LA ZONE -
Résumé : Après une introduction un peu inutile au sujet du journal le 'Courier International', Lemon A met son plan à éxécution. Même si on manque un peu de détails sur le con et ce qui le carctérise, la crémation a le mérite d'être originale et assez jouissive. C'est gratuit et violent, donc idéal, manquerait que quelques grosses vannes bien abruties pour nous faire glapir de joie.

Abonnez-vous

Le 10/04/2008
par Lemon A
[illustration] Mon esprit s'est élevé à partir du moment où je me suis abonné à Courrier International. Courrier International, avec son beau papier, plus blanc, plus rigide, avec son encre qui ne coule pas ; en matiere de presse force est de constater qu'il s'agit du meilleur titre, à bien des égards. Vu que ce journal est organisé à partir d'une compilation d'articles issus de la presse étrangère, on dépasse les ecueils necessairement liés aux medias locaux ; leurs visions nombrilistes, leur cancans inévitables, leur coins coins populistes et toute la compagnie des racolages ultra-minables. Dans Courrier International l'interet ne vient pas des articles en eux-mêmes, mais de la multiplication des perspectives sur un sujet précis. Courrier International proposera tel papier d'un quotidien chinois et tel point de vue de son confrere sénégalais. La valeur réside dans la juxtaposition des deux articles, la vrai information est là, un éclairage naissant de la comparaison, votre petite ampoule allumée par la différence de ce que disent les chinois et les senegalais lorsqu'ils s'expriment sur une chose identique. Il faut sortir de bavassages ineptes et de sottises ethnocentrées. Il faut monter d'une marche pour devenir conscient des phénomènes du monde.
En lisant Courrier International, nous nous sentons, à terme, citoyens humain, terrien, nous developpons une acuité globale sur la réalité, notre analyse prend une ampleur exhaustive et n'est plus confinée à l'étroitesse d'un terriroire restreint. J'incarne la sagesse comme tout les sages, en voyageant au delà des mers et à travers les continents. Ma vision s'est émancipée pour devenir transversale, entiere, complete, transcendante, sacrée. Les guerres, les famines, les pollutions, la dope, le crime, la propagande et le mensonge se nourrissent tous dans le même plat. Quelqu'en-soit les épices, la grande cuisine de la connerie humaine turbine à plein régime selon des règles ancestrales.

Les types de Courrier International l'ont bien compris. A force de pêcher des articles dans tous les journaux de tous les pays, ils ont su repérer les invariants, les fondamentaux, les bases. Et même, dans une rubrique, ils s'en amusent. Cette rubrique relate les pires incongruités, les actions absurdes, les conséquences désopilantes de la connerie humaine. On se marre sur le dos des cons, on s'en moque parce qu'il faut bien en rire, parce que nous, les sages, sommes suffisement détachés pour être savoir aussi se gausser au milieu du torrent des tourment. L'humour est la politesse du désespoir. Mais pour réduire le desespoir la vrai sagesse exige l'action. La bonne rigolade, la revigorante détente n'empêchent pas le combat.. La connerie devore les âmes, contamine les sociétés humaines et finira, à coup sûr, par détruire l'univers si nous baissons les bras.

Chacun peut intervenir à son niveau contre cette peste, avec des gestes simples. A l'aide d'un distributeur de boissons fraiches et d'un briquet.

Le numero 67 de Courrier International, relevait, page 28, les accidents les plus cons de l'histoire. Parmi ceux ci, la liste mentionnait le cas d'un type écrabouillé par un distributeur de boissons. Assoifé, il avait introduit ses sous sans que le distributeur ne libere de cannette en retours. Le type, floué, avait secoué la machine avec une détermination telle qu'il avait fini par la faire basculer. Elle lui tomba dessus et il mourru. Rien n'est plus con que de périr ainsi, écrasé par un distributeur de boissons fraiches. J'ai disséqué de long en large tous les numeros de Courrier International, soit la synthese de tous les journaux du monde entier et il s'avère, effectivement, que je n'ai rien relevé de plus typiquement con. Dans les archives de la connerie humaine, les distributeurs de boisson jouent un grand rôle. Ils en revêlent les cîmes et ils en sondent la profondeur.

La firme multinationale Coca Cola propose plusieurs distributeurs et des avantages à la commande puisque la livraison et l'installation de l'appareil est comprise dans l'achat. Personnellement j'ai opté pour le V 408, un modele leger, avec un habillage rouge vif et des lumieres clignotantes : autant de signaux efficients et nécessaires dès lors qu'il s'agit de traquer le gros. On reste calé sur un principe basique, avec une selection à 10 touches dont chacune est heureusement illustrée d'un visuel intelligible pour tous. J'ai apprécié la maniabilité des volumes, soit une largeur de 85 centimètres permettant une prise sur les deux cotés, une profondeur de 79 centimètres autorisant une intervention latérale et une hauteur également accessible de 183 centimetres qui ne decouragera pas les mongols les plus achevés. Le poids à vide de la machine atteint 295 kilos, ce qui, sans etre prohibitif, tempere le con trop freluquet et favorise les cons massifs. A un moment donné je crois qu'il faut assumer d'influer sur la démarche en fonction de son goût propre, il faut se reconnaitre, se faire plaisir, il faut s'autoriser à zigouiller un con selon son coeur. Personnellement j'ai un penchant pour les brutasses, les cons barbares et primitifs.

La sagesse que te transmet Courrier International incite à prévenir les dérapages. Tu décomposes les actions menant à l'objectif que tu t'es fixé , tu anticipes les peaux de bananes. Ainsi, grâce au distributeur de boisson tu pares à l'erreur judiciaire, tu t'assures. Car loin de décider subjectivement tu vas ferrer un con prouvé. Et chaque année, grâce au distributeur de boisson je piège mon con, le con objectif parmi les cons possibles, la bête de concours, réelle et authentique. Cette année j'ai fait installer le V 408 dans une station essence, pas loin des pompes, à la portée des pistolets.

Une chaleur caniculaire, un ciel blanc délavé par le soleil, le jet noir des pots d'échappement. Des types aux chemises ouvertes, des femmes en bermuda et en short rose, des lunettes de soleil, des vacanciers et des vêtements trempés de sueur. Des 4x4, des citadines et des berlines, chaque nouveau véhicule entrant dans la station relançait l'attention et piquait mon désir d'action. Alors qui ?

Le cons des cons est apparu au bout d'une heure. Retrospectivement, il y avait comme une évidence. En fait, j'ai su que c'étais lui dès le premier coup d'oeil. Je l'avais senti. L'expérience peut être, le flair surement. Un grand gaillard, obèse, chauve, rougeaux, qui soufflait comme un buffle, doté du cou de l'animal ; sa nuque faisait des plis. Le type avait stationné son Renault Master blanc devant une pompe à essence, mais au lieu de se servir, il s'était dirigé vers le distributeur de boisson. Evidemment, j'avais trafiqué la machine, la vidant entierement de sorte qu'elle ne livra aucune cannette et qu'elle ne rendit pas les pieces. Victime de la supercherie, le con fulmina rapidement et envoya un coup de boule dans l'appareil, puis, non content de s'être défoncé le crâne, secoua le distributeur avec une rage telle, beuglant une logorrée d'insultes et de sons guturraux, que la machine vacilla, vacilla, vacilla, et donc se renversa.

Ah le con ! Mais quel spectacle extraordinaire ! Ecrasé par un distributeur de boisson. Le con geignait à present, gesticulant vaguement, à terre, sonné et meurtri par les 295 kilos de mon appat, la cage thoracique certainement enfoncée, coincé sous la ferraille. Je me précipitais, décrochais le pistolet d'une pompe et arrosais copieusement ma proie avec un jet continu de sans plomb 98. L'essence éclaboussait son visage grimaçant et se mélait au sang qui coulait sur son front. Le con toussait, déglutissait, s'étranglait. Il devenait cramoisis et, bloqué par la masse qui le broyait, se résignait et se vidait.

Il y en avait pour quatorze euros quatre vingt quatre d'essence quand je stoppa l'arrosage. Des types se précipitaient dans notre direction. Il était temps de décarrer. Avec mon briquet j'enflammais un exemplaire de Courrier International, son papier au grammage épais, et je lâchais la torche improvisée sur le blessé. Un brasier de chair, de plastique et de fer éclatait derriere moi tandis que je m'engouffrais dans le Renault Master. Les clefs se trouvaient sur le contact, forcement, puisque j'assassinais un con parfait.

Je démarrais en trombe, le bruit du moteur me privant des ultimes hurlements du supplicié, périssant dans les flammes, prisonnier de l'objet sur lequel il s'était stupidement acharné. Dans une quinzaine de jours, j'aurai revendu sa camionette sur le parking d'un supermarché et j'appelerai Coca Cola pour acheter un autre distributeur V 408. C'est peut être regrettable, mais le bucher d'un infaillible con vaut bien le sacrifice d'une machine à boisson.

= commentaires =

Lahyenne


    le 10/04/2008 à 18:33:43
"quand je stoppa l'arrosage" huh

Je ne suis pas d'accord avec le résumé.
La moitié de ce texte est inintéressant et l'autre moitié révèle une crémation mesquine sans grande ampleur. La fin est tout simplement écourtée (l'auteur en avait marre ?).

Sinon :
- Une machine vide, ça se voit, il n'y a pas de canettes derière la vitre.
- Pourquoi brûler un mec déjà mort (dixit courrier international) ?
- La machine est à côté de la pompe ? Etonnant...

Bref un texte pas crédible, peu excitant avec un début trop long et finalement écourté.

Vraiment pas aimé.

commentaire édité par Lahyenne le 2008-4-10 18:34:18
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 10/04/2008 à 19:39:37
Bah, c'est du bon texte de St Con honnête, ça, monsieur, à part les quelques fautes grosses comme le con qui y traînent. Sinon, c'est bien fait, bien amené, conforme aux normes en vigueur, presque trop académique, et manquant d'un brin de folie.
Lahyenne


    le 10/04/2008 à 20:04:46
Mais laisse moi brûler ce brulot !


Comment je deviens grand inquisiteur moi, sinon ?

commentaire édité par Lahyenne le 2008-4-10 20:5:37
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 10/04/2008 à 20:12:25
Dorénavant, le taux de commentaires auto-édités d'un auteur servira à décerner la palme de la plus petite bite fréquentant la zone. Femelles admises, tant qu'on y est.
Lahyenne


    le 10/04/2008 à 20:36:38
Hourra !
Claudia Pepita


    le 10/04/2008 à 23:19:32
Même moi j'aurais pas fait ce genre de fautes...

Et LaHyenne, tu es un bon inquisiteur, viens me torturer au 3615 SM, tu ne le regretteras pas.
(Et dire que c'est le français qui ont commis le minitel...)

(J'adore lire les réactions quand je passe, c'est marrant, alors lâchez-vous ^^)
Lapinchien


tw
    le 11/04/2008 à 00:00:34
secouez-la, secouer-la , sinon le poulpe il reste en bas.
nihil


    le 11/04/2008 à 00:05:02
Après le syndrome Gilles de la Tourette, Lapinchien invente le syndrome Philippe Bouvard.
Lapinchien


tw
    le 11/04/2008 à 00:19:57
comme Jean Paul II, Je place la fin de mon reigne sous le signe de l'humour spongiforme.
Quelqu un


    le 11/04/2008 à 03:00:47
Si les spermatozoïdes se vendaient nous serions le pays le plus riche du monde, nous avons tellement de branleurs dans ce pays !!
Nico


    le 11/04/2008 à 07:39:27
Avec des si, on te mettrait une bouteille dans le cul.
Glaüx-le-Chouette


    le 11/04/2008 à 12:09:15
Ca finit sur une fuite et une possible poursuite en Renault Master ; rien que pour ça, c'est un grand texte.
Mais j'aurais pour ma part autant envie de cramer le pauvre petit con d'intello de narrateur que le gros sac, qui n'en peut mais, après tout, et qu'on a à peine le temps de voir avant qu'il brûle (très, trop vite). Je déteste ses petites remarques de fiotte lâche. Ca en fait pas un défaut littéraire, mais du point de vue du sujet de la Saint Con, c'est dommage.

Je reconnais qu'y a pas grand intérêt dans l'écriture, c'est informatif et lisse, avec deux trois petites phrases où le style s'amuse un peu ; mais au moins c'est lisible, sans accrocs.

Un candidat honnête, allez.
Glaüx-le-Chouette


    le 11/04/2008 à 12:10:37
Je déclare collector le cassage ci-dessus de Nico sur Quelqu'un. J'ai aucune autorité pour le faire et c'est un argument de plus pour le faire. Putes.
Hag


    le 11/04/2008 à 16:56:03
J'ai bien aimé, c'est juste recherché comme il faut, c'est bien fait, mais on a presque l'impression de voir une barrière autour du texte avec un panneau "prairie du juste bien comme il faut", c'est quand même très plat.
Autrement dit, ça aurait tapé un peu plus fort, ben ça aurait été mieux.

Oui, CMBDTC je sais.
Mill


site lien fb
    le 11/04/2008 à 19:01:06
Le principe n'est pas totalement dénué d'intérêt, mais l'écriture dépassionne le tout, surtout après l'intro légèrement casse-couilles sur Courrier International. Le choix du con ne me paraît pas justifié, d'autant qu'il faut acheter un distributeur à Coca Cola pour le cramer, alors qu'il est déjà mort. Enfin, il y a des morts plus connes. A titre d'exemple : un fermier américain souhaite repeindre le toit de sa grange. Pour plus de sécurité, le gars s'attache et demande à son fiston de fixer l'autre extrémité de la corde à un endroit sûr et solide. Le fiston choisit le pare-chocs de la camionnette familiale sans prendre la peine de prévenir la maman. Yeeha. Le plus beau, c'est que l'assurance a casqué au motif que le gars était assuré tout risque pour son véhicule.
Mill


site lien fb
    le 11/04/2008 à 19:01:22
Ma gueule, pute?
Lemon A


    le 11/04/2008 à 23:51:21
Deux / trois précisions pour ce connard de Lahyenne :

_ un distributeur V 408 ne possède pas de vitre, ça se présente plutot comme une machine café. Tu me reprendra peut être en orthographe et en conjugaison mais pas en distributeur de boisson.
_ Coca cola te le pose où tu veux ton distributeur et si t'as envie de coller un V 408 à portée d'une pompe à essence eh ben je vois pas ce t'empêche de le faire.
_ On brûle des mecs déjà morts dans un objectif de purification, ouais, on brûle aussi pour le symbôle.
Astarté


    le 17/04/2008 à 18:20:07
Après les 4 premiers paragraphes où je me suis emmerdée comme un rat mort (?), j'ai lu très vite et pas trop passionnée.

C'est tout parce que j'ai encore 7 putains de textes à lire.
Aka


    le 19/04/2008 à 12:41:30
Je sais plus quoi dire à force d'enchainer les commentaires, c'est marrant et l'idée a le mérite d'être originale. Voila, j'arrive pas à sortir mieux.

= ajouter un commentaire =