LA ZONE -
Résumé : "Groquik est l'ancienne mascotte des chocolats Nesquik, apparu en 1978. C'est un gros animal jaune à antennes d'espèce indéterminée mais selon toute probabilité, ce n'est ni un pangolin ni un des frères Bogdanov. En 1990, Groquik, sous prétexte de départ en vacances, fut remplacé par un personnage jugé plus en phase avec l'époque (c'est-à-dire plus mince). Il s'agit d'un lapin nommé Quicky. Malgré les protestations des admirateurs de Groquik, celui-ci ne revint jamais jusqu'à cette date mémorable de Saint-Con, en 2011."

Prouesse pyrotechnique de gauche

Le 15/04/2011
par Groquik
[illustration] Texte offert par nos partenaires : La Banque Populaire, Nesquik, la troupe des Enfoirés, et "Zippo" Inc.
Le jerrycan était à sa place, au pied du lit, comme tous les ans.

Je me suis levé, en gros, tel un diable surgit de sa boite, pas à l’aube, ça non, mais bien avant l’heure, réveillé par une sainte odeur de cramé, mes œufs, à coup sur, que ma détestable épouse ne réussissait pas mieux le 10 avril que le reste du temps, je vous prends à témoin, de simples œufs sur le plat, invariablement noirs.

Je ne la cognais décidément pas pour rien.

Assis sur le lit, l’air mauvais, à jouer avec mon Zippo, j’avais du Con sur la planche.

« Femme ! ordonnais-je. Petit déjeuner, point météo, info trafic, indices boursiers et ton cul en vitesse.»

Je ne sais pas ce qui m’a le plus surpris, la voir entrer dans notre chambre avec ses nouveaux seins, ou quatre œufs parfaitement cuits.

« Qu’est-ce qu’y t’arrive ? Tu sais cuisiner maintenant ? Enfin, je veux dire, t’as refait tes nichons ?
-    Après dispersion de quelques brouillards matinaux, la journée sera ensoleillée sur la majeure partie du territoire. Prévoyez 18 degrés à Caen, 15 à Cherbourg. La circulation est fluide sur l’A42, attention, des ralentissements ont été observés à l’entrée de Dijon, un véhicule est immobilisé sur la chaussée. L’ouverture à Tokyo s’annonce confiante, l’indice Nikkei cote 9641.18 points. L’Euro recule un peu face au dollar, dans un marché hésitant.
-    Ok, ok, t’enflamme pas. Pas encore… Pour commencer, qu’est-ce que c’est que cette poitrine exubérante ?
-    Un 95 D. Je pensais te faire plaisir. Est-ce que ça te fait plaisir ?
-    Je n’ai pas bandé autant depuis le concours de danse de la petite. C’est fantastique.
-    Je sais à quel point cette date est importante pour toi, mon amour.
-    Un peu ouais… Attends… Qu’est-ce que tu fabriques ? C’est… ah d’accord. Impeccable.

Elle officiait en sous-marin tandis que je trempais mes mouillettes. Un geste spontané de sa part.
J’avalais mes tartines, et ma femme se débrouillait pas mal non plus avec le reste.
Une fois que nous eûmes terminé nos collations respectives, je lui foutai une beigne, pour le sport, et enfilai quelques fringues. Il n’y avait pas de temps à perdre.

J’allais sortir quand cette odeur de cramé m’a de nouveau pris aux tripes. J’ai compris au moment où j’ai vu la chose carbonisée, clouée sur notre porte d’entrée.

-    Qu’est-ce qui est arrivé au chat ?

La voix de ma femme s’est fait entendre depuis la salle de bain :

-    Tu n’as jamais aimé Nesquik. En fait, tu avais raison. C’était une sale fouine puante qui nous coutait la peau des fesses. Alors je l’ai cramé. Sur la gazinière. Il a gueulé, je comprends pas comment t’as pu dormir tout ce temps !
-    Tu as cramé le chat ?
-    Hum hum…
-    Sur la gazinière ?
-    Voilà, oui.
-    Je t’aime, tu sais.
-    Bonne saint Con, mon amour.

******

Ça aurait pu commencer plus mal, je vous prends à témoin.
Pourtant, une fois dehors, je pus me rendre compte que l’enthousiasme de ma femme n’était pas partagé par l’ensemble des citoyens de France. La fête ne battait pas son plein.

Le jerrycan venait frapper contre ma cuisse, je marchais d’un bon pas, la rue était désespérément calme, on se planquait, des buchers encore éteints patientaient au pied des lampadaires, pas le moindre départ de feu, temps ensoleillé, donc. Vous vous seriez attendus à quelques scènes de liesse, autour du buché d’un scénariste publicitaire responsable des spots MMA, par exemple ; hommes et femmes dansant nus, frôlant les flammes, chantant « zéro tracas, zéro blabla ».

Plus simplement vous vous seriez sans doute attendus à des cyclistes embrochant des piétons, des piétons consumant des automobilistes, des automobilistes (armés de lances-flamme et de klaxons) s’en prenant à tout le monde.

Mais il ne se passait rien, je ne pourrais même pas le décrire tant ça me déprime.

Ma mère m’a toujours répété « les autres, c’est essentiellement des cons. »
« Surtout ton père, qui est un genre de champion » ajoutait-elle sans aucune forme de plaisanterie.

Fort de ces encouragements, je ne perdais pas espoir de rencontrer un authentique Con et lui foutre le feu avant la tombée du jour. C’était tout à fait réalisable et cohérent. D’ailleurs je faisais mon entrée à la banque.
J’ai des problèmes d’argent.

Je picole, je joue un peu, ma femme se fait opérer, je n’ai pas travaillé depuis 1987, les chevaux se trainent, je pige que dalle à la bourse, bref…
Le type qui bosse au guichet, le dernier maillon de la longue chaine embrouillée du système bancaire (soit disant populaire), cette petite merde encravatée à l’humour imparable et à la vilaine peau, ma victime, allait d’abord se prendre mon poing dans la gueule, puis l’embout de mon précieux jerrycan dans sons non-moins précieux conduit rectal ; juste avant de crépiter gaiement au milieu d’un hall désert, et de quelques prospectus colorés vantant une saloperie de micro-crédit.

Il était à son poste, ne se rendait pas compte. Il souriait au milieu de son acné pas si juvénile. La conversation fut tout à son initiative :

-    Belle journée, n’est-ce pas Monsieur Yves ? Déjà flambé votre Con ?
Je ne m’attendais pas à ça. J’aurais voulu qu’il pisse sur lui. Maintenant, j’étais celui qui n’avait pas encore flambé son Con.
-    J’y travaille, figure-toi.
Il farfouillait distraitement dans ses papiers, on sentait bien qu’il n’avait pas la tête à bosser. Il s’est alors penché vers moi, ambiance confidence au-dessus du comptoir :
-    Je doute que ça vous intéresse mais j’ai dans mon coffre de voiture un des jurés de Top Chef.

Je mis beaucoup de temps à comprendre ce qu’il me disait. Pourquoi ne brulait-il pas encore ?

-    Le moustachu frivole, ajouta-t-il, vous voyez ? L’exaspérant critique gastronomique, toujours à faire des remarques idiotes : « Au niveau de la composition, on se demande évidemment ce que font ces deux crevettes à côté du kiwi en rosace. Ca ne donne pas envie de gouter Françoise, je m’excuse, mais à ce stade de la compétition… » Vous voyez de qui je parle ?
-    La tarlouze ?

Mon banquier se mit remuer derrière sa cage, visiblement énervé par la perspective de carboniser une épave télévisuelle.
Qui étais-je pour le priver de ce plaisir, au fond ?

-    Si vous voulez on partage, proposa-t-il.
-    Oui non mais c’est que.
-    Allez… Personne n’aime flamber son Con tout seul dans son coin. Je me trompe ?
-    …
-    Je me trompe ?
-    Ben d’accord mais c’est que je venais surtout pour vous, moi.
-    Vous voulez dire que…
-    Ben si ça te dérange pas, évidemment.
-    Je serais Votre Con…
-    C'est-à-dire, au début, j’envisageais plutôt ma femme mais certainement pas avec les seins qu’elle a maintenant.
-    Mais vous n’avez pas un meilleur Con sous la main ? Si je peux me permettre, nos relations sont purement commerciales, je suis comme vous…
-    Vous ne comprenez rien à la bourse ?
-    Si, bien entendu. Mais c’est pas tous les jours qu’on peut incinérer son prochain. Vous avez certainement quelques griefs plus personnels avec un de vos proches : un ami, votre partenaire de badminton… car au fond, que sommes nous l’un pour l’autre ?
-    Des inconnus ?
-    Deux numéros de RIB qui se tendent de l’argent par-dessus un guichet. Rien de plus. Autant bruler son carnet de chèque, je vous assure. Est-ce que je vous souhaite une bonne journée Monsieur Yves ?
-    Ouais, si tu veux.

Il disparut derrière une grille en fer, et je l’imaginai se précipiter vers quelques allumettes dont le paquet aurait porté l’inscription « Banque populaire, toujours à vos côtés. Bonne saint Con 2011 »

Ce serait bientôt pire que la Saint Valentin. La Saint Con s’étalait déjà dans les vitrines trois semaines avant le jour des hostilités. Chalumeaux fantaisie, allume-feux multicolores, faire-part de décès humoristiques, extincteurs de farces et attrapes, saloperies de gadgets nippons. L’esprit n’y était plus.

J’allais devoir taper dans l’underground.
Après quelques coups de fil, j’apprenais que notre professeur d’éducation physique ( 5ème A), Monsieur Kuntz, qui nous insultait tandis que nous évoluions au cheval d’arçon (en slip), était mort dès la première édition de la Saint Con. Un précurseur, en quelque sorte. On l’avait empalé sur un javelot, tout le monde en gardait un joyeux souvenir.
Je songeais un moment à l’immolation pure et simple, auto prescrite pour ainsi dire. Un tel acte aurait une portée intéressante, d’un point de vue philosophique. Une tentative de renversement esthétique. La haine de soi en tant que bourreau. L’individualisation des rites collectifs. Mais je décidais que c’était tout simplement absurde. Surtout, je ne voulais pas cramer sans emmener un maximum de taches avec moi.

Le caissier du « huit à huit », par exemple.

Il y a quelques mois, j’ai renversé une bière dans les allées du magasin. J’étais sincèrement désolé ; toute cette Fisher qui se répandait inutilement sous les rayonnages, ce manque à gagner, le fruit du travail d’hommes passionnés, un savoir-faire inégalable, huit générations de brasseurs alsaciens et deux euros cinquante foutus en l’air. Je n’avais pas vraiment besoin qu’un employé me traite de quiche. Il s’était levé, derrière sa caisse enregistreuse, et avait observé le désastre en ne tenant aucun compte de mon désarroi. Au contraire, il m’avait lancé une serpillère bien coulante, bien dégueulasse, devant tous les clients :

« Alors elle va tout nettoyer la quiche. Et en vitesse. J’étais en train de fermer, moi »

Cette petite fiotte de caissier du « huit à huit », deux mètres dix, un poids à trois chiffres, fraichement sorti de prison, consanguin, analphabète. Je ne sais pas ce qui m’a retenu mais j’ai épongé jusqu’à la dernière goutte. Je tordais la serpillère et je pensais à son cou. Son foutu cou de taureau. Les autres clients n’en perdaient rien.
« Et il va la payer, la casse. Comment ? …encore heureux. Il en reste un peu là… C’est quand même formidable. Allez-y Madame Buch, mettez-y un coup de pied. Il vous fera rien. Voilà. Dans les couilles ! Bien joué Madame Buch, give me five ! ».

Je le tenais, mon Con.
Je me suis dirigé vers la supérette de merde. Dans la rue, ça s’animait un peu. Le juré de Top Chef était servi en brochettes derrière un stand improvisé. Mon banquier portait un tablier à carreaux et invitait les passants à se resservir. Un panel de piétons mâchait en se donnant des airs.
La célébration se généralisait et je ne comptais pas rester en plan.

Je suis entré dans le commerce de proximité et j’ai rempli un panier au hasard, de quelques alibis alimentaires et surtout, d’une bouteille de Fisher posée bien en évidence sur le tapis roulant. Le bouchon de mon jerrycan pendouillait déjà tandis que je faisais la queue pour régler mes achats et son compte à l’autre toquard géant. Les hauts parleurs crachotaient une reprise acoustique d’un morceau de Rage Against The Machine. « Burn, burn, yes you gotta burn » chanté par une artiste islandaise sur un arpège de guitare à se foutre en l’air. Ça devenait pire que la Saint Valentin et Pacques réunis. Bientôt, on arroserait la crèche d’essence à briquet en récitant des cantiques. Ambiance familiale. L’horreur absolue.

-    Bonne Saint Con, ma quiche, m’accueillis le colosse encaisseur.

D’instinct, je savais ce que j’avais à faire. Tenir fermement le jerrycan, lui balancer mon mélange maison à la gueule, bien arroser, laisser tremper une demi-seconde, dégainer le Zippo, exercer une pression du pouce sur la roulette, jeter négligemment l’objet sur ma cible puis foutre le camp aussi vite que possible.

Alors que j’amorçais à peine le premier mouvement - O bordel de tous les Dieux - mon coude fit basculer un pot de confiture qui se brisa à mes pieds. La gelée aux fraises s’étalait sur un périmètre conséquent. Le caissier me regarda comme si je venais de pisser dans la bouche à sa mère. Du coup, je paniquai et, oubliant les autres phases de mon plan, piquai un sprint jusqu’à chez moi, dans un temps record.
Le feu au cul, pour ainsi dire.

La queue entre la jambe, dégoûté de ma personne, je me suis écroulé sur mon canapé. Tout ce que j’allumerais ce jour là, c’était la télévision. Ma femme et ses implants à crédit n’ont pas tardé à me rejoindre.

-    Ça n’a pas marché comme tu voulais, cette année encore ?

Je n’ai même pas eu le cœur de lui péter un bras. Au contraire, je me suis penché contre ses exubérances mammaires factices et me suis mis à chialer comme une fillette.

Sur l’écran, Raymond Domenech, Steevy et Rachida Dati étaient attachés à des piloris disposés sur la place de l’Etoile. Johnny Halliday offrait une version pathétique d’un de ses plus grands tubes, accompagné par les Enfoirés, qui en profitaient pour récolter des fonds destinés à soigner le rhume des foins. L’allumage des buchers relevait davantage de la prouesse pyrotechnique de gauche, que du barbecue bon enfant. Une marée de téléphones portables filmait la scène. Tout cela était dégueulasse ; la fête bel et bien finie.

J’ai donc coupé le poste.

Nesquik est venu sauter sur mes genoux, exhibant son trou du cul tout ce qu’il y a d’éteint. Je levais les yeux vers ma femme, avec une moue désespérée :

-    Qu’est-ce qui était cloué sur la porte ?
-    Le chat de la voisine du troisième.
-    Mais tu l’as brulé vif, pas vrai ?
-    En fait, j’ai plus ou moins roulé dessus avec la bagnole. Mais ensuite, je l’ai cramé. Ça oui. Sur la gazinière.
-    C’est la pire Saint Con depuis…
-    Mon amour, j’adore Nesquik. Je voulais juste que tu passes une bonne journée.
-    Brule en enfer, connasse.

J’agitai un moment mon Zippo sous son nez puis partis m’allonger, content d’être débarrassé de cette triste connerie jusqu’à l’an prochain.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 15/04/2011 à 15:37:55
Pas lu le texte encore mais je le vois deja comme un hommage à Jacno qui nous a quitté cette année.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 15/04/2011 à 21:41:48
Je ne croids pas que j'aurai le courage de lire ce texte, mais il me semble ue son auteur devrzait ptrendre positrion dans les enjeux contemporins de notre époque contemlporaine, et apportyer son soutien électoral à un czndidat porteur d'avenir et à l'écoute des zonards depuis de nombreuses années tel que moi, raclures de sac d'avoines pour ânes pentapodes.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 16/04/2011 à 00:11:17
C'est assez malin dans l'idée, mais je dois être trop fatigué, là, tout de suite, donc ce n'est pas pour l'instant mon troisième texte préféré. Je vote le Duc.
El Duc     le 16/04/2011 à 12:52:24
Putain énorme, j'hallucine. T'es qui toi ? Ce texte est mon texte préféré.
J'avais pas lu un texte de saint con aussi bon depuis pas mal d'années. Aucun faux-pas. Tout y est, même si en fait il n'y a pas de crémation a proprement parlé, mais y'a du lourd dans les cons qui défilent cramés par les quidams, ça érigent la st con en vrais fête national, ça parle de Dijon, de RATM et de Fisher. Avoue t'es un de mes potes ?
En tout cas t'as ma 1ere place dans les votes, chapeau pour un premier texte, je suis admiratif. Et jaloux.
Connard. T'as intérêt de resté sur ce site, les bons auteurs nous manquent cruellement et du sang neuf comme le tien pourrait bien réanimer le feu sacré de ce site en décrépitude.
Bienvenue sur la zone.
Connard.
J' en bernard Tartine de vieux Buk et con de mes couilles    le 16/04/2011 à 17:20:22
Mouais mouais sa porte l' odeur d' un vieux Buk mais craché par un fiston bien frêle de ses jeunes années!!
Beau packaging !
Groquik


    le 16/04/2011 à 18:10:39
Monsieur Smerdiakov, je veux bien adhérer à votre parti/milice/groupe de réflexion/club de fitness/tout ce que voudrez, mais il faut lire mon texte. Sinon, c'est pas bien. On peut pas bosser comme ça. De plus, je vous avouerai que ladite prose ne nécessite aucun courage particulier, c'est vraiment à l'avenant, on prend ce qu'on veut, comme je le soulignais ailleurs, c'est assez hausmannien dans l'esprit (pour situer).

Prenez El Duc par exemple, bon, c'est une sacrée loque mais il est arrivé à la fin sans problème. Il a même vu Dijon, j'ignore comment, mais ça m'a fait plaisir puisque je n'ai jamais mis les pieds dans ce bled.

J'en bernard, c'est autre chose, il m'a confondu avec un beatnik mais ça ne l'a pas empêché d'apprécier le "packaging", comme ses enfants qui jouent avec les cartons d'emballage au pied du sapin de noël. Si ils sont contents comme ça, pourquoi leur acheter des Nintendos ?

Tout ça pour dire que mon compte a été activé et que je suis très content de ce nouveau terrain de jeu.

Quant à "réanimer le feu sacré de ce site en décrépitude", j'ai déjà du mal à cramer un con, comme vous avez pu le constater (pour peu que vous ayez lu), donc on va oublier pour le moment.

veuillez agréer mes sentiments, en général.
Omega     le 16/04/2011 à 18:25:31
C'est tout à fait tordant, et pour ceux qui hésiteraient encore, spoilons qu'il est question de kiwi en rosace.
La fin sent le torchage en vitesse quand même, ceci dit c'est mon texte favori, sur un total d'un texte lu.
Bravo le Greau.
Koax-Koax


    le 16/04/2011 à 18:36:26
Aucune idée de ce qui est Hausmannien ou non, a part si effectivement ça a été écrit sur le boulevard du même nom. Comme je l'ai déjà dit, ce texte fait partit de mes favoris de cette année. Très bon, jusqu'aux trois quarts. La fin comme à peu près toutes les fins des textes de Saint-Con de cette année sent effectivement le torchage et le ras le cul, mais c'est syndicalement cool donc ça passe.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 17/04/2011 à 11:50:21
Ha bah oui, j'ai bien fait de lire, c'était très bien, sans doute le texte le plus marrant cette année.

Ce n'est pas vraiment élaboré, plutôt une succession de scènes, mais l'esprit et le ton sont excellents, les dialogues drôles, le narrateur sympathique.

Je ferai la fine bouche tout de même en regrettant que la nécessaire crémation ne se déroule qu'en arrière-plan et perd de sa pertinence en se démultipliant, ce que l'auteur assume visiblement avec beaucoup d'outrecuidance.
lemon aa     le 17/04/2011 à 14:01:21
Très bon texte, rien à dire. Très bien écrit, le rythme les dialogues, les situations.. Dourak à part, c'est un cran au dessus des autres.

= ajouter un commentaire =