LA ZONE -
Résumé : 4ème volet des nouvelles aventures d'Heraklès Navet par Lapinchien. Un nouveau meurtre dans ce huis clos qui virerait presque au slasher movie. Les experts médico-légaux reprennent les choses en main car c'est dans l'ordre des choses et une enquête rondement menée doit être inscrite dans sa contemporanéité et non dans les usages anachroniques d'une époque fantasmée par Agatha Christie entre deux guerres, les années folles, folles vraiment, pensaient-ils ? Toutes les époques qui se suivent semblent être plus folles les unes que les autres. Où s'arrêtera la surenchère ? Quand les 5 continents ne formeront plus qu'une nouvelle Pangée, un asile où l'on portera tous la camisole de force ? voire pire de plein gré.

Heraklès Navet et la normalisation du storytelling (4ème partie)

Le 18/02/2016
par Lapinchien
[illustration] Résumé des épisodes précédents : Le détective Heraklès Navet et le captain Waterloo, mènent l'enquête sur l'assassinat mystérieux de la narration. Après avoir réuni l'ensemble des suspects dans la bibliothèque, Heraklès Navet sombre dans une grave dépression et fait vœux de mutisme. Tous les personnages interloqués nous dévoilent leurs plus horribles secrets tout en gardant sang froid et sens du glamour. Soudain Accroche, la fille de la duchesse Epilogue prend ses jambes à son cou et ses cris se perdent dans l'immense manoir de l'île de Tristan da Cunha qui accueillait un colloque d'experts médico-légaux. Dehors un terrible ouragan coupe l'île du reste du monde.
La petite Accroche fût découverte éviscérée au détour d'un couloir du 3ème niveau de l'aile Ouest du manoir. L'assassin avait tressé un immense scoubidou avec son intestin grêle. Il est indéniable qu'il ne pouvait s'agir d'un suicide. Le vacarme des cris de la fille éplorée dans les couloirs puis d'horribles couinements avaient réveillé la plupart des experts médico-légaux qui se trouvaient déjà sur place. Ils avaient cerclé le périmètre de la scène de crime avec des kilomètres de rubans "Do not cross", enfilé leur grenouillère blanche aseptisée, vissé sur leur visage leurs lunettes oranges afin de détecter à la lumière noire l'ensemble des éclaboussures de sang et d'éventuelles traces de sperme ou sécrétions vaginales. Il y en avait vraiment partout comme si un petit malin avait repeint les lieux avec un gros karcher à foutre.

La première personne à avoir découvert le corps sans vie de la petite Accroche était sa mère, la duchesse Epilogue qui avait tenté de la rattraper dans sa fuite. La duchesse avait d'ailleurs fait un malaise vagal à l'horrible vue du massacre. Un groupe d'experts médico-légaux qui avaient été tirés au sort avaient embarqué la pauvre femme dans une pièce à part. D'un commun accord, ils avaient décidé de constituer un premier groupe, une cellule d'urgence psychologique d'aide aux victimes.

Lorsque la lumière vint soutirer la duchesse des griffes de Morphée, elle était ligotée en nuisette sur une chaise au beau milieu d'une chambre de l’hôtel. Les experts avaient formé un cercle autour de la pauvre femme et dès qu'ils prirent conscience qu'elle était revenue à elle, il se mirent à la bombarder de questions :

- Madame, veuillez, je vous prie mettre des mots sur votre douleur.
- Meuha , keuoi ?
- Surtout laissez-vous aller ne retenez pas vos larmes, nous sommes là pour vous aider.

un expert s'approcha du centre du cercle puis il écarta délicatement les paupières de la duchesse avec le pouce et l'index et alors il les scotcha solidement avec quatre morceaux de chaterton puis il se mit à genou et découpa un oignon en deux parts égales avant d'empoigner les deux morceaux dans chaque main et de les écraser sans messe ni cérémonie dans les orbites occulaires de la duchesse. Il appuya bien fort comme s'il voulait presser des citrons. La duchesse hurlait son désappointement dans un torrent lacrymal.

- à présent vous pouvez libérer votre parole.
- Waaaaarggh!
- Notre premier objectif est d'apaiser les tensions causées par le trauma.
- Waaaaarggh!
-C'est très bien, il faut mettre des mots sur vos émotions.
- Waaaaarggh fisssssssse deeu putttainnn §
-Tout à fait. C'est votre droit. Crier votre colère c'est déjà légitimer votre mal-être.
- Mais banddee d'enflureees§
- Canalisez vos pulsions vindicatives, madame. Ne vous trompez pas de cible.

Un autre expert un peu en retrait se trouvait à coté d'un ghettoblaster. Il y eu un claquement de doigts et l'expert appuya sur le gros bouton PLAY du device et c'est alors que la douce mélopée de l'intégrale des chansons du premier album du groupe Minuit (vous savez les clones des Rita Mitsouko) s'imposa comme fond sonore couvrant les cris de la malheureuse duchesse.

- Vous vous en doutez. L’expression orale favorise la proximité, l’échange, la verbalisation des émotions.
- BAnddddde de bâtarrrds§

Le premier expert retira les oignons puis plaça un carnet sous la main droite de la duchesse. Il l'invita à formaliser son ressentir avec le flot de sang qui s'échappait de ses doigts décharnés.

- Les écrits restent et évitent les distorsions des informations. Ils s’adressent non seulement aux personnes présentes, mais aussi aux personnes absentes du lieu du drame.
- ENCULL222§
- Nous sommes toujours dans la phase une celle du déni, de la colère. Madame, quelques efforts je vous prie. Jean-Jacques, bâillonne-la.
- MFe Mounfeeeee MFeeeuuu§
- Madame sur le papier, il vous faut établir une description économe des circonstances mais surtout restez factuelle.
- Fifffff fe fute§ fandfe fe fiff fe ffuttes§
- Je vous en prie. Assurez une dimension humaine et respectueuse dans le traitement de l’information. Ne vous éparpillez pas.
- Pff ffffff ff foutreconard Pfff §
-Madame, tenez vous bien, j’ai la responsabilité de vous informer du décès de quelqu'un survenu dans le couloir de l’hôtel tout à l'heure. Les circonstances exactes de cet événement grave vous seront communiquées dès que nous aurons les éléments en notre possession. Cet incident affecte l’ensemble des témoins. Je m’engage à organiser des espaces d’expression pour vous permettre d’en parler. D’ores et déjà des manifestations de solidarité et de soutien aux témoins et à la famille probablement touchée vont se mettre en place au sein de l’hôtel et de son personnel.
-MOUAAAAHHHH§
-Jean-Jacques, injection de Propofol, s'il te plaît.
-...
-Je suis désolé, madame, mais je dois avant toute chose vous annoncer le cadre légal. Selon le code du travail en milieu hôtelier. Article L4121-1 L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent :1° Des actions de prévention des risques professionnels ; 2° Des actions d’information et de formation ; 3° La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés. L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes. Article L4121-2 L’employeur met en oeuvre les mesures prévues à l’Article L4121-1 sur le fondement des principes généraux de prévention suivants : 1° Eviter les risques ; 2° Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités..

C'est alors qu'Héraklès Navet défonça la porte. Tous les experts médico-légaux rompirent le cercle, affolés. Puis le captain Waterloo pointa son arme à feu en direction de l'expert médico-légal qui semblait être le chef, puis il s'offusqua : "Messieurs, veuillez tout de suite libérer la duchesse Epilogue. Il semblerait qu'il y ait eu une malencontreuse confusion entre des faits réels horribles et les exercices de bizutage prévus dans le cadre de votre séminaire."

= commentaires =

pascal dandois


    le 18/02/2016 à 20:26:32
Bon,j'vais retourner voir au début du premier épisode, peut-être c'est comme dans une putain de série américaine, dans le mentaliste, j'ai bien remarqué, des fois,souvent, c'est le premier personnage qui apparaît à l'écran qu' a fait le coup.
Lapinchien


tw
    le 18/02/2016 à 20:34:46
Hérakles Navet détesterait que tu essaies d'anticiper ses conclusions. Dans cet épisode je voulais juste faire des trucs débiles avec les personnages écartés de la liste des suspects.

= ajouter un commentaire =