste dubitatif. Si le texte est pris comme une unité autosuffisante, alors je suis trop con pour capter, et ça m'intéresse trop peu de partir dans des délires mystico-science-fictionnesques pour imaginer des explications liant tous les extraits.

En revanche, pris comme une série de tranchounettes de style, un peu comme des apéricubes de L'Opération, avec en cadeau bonux les délires d'après-vie, ça fait passer un bon moment. En fait, j'aime bien à condition de pas prendre ça du tout au sérieux.

Du point de vue strictement stylistique, les parties d'Eugène sont très vives et naturelles, limite guillerettes parfois, et passent bien ; certains paragraphes en revanche pèsent le poids d'un âne mort en bronze. Par exemple, le premier paragraphe après le premier switch, et l'espèce de manière de souligner soixante-trois fois ce qu'on veut dire ; jusqu'à "le putain de dossier", j'ai l'impression d'avoir lu trente fois la même phrase et qu'on m'a donné trente fois la même impression mentale. C'est lourd, et dommage. Ca revient après pour l'idée de blancheur et de vide, dans l'univers de l'après-vie ; au bout d'un moment on a compris, que c'est blanc et vie avec des écrans.

Bon, je m'excite comme un con, mais au bout du compte ça m'a plu.
Kwizera


    le 26/08/2008 à 11:46:43
Bonne idée que ce découpage, ça compense les inégalités entre les passages. C'est à chaque fois assez court pour qu'on se fasse pas chier ; mais également trop court pour qu'on rentre vraiment dedans. Mais oui, en tant que complément au texte I, c'est cool.
Konsstrukt


    le 26/08/2008 à 12:12:47
je n'ai lu que le premier pour l'instant, j'aime beaucoup la fluidité du style - et, en effet, je fais parti des couillons qui ont raté le premier texte, malheur de bois.
nihil


    le 26/08/2008 à 12:56:38
Non bah en fait non.
J'étais tout réjoui de voir une suite à l'opération, que j'avais beaucoup aimé, et je me suis léché les babines tout du long du texte... Jusqu'à arriver à la fin et me dire que :
- putain, rien compris. Si y a pas de suite, c'est un coup dans l'eau. Ce texte peut pas être perçu comme une entité à part entière, ou alors c'est qu'il y a un truc que j'ai vraiment pas calé, parce que ça s'achève complètement en queue de poisson.
- c'est pas du tout le même genre que l'opération, ça n'a même pas trop de rapport. Plus une greffe ratée.
- le zapping permanent m'a lourdé.
- A part quelques sensations d'après-vie et les réflexions de ce pauvre raté d'Eugène, y a pas trop d'ambiance, et en tous cas pas la même que dans le premier texte.

Bref, je partais sur un très bon a priori, et au final, j'ai que la qualité d'écriture et quelques bouts de passages à quoi me raccrocher. Ca fait short.
Glaüx-le-Chouette


    le 26/08/2008 à 12:57:58
Ca fait bermuda.
nihil


    le 26/08/2008 à 12:58:40
Ca suffit, plagiste de merde.
Lemon A


    le 26/08/2008 à 22:22:40
Oui y a une suite normalement.
Marquise de Sade


    le 26/08/2008 à 23:22:18
J'en ai profité pour lire la première partie, histoire de comprendre quelque chose.
J'ai adoré, je ne voyais pas l'utilité d'une suite, c'était parfait comme histoire.

Du coup, ça part dans des considérations divines dans celui-ci, et ça me plait un peu moins.

J'ai mis un peu de temps à entrer dans les paragraphes, mais c'est venu peu à peu, et là j'ai envie de dire bordel, va falloir attendre combien de semaines avant d'avoir la suite !?

Hag


    le 27/08/2008 à 01:01:49
Bonsoir, je suis dubitatif.
Marquise de Sade


    le 27/08/2008 à 01:49:54
coquin !
Hag


    le 27/08/2008 à 02:16:27
Je suis aussi un magnifique papillon.
Le Duc


    le 27/08/2008 à 09:05:03
T'es un beau tas de merde oui
Hag


    le 27/08/2008 à 16:14:11
Trop facile, je ne relève pas (finalement).
Pisse-froid
    le 27/08/2008 à 23:07:41
Pourquoi foutre un putain de "s" de sa race à la deuxième personne de l'impératif des verbes du premier groupe ?
Glaüx-le-Chouette


    le 27/08/2008 à 23:13:01
Pourquoi passer son temps sur le net à vuider sa frustration dans des tremblements de lèvre inférieure grammaticaux ?

incapable
Pisse-froid
    le 30/08/2008 à 23:32:57
Pourquoi passer son temps à répondre à un incapable qui passe son temps sur le net à vuider sa frustration dans des tremblements de lèvre inférieure grammaticaux ?

pyjama
Glaüx-le-Chouette


    le 30/08/2008 à 23:44:05
Alors pourquoi ce message.
Proposition : viens perdre ton temps dans le forum, ou bien ferme ta gueule d'inconscient.

= ajouter un commentaire =