LA ZONE -
Résumé : C'est tout à fait nul, et plutôt drôle. Vu le format, on a juste le temps d'esquisser un sourire, et c'est fini. En gros c'est une blague carambar quoi. Avec de l'émotion, du suspense, et surtout une morale : à la fin, le bien triomphe du mal.

Lucifer incestus

Le 21/11/2008
par Putsch
[illustration] Ils sont tous là pour moi, assis béatement
Attendant mon retour, où je vais me montrer,
Car dans quelques minutes, je m’en irai prier
Droit, fier et arrogant: un jeune communiant.
Mais pour l’instant caché, je me titille le gland
Pour une noble cause, à l’Eden renversé;
Le seigneur des Enfers, de Dieu l’ennemi juré:
Vous l’aurez deviné, je m’astique pour Satan.

Pour première communion, il n’est rien de plus doux
Qu’avec satanisme, on se branle le bout.
Mais un problème arrive, voilà donc le curé!

Le visage rougi, il me traite d’hérétique,
Et puis d’un geste sec, me montre qu’il a la trique:
Et pour la gloire de Dieu me suis-je fait enculer.

= commentaires =

Omega-17


    le 23/11/2008 à 12:01:28
Ca résonne comme une bille au fond d'un pot de fer.

Métaphore de niveau 4.
Omega-17


    le 23/11/2008 à 12:04:34
Et j'ose espérer que le faux peintre responsable de cette illustration est mort.

pandracchio, ouais.
Lembaumeur


    le 24/11/2008 à 09:46:17
Idée intéressante, quoique peu originale, n'oublions pas que les curés ont une épreuve de pédophilie à leur examen d'entrée. Mise en forme positivement pourrie (versification, rimes, etc).
Le "Vous l'aurez deviné", putain, niveau Dora l'exploratrice de mon cul.
"Il n'est rien de plus doux", oulala, on touche le fond, et discordance avec le "satanisme".
J'ai quand même sourit, car j'adore le terme d'"enculé".
Contre-paix


    le 24/11/2008 à 20:35:31
Pourquoi, quand on demande aux gens de faire des "sonnets trve 3vil", apparaît-il invariablement un curé et/ou un garçonnet endimanché ? C'est quelque peu hors sujet.
On a des images de pull en coton du dimanche, d'appareil dentaire incrusté d'hostie... et les mots "Satan", "trique", "enculer", ne font que renforcer cette tendance à la Oh-mon-Dieu-que-je-suis-vulgaire-et-méchant.

Ici, mention spéciale au "Droit, fier et arrogant" : le narrateur est une métaphore de la bite. Le reste, c'est six rimes pauvres sur sept, un style indigent, bref : de la bonne merde à l'ancienne.
Putsch


    le 24/11/2008 à 22:28:29
Normal, je suis vulgaire et méchant, et de plus, à la paroisse, je pisse dans le bénitier.
Cela dit, CMB.
C'est bien résumé, le coup de la blague carambar.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 16/04/2010 à 23:13:52
Le meilleur, c'est la blague finale (du résumé) : "à la fin, le bien triomphe du mal".

= ajouter un commentaire =