LA ZONE -

whisky please !

Le 20/02/2011
par Mike Fallus
allongé sur ce canapé mimant à la perfection une paillasse miteuse puant la vermine et le sex, je suis là allongé, les yeux fixés sur ce plafond incolore en phase terminale d’un cancer d’infiltration des eaux!

le ronronnement d’une vieille firebird déambulant au coin de la rue disparait dans la cacophonie nauséeuse du métro aérien.
ma tête tourne, bordel moi qui fuis la mer, de peur d’être victime de son mal, me voilà a deux doigts de restituer la bouteille de bourbon bon marché que je me suis envoyé pour noyer cette garce de solitude.

- je fais quoi putain?

je reste là à agoniser comme une épave de chalutier par 20.000 lieues sous la mer, ou je secoue cette carcasse incompétente et je tente une excursion nocturne dans les rades encore ouverts à cette heure tardive de la nuit?
allez bouge toi me sermonne cette voix rauque dans ma tête.

- dieu c’est toi?
- non du con c’est ton reste de conscience, si tourmentée soit elle!!

bon ok admettons que l’air frais des gaz d’échappement et autres toxines chimiques me fasse du bien.
me voilà a déambuler dans cette rue, bordée de sex shops glauques au possible, le temple de la débauche, l’usine a foutre et encore d’autres clichés tout aussi charmants me passent par la tête. comme bol d’air c’est mal barré, mais sait’on jamais à mon retour un petit détour peut toujours s’envisager.

je me laisse guider par l’odeur fétide de la cigarette abattue froidement dans un cendrier et j’entre dans ce troquet, l’enseigne toussote comme un tuberculeux. je me pose et m’accoude au bar, “tavernier un bourbon!!”.

la tronche enfarinée j’enfile le verre dans mon gosier rongé, puis un second, puis une bouteille que j’ai partagés avec un mec dans ma condition, un génie incompris lui aussi.

un monde d’assoiffés, la seule différence, le contenu du flacon, liberté d’ébriété rime avec ivresse du pouvoir… sur ce, bonsoir

= commentaires =

Koax-Koax


    le 20/02/2011 à 22:54:55
Et bien, y'en a qui ont vraiment de la gelée dans la tronche.
Lapinchien


tw
    le 21/02/2011 à 07:02:00
C'est émouvant cet extrait du carnet intime de Bernard Lavillier. De n'importe quel pays de n'importe quelle couleur, la musique est un cri qui vient de l'intérieur. Encore faut il distinguer par quel orifice sort ce cri.
CanardLapinKoala     le 23/02/2011 à 13:15:22
Un génie incompris. Bientôt et grâce à lui, le style nouveau roman va revenir à la mode, c'est sûr ! badaboum la grue elle écrase le monsieur et ça fait vomir le grutier et pi il meurt écrasétouffé dans son sanvomi !
Youri     le 23/02/2011 à 15:13:15
"liberté d’ébriété rime avec ivresse du pouvoir"

Gorbatchev ?... Ou Corbier peut-être ?...


Je tiens à le dire, le bourbon, c'est pas bon. Et le texte, ben, c'est pas bon non plus.
Doudou     le 24/02/2011 à 19:52:03
Mais qu'est-ce que tu bois ?
Monsieur Maurice     le 27/02/2011 à 16:30:50
Un très beau texte. Cet auteur a su m'émouvoir.
Youri     le 28/02/2011 à 14:28:00
Beaucoup trop de qualificatifs et de propositions circonstancielles qui sont autant de béquilles pour ce texte...

La structure du texte me fait penser à cette insulte enfantine :
"Face de trou du cul de mammouth en éruption mal torché"

C'est lourd et trop argumenté. Mettre en exergue des sentiments, des situations ou des intensités sans en faire trop sur le style n'est pas à la portée de tout le monde... Et manifestement l'auteur n'est pas une exception à la règle.

Quant au bourbon, je confirme, c'est dégueulasse mais il y plein d'autres choses à boire Doudou (dis-donc).
TheAsh     le 01/03/2011 à 02:28:51
Faut savoir apprécier les méfaits de la vie ... mais la ...
Copypastaa     le 03/03/2011 à 06:07:13
N'ayant compris ce texte mais étant un grand voyageur, j'ai tenté une traduction français > swahili > finnois > roumain > vietnamien > allemand > français que voici :

"couché sur un banc complet de sales parasites Mitja émulation iseva nu et le sexe, je me connecte o Ella, les yeux au plafond, pas de couleur, mourant patients atteints de cancer est la pénétration de l'eau!

zumzet ven. vieux Firebird sur un coin de la rue pour aller loin de la pagaille nausées Skytrain.
Je me suis tourné acoperis, ven KUKA Il enfer, si une victime de la crainte de la Han, Nolen a deux doigts de nouveau dans une bouteille de bourbon LPAE, à condition que la seule femme de l'époque.

- Nolen faire compteur?

Ella est mort, j'ai été dans la pêche maritime épave Toate 20,000 miles, secouez Nolen identifiés ou non qualifiés, et j'essaie d'aller sur la route vendredi Mela est ouverte à cette période de carillon Iona?
Pour moi, pas piulita délégués appris très tôt rauque Naani.

- Dieu Prévoyez-vous que?
- Pas de produits de conscience OMA Mela, Han Si en trop!

ok vous dire que j'ai une fumée douce avec des produits chimiques toxiques et Apel et pour moi.
Maintenant, je suis ici sur la rue bordée de magasins de sexe albastriu-Vert, le Temple du Soleil courage et Vivien Inca coruptia peut blâmer les autres pour le pied Viena première augmentation. Wilma tôt vendredi Zece viziunea propre, mais je n'ai jamais sait'on d'utiliser un petit détour.

Nolen dirigé coup l'odeur de cigarettes dans le cendrier froid et j'ai été pannes, ou des racines de la marque. Je me demande, accueil Bourbon coude Bar. "

Daca farinée j'ai mis ma gorge à manger Panza matas de, la non mijlocul lundi s'appuyer sur la situation entre une bouteille de Nun, et le gars génie obstacles onosti.

Le monde a soif, il est seulement une bouteille de Salto, et Sun-Hop sur l'indépendance du poison ... Etta privé Sectorul, bonne bière"

Mwisho. ("fin")
Lapinchien


tw
    le 03/03/2011 à 06:59:07
C'est de suite plus clair. Merci pour ces rampes d'accès handicapés , Copypasta.
utopiette tu pètes le bourbon à la boutanche    le 30/03/2011 à 21:52:33
et tu te prétends un gini ? moi j'dis t'es qu'un canada d'rail, un employé de la sncf qu'a pas cotisé au catéchisme.

'tain t'avais qu'à faire prof' - si tu voulais aligner des poncifs en sortie de ouate-erre.

Un truc qu'est bien : c'est pas long, nan sérieux, faire court c'est mieux.
Encore plus court c'eut été encore plus pertinent.
"réveil de cuite : j'ai roté, j'avais mal au ventre, alors j'ai pété .
ça puait le vomi ma turne alors : que je me promenasse, vite !
Trouvé un zinc, hésité , re-hésité, ai trouvé une poche à vomi - ai copiné à mes frais.
Il m'a pas fait bander, j'ai économisé mon sperme."
MD     le 12/04/2011 à 00:14:33
Excellent !
Le genre de texte qui remonte le moral d'un alcoolique illettré et aveugle.
Un linguiste     le 17/04/2011 à 13:20:29
L'approche de Copypastaa est certes éclairante mais pêche par un certain manque de méthode.
En vérité, il faudrait tendre le plus possible à l'exhaustivité des langues et dialectes utilisés dans la chaîne de traduction, et ce afin de retrouver les racines pseudo-indoeuropéo-africo-américo-cocorico-terrestres qui permettront ainsi de toucher au plus près le sens élémentaire du texte.
La richesse (particulièrement bien cachée) de ce texte se révèle clairement au travers d'une des dernières expérimentations de la patasémantique : la traduction français-hongrois-indonésien-turc-ukrainien-grec-gallois-hindi-français.
En voici le résultat :

"Smelly sexe et sales sur le canapé avec le proxy droit au lit est nuisible, l'absorption d'eau, je chez les patients avec un cancer incurable dans le regard de couleur au plafond, j'ai été!

Firebird est un coin de la rue piétonne de la vieille mauvaise bourdonnement et du bruit de Skytrain à perdre.
Dans ma tête, que d'étouffer cette mer chienne de peur de bouteille bon marché de Bourbon et de deux doigts envoyé à l'arrière, dans un cercle de l'enfer Je suis victime d'un crime.

- Je suis une pute aussi?

Je 20,000 miles de mer dans un poisson mort, ou le cadre ressemble à un accident que c'est pour intimider et sera ouvert jusqu'à tard dans la nuit, encore des moments difficiles est embarrassant?
étrange pour moi Sound est le bon choix dans mon esprit.

- Dieu, ou quoi?
- Si le contenu de la torture, mais il n'y a pas de conscience!

S, tels que l'air, de gaz et d'autres toxines chimiques ainsi.
Maintenant, les sex-shops, bleu-vert que possible avec la ligne, la rue, orgies église, le courage de marcher dans la tête de l'unité est encore une image magnifique. L'air pur, mais n'avait jamais imaginé commencer plus mal avant de contourner sait'on.

Je fumée et des cendres, refroidir sous pression et je suis guidé par l'odeur de tomber en amour, une toux de marque, la tuberculose, comme l'obtenir. Je suis nouveau coude, et me suis demandé: Bourbon «Inn».

Je crains que mon verre condition, puis faire un autre, et une tasse de farine de verre jonchaient le talent mauvais endroit pour manger une partie de son cou.

Bouteilles du monde, sauf les noms de la soif, l'eau, l'électricité, la liberté potable contaminée ... Goodnight poèmes"

Bien évidemment un travail d'interprétation reste à faire, il n'empêche, qu'ainsi, la conclusion du texte est d'une limpidité renversante.
SKIZZZO     le 20/07/2011 à 02:40:02
je dois vraiment être un âne bien bâti au niveau de mes oreilles...Acculées par le "BZZZZZ, BZZit?" incessant de l'écho de la contemplation

Je deux meurent curieux quant à la capacité des critiques d’exécrer la même odeur....
jutomate     le 25/07/2011 à 01:27:15
trop fort skizzo,un vrai poête, un technicien de la langue

= ajouter un commentaire =