LA ZONE -
Résumé : Tout au long d'une tranche de vie aventureuse et atypique, le narrateur assume sa honte de cocu affublé d'un boudin noir, rencontre de circonstance dont le chemin divergera du sien à temps pour s'assurer une fin de soirée dont le dénouement ne nous sera dévoilé qu'au petit matin, dans les brumes éthyliques et les criaillements de progéniture femelle. C'est moins épique que ça, en fait.

Toute honte bue

Le 08/08/2010
par Glop-glop
[illustration]
J'avais parfois été cocu, la plupart du temps sans doute sans le savoir, autant que l'on puisse en juger. Mais les cornes que me faisait porter Cécile n'étaient pas du même bois, je me faisais l'impression d'être un grand cerf se cognant dans toutes les encoignures de portes tant elle me faisait tourner en bourrique.
Quoiqu'elle fût par bien des aspects charmants tout à fait féminine, et c'était d'ailleurs la première vrai blonde que je connusse bibliquement, et sur le tard, elle avait tendance à se comporter tout à fait comme un homme pour les choses du sexe. Elle papillonnait ainsi sans remords apparents et sans éprouver le besoin de se justifier avec le baratin habituel, convenu et foireux: "tu comprends je devais coucher avec lui une dernière fois pour tourner la page", ou encore "tu me négligeais et j'avais besoin de me sentir désirée..."
Non, Cécile ne connaissait qu'une loi fondamentale, celle de son cul, elle l'assumait avec désinvolture et ne transigeait jamais.
On aura beau dire, et quand bien même on voudrait s'en féliciter, c'est quelque chose qu'en tant qu'homme on a bien du mal à accepter, en fin de compte, il faut l'admettre, une femme dont on puisse être l'égal, et pour ça aussi, je lui en voulais.
Ce jour là, on s'était engueulés pour la enième fois, au final je l'avais envoyée se faire enculer et elle y avait été aussi sec, et sans se faire prier outre mesure.
Une fois de plus elle s'était barrée et je me retrouvais seul, convaincu qu'un jour, lasse de mes crises de jalousie, elle me plaquerait définitivement et sans appel.
Je traînais mon ennui et ma frustration sur Meetic, à la recherche de la première conne venue, histoire de me venger de Cécile, qui s'en foutrait probablement, et puis des femmes en général, et aussi de combler mon désarroi existenciel et organique.
Tant qu'à se taper une conne, autant se lever la plus conne possible:
"Lol 06", voilà qui en disait long en peu de lettres, en plus c'était une black et elle me rappelait vaguement la petite négresse qui avait partagé ma vie il n'y avait pas si longtemps, même si dorénavant tout cela me paraissait bien lointain.
J'étais encore au chiottes, tentant vainement de vidanger ma vessie, putain de prostate ! quand elle a sonné à la porte. Service express.
Elle s'appelait Cynthia, mais la photo publiée sur le site était outrageusement avantageuse, je la découvrais infiniment plus grossière que ma négresse, ses lèvres, ses attaches, son nez, sa cambrure obscène, tout en elle me la rappelait et m'en éloignait en même temps, c'était une piètre ébauche, presque une caricature d'elle. Quant à son cul, il aurait fait passer la Vénus Hottentote pour une anorexique.
J'essayais du mieux possible de masquer ma déception, qui paraissait réciproque, et il faut dire que ça fouettait un petit peu chez moi. Depuis qu'on m'avait couper le gaz j'évitais d'aérer, et ça devait commencer à se sentir.
Sur ces entrefaites, on a un peu picolé, elle m'a expliqué qu'elle était sado-masochiste, comme s'il s'agissait d'un CAP de fleuriste, et chargée de famille : trois gosses de trois hommes différents. Tous des lâches, les hommes, qu'il n'y en a plus un seul de sérieux, mon bon monsieur, pensent qu'à vous tringler, tout juste s'ils se souviennent de vous fouetter mollement, dans le meilleur des cas, et puis salut poulette !
Elle a pas eu l'air de me trouver bien sérieux, moi non plus, cette sado-masochiste réactionaire et callipyge, et ça m'arrangeait bien dans le fond, parce que j'en avais plus du tout envie. J'avais bien trop peur d'affadir le souvenir que je gardais précieusement de ma négresse.
Pour éluder définitivement le passage à l'acte sans me montrer trop goujat, un vieux restant d'éducation sans doute hors de propos, je l'ai embarquée pour la soirée chez Pierre, qui ressucitait d'un nouvel infarctus. En effet, contre toute attente, il avait finalement passé l'hiver. Ce type était décidément increvable...
Dans une tentative désespérée de préserver sa santé si précaire, Pierre venait d'emmenager à Vence, une localité au micro-climat excellent, tout près de la Maison du Mineur où des générations de silicosés étaient venus cracher leurs poumons et expirer au bon air des Baous, bien avant l'octroi des congés payés. C'était la maison de sa fille, une "villa" comme on dit dans le pays, et cossue bien que notablement lézardée. Une affaire "à saisir" selon le jargon en cours chez les agents immobiliers.
Ils l'ont vue venir de loin la Cynthia, et l'ont reçue aussi mal que les conventions petites-bourgeoises l'autorisaient. Mais ça n'a pas eu l'air de la gêner, elle a fait semblant de ne rien capter aux mauvaises manières qu'on lui faisait, et à pris part au banquet de très bonne grâce. Moi, ils ne m'ont guère plus adressé la parole, me jetant juste de loin en loin des regards obliques lourds de désapprobation. J'avais fait entrer une louve dans la bergerie...
Sauf que des agneaux, en ce lieu il y en avait guère. Mis à part Pierre peut-être, qui était encore tout éberlué d'être toujours en vie.
Quand elle a eu compris que la vie du Pierrot ne tenait qu'à un fil, Cynthia l'a trouvé instantanément très excitant, le gros pépère bedonnant, postillonant et sourdingue. Ah, le langage universel de l'amour...
Quant à moi, j'étais déjà à moitié confit, et de voir toute la famille de Pierre se crisper au fur et à mesure que l'issue de la soirée devenait inéluctable, ça me faisait rire de plus en plus, à m'en tordre les boyaux.
Ils me battaient froid ces cancrelats, mais moi je m'en cognais, il avait bien le droit de se payer une tranche de gaudriole le Pierrot, tout revenu des morts qu'il était. Qu'est ce qu'on risque quand on est déjà un pied-trois-quarts dans la tombe ?
La tablée bruissait de rumeurs de quotité disponible, et de mise sous curatelle pour le cas où le vieux se mette à devenir généreux plus que de raison.
Vu que plus personne me causait, j'ai pu me consacrer à plein temps à la caisse de Côtes du Rhône qu'était vraiment loin d'être dégueu et qui titrait ses 14°5, un cru exceptionnel sur mon échelle des valeurs.
J'étais tellement d'équerre que je me suis mis à fredonner "Prête-moi ta plume mon ami Pierrot" et je me suis foutu a rigoler comme un gogol, jusqu'à m'en étrangler dans mes glaires. Ca a provoqué un murmure de réprobation et de dégoût autour de la table, la maîtresse de maison m'a désigné les chiottes avec autorité.
Mais elle n'avait rien à craindre pour ses pare-feuilles cirés, ça fait bien longtemps que mon foie a rendu les armes, qu'il ne se défend plus des agressions que je lui inflige et que je n'ai plus vomi autre chose que de la bile au réveil.
Et puis tout c'est embrouillé dans ma tête, j'étais las de toute cette clique veule et prédatrice. J'ai voulu rentrer avec ma Deudeuche, mais pas moyen de retrouver les clefs, qu'étaient bien sagement au fond de ma poche pourtant, c'est dire si j'étais fin murgé. J'ai tenté d'arracher les fils pour la démarrer quand même mais ils m'en ont empêché, même si c'était absolument superfétatoire dans l'état où j'étais, et ils m'ont extrait manu-militari de la bagnole. C'est pas qu'ils craignaient que je crève, non ça ils s'en foutaient, non, ils avaient peur que j'écrabouille quelqu'un après avoir abusé de leur hospitalité. A travers le cirage j'écoutais leurs conciliabules étriqués et là, pour le coup, j'aurais pu rendre.
Au final je me suis retrouvé sur un matelas qui puait, le matelas du chien sans doute, dans un réduit guère plus grand qu'un placard à balais, Pierre pendant les négociations s'était eclipsé subrepticement entraîné par Cynthia qui décidément perdait pas le nord, la gueuse !
En définitive c'est les hurlements de la fille de Pierre, qui m'ont réveillé.
J'avais une migraine calibrée, et ses cris étaient comme des aiguilles à tricoter de bonne femme qu'on me plantait dans le cortex cérébral. Je l'aurais bien égorgée sur le champ, et d'ailleurs j'avais mon Opinel sur moi, mais comme toujours j'abandonne mes bonnes résolutions une fois que j'ai complètement émergé, j'ai pas de constance, c'est ça mon problème.
Mais elle méritait cette connasse, on n'a pas idée de gueuler comme ça au petit matin ! Quoiqu'il m'ait fallu un certain temps pour comprendre qu'on était le matin, et même de remettre tout à fait le concept de "matin", de savoir où j'étais et qui j'étais.
En titubant et tout en progressant par raisonnement logique dans la compréhension du monde qui m'entourait. J'ai aterri dans la chambre de Pierre, et là, le spectable était pas banal.
Dans le lit défait, les deux amants, qui n'avaient pas l'air d'avoir dépassé le stade des préliminaires, étaient enchâssés l'un dans l'autre. Paul serrait toujours une cordelette autour du cou de Cynthia dont la tête était dissimulée dans un sac plastique constellé d'éclaboussures de vomi. Ses poignets étaient liés et elle paraissait porter sur son dos, telle une bête de somme, le pauvre corps fatigué de Pierre qui arborait un caleçon grotesque et des chaussettes de tennis.
J'ai touché à rien, la fille de Pierre continuait d'hurler sans même me calculer, comme une sirène d'exercice. Après tout, c'était pas mes oignons, je suis reparti dare-dare dans ma deuche, des fois que les cognes se mettent dans l'idée de me faire souffler dans le ballon.

= commentaires =

octoblah     le 09/08/2010 à 18:30:38
...super lecture...réminiscence d'un souvenir dont la fin déviait un peu aussi...
La narration exprime à merveille l'égoïsme nombrilliste que renferme chacun...
Koax-Koax


    le 11/08/2010 à 20:15:26
Pas mal, mais j'ai l'impression d'avoir lu des dizaines de fois ce genre de texte, avec le langage campagnard qui va avec, pas vraiment original tout ça, mais tout de même efficace dans le fond, CMB.
Narak


    le 13/08/2010 à 12:53:49
Je l'ai pas lu mais je commente.
lemon ah     le 04/09/2010 à 18:25:15
Bien aimé, je me suis marré deux ou trois fois, y a du rythme et des trouvailles, l'histoire progresse bien : c'était avec plaisir.

= ajouter un commentaire =