LA ZONE -
Résumé : Les ragondins sont essentiellement nocturnes, la chasse ne sera jamais efficace même en employant des méthodes adaptées. Le piégeage est efficace car l'animal n'est pas très rusé mais obéit à des règles strictes en France et dans d'autres pays. Cette méthode a aussi ses limites: facile lorsque les animaux sont nombreux, il devient moins efficace dès que les niveaux des populations baissent. La pression par piégeage, pour être efficace, doit s'effectuer sur des territoires suffisamment vastes, sinon on constatera des réinfestations permanentes. Le Conseil général s'implique parfois dans les opérations de limitation des populations en offrant une prime à la queue (1 à 3 euros selon les cas) alors que la capture d'un animal revient (pièges, temps passé, formation) à 7 euros. Se pose ensuite un autre problème: que faire des animaux piégés? La peau peut être récupérée; elle est d'excellente qualité en hiver mais qu'en faire dans un marché bien peu actif? La chair est consommée en pâté, et fait l'objet de commercialisation locale, les dents servent à faire des pendentifs...

La vie est belle

Le 13/11/2003
par Tulia, Arkanya
[illustration] Tulia : Alors voilà, je suis victime de troubles obsessionnels compulsifs et je suis hyper-émotive, est-ce que ma vie est foutue ?
Arkanya : A cette question pour le moins pertinente, nous sommes en droit de nous demander ce qui permet de qualifier de réussie une vie humaine. En effet, selon les personnes interrogées, les conditions de réussite seront aussi variées qu'il existe de personnalités différentes. Pour certains, elle sera condition d'un épanouissement professionnel, auquel cas le sujet ne pourra compter que sur ses propres performances et sur son acharnement. Pour d'autres, la réussite passera par une famille unie aux liens solides, objectif qui dépend au moins autant d'un hasard incertain que d'un travail au quotidien d'écoute et de confiance en soi.
Cependant, il est intéressant de remarquer que la plupart des personnes n'ont pas le recul nécessaire pour juger de la réussite ou non de leur existence, et que certains qui auront une situation pour le moins tout à fait confortable n'en seront pas satisfait au point de se rendre compte de leur succès, cela fait partie du défaitisme caractéristique de l'être humain et de son besoin du besoin, qui est un frein à la prise de conscience du bonheur. De plus, il est courant que l'homme soit insatisfait d'un aspect de sa vie, par exemple sur le plan professionnel, alors que sa vie privée est image de succès, et alors il se torturera à vouloir réussir à tout prix au lieu de considérer ses acquis, quitte à mettre ces derniers en péril.
Aussi pouvons-nous nous poser la question de savoir si le bonheur est réellement souhaitable ? Ainsi une vie réussie n'est-elle pas ratée dans la mesure où le challenge et l'espoir d'un mieux ne sont plus ?

Tulia : Bon déjà, je tiens à préciser que j’en ai rien à foutre de réussir ma vie ou non, la question c’était juste de savoir si elle allait pas être trop minable, ce qui est un tout petit peu différent. Ceci dit, le sujet est quand même intéressant et c’est pourquoi je vais tenter de répondre à tes questions.
A la question : « Pouvons-nous nous poser la question de savoir si le bonheur est réellement souhaitable ? », je répondrais : « Oui ». En effet, on peut toujours se la poser cette question, ça engage à rien et ça occupe cinq minutes. Donc le bonheur est-il réellement souhaitable ? Dans un sens oui car si une personne n’est pas heureuse, elle est forcément malheureuse (rigolez pas, il m’a fallu au moins trois heures et cinq croquis pour en arriver à cette conclusion) et si elle est malheureuse, sa vie n’a plus aucun sens donc autant qu’il se tire une balle. Le premier problème qui se pose est que nous avons tous pu constater que ceux qui sont heureux sont quand même des gros cons donc on sait ce qui nous attend si on décide de s’engager dans cette voie. L’autre problème que cela induit, c’est qu’à force de rechercher le bonheur à tout prix, on finit par passer à côté et donc on se sent malheureux. Ce qui me permet de rebondir sur la seconde question « Ainsi une vie réussie n'est-elle pas ratée dans la mesure où le challenge et l'espoir d'un mieux ne sont plus ? » à laquelle je me contenterai de répondre : « On s’en fout ».
Tout ça pour dire que ces questions n’ont pas le moindre intérêt. La vraie question que tout le monde doit se poser est : doit-on exterminer l’espèce humaine pour qu’elle arrête de faire chier avec ses questions à la con ?

Arkanya : Certes, cependant il est primordial ne considérer avec quelle délectation l'être humain (et en ceci il se distingue de toutes les espèces terrestres) a un besoin vital de souffrir. Il n'est qu'à voir avec quel entrain les foules se pressent dans les cinémas ou devant leur petit écran pour s'abreuver de fictions alarmistes où il n'arrive que des malheurs. Est-ce qu'une représentation du bonheur passionnerait autant ? Intéresserait-elle seulement le public ? La leçon véhiculée par les médias est telle qu'il est acquis que le bonheur est au prix de son pendant la souffrance, et qu'il n'est de grand bonheur qu'après un rude combat contre la perversion ou le malheur.
De plus, il parait évident que de nombreuses personnes ressentent le besoin vital de souffrir pour avoir davantage conscience de leur appartenance au monde. Certains auront l'impression de cette façon d'exister davantage dans leur rapport à autrui en ayant l'impression de provoquer chez lui un sentiment de compassion ou de dégoût. D'autres enfin cherchent à se valoriser ou à feindre un courage exemplaire en insistant en permanence sur moultes épreuves au point de finir par les vivre réellement. Le bonheur étant insignifiance dans le rapport à l'autre, il est difficile à assumer, d'autant plus qu'il est jalousé.
Aussi, au vu de ces considérations, il semble effectivement urgent d'exterminer non la race humaine dans son intégralité mais plutôt autrui, ce qui reviendrait à dire tous sauf moi, tout le problème venant de la problématique de définition du moi en tant que tel. (bon courage)

Tulia : Et si justement ce besoin de souffrir ne venait pas seulement d’un besoin existentiel mais qu’il permettait en fait de masquer d’autres souffrances plus profondes et bien enfouies au fil des ans dans l’inconscient ? Ainsi plus la ou les souffrances subies par le passé ont été importantes et plus l’homme a besoin de se faire souffrir dans le présent pour ne pas laisser remonter ce souvenir.
Auquel cas, je ne suis pas d’accord avec ta conclusion. En effet, il ne faut pas exterminer l’ensemble de la race humaine mais plutôt soi-même, ce qui reviendrait à dire seulement moi et du coup ça règle le problème de la définition du moi qui en devient beaucoup plus claire pour tout le monde.

Arkanya : Quand tu dis moi, tu parles de moi ?
Parce que si tu m'extermines, ça va pas arranger ton problème mais plutôt le mien d'après ton raisonnement. Donc finalement pour résoudre ton problème, c'est pas moi qu'il faut exterminer, c'est toi. Or toi désigne autrui autant que juste toi. Donc la solution du problème réside bien dans l'extermination de tout le monde sauf moi, non ?

Tulia : Mais non, quand je parle de moi, je parle de moi en fait. Je sais que c'est pas super évident à capter comme concept. Donc là moi ne désigne que moi et non pas autrui. Donc la solution est bien l'extermination de seulement moi.

Arkanya : Bon bah on va arrêter là le débat, j'ai pas étudié encore l'extermination en philo.



Conclusion : Si vous êtes atteints de maladies mentales ou que vous trouvez que votre vie n’a aucun sens, cherchez pas à comprendre, suicidez-vous ! C’est encore le meilleur service que vous pourrez rendre, à vous-mêmes d’une part et au reste de l’humanité d’autre part. Merci de votre attention.
(conclusion démontrée par un raisonnement scientifique pointu)

= commentaires =

nihil


void    le 13/11/2003 à 19:12:46
Me demande bien qui va encore trouver à redire à la pertinence de mes résumés...
Tulia


...    le 13/11/2003 à 19:17:57
Ben il est parfait ce résumé... et puis il est surtout à peu près aussi intéressant que le texte donc tout va bien.
cep     le 13/11/2003 à 19:18:54
c moi l'inspiration c pour cela un castor la photo?
nihil


void    le 13/11/2003 à 19:22:37
C'EST UN RAGONDIN LA PHOTO BOUGRE DE STRCHRMMDORJFKHFbip bip bip bip bip bip bip bip bip bip
nihil


void    le 13/11/2003 à 19:23:58
Un castor a la queue plate voyons... Vous trouverez une plus ample description de ce fabuleux animal ici :

http://www.tabou.be/totem389.php
cep     le 13/11/2003 à 19:35:27
fuck scuzer j'mété pas attarder a la queu moé je suis pas perverse espece de nain de bipppppppppp ki retourne pas c mails
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
Léviathan    le 14/11/2003 à 04:57:22
"Le ragondin, de l'élevage à l'envahissement

Il est originaire d'Amérique du Sud, pèse de 5 à 10 kg, a des dents oranges et se nourrit de végétaux. Le ragondin qu'il ne faut pas confondre avec le rat musqué beaucoup plus petit, envahit le bord des eaux européennes et provoque d'importants dégâts aux berges et aux récoltes. Dans certaines régions, c'est une véritable plaie.

Le ragondin (Myocastor coypus) est originaire d'Amérique du Sud. où il est présent de l'Uruguay à la Terre de Feu. Dans ses régions d'origine existent plusieurs sous espèces qui vivent toutes au bord des eaux douces et saumâtres.

Au début du 20ème siècle, existaient une soixantaine d'élevages en Argentine. La sous-espèce bomariensis fut introduite en Europe et en Amérique du Nord pour sa peau. En France un élevage est installé dès 1882, il est suivi par beaucoup d'autres. La plupart disparaîtront en 1914. Le ragondin ne fut réintroduit qu'à partir de 1925. Les espoirs étaient importants: l'élevage était facile en raison de sa fécondité forte, de sa facilité de nourrissage, de sa croissance forte, de la valeur des peaux. Les profits financiers étaient assurés. La crise économique met fin à bon nombre d'élevages. Les lâchers volontaires, avant fermeture de l'exploitation ajoutés aux évasions firent que l'espèce se répartit un peu partout. De nombreuses populations se sont maintenues en liberté dans toute l'Europe, de l'Angleterre à la Russie, dans ce dernier pays le ragondin se maintient difficilement en raison de la rigueur du climat. En Autriche il est présent dès 1936. Aujourd'hui, pour les mêmes causes on le retrouve en Israël et en Rhodésie par exemple. Aux États-Unis, au Canada et en Russie on le piège dans la nature pour sa fourrure.


L'habitat du ragondin est constitué par les zones humides. L'animal supporte des températures faibles (jusque - 30°C) mais ne peut survivre sur des milieux couverts de glace. Dans les marais, il construit une hutte, le long des rivières il creuse des terriers complexes, s'introduisant souvent dans ceux du rat musqué qu'il agrandit. Il faut dire que l'adulte atteint de 5 à 10 kg, soit le poids d'un chien moyen!

Le ragondin est adapté à la vie aquatique. Il peut se boucher les narines et fermer sa cavité buccale par ses lèvres alors qu'il coupe les végétaux sous la surface des eaux, grâce à ses incisives longues et coupantes de couleur orange caractéristique. Les oreilles, les yeux et les narines sont placées au dessus de la tête et demeurent hors de l'eau lorsque l'animal nage. Les pattes arrière fortement palmées lui servent à nager. La fourrure épaisse est imperméable. La queue est longue et de section ronde. L'animal avec sa queue atteint quasiment le mètre.


Le régime alimentaire est varié mais uniquement végétarien: les tiges et les fleurs des plantes ont sa préférence mais il cause des dégâts aux plantations de maïs, de carottes et de betteraves. Une femelle peut avoir 5 à 6 jeunes à chaque gestation, longue de 132 jours. Elle est mature vers 6 mois. Chaque femelle peut avoir 5 portées en 2 ans. Le ragondin vit 5 à 6 ans.

Pour en savoir plus : Le ragondin de C. Verheyden et C. Guédon ; Acta éditions."

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
Ragondin    le 14/11/2003 à 05:00:05
"La tradition hébraïque en a repris et modifié les données: elles sont repérables çà et là dans toute la Bible, et même en dehors. Le monstre est décrit soit comme le dragon (Job, VII, 12; Psaume LXXIV, 13; Isaïe, LI, 9; Ézéchiel, XXIX, 3; XXXII, 2), soit comme Léviathan, Rahab ou le Serpent. Dans les traditions babyloniennes et hébraïques, il symbolise la profondeur hostile du chaos ou l'océan cosmique primordial (Tiamat, en Babylonie; Tehom, dans la Bible)."
nihil


void    le 14/11/2003 à 07:47:09
OUAIS TOUT A FAIT OUAIS !
Taliesin


    le 14/11/2003 à 12:11:28
Est-ce que le ragondin a un moi profond, est-ce qu'il se pose des questions métaphysiques, ou bien ne pense t'il qu'à trombiner sa ragondine dans les vertes prairies de l'insouciance?
Lapinchien


tw
    le 14/11/2003 à 12:42:09
je pense personnellement qu'il a de violentes pulsions le poussant à s'accoupler avec les roues des 39tonnes
Arkanya


    le 14/11/2003 à 13:28:49
Ouais mais sinon, le texte, vous en pens... ah, vous l'avez pas lu... ah ok...



(en même temps je vous comprends, il est à chier)
Taliesin


    le 14/11/2003 à 13:51:10
T'as buté Tulia au fait?
Taliesin


    le 14/11/2003 à 14:05:53
Et si la roue de 39 tonnes est équipée de chaines, de bas résilles, d'un fouet et d'un gode-ceinture, on comprend mieux les violentes pulsions du ragondin. Le tout est de s'éclater un pneu...
nihil


void    le 14/11/2003 à 17:31:25
http://zone.apinc.org/article.php?id=248&page=articles.php
Lapinchien


tw
    le 14/11/2003 à 17:41:17
comme un des personnages de mon prochain texte le proclame :" Le malheur , çà n'est jamais qu'une perversion du bonheur"... ouais ouais je sais je me la pète maintenant à siter mes personnages... en meme temps ils sont super intelligents mes personnages...


Sinon faut savoir que la quète du bonheur c'est quelque chose de tres recent dans les preocupations des hommes... on peut ratacher çà à la quète de la plénitude chez les boudistes mais c'est pas tout à fait çà... en fait même çà n'a rien à voir... et même que en vrai fait, j'y connais rien aux boudistes... jsuis même pas sur que çà s'ecrit comme çà et en plus j'ai pas encore vu Matrix revolutions... meme si les freres Wachowski sont polonais, qu'ils ont eu l'infime honneur d'etre blacklistés par Monsieur Yo, il 'ont pas la chance de me connaitre en plus de surcroit...

Sinon en ce qui me conserne ... je pense que le bonheu et malheur , la depression (truc super à la mode) çà ne sont que des indicateurs... au lien d'essayer de reparer artificiellement le message d'alerte que lance notre organisme, il vaudrait mieux s'attaquer à ses sources... c'est à dire l'existance même de l'organisme...

une bonne balle matin midi et soir c'est toujours mieux que du prozac... en plus c'est à base de produit naturels et le depos de cartilage osseux et de sang sur le cuir chevelu d'un suicidé fortifie encore plus la pousse de ses cheveux que d'intenses lavages inutiles de sa capilosité (terme inventé) à l'aide de produits de la gamme Petrol Hann....

commentaire édité par Lapinchien le 2003-11-14 17:41:37
Kirunaa


    le 17/11/2003 à 13:17:02
Merde alors, Dourak aussi a des crises de lapichienite aigues maintenant...
M4F4R     le 12/01/2009 à 01:59:31
Le ragondin, c'est la vie!
lA BRANLETTE, C'EST CHOUETTE

= ajouter un commentaire =



[Accueil]