LA ZONE -
Résumé : Lourdes Phalanges relance l'article journalistique sur la Zone alors qu'on avait basculé dans la fiction pure depuis longtemps. Malheureusement ce n'est pas du journalisme Gonzo à la Hunter S.Thompson, c'est assez direct et désabusé. ça traite assez lucidement cependant du mainstream cinématographique, des media émergeant et des liens qu'entretiennent avec eux, leurs consommateurs. C'est assez finement analysé si ce n'est que c'est complètement plombé par des calembours tout le long. En espérant que ça aura le mérite de lancer un grand débat dans les commentaires. Le petit Frédéric Taddeï est d'ailleurs attendu pour l'animer sans oublier de recentrer le débat à chaque intervention.

Cinéphilis

Le 11/06/2015
par Lourdes Phalanges
[illustration] Au début, la même soupe que tout le monde : Disney, le film de Noël. Puis la progression classique : Matrix, Tarantino, la violence lyophilisée, esthétisée, présentée comme une fin et non un moyen. Les comédies bien de chez nous qui s’auto-parodient années après années, avec le Fils De qui a remplacé sa Pute de père en haut de l’affiche, faisant ressembler les devantures de multiplexes à des putains d'arbres généalogiques. Fais l'inventaire : le sans-papier gentil, l'urbaine du tertiaire burn-outée mais-pas-trop, la fille de bonne famille forcément [anathème aléatoire] et ELDIDAYGROMO/DEKALAGE/HUMOURE, le/la [minorité aléatoire] tout-sympa-mais-qui-souffre, le sidekick rigolo, le taiseux ténébreux : La Grande Famine du Cinémort Franchais. Ces névroses et fonds de tupperware idéologiques tapissant, années après années, cette même chambre de bonne cossue. Filmer l'ennui et étaler dessus ses matières, histoire qu'il y en ait un peu. A l'heure de la pornocratie, appliquer son intimité/sa différence en gommage sur sa peau sèche. Et macérer.
La simili-subversion estampillée croc-bourgeois avec Gaspard Noé, Gens, et les autres foireux forains du ssinéma de genre. Les films d’auteurs serbo-croates que les ricaneurs aiment vilipender sans les avoir vu. Le nanard ou la médiocrité idolâtrée. Le révisionnisme hollywoodien. Les films à message qui sont censés t’en apprendre plus sur la vie que les bourre-pifs ou le travail manuel dans un pays satellite de l’ex-URSS. Et l'inéluctable "dissident" russe/syrien/iranien pour refourguer la Palme. La kkkulture. Un puit sans fond.
"Un portrait social cru" ; "Un long-métrage en forme de manifeste"… Lambeaux de prose pendant aux moignons du Milieu. Il est bien apprêté ton crachat. Des marionettes-millionnaires se déguisant pour le salaire de trois vies. Ces acteurs qui ont perdu 15 kilos pour un rôle, une performance parait-il. Et chacun sa petite étiquette, pour que l'attachée de presse et la journaliste cinés'y retrouvent. Les petits éjaculats de commissaires politiques, les tièdes, avec leurs bons points et leur morale réversible, nourrissant -pour s'auto-persuader sûrement- le désordre sidaïque libéral-libertaire. Quand on ne maitrise plus le réel, on le réinvente, on le met en scène. La cariole est tirée par l'argent des autres de toute manière, ceux là même qu'on somme d'applaudir et de bien ajuster leurs bavoirs. Au moins avant, dans les films de propagande, ils avaient de chouettes costumes, c'était déjà ça.
Deux-trois saillies qualitatives : les polars balancés dans la vitrine des moeurs moites : Nolte, Duvall, les Delon pas femmelins. Mais tu te fais du mal à essorer une époque morte. Reste Mann, Hong-Kong, La Corée. Kurosawa, L'Île Nue, l'Eurocrime. La kkkulture. Demolition Man.

Les gamins des années 80 ont grandis. Malheureusement. Sont aigris et veulent croquer dans la belle tartine à la merde que leur promettaient le Cartel Spéculateur et la conseillère d’orientation. De tout ça découlera : le second degré méta-métastasé, le psychologisme cynicocaca et les clins d’oeil à outrance pour les membres de ta tribu, bercés par le nostalgisme et le fanservice. Etaler des visions phagocytées par celles de leurs Maîtres à Créer. "Here's Johnny !", l’ombre de Dark Vador, les sous-titres de Woody Alien. Dans l’espace médiatique, personne ne vous entends déblatérer. Chaque avatar a besoin d'hurler à la face du monde sa petite opinion rabougrie et recyclée. On critique, commente, commente les commentaires; nourrissant un vaste intestin frêle recroquevillé sur lui-même. Le Festin Nul. Le vomis a le gout de bouffe, et on ne sait plus distinguer quoi sort ou rentre en premier.
La bande-annonce qui ne fait plus bander et t’annonce que jusque là, ça va, t’es pas encore mort, profite de la promenade mon ami, confortablement installé dans ce thriller sans twist où tu joues à te faire peur.

Spectateur, puis cinéphile, puis cinéphage. Grace aux fragiles prothèses high tech actuelles, tout le monde peut construire son tronçon de rien sur la Grande Autoroute des images creuses. On fait dégorger le porcinet. Le réel devient une notion vague, pas nouvelle mais lointaine, qu’on analyse dans les milieux autorisés. Alors, tu l'épuises le sens ? Et tu payes deux fois, tes putes d'impôts-CNC et ton ticket-PIB-De-La-Gambie pour subir ce que tu vis déjà dehors, tout le temps : c'est toi le coupable, et le peu qu'il te reste, c'est mal. C'est dedans que ça doit naître, puis exploser, te projeter, créer quelque chose d'impérissable qui s'imposera, non par la force, mais bien par son inexorable fragment d'indicible laminant les paradigmes, balayant la fatalité, t'extrayant de ta maigre substance.
On remake, reboot, ravale et rechie la moindre parcelle d'idée extirpée du passé. La même sous-mythologie, les mêmes plans, les mêmes pancartes "RESSENTEZ MAINTENANT UNE EMOTION PREFABRIQUEE". Dans 10 ans, Prométhée fini en icône transhumaniste pour un cross-over Marvel-DC. On rend ça hashtagable.

Et chaque année, on se réuni dans des festivals pour s’auto-célébrer, se lécher la bobine et rendre hommage à ce qui a nourri notre médiocre incendie intérieur. L’inceste à heure fixe. Un genre de consanguinité à mettre en bière l’autre Cronenbourg. La scène finale de Society.

Cinéphilis : les symptômes sont là. Tu déclames dès que tu peux des répliques «cultes» façon Gilles de la Tourette et dans un souci de performance consuméro-artistique, tu vas jusqu’à télécharger l’extrait du teaser du trailer filmé par un taïwanais tremblotant. 
Telle la lèpre en été, la question «t’asvuquelfilmdernièrement?» refait surface à chaque soirée dans ce bar miteux (juste après "turegardesquellessériessinon?"), bar en face duquel se trouve ce hangar à popcorn dont tu possèdes la carte illimitée et qui te permet d’assouvir ta passive boulémie tout en pénétrant la pop-déception trois fois par semaine.
Bientôt, les commentaires Allociné muteront et annexeront la région ouest du Monde.fr. VigneDieselDu45 deviendra gouverneur de l’édito politique et enverra au goulag les internautes n’ayant pas trouvé que Fist&Furious 33 ct trist parske Pol(Pot) Walkeur ilait vréman mort dans la vray vie.
Tu te construira une hutte dans la forêt avec les stocks de Télérama invendus et tu essaieras de comprendre pourquoi ta sextape n’est pas assez lynchienne.
Tu traqueras ton voisin façon Predator dans le local à poubelles. Xavier Nolan s’invitera dans tes rêves pour te rappeler que c’est quasiment un appel à la haine de ne pas essayer ce charmant tailleur unisexe qui doit pourtant t’aller comme un gant. Béla Tarr t’égorgeras en plan-séquence. Les T-800 prendront l’apparence de tes collègues de bureau et, hololens chaussées, vous passerez vos journées à stalker Sarah Connor sur le multiweb, explorant ces vastes plaines de réalité augmentée peuplées de Youtubeurs agonisants, de placements produits et de tweets aléatoires : Un genre de running-gag perpétuel, tout de 1 et de 0 vêtue.

Complaisant, impudique, intempérant : tu es mourant, submergé par de nouveaux canaux, incubateurs d'espace-temps non-imposable, mondes alternatifs périssables; tout aussi limités mais plus clinquants, et toujours produits dans un souci de diversion. Tu as troqué ta couronne pour le bonnet du bouffon. Tu tentes un petit lifting. Le coup de peinture techno-fétichiste sur la planche vermoulue. La chatte 3D à Clooney pour te taquiner le museau.
Une fenêtre de plus sur mon écran 13 pouces, voilà ce que tu es devenu. Je sors te rendre visite de temps à autre. Il t'arrive de me surprendre mais c'est de plus en plus rare. Le sevrage fait son effet. J'ai fini par trouver plus indomptable que toi.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 13:33:46
Juste pour lever une ambiguïté qu'il n'y a plus depuis longtemps sur le site : Lourdes Phalanges, le narrateur dans le texte c'est toi ou un de tes personnages ?
Lourdes Phalanges


    le 11/06/2015 à 19:32:13
Les calembours sont uniquement là pour que le texte soit en conformité avec la ligne éditoriale. Le 3ème correspond à l'univers mental de l'archétype décrit. En revanche, les deux précédents sont totalement 1er degré.
Et ça permet à Lapinchien de vérifier que c'est bien mon moi véritable qui écrit, et non mon double fractionné tout droit venu d'une dimension parallèle où le paganisme a pris le pas sur les religions du désert.

En tant qu'afro-américain, S Thompson me fait l'effet d'une idole à blancs, qui ne peuvent cesser de s'extasier dès que ça cause substance illicites, "subversion" 60's et faux-style. Deçu je suis si c'est la référence journalistique ici bas. Le gonzo, ça permet à Théophile et Bérénice d'écrire leurs chroniques de festivals pour Vice, mais les Vrais savent que c'est Michael Herr le patron.

Et pour te répondre Lapinchien, choisis l'option qui te fera le plus plaisir, j'ai envie que tu resplendisses de joie en cette période estivale. Moi je penche pour un tamarin-lion atteint de cécité. Et manchot.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 19:56:53
T’excite pas. C'est juste étonnant de voir revenir le style journalistique premier degré, je suis l'auteur et le narrateur et je parle sérieusement. Et la contre-référence à Hunter S.Thompson, c'est parce que ma culture n'est pas très vaste mais surement pas en raison de la drogue, juste parce que c'est dans le prolongement de ce que je raconte dans le rapport des faits par le journaliste qui bien entendu sait que l'objectivité est un mensonge et surjoue l'objectivité au travers des différents filtres aux travers desquels la réalité nous parvient, nous la restituons altérée inévitablement dans les deux cas.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 20:03:52
Sinon c'est un peu bizarre de critiquer les mass media, les blockbusters, le mainstream cinematographique en disant que ça produit de la merde parce que c'est exactement ce vers quoi tend inexorablement tout système créatif itératif et prenant en compte les feedbacks du public pour lui donner exactement ce qu'il veut. Et le corollaire est tout aussi tautologique. Les films underground s'inscrivent exactement dans le même processus industriel que les blockbuster. On sait très bien le public qu'on vise, on sait qu'il est restreint et que ce qui est produit c'est exactement ce qu'il veut voir.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 20:10:17
La créativité n'est pas dans des produits industriels. voilà tout. cherche des artisans créatifs si tu veux être surpris. Tu chercheras longtemps cela dit (ne nous faisons pas d'illusion) Sinon t'as l'option de regarder au bout de ton nez aussi, la Zone, site de créatifs artisanaux et désintéressés et parfois très surprenants.
David


On achève bien Lech Walesa    le 11/06/2015 à 20:10:33
Salut,

Truite a dû adorer ce #portrait-au-vitriol-du-cinéma-d-aujourd-hui, ça m'a fait penser au drame bancaire qui secoue la FIFA, à deux doigts de souhaiter pareil au festival de Cannes. J'avais parfois les yeux, ou l'oreille, sur les marionnettes milliardaires comme sur les milliardaires en short. Je pensais que le foot était un spectacle, comme le cinéma, mais non, ce sont deux grosses lessives permanentes, deux véhicules de courtoisie financiers.

j'écris ça en matant le trailer de starwars VII et le dernier zodepi de GoT. ou presque.

j'ai encore dû ruiner un somalien en tong.

Commentaire édité par David le 2015-06-11 20:10:56.
Lourdes Phalanges


    le 11/06/2015 à 20:10:37
@Lapinchien : Tu as raison. Voilà pourquoi j'essentialise en parlant du médium cinéma dans son ensemble, pas juste du blockbuster ou de l'underground. Et je suis surpris tous les jours que Dieu fait, ici bas notamment, un peu grâce à toi, et à Valstar, le meilleur écriveur zonard.

@David : Oui.

Commentaire édité par Lourdes Phalanges le 2015-06-11 20:13:35.

Commentaire édité par Lourdes Phalanges le 2015-06-11 20:15:19.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 20:39:48
primo, je kiffe la trollittérature alors si en plus il y a un débat de RPGistes en dessous alors je surkiffe.

pour avoir été 6 ans directeur de production, je sais ce qu'est un processus industriel, je sais comment optimiser des rendements. Le but c'est de faire du creatif a minima au cinéma, du qualitatif a minima aussi pour pas que le spectateur pense qu'on se fout de sa gueule et qu'il ne viole un guichetier avec ses popcorns et un magnum choco noisette pour qu'on rembourse son entrée gratuite gagnée au bout de 10 films fidélisés et en plus si tu parraines un pote et t'as imprimé des réducs TU PEUX MËME GAGNER 2 ou 3€ à aller mater un film au lieu de le télécharger.

En fait je me demandais si les nouveaux media Youtube+ Crowdfunding (et je n'ose pas dire que les séries sont plus créatives car tout le monde ici sait que ce n'est plus le cas depuis 3 ans au moins et...) OUI§ en fait, faire du surprenant ce serait probablement créer un grand marché spéculatif de l'objet cinématographique rare collectionnable et non numérisable, un peu en HACKANT le modèle économico-mécénique de l'art contemporain, c'est a dire en produisant des pièces de théatre avec des acteurs programmés génétiquement pour jouer la pièce une fois parfaitement et mourir et qu'on conserverait dans de grands emballages dans des cryconténaires sous stase ad vitam. OUI COMME LE BON VIN § une fois la pièce consommée, elle serait morte. ALORS JE PENSAIS AUSSI AU SNUFS MOVIES (VIOLS+MORTS) interactifs (genre crowdfunding avec en contrepartie si tu donnes 10€ pour monter le projet, tu peux aussi monter les acteurs du film) VOILA, mais je dois retravailler mon argumentaire qui est un peu BRUT DE DÉCOFFRAGE.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 20:43:09
mon cerveau est en mode #TDM2015 en ce moment alors désolé si je ponds des #CDM2015.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 20:47:32
Je tenais d'ailleurs aussi à parler de l'image que j'ai choisi pour illustrer le texte parce que je me suis dit "Sourdes Madrange (#Calembour2Cop1&2rététitionComme1RunningGag)
va s'INDIGNER en voyant que ma photo ELLE N4A AUCUN RAPPORT AVEC LE TEXTE VU QUE ça ne parle pas de ça"

et en fait, pas du tout, ça ne t'a pas gêné, ce qui n'est pas étonnant cela-dit, finalement.

Ensuite j'aurais répondu : "MAIS VOYONS MAIS SI ça a TOUTAF2 un rapport avec le texte vu que c'est la concentration oligarchique des producteurs de contenu qui induit que ce que nous racontons tous en ce moment est vérifiable"
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:05:58
Et puis le mec sur la photo, je me suis dit que ça te ferai plaisir parce qu'il a probablement une belle tête de WINNER derrière son petit masque ANONYMOUS de merde. En plus LE GARS IL N4A PAS PEUR D'aller se fighter DE MANI7RE POUR LE COUP super disymetrique contre le SYSTEME DES TRUST MULTINATIONAUX MONOPOLISTIQUES de l'entertainment... oui, ces mecs contre qui il se bat se petit gars sympa, ils ne savent plus du tout ce qu'est un bout de papier depuis 20ANS § la moindre idée qu'ils présentent à des ALTEREGO, ces en 3D STEREOSCOPIQUE IMAX DOLBY SURSUROUND++ avec des brumisateurs à phéromones dans la salle de conf, de presentation et NE PARLONS PAS DE LA SALLE DE BRAINSTORMING MES ZAMIS, une putain de salle de shoot.

IL EN A DES COJONES, le petit anonymoussaillon pour se présenter devant des mecs du TURFU avec son petit carton qu'il a bien pris le temps de bien colorier en 3 COULEURS pour que les mecs qui rentrent chez TIME WARNER comprennent bien d'en dedans de leur BENZ BENZ BENZ teintée en 20 secondes, QUE LE MEC , IL D2CONNE PAS § IL EST L0 POUR MENER BIEN CONSCIENCIEUSEMENT UNE PUTAIN DE GUERRE DE TRANCH2E DISSYM2TRIQUE SUR 120 ANS inscrite dans la durée et la petite nuisance au quotidien.

EN PLUS SON PUTAIN DE MARQUEUR VERT NE MARCHAIT PAS ALORS KOI, il ne s'est pas démonté, il a bien pris le temps DE CR2ER UNE PUTAIN DE COULEUR MIRAGE en coloriant des lettres en noir avec du rouge. #EmpreinteRétinienneIndélébileKoi


ET PUIS LES LOGOS aussi, il s'est bien fait chier à les recopier ET MAL EN PLUS, INFORMES, ces LOGOS... JUSTE pour bien faire flipper tout le monde, qu'on croit que c'est un BON PSYCHOPATHOSOCIOPATHOZOEUFSFRAIS

voila
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:10:59
j'aime voire je like carrément aussi la brillance qu'il a su si savamment restituer sur les lettres du mot "OWN" #ShineShineShine #BlingBlingBling pour BIEN MONTER QU4ON NE L4A LUI FAIT PAS à LUI § il sait très bien que TOUT ça, c'est une HISTOIRE DE LINGOS DANS DES PISCINES DE PICSOU§ ça pue pas, mais ça brille, c'est plus louche et c'est pire.
Lourdes Phalanges


    le 11/06/2015 à 21:12:18
Je ne m'indigne jamais.

Et je savais dans quoi je m'engageais en scellant de mon sang ce pacte démoniaque qui lie ma pate-mot aux méandres zonardes. Donc le fascisme-troll sur l'image, ça ne me peine pas vraiment. Moins que de voir un enfant mourir de faim dans une pièce de théâtre scolaire en tout cas.

Je viens juste de tiller que c'était toi qui avais publié le texte. Et je suis doublement flatté par ta présentation (tu fais plus long d'habitude, oui, CTB).

Et je n'attends pas d'une oeuvre qu'elle me "surprenne", y'a la vraie vie pour ça. Non, l'oeuvre, à l'inverse du produit culturel, n'est pas périssable et me violente, laisse des séquelles.

Et le libéralisme/capitalo-financier qui consiste à vendre du vent et du sous-désir (pour ensuite mettre des vrais gens à la rue) n'est qu'une partie du vaste nouvelordremondialtranshumanisteet créateurdefaux-dieux. Quand les gens seront redevenus des païens (ou des croisés, au choix) dans leurs tête, tout ce petit cirque médiatiquo-virtualiste s'écroulera de lui même.

Commentaire édité par Lourdes Phalanges le 2015-06-11 21:18:33.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:12:56
bon il a un peu chié son logo WARNER BROS mais c'est probablement tard le soir ou tôt le matin avant qu'il ne réalise son happening, voire même qu'il vient de finir de bien TOUT COLORIER SANS D2BORDER alors on va lui pardonner.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:15:23
CE QUI EST IMPARDONNABLE SANS VOULOIr te couper la parole, c'est qu'il n'ai pas colorié l'intérieur du B dans le logo WARNER BROS. Je vais lire ton commentaire à présent.
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:26:48
Commentaire édité par Lourdes Phalanges le 2015-06-11 21:18:33.

j'en connais un qui est passé en mode psychopathe dans le grenier comme dans le film petit meurtres entre amis...
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:29:03
Wooooo... je copie du code que je vois et il est interprété alors que celui que je vois ne l'est pas...

Lourdes Phalanges, c'est pas moi le xenomorphe dans les tuyaux, c'est Dourak et quand il va décider un jour de nous intéger physiquement dans le code de LA ZONE , là, ça va chier.
Lourdes Phalanges


    le 11/06/2015 à 21:30:18
Chacun son tour d'exfolier sa journée de labeur. #JesuisLagomorphe
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:32:33
ça me titille d'essayer de faire des INJECTIONS SQL dans mon POST. mais coder, je suis traumatisé, c'est trop chaud psychiatriquement parlant pour moi, je n'arriverai plus jamais à même faire un petit programme procédural de merde avec des GOTO
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:43:07
Dourak, sérieux, mais fais-nous un FrédéricTaddéïBOT pour gérer les commentaires/débat et les recentrer surtout parce que ça par trop dans tous les sens.

"sans vouloir te commander cher Dourak" je sais que tu es as deux doigts de péter un cable à cause du manque de retour sur les nouvelles fonctionnalités de folie de la Zone... Dourak, reviens. écris des texte, laisse la Zone tranquile. On s'en fout de la compatibilité avec les SMARTWATCH, personne n'en n'a, c'est juste la prochaine crise prévue par la TECHNOINDUSTRIE infiltré par des tamagotchi (la révolte des machines Touça) qui ont inventé le mot innovation et qui nous préparent une crise boursière bien gratinée qu'à coté les subprimes c'était ce qu'un orgasme est à la crise d'epilpsie à venir. Reviens, Dourak, poste des texte. C'est ça qu'on aime bien des trucs que tu fais deux, te grille pas le cerveau dans de la programmation. laisson la programmation aux robots, ils sauront très bien faire ça bientôt. viens et crée. Ne soit pas le Nième génie subjugué par l'orienté objet et à tout jamais perdu pour un futur plus humaniste de l'humanité.

D'ailleurs, Dourak, c'est pas sympa de s'enfermer comme ça dans le cockpit de la Zone pendant qu'un coadmin va faire pipi et...

Dourak, Dourak, ... Dourr
Lapinchien


tw
    le 11/06/2015 à 21:46:16
sinon Lourdes Phalanges, je pense que je vais méditer ce que tu racontes, et j'y répondrais après quelques jours de repos.
Lourdes Phalanges


    le 11/06/2015 à 21:59:16
Je te connais, tu promets, tu promets, et au final; tu ne le fais pas.

Tu es l'homme spontané, le hastageur-fou, celui qui vrille l'espace-temps de l'immédiateté insubordonnée, ne l'oublie pas.

= ajouter un commentaire =