LA ZONE -
Résumé : Lahyenne commence à avoir de l'expérience dans le domaîne du texte de merde. Il ne s'est pas pris la tête à chercher un sujet, il s'est contenté d'improviser. Fautes de frappe volontaires, réflexions incohérentes, copier-coller abusif, tout y passe. Et y a une certaine longueur en plus. Ca devient tellement n'importe quoi que ça finit par être drôle. On s'imagine très bien l'auteur en train de faire une partie de catch avec son cerveau.

Improvisachier

Le 26/06/2007
par Lahyenne
[illustration] Où l'on s'apperçoit rapidement si' l'auteur sait improviser.
Non?.
L'improvisation doit venir du plus profond de soi. Elle doit percer son propre anus pour trouver son destin. Elle doit avancer lentement sur le chemin de la vérité, de la lumière.
Non, ce début est à chier.
Du coup je vais en écrire un autre.

MAx avait décuidé d'êtrenlknaze pâtrfce que trop fatigué de pas drôle.
Du coup j'arrigve plazerus à écfeertire commkek uner merrde. Notre pour plus trard, se bourrer la gueule au boulot.

Au tre début du coup.
Si le silence
Crève et chie
Charogne chienlit
Pue de ta race
Maudite batarde
Putride.
Ciel
Mon
Mari
Mardi
Arrête
De Suite.

Gggrrrmmbl.
Putain de bordel de merde.

Attends ya des cons qui vont se taper la lecture de ce truc ?
Les pauvres.
Du coup, il me faut un début. L'intro est pas terrible mais on va faire avec.

L'Ôtre vision du so est que la vision des autres soit celle de soÂ. Le perspective relative de ce point de vue personnel fait que nous n'existons que dans le regard des autres puisque nous n'avons la possibilité physique de voir notre sexe uniquement, pas nos yeux. Ou alors dans un miroir et là on les voit à l'envers alors c'est vraiment nul.
Bolchevique.

J'ai besoin d'un début. Quelqu'un aurait un début de texte de merde à me préter ?
Sans déconner là, ça urge... Un début, une entrée, un premier mot, une naissance? J'accouche le reste après, promis, mais filez moi un débutr !!!

C'est fun, sauter des lignes ça rallonge le texte.
Ducoup ça dédensifie mon prpopos. Parfait.

Début : C'est l'histoire d'"un mec. Blanc le mec. Un mec qui sait pas écrire des trucs tout seul, il est obligé de copier sur d'autrres?. Alors il écrit pas beaucoup forcément. Ben ouais parce que sinon c'est une peu du plagiat quand même. ou de la copie c'est pad mieux. Ouah la faute ! Mémé pasd fait exeuprès ! C'est comme padmé dans starxars. Important dans ce début ci, donner des références extrèmes de chef d'oeuvres. Spirderman, stabilocook, Lapinchien, Universal soldier par exemple. Ca c'est du lourd. Alors ce début est pas beaucoup mieux hein. Il raconte toujours rien, des motsd mal écrits les uns derrière les autres, juste pour combler, toujours plus combler. Rajouter une feiune autree feinte ?kjbeukbnte sur combler. Un truc sewsquel ?sexuel ?putain non c'est nul. Bah au point au j'en suit ... Genre Toujours plus combletr c'est ton cukl qui est contetn ami lecteur. MOUAHAHAHAHAHA. bien. raéjouter uner autre feuinte ? Nan parce que bon, sinon les gens ils vonte pas rire.

Hein que vous riez pas.
Il parait qu'nun texte de merde c'est celui ou qu'on peut pas le finir. Moi je parie pour qu'on le finisse, mais sans rien en lire.

D'ailleurs il va faloir que je le commence ce texte un jour.
Commençons par le commencement.

Au commencement était le verbe.
Chier.
Et de ce verbe qui s'est fait cher, est né le fric, la merde, la boue et la guerre. La Vie quoi avec un grand V d'ailleurs. Puis vint le reste, les trucs cools, les anges les saintes et otouts leurs descendants, ces connards d'humains qui tuent les baleines alorsd que les baleines c'est des putain de cazdeaux du ciel engendrés par le père à son image car Dieu est une baleine.
Le deuxième jour, Dieu avait sacrémlent mal à la tête. Il aurait pas du alternetr le blanc et le rouge, ni boire azvec saint gudule. Ce con qui préparait les cocktails, commente qu'uiio s'appelait déjà.... Martin ? Francois ? JEan louis. non.non. non. nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnonnon
nonnonnonnonnonnonnon
non

non

non

non

non

non

non

non

non

non

non

non

v

non
qsdv
non*sdùb

bref.

Ah si putain, je sais comment il s'appealair !
Ils 'appelait nicolas. l'homme qui boit pas. Ca c'est pour que les gens ils croient qu'il y a une trame?. Chetchez pas plus loin en fait, ya rien qui se suite hein.

D'ailleurs, avant de suivre, va peuit être falloir que je mette un début.
Un genre d'entamme, comme quand Johnny vient donner un coup de pierd dans le ballon pour que les 80 spectzteurs du coin et les millions de télespacteateurs sachent bien pour qui voter.
Une entammen.

Putain c'est pas facile de commencer un texte, je vouis le jure !

Lord I est mort, vive LordI.
Crève pute MOUAHAHAHAHAHHAZ

Non, c'est âps forcéménet un meuilleur début quie les autrzs.
Un autre donc.
Je vais finir par trouvetr?

Je...

Je...

Oh et puis mùerde j'abandonne, bvous n'aurez qu'a voter pour les autrezs.
Pas de texte de merde pour moi cette fois ci.

Trop court alors je trajoute des trucs.

Truc et astuce : recyclage de texte de merde :

La nuit avait été dure. Enfin le sol surtout. Ça avait beau être du presque sable, lorsqu’on avait pas l’habitude, c’était tout de même rude. Et la chaleur qui envahissait la toile de tente faisait plus penser à un sauna qu’à une chambre à coucher. Le pire pourtant n’avait pas été cela, mais le manque de cathodes. De zappeuse aussi. De Lagaff surtout. Quelques larmes, un coucher de soleil et quatre insomnies plus tard, le soleil se leva.

Et il commença à taper. On pourrait sans doute dire à tabasser tellement on sentait ses rayons se fracasser sur la peau rose et tendre. Stéphanie n’y résista pourtant pas.

Trois points de crème sur les épaules, une serviette par dessus et un bouquin de Maman pour faire intellectuelle. Apparemment ça marchait pas mal les intelectuelles à la plage. Après avoir méticuleusement étendu sa serviette sur le sol, elle s’allongea dessus sur le dos et commença à bronzer. Elle posa négligeamment son bouquin par dessus.

Rien. "Rien ne pouvait être pire", pensa Steph en se regardant dans la glace à midi tout en essayant de ne pas trop frotter ses bras rouges sur son torse rouge. Mais quelle idée de s’endormir aussi ! En plein cagnard. Et pire, elle avait la marque du livre sur le côté droit, là où il avait glissé. Quatre jours sans soleil avait dit maman avant le repas. Quatre jours ! Damien pouvait bien rigoler. Il avait passé la matinée à jouer au ping-pong avec ses nouveaux potes lui.

Stéphanie sécha ses larmes et entama à nouveau les mots fléchés que sa mère lui avait donné. Le saucisson lui pesait un peu sur le bidon, mais bon de toute façon elle avait toute l’après midi à ne rien faire pour digérer alors. Elle reprit son crayon et fit tourner ses neurones inutilement encore un peu.

Damien se marrait bien depuis qu’ils étaient arrivés. Sa conne de soeur était comme une écrevisse cuite dans une assiette d’un grand restaurant. Et lui devait aller à la piscine avec Franck. Avec la soeur de Franck aussi. Héhéhé et dire que d’autres ne pouvaient pas mettre le nez dehors. Après les salamalecs d’usages aux parents, il courut rejoindre les autres.

Jacqueline s’emmerdait. Profondément. Elle ferait bien un petit pot au feu, là, tout de suite. Ou sinon un boeuf bourgignon. Avec de la sauce. Des petits lardons. Pourquoi pas des carottes ? Une entrée ... Disons une salade de tomates, avec de la Feta. C’est pas mieux avec des concombres ? Bon, et sinon en dessert ... "MERDE" pensa-t-elle. Elle n’avait jamais la voix au chapitre. C’était toujours Robert qui choisissait les destinations. Et lui, tant qu’il avait à boire, il pouvait aller n’importe où. Mais pourquoi donc s’acharnait-t-il donc à prendre des campings sans aucun moyen de faire la cuisine ? Peut-être n’aimait-il pas ses plats en fin de compte ? Mon Dieu !

Robert arrêta ses ronflements lorsque Stéphanie lui demanda son putain de mot. Un truc à propos de la mythologie. En cinq lettres. Il avait répondu mites et ça rentrait. D’après Stéphanie c’était la première fois. D’intelligence, il reprit un peu de pinard. Il fallait avouer que la digestion donnait soif, surtout au soleil. Stéphanie revint, avec la solution. Le mot qu’elle cherchait en fait était héros. "Merci maman" dit-elle en lançant un regard furieux à son père et en retournant sous l’auvent. Robert retourna à sa bouteille de dépit. Il eut bien donné sa chemise pour une télé, mais n’aurait vraiment pas su où la brancher, la télé.

Le soir tombait et Stéphanie pouvait enfin mettre un peu le nez dehors. Emmitouflée comme à la neige, elle vit revenir Damien qui pleurait sur son oeil au beurre noir. Robert se réveilla ensuite, et attiré par les couinements de son fils vint voir, curieux. Jacqueline le pomponna un peu, lui fila des glaçons et lui demanda ce qui se passait.
- Rien, fit Damien l’air de dire tout.
- Oh ! fit Jacqueline.

C’était l’heure du Bigdil et la tension générée par ce simple fait s’avéra totalement pesante. C’est le moment que choisit Stéphanie pour poser le jeu de cartes au milieu de la table. Un trou du cul seul pourrait combler cet ennui collectif. Ils s’attablèrent donc ensemble, et Robert distribua les cartes du mieux qu’il put. Le soleil se coucha doucement, mais nul n’en avait cure.

Sinon, ça va vous ?
Vous attendez la fin en lisant en diagonale ?

Putain de loutres.
Vous n'avez vraiment

= commentaires =

Narak


    le 27/06/2007 à 21:32:10
C'est un bon texte de merde, mais trop conceptuel d'après moi pour être gagnant.
Ange Verhell


    le 27/06/2007 à 21:39:23
sauf si c'est noté au temps gaspillé
nihil


    le 27/06/2007 à 21:40:26
En tous cas ça marche : je l'ai pas lu jusqu'au bout.
Hag


    le 27/06/2007 à 21:43:50
Ca marche même super bien, je l'ai pas lu.

Aucun effort dans le merdeux, c'est agaçant ce manque de conscience... professionnel.
Gast'     le 27/06/2007 à 22:55:08
j'ai pas tout lu non plus ; comme l'auteur a sauté des lignes pour rallonger son texte, j'en ai sauté pour raccourcir ma lecture. mais ça :
"Jacqueline s’emmerdait. Profondément."
ça m'a fait beaucoup rire.

MantaalF4ct0re


    le 27/06/2007 à 22:56:09
En ce sens que le texte raconte une histoire inintéressante, est pénible à lire, et pas originale, c'est très réussi dans le merdique. Technique, précis, intelligent.
BREF c'est de la merde , de liquidité variable selon les passages, en plus.
nihil


    le 27/06/2007 à 22:59:33
J'ai trouvé le passage des "nonnonnonnonnonnonnon" totalement digeste. C'est un mauvais point.
Traffic


    le 27/06/2007 à 23:24:21
Je savais pas que ça se jouait comme ça mais là j'ai mieux saisi.

C'est rigolo.
Mill


site lien fb
    le 28/06/2007 à 09:56:59
Pas tenu. Démoli l'écran à coups de batte. J'étais dans un café internet. Je suis en taule (moi qui me croyais en acier). Lahyenne, t'as intérêt à payer ma caution.

commentaire édité par Mill le 2007-6-29 8:53:24
Osiris


    le 28/06/2007 à 15:32:58
Hé ! On a eu la même idée pour la semaine textes de merde ! Bah, on verra lequel est le moins cohérent.
nihil


    le 28/06/2007 à 16:11:52
T'appelles ça une idée toi ?
"Eeeh tiens, si j'écrivais n'importe quoi !"
Super concept.
Osiris


    le 28/06/2007 à 17:14:59
Les surréalistes sont considérés comme un courant littéraire. Les Dadaïstes aussi. De plus, c'est une...heu...chose qui est sortie d'un cerveau humain (le mien). Or le cerveau humain n'est capable de produire que des idées. Donc c'est une idée, techniquement.
nihil


    le 28/06/2007 à 17:24:01
Il peut également produire du jus, si on enfonce une seringue assez loin dans tes tympans, sale con.
Osiris


    le 28/06/2007 à 17:40:18
Dites j'avais envie de faire un texte en écriture automatique et je l'ai fait. Si ça vous déplaît ma foi je m'en contrefous, le texte étant juste une expérience pour voir ce que ça donnait.

Mon cerveau commence à partir en couille là. Je suis pas sûr d'être capable de me concentrer pour la suite.

Heu... Ouais. C'est très juste.

commentaire édité par Osiris le 2007-6-28 17:40:53
Hyenne     le 29/06/2007 à 10:57:40
Osiris, on peut monter un courant littéraire si tu veux.
Tu commences, et je prend le train.

Par derrière.
Aka


    le 03/07/2007 à 15:44:30
Ok c'est lourd à lire, mais le concept foutage de gueule contre le lecteur qu'avait inauguré Nourz est une recette qui marche. Alors oui, ok, j'ai lu en diagonal, mais j'ai lu. Et même que parfois j'ai gloussé. Donc pour moi, c'est loupé comme texte de merde.

= ajouter un commentaire =