LA ZONE -
Résumé : On a affaire à presque plus léger que d'habitude. On reste dans les thèmes habituels de Konsstrukt : Viol et inceste raconté sur le mode de l'inventaire. Le coté squelettique de la narration passe relativement mieux que dans d'autres textes. Celui ci est plus court, plus concis, et finalement très bon. Du Konsstrukt digestif en somme, mais toujours bien malsain.

Ma soeur

Le 13/03/2010
par Konsstrukt
[illustration] je me tourne sur le côté
je n’arrive pas à dormir
je ne sais pas quelle heure il peut être
putain
l’image de ma sœur
ça ne me quitte pas
sa bouche qui s’active sur la bite de ce mec
les yeux fermés - le plaisir qu’elle y prend
ça dure une seconde et elle me remarque - une seconde où j’entends les bruits mouillés de sa bouche qui pompe cette queue - où je vois le type qui lui tient la tête - son visage crispé par le plaisir - sa tête à elle - les yeux fermés - les humm-hummm qu’elle pousse en le pompant - ça dure une seconde - même pas - et j’enregistre tout - et le bruit que je viens de faire en ouvrant la porte de sa chambre lui arrive au cerveau
on est figés tous les trois
je me retourne encore dans mon lit
j’ai la gaule
je n’ai pas sommeil
le silence de la baraque m’énerve
je suis sur le dos
cette image ne me quitte pas - ces deux images
un - sa tête quand elle pompe le type
deux - leurs têtes à tous les deux quand ils m’ont capté
je suis sur le ventre
ma queue frotte contre le matelas
ça m’envoie des décharges
j’ai envie de me branler
j’ose pas
ma sœur qui ouvre la bouche et le type qui se rhabille - sa bite qui se dégonfle
je détourne les yeux et ma sœur me gueule dessus et je lui gueule dessus aussi
elle claque la porte
je retourne dans la chambre
j’entends le type partir - il discute avec ma sœur à voix basse dans le couloir - je ne comprends pas ce qu’ils se disent
ils s’embrassent - ça je l’entends
j’ai envie de sortir et de l’emplatrer
je ne sors pas
je suis scotché
ma sœur retourne dans sa chambre
putain j’ai trop envie de me branler mais ça le fait pas - ça le fait trop pas
je me mets sur le ventre
j’ai la bite gonflée à mort j’ai le gland hypersensible
je n’arrive pas à me débarrasser de cette image
la bouche de ma sœur qui avale la bite du type
ses yeux fermés
le plaisir qu’elle y prend
les hummm-hummm qu’elle pousse
je me branle
je me branle rapidement
si j’y allais
si j’y allais putain et que je la force à la prendre dans sa bouche
haaaaannnn
comme l’autre type - mes mains qui attrapent ses cheveux
sa langue qui s’enroule sur mon gland - haannn - je suis taré ou quoi
hooo
hooo putainnn
je lâche tout sur mon ventre - il y en a un bon paquet
mon cœur bat très fort
j’ai trop chaud
je prends le rouleau de pq sous mon lit
je m’essuie
je roule le papier en boule et je le jette par terre
ma sueur sèche vite - mon rythme cardiaque se calme
j’ai sommeil d’un coup
je me mets sur le côté
peut-être je devrais faire ça
elle aime sucer - elle aime ça j’en suis sur
elle était bizarre au repas
elle me parlait pas
elle me regardait à peine
on s’est pas parlé depuis que je l’ai vue pomper ce type
elle en a pompé beaucoup si ça se trouve - elle aime ça j’en suis sûr - elle doit sucer hyper bien
je sens le sommeil qui arrive
je me demande - je me demande si - thierry - si thierry ça l’intéresserait -
ça

***

on entre dans la chambre de ma sœur
elle lève la tête - elle était en train de faire ses devoirs - elle nous regarde
elle dit : « vous pourriez frapper, merde ! »
et puis elle croise nos regards et elle se met en colère
elle se lève
« cassez-vous bande de blaireaux »
on ferme la porte elle est sur nous
« calme-toi » je dis
elle essaie d’ouvrir la porte je l’attrape par le bras et je la repousse
thierry est bloqué il regarde
« arrête connard ! »
je la repousse sur le lit - je dis à thierry : « aide-moi ! »
on maintient ma sœur sur le lit
« putain mais qu’est-ce que vous faites ? connards ! »
elle se débat
j’ai aussi peur qu’elle
mais j’ai trop envie
j’ai trop envie
je la tape aussi fort que je peux - du plat de la main
elle est à moitié assommée
je défais ma braguette
thierry lui maintient les bras
elle me mets des coups de pieds
« connard, connard, connard ! »
je m’assieds sur elle
elle est affallée sur le lit - ses jambes sont par terre - thierry est derrière elle et lui tord les bras en arrière - je suis sur elle - ma bite est à moitié dressée
« qu’est-ce que tu veux faire ! connard ! »
sa voix devient plus aigüe
ses yeux reflettent de la terreur
je ne bande pas beaucoup
thierry a l’air dégoûté
ma sœur pleure et hurle en même temps
je l’étrangle pour qu’elle se calme
j’en peux plus de ses cris
« ouvre la bouche ! ouvre la bouche ! »
elle se débat
je l’étrangle
je la force à ouvrir la bouche
elle bat des jambes mais ça ne fait rien
je m’enfonce en elle
je suis à moitié en érection
je m’enfonce dans sa bouche - thierry lui maintient la tête en arrière - hhhmmm putain c’est trop bon
je n’ai plus peur
je bande comme il faut
« vas-y pompe-moi pompe-moi ! »
je donne des coups de reins
hooo putainnnn
c’est fantastique
elle a la bouche grande ouverte et les yeux vitreux de peur
sa langue glisse sur ma bite
de la salive coule sur son menton
je vais plus vite
je lui tire les cheveux
thierry rigole mais en fait il a l’air un peu dégoûté
putaiiinnnnnn
hmmmmm
hannnn
je vais jouir - je vais jouir - je
hoooo
j’attrape son visage à deux mains je m’enfonce tout au fond de sa bouche - elle a un haut-le-cœur - je jouis
le sang bat à mes tempes
je suis dans un état second
je décharge tout dans sa bouche
elle se dégage
du sperme lui coule sur le menton
thierry la lache
je lui dis : « tu veux aussi ? c’est trop bon »
il fait non de la tête
il dit : « on devrait peut-être y aller, là »
ma sœur dit : « connards. bande de connards de fils de pute. allez vous faire foutre. »
je la regarde
je dis rien
elle pleure
je me dis qu’elle s’est pas beaucoup débattu
je me dis que si elle n’avait vraiment pas voulu on aurait eu beaucoup plus de mal à la forcer
je me dis que celui qui veut me forcer un faire un truc pareil il faut qu’il me tue d’abord
on sort de la chambre
thierry fuit mon regard
« bon je peux pas rester. je me sens pas très bien. je crois que c’est un peu dégueulasse ce qu’on lui a fait. tu crois pas ? »
« je sais pas. elle s’est pas beaucoup défendue non ? »
je rigole
il rigole - d’abord un peu jaune - et puis franchement
« bon c’est quand même pas si grave hein. on n’a tué personne et on n’a violé personne, non ? »
« non, c’est vrai. mais bon. c’est quand même un peu dégueulasse. »
« ouais, bon, c’est vrai, mais elle m’en a fait aussi, des coups de pute, t’inquiète. et puis tu sais quoi ? c’était franchement trop, trop bon. c’est une super suceuse. »
on se regarde pendant un court instant sans rien dire
je vois dans ses yeux qu’il hésite
finalement il dit : « je vais y aller. on se voit demain au lycée ? »
« ouais »
je le raccompagne
je reviens dans ma chambre
je me sens bizarre - je ne regrette rien
le mur qui sépare nos chambres n’est pas très épais
j’entends ma sœur chialer et sangloter comme une conne dans sa chambre
je me dis qu’il ne faut pas exagérer
ça n’a même pas duré cinq minutes
elle ouvre la porte de la chambre
elle sort
elle claque la porte de la chambre
elle marche dans le couloir
elle entre dans la salle de bain
elle claque la porte de la salle de bain
elle verrouille
elle ouvre le robinet du lavabo
l’eau coule pendant un moment
je suis allongé sur mon lit
l’eau coule encore - je me demande ce qu’elle fait
au bout d’un quart d’heure elle sort de la salle de bain - elle retourne dans sa chambre
je mets un cd

***

le soir elle dit à maman qu’elle ne veut pas manger - qu’elle ne se sent pas bien
le repas se passe comme d’habitude
je regarde les experts à la télé avec les parents
je chatte un moment sur msn
je discute avec thierry - on ne parle pas de ça - je pensais qu’on en parlerait - mais il n’y a rien à dire
ma sœur est dans sa chambre
je l’entends écrire des textos
le tac-tac-tac de son pouce sur les touches de son portable
elle raconte ça à toutes ses copines - peut-être
je me demande comment elle présente le truc
mon frère m’a forcé à le sucer
j’ai sucé mon frère
j’ai fait une pipe à mon frère
je ne sais pas
moi je n’aimerais pas raconter ça à tout le monde
peut-être qu’elle n’en parle à personne
moi à sa place je n’en parlerai à personne
thierry va se coucher
il est minuit et demi
je traine encore quelques minutes sur des sites de cul gratuits
je vais me coucher aussi
il est une heure du matin
dans la chambre de ma sœur c’est le silence
pendant quelques jours elle me lancera des regards de pure haine
et puis ça se tassera

= commentaires =

Kwizera


    le 13/03/2010 à 19:23:11
Je remercie l'admin anonyme qui a résumé ce texte.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 13/03/2010 à 21:06:01
Faut être assez téméraire pour risquer son appendice génito-urinal dans la bouche d'une femelle non consentante sans lui péter les dents au préalable. Amateurisme, tout ça.
Narak


    le 13/03/2010 à 22:13:08
Kwizera : A vot'service ma p'tite dame.
LeLoup     le 14/03/2010 à 10:22:19
Un des rares textes que je suis parvenu a lire en intégralité! Trash comme il se doit. Quelques maladresses mais BRAVOS
Lapinchien


tw
    le 14/03/2010 à 11:21:46
bravo pour ton potentiel de lecture.
El déf     le 14/03/2010 à 12:29:35
Mouais.. moyennement aimé.
Carc


    le 17/03/2010 à 20:50:15
j'aime pas du tout. Mais alors vraiment pas du tout. Pendant tout le texte, j'ai eu une impression d'un mec qui veut s'intégrer dans une bande de teufeurs et qui donc fait dans l'intello trashouille. Et puis Thierry, comme prénom, ça pue. Que tous les Thierry du monde entier m'excusent.
Hag


    le 21/03/2010 à 20:02:56
J'aime bien. C'est simple. C'est efficace. Ca passe tout seul et remplit parfaitement son office.
Ca fait du bien.
Chèvre Du Futur     le 24/03/2010 à 13:06:54
Stylé, je kiffe, tu es un génie.

C'EST FAUX. TU ME DOBERMAN ENVIE DE CREVER.
Chèvre Du Futur     le 26/03/2010 à 17:14:10
Il viole sa soeur.
Cuddle


fb
    le 21/04/2010 à 18:59:31
mouaif,ca va, mais c'est vrai qu'à la place de la soeur je lui aurais arraché la bite à ce pauv' demeuré
glopglop     le 22/04/2010 à 13:52:30
Comme dit Hag, ça remplit parfaitement son orifice.
phoedre     le 02/03/2011 à 02:22:46
Bien bidon. le style mec blasé qui viole sa sœur et qui s'en fout n'est pas crédible une seconde. encore un délire de puceau prépubère. Et franchement, qui risquerait son service trois pièces dans la bouche d'une gonzesse non-consentante?
Pour info dourak, c'est uro-génital et non génito-urinal. Tocard
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 02/03/2011 à 20:23:15
Les critiques littéraires de Télérama sont de plus en plus subversives.

Mais mademoiselle, pour info, on ne dit pas "tocard", mais "connard".
Lapinchien


tw
    le 02/03/2011 à 22:04:55
Au lieu de retoquer des putes à couettes , tu ferais mieux de passer ton temps à paufinner l'exposé que tu prépares sur ma personne. Et ne lésigne pas sur les termes emphatiques.
mickael banal et nul    le 16/04/2011 à 03:32:40
c'est banal et deguelasse de faire ce genre de chosse on n'oblige pas sa soeur a le sucer c'est quoi c'est maniere la.va en boite pour seduire et prend une jeune femme conssentente c'est plu honete et plu confiant sale puceau
Youri     le 18/04/2011 à 09:54:42
Je m'insurge !!!

Que l'on puisse trouver ça nul est possible... Bien que ce ne soit pas mon cas. Mais mettre violer sa soeur, ça n'a rien de banal, jeune analphabète... Ou plutôt jeune connard.
Youri Erratum    le 18/04/2011 à 09:55:20
Lapsus révélateur, le mot *mettre* est surement en trop...
Cris Degeu    le 05/05/2016 à 02:24:51
T un osti de degeulass
GERBE     le 06/05/2016 à 20:23:02
MA SOEUR MA MERE TA SOEUR TA MERE ENSEMBLE
CA M EXCITE ... ET NOUS ON REGARDE ET ON BANDE MEME SI ON A ENVIE UN PEU DE LES TAPER PARCE QUEUE ELLES POMPENT TROP BIEN
GERBE     le 06/05/2016 à 20:28:56
LES COUPS DE LANGUES EN SCRETE MEN PARLE PAS
PUTAIN DE GAULE DE TARES
David


    le 06/05/2016 à 23:29:00
on t'a reconnu Didier Deschamps...

= ajouter un commentaire =



[Accueil]