LA ZONE -
Résumé : Ce petit texte est amusant et pas prise de tête, c'est loin d'être un chef d'oeuvre ou une bête de concours (il a été présenté pour les JO de la Connerie 2005), mais il permet de passer cinq minutes détendantes.

Robert

Le 11/10/2005
par Lahyenne
- Et aujourd'hui mesdames et messieurs, une promotion fantastique sur les petits pois ! Profitez-en.
Robert n'en pouvait plus de ce boulot. C'est pas une vie ça. Déblatérer des conneries toute la journée pour des petites vieilles qui lui regardent les poils sortant de sa chemise. Bon, il y mettait du sien, hein, rien à dire. Mais en un mot comme en cent, il se faisait chier.
- Passons ensuite au rayon shampoing.
Et toujours les mêmes offres, les mêmes têtes d'enterrement, et les mêmes rayons de merde.
- Nous avons tout d'abord un lot de...
Robert continua machinalement son baratin habituel, mais son oeil avait été attiré par une superbe croupe qui le fixait. Face à cul avec cette apparition, il faillit oublier les 30% de réduction sur le papier toilette. Il ne voyait rien que ce cul, un dos bien dessiné qui semblait musclé et une chevelure brune, ample et souple.
- ...Le shampoing qui fait briller et resplendir votre chevelure.
Au moment ou il passa à côté d'elle, négligemment elle se baissa pour aller ramasser la lotion appaisante la plusen bas du rayon. Lui, tout en racontant ses aneries de promotion n'eut quà tendre la main.
Elle eut à peine un tressaillement. Comme si elle s'y attendait. Et lui de continuer de plus belle.
- Vous pouvez désormais observer notre magnifique promotion sur les kleenex qui pourront vous être utiles dans plus d'une situation.
Qu'est-ce qu'il racontait ? Il s'en rendait compte désormais, cette croupe le rendait dingue. C'est à ca moment là qu'il vit du coin de l'oeil la première petite vieille qui le matait, en bavant. La pouliche, en grognat, posa son sac et releva ses cheveux.
- Quand au papier toilette, il...
Robert l'avait déjà dit ce passage là. D'ailleurs il n'était pas du tout à cet endroit du rayon. Il s'en foutait, il faut dire.
En effet, il avait commencé à relever la robe de la belle, et attaquait déjà la descente du collant. Il s'en sortait plutôt bien, le désir aidant. Et elle se laissait faire, en se cambrant de plus en plus.
La vieille n'en pouvait apparemment plus. La deuxième venait d'arriver à côté d'elle, et leurs expressions étaient sans équivoque. Outrées mais curieuses. Les salopes...
- Nous pénétrons désormais au rayon des lingettes. Vous pouvez voir...
Robert racontait maintenant n'importe quoi. En même temps, il commençait à se démener dans l'orifice de sa muse et elle cambrée à un point difficilement concevable lui caressait un peu tout, les bras tendus derrière elle. Robert imperturbable commença son langourux travail.
- Et les préservatifs, en caoutchouc très résistant qui vous sauveront en cas d'urgence.
Tiens d'ailleurs c'est vrai, on a oublié les capottes pensa rapidement Robert. Puis cette pensée s'évapora dans son va et vient.
Les deux vieilles s'étaient maintenant enfuies. Il fallait se grouiller. Il accéléra progressivement la cadence jusqu'a attiendre une vitesse plus que raisonnable. Tout en continuant à parler au micro. Difficile exercice par ailleurs.
- Et ce n'est pas 10 euros, ni 5 euros, ni trois euros mesdames, mais un. Mais un. Hein. Huh huh ...
Là il ne pouvait plus parler. Trop fatiguant.
C'est le moment ou le petit père responsable arriva et devint tout rouge, suivit des deux vieilles perverses qui ne voulaient surtout pas rater la fin du programme. Au moment ou l'autre s'approchait.
Ne plus le regarder, bordel. Robert ferma les yeux, et lacha enfin ce putain de micro.
Il allait ... C'était là ! C'était ...
- VOUS ETES VIRE !
Et Robert jouit.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 13/10/2005 à 01:15:35
Je voterais peut être aléatoirement pour ce texte

= ajouter un commentaire =