LA ZONE -
Résumé : Putain j'adore. Je sais pas si ça fait de moi un maldororien attardé, un crypto-dépressif voire une néo-gothopouffe. Mais j'adore. C'est volontairement appuyé sur l'agression acerbe et déclamatoire, c'est organique et tortueux, la lecture est pleine d'embûches et de chausse-trappes, mais c'est bô.

Deuxième dialogue

Le 02/08/2006
par [222]
[illustration] - « Je suis fière aujourd’hui car j’ai progressé, Viscère. Pendant que tu bafrais, pendant que tu commémorais la naissance d’un souffrant, d’un pur et d’un parfait avec tes chairs immondes, sales, grasses et putréfiantes, pendant que tu te souvenais, en toile de fond, de la Cène où il partagea l’eau et le pain, et que devant cette scène décorative, toi, au premier plan, et tes semblables, apôtres du trop-plein, vous communiiez, buvant vos huiles à même les cuillers, imbibant votre pain des graisses hyperboliques d’oiseaux que vos pareils auront gavé des semaines durant, les faisant semblables à vous afin que vous puissiez vous y mirer en les mangeant, oui, vous communiiez, rotant, riant, donnant à tous à mirer leur visage sur le miroir de vos dents luisantes.
Tu bafrais, Viscère, croyant glorifier ton Dieu ; pendant ce temps les Saints jeûnaient, Viscère, les Purs se taisaient et se souvenaient du souvenir de l’âme, de l’esprit et de la Foi. Pendant ce temps je restais dans ma chambre, Viscère. Tu avais dit qu’au fond peu importait, que je n’aurais rien avalé, quoi qu’il en soit, avec ce que tu nommes maladie. Pendant ce temps, moi, Viscère, je souffrais ce que vous infligiez à votre humanité, je purifiais les corps et je bannissais les souillures que vous leur imposiez ; je vomissais ce que vous aviez dégluti. »

- « Tu dis n’importe quoi et je suis fatigué, il est six heures du matin, je me suis couché il y a deux heures. Qu’est-ce que tu veux encore. Tu as progressé, progressé en quoi ? »

- « Tu t’es couché vaincu par la fatigue, par la lourdeur et par ton corps, Viscère. Tu t’es assoupi comme on se couche face à l’ennemi. Couché comme un vaincu. Les Martyrs ne dorment pas, Viscère, les Saints restent debout jusqu’à ce qu’une lame coupe leur vie à la base du cou ; je ne me suis pas couchée, je n’ai pas non plus dormi, j’ai veillé, et j’en suis fière, ce matin. Ce matin, comme tous les matins, je me sens forte, infiniment plus forte que toi ; et ce matin, Viscère, avec toutes les preuves que tu m’as donné de ta laideur, toi et les autres du même sang que toi, ce matin, en plus, avec fierté, je te conchie la bouche. »

- « Ca va pas être facile, ma fille, avec ce que tu manges… »

- « Tu tentes l’humour, Viscère ? L’humour est le poing des lâches, Viscère. L’humour habité d’alcool, comme le tien ce matin, alors que ton dernier verre date d’il y a moins de deux heures, est lâche, mais laid au surplus. Je te conchie avec la haine de mon esprit, de mon âme, de mon crâne, Viscère. Je te conchie ta bouche des tréfonds de mon esprit et je te frappe à même ton cortex, pas comme les porcs de ton espèce qui ont besoin d’un corps pour vivre et besoin d’un anus pour conchier. Dans vingt ans tu vivras encore, Viscère ; dans vingt ans tu te souviendras de celle qui est née ta fille, et qu’elle te conchiait la bouche, et elle te conchiera toujours la bouche, Viscère, dans vingt ans. Et tu auras le goût de son fiel et de son chyle au fond de tes joues, et ce goût-là te fera pleurer, Viscère, pleurer, vingt ans après. La merde, on s’en lave. Ma haine, tu la garderas à jamais. »

- « Ma fille tu dois réfléchir à ce que tu dis, tu ne dois pas… »

- « La ferme Viscère. Digère, ton alcool, ta graisse si tu peux, ma haine si tu l’oses. »

- « Tu es folle, va dormir. Ah attends. Tu avais « progressé » : en quoi ? Tu as réussi à avaler un morceau de pain ? »

- « Digère, Viscère. »

- « Attends ! Tu… »

= commentaires =

Bobopoint


    le 02/08/2006 à 21:55:53
C'est achement bien, toupie. On se croirait dans le jeu vidéo (kassdédi lc) Animal Crossing, avec les mecs qui te foutent un nom débile à chaque fin de phrase, toupie.

Voilà, je dis rien de plus, je ne fais qu'éxecuter les ordres, pas moi msieur la juge. femme flic.

Avous !
nihil


    le 03/08/2006 à 17:00:03
Quand on a la gueule de bois, rien ne vaut l'eau de javel pour se détartrer la boyasse, c'est mon conseil, parce que si on commence à parlementer avec, on s'en sort plus. Mais ça fait des bons textes, faut reconnaître.
Abbé Pierre


    le 03/08/2006 à 20:36:49
C'est beau, l'introspection de tournevis.
Lapinchien


tw
    le 03/08/2006 à 20:50:02
5 x 4 = 20
20 * 11 = 220
220 + 2 = 222

ton compte est bon !
...     le 03/08/2006 à 21:32:41
6x8 = 48
48-20 = 28
10x25 = 250
250-28 = 222

Trois point partout. A présent, mot. Patrick, a votre tour. Consonne ou voyelle ?
Winteria


    le 03/08/2006 à 22:08:28
222 x 1 = 222
Lapinchien


tw
    le 03/08/2006 à 22:17:17
ton conte est bon aussi.

Trop dur l'adolescence de Kate Moss, trop vegra sa reum.
Conchier est un verbe degueulasse. Conspuer aussi, c'est comme sentir la moule.

Glaüx     le 03/08/2006 à 23:53:30
J'aime beaucoup aussi. Ca sonne pas très authentique, par contre, un peu comme un poële en téflon. Mais j'aime beaucoup.

Et Kate Moss elle est grosse.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 04/08/2006 à 21:16:52
J'espère qu'au moins il l'a violée quand elle était jeune, pour justifier un châtiment pareil. Ce texte est un plaidoyer en faveur de l'infanticide.
nihil


    le 04/08/2006 à 21:18:22
Attends de qui tu parles de quoi de où ? Tu veux dire que le viscère de la dame a violé la dame en question ? Dans son cul ?
Glaüx-le-Chouette


    le 04/08/2006 à 21:36:01
Des viscères partout. Partout des viscères tout mélangés partout. Je jouis.
nihil


    le 04/08/2006 à 21:38:06
Ah mon Glaüx, mon Glaüx, souviens-toi de nos partouzes purulentes et organiques sur Silence Viscéral, nous étions jeunes et pleins de fougue, tous prêts à mordre la tripe à pleines dents. T'en souviens-t-il tu ? Ca te dirait pas de remettre ça un jour ?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 04/08/2006 à 21:41:41
Je veux dire... euh... ça me paraît limpide? Soyons péremptoires : toutes les anorexiques ont été violées par leur père (ça, ça va nous valoir du commentaire de passant-par-là).


Sinon, y a du bon dans ce texte, en fait, j'aime bien l'idée de dégoût face à l'excès alimentaire, l'oiseau engraissé, le Noël de boustifaille pseudo-chrétienne, de manière générale cette façon de présenter la répugnance de la narratrice face au matérialisme.

Mais, pour moi qui suis très attaché aux valeurs familiales, il est important, tout autant que de saluer notre Seigneur comme un pur et un parfait, de respecter l'un des dix commandement qui impose le respect des parents, car notre Seigneur a dit qu'il n'était pas venu abolir la Loi.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/08/2006 à 21:46:50
Cependant tu rejettes le devoir conjugal, véritable ciment du couple en Dieu et du noyau le plus brut de la famille en Christ, mon père. C'est mal. Hérésie.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/08/2006 à 21:48:01
nihil, quand tu veux, je t'attends, grand fou, j'en ai le duodénum qui palpite et qui poisse.
nihil


    le 04/08/2006 à 21:52:07
J'ai rien de très organique sous la main comme projet, mais j'ai un début de truc qui traîne depuis des lustres et que j'ai proposé successivement à Nagash et Nounourz. Je comptais le proposer à Narak, mais c'est le p^remier arrivé qui gagne. Contacte-moi pour que je te montre mes notes.
Astarté


    le 08/08/2006 à 12:21:02
Après avoir lu certains commentaires j'ai tout compris, sinon après avoir lu le texte j'avais bien aimé.
Aesatruc     le 09/08/2006 à 02:47:00
C'est un peu vantard, quand même.
Aesatruc     le 09/08/2006 à 02:50:01
Et puis j'aime pas les anorexiques surrexcités, ça devrait pas exister les anorexiques, surrexcités.
nihil


    le 09/08/2006 à 09:40:51
Ca existe pas. Pas avec deux r à surexcités en tous cas. Pardon à tous pour cet instant de Glauxitude pathétique.

Commentaire édité par nihil.
Glaüx-le-Chouette


    le 09/08/2006 à 14:19:01
Pour ma part je te pardonne volontiers. J'ai mes petits yeux tout embués.
Aka


    le 31/12/2006 à 17:54:31
Je l'ai troué vraiment mieux que le premier celui là. Beaucoup plus rentre dedans. Et c'est vrai qu'il y a une sacré qualité d'écriture. Mais c'est encore un peu trop grandiloquent pour moi.
tortue     le 01/01/2007 à 02:10:25
J'adore quand on me troue moi même
Mill


site lien fb
Viscère    le 01/02/2007 à 22:46:45
C'est pas mal. C'est vivant. Mais ce mot "viscère" revient trop souvent. Un leitmotiv, c'est pas sensé être chiant. Là ça l'est, un peu... Ca gâche tout ce qui a de bon dans le texte, c'est-à-dire, le reste.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]