LA ZONE -

Heraklès Navet et la normalisation du storytelling (5ème partie)

Le 24/02/2016
par Lapinchien
[illustration] Résumé des épisodes précédents : Le détective Heraklès Navet et le captain Waterloo, mènent l'enquête sur l'assassinat mystérieux de la narration. Accroche, la fille de la duchesse Epilogue, est elle aussi retrouvée atrocement mutilée dans un des couloirs de l'immense manoir de l'île de Tristan da Cunha accueillant un colloque d'experts médico-légaux. Dehors un terrible ouragan coupe l'île du reste du monde. Alors qu'ils se croient au beau milieu d'un exercice lié au stage de survie de leur séminaire, les experts médico-légaux se mettent à faire n'importe quoi.
Le captain Waterloo coupa les liens qui retenaient la duchesse. Elle venait de subir un sévère lavage de cerveau suite aux terribles techniques invasives hypnotiques utilisées par la cellule d'urgence psychologique d'aide aux victimes improvisée. Heraklès Navet s'interposa devant la pauvre femme qui s'en allait constater le carnage dont sa fille avait été victime.

-Ma chère duchesse, je ne ferais pas cela si j'étais vous !
-C'est atroce à ce point ?
-Madame, la narration est morte, c'est une véritable boucherie.
-Vous soutenez que mon Accroche a été sauvagement trucidée ?
-Bâclée, à-la-va-vite, ma très chère. Il n'y a rien à en tirer.
-Comprenez-vous ce que cela veut dire, Monsieur Navet ?
-Je déteste qu'on anticipe mes conclusions mais j'imagine que vous avez déjà compris que la narration étant morte cette histoire n'a ni queue ni tête. L'accroche est totalement ratée. Calamiteuse.
-ça veut aussi dire que le tueur est parmi nous et qu'il ne va pas s'arrêter là...
-Je vous avais prévenue. Je déteste qu'on anticipe mes conclusions. ça surexcite inutilement mes petites cellules grises. Mais vous avez raison et j'allais d'ailleurs le dire avant vous : non seulement le meurtrier ne va pas s'arrêter là mais il va consciencieusement buter l'ensemble des suspects, les uns après les autres, sans la moindre once de compassion.
-Mais c'est horrible...
-Oui, effectivement, la narration est morte et cette enquête vire au slasher movie le plus pitoyable et linéaire qui puisse exister. Cependant sachez dans votre malheur qu'il y a une bonne nouvelle.
-Comment osez-vous, ma fille vient d'être assassinée de la manière la plus commune qui soit, sans la moindre inventivité. On a l'impression d'avoir lu ça des milliers de fois.
-Je vous présente mes plus plates excuses, ma chère. La narration est morte et de fait les dialogues ne volent pas bien haut non plus. Ce que je voulais dire c'est que dans votre malheur, ou plus précisément notre malheur à tous, l'assassin va suivre un mode opératoire des plus prévisibles, des plus stupides et linéaires.
-Et en quoi serait-ce heureux ?
-Vous êtes l'épilogue, duchesse. S'il nous tue tous vous serez la dernière.

= commentaires =

C'est dégueulasse
    le 24/02/2016 à 08:02:27
On est bien d'accord, quand même.

Tu devrais suivre les caucus pendant ton temps libre, à mon instar, ça pourrait grandement relever ton niveau d'inspiration.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 24/02/2016 à 09:10:48
c'est post modern art deco, tu peux pas comprendre.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 24/02/2016 à 14:30:07
...et puis suivre les caucus, ça ne m'apprendra pas grand chose de la vie. Il est préférable de suivre leur femme. hu hu

= ajouter un commentaire =