LA ZONE -
Résumé : 7eme épisode de l'interminable série des nouvelles aventures d'Herakles Navet. Pas la peine de lire les épisodes précédents, c'est un texte de consommation rapide, sitôt lu, sitôt oublié, sitôt jeté et puis il y a le résumé qui situe le contexte. De toute façon on aura pas appris grand chose entre le premier et le dernier mot. C'est d'ailleurs peut-être une vive invitation à ne pas lire ce texte ? Ou peut être uniquement pour s'exercer à la lecture, niveau CE2. L'objectif était de ressortir de la naphtaline le personnage sous licence LGPL zonard, pour donner envie aux auteurs du coin de se le réapproprier dans leur propre texte. Objectif complètement raté, le personnage n'arrive pas à convaincre et n'a pas la moindre once de charisme. Rappelons que ça n'a aucune importance. Vous pouvez réinventer Heraklès Navet comme bon vous semble, lui forger un vrai caractère, voire se fixer un défi littéraire : faire quelque chose de plus insipide, de plus inconséquent et inutile que ce truc. Et bien bonne chance.

Heraklès Navet et la normalisation du storytelling (7ème partie)

Le 28/02/2016
par Lapinchien
[illustration] Résumé des épisodes précédents : La narration a été trouvée morte puis l'accroche a sauvagement été assassinée. Heraklès Navet et le captain Waterloo, mènent l'enquête comme à l'accoutumé en huis clos et cette fois-ci dans l'immense manoir de l'île de Tristan da Cunha au beau milieu d' un colloque d'experts médico-légaux ayant dégénéré en beuverie orgiaque. De plus, un terrible ouragan coupe l'île du reste du monde. Le détective belge vient de déduire qu'un des suspect serait, en bon serial killer, déterminé à tuer consécutivement l'ensemble des étapes classiques qui ponctuent le déroulement d'une histoire. Les indices de l'autopsie de l'accroche sont inexploitables puisque saouls et drogués, les experts médico-légaux se sont livrés sur le corps encore chaud à une partie de role play grandeur nature de docteur Maboul.
Tenant la duchesse épilogue par la main, Heraklès Navet pénétra dans la bibliothèque. Les suspects entouraient les corps de deux personnes. Quel ne fut pas l'effroi du détective lorsqu'en poussant des coudes il découvrit au milieu de la mêlée, Monsieur Suspens et Madame Intrigue, effondrés l'un sur l'autre. Les gérants du complexe hôtelier avaient été terrassés par une foudroyante crise cardiaque un peu plus tôt.

- "Horreur !", s'exclama Navet, "J'en étais sûr. J'aurais dû respecter mon vœu de mutisme."
- "Vous m'avez sauvé la vie, mon très cher Heraklès", interrompit la duchesse épilogue, "Vous avez fait le bon choix. Ces experts médico-légaux ont bien failli me bizuter à mort."
- "Vous n'êtes qu'une sombre sotte ! Et c'est tout autant votre faute que la mienne.", Réprima sévèrement le détective, "Vous n'auriez jamais dû essayer d'anticiper mon raisonnement."

Mister Fausse-piste s'interposa : "Mais cessez donc de tourmenter la pauvre duchesse ! Qu'a-t-elle donc fait pour s'attirer ainsi vos foudres ?"
Un des jumeaux Twist qui était un peu taquin en profita pour décocher : "Mon très spirituel Mister Fausse-piste, pour la foudre, il faut plutôt demander au pater familias d'Héraklès. Hu. Hu."
Mister Fausse-piste lui décocha une frite sur la cuisse : "Si c'est pas malheureux de voir un grand garçon comme vous nous sortir des blagues navrantes en de si calamiteuses circonstances !"
Le second frère Twist fila un coup de pied dans la cheville droite de Mister Fausse-piste pour qu'il cesse d'enquiquiner son jumeau. Fausse-piste se mit à pleurer en insistant :"Bon sang ! Mais est-ce le moment de faire des jeux de mots absurdes autour de la foudre alors que nos vies sont menacées par un terrible ouragan ?"

- "Allons, Messieurs, un peu de tenue !", vint les séparer Navet, "La narration est morte. Ne vous étonnez pas si vos échanges sont aussi pitoyables et vos traits d'esprit capotent à coup sûr."
Lady Catharsis empoigna alors le détective puis le secouant avec véhémence : "Allez-vous donc nous dire ce qui se trame en ces lieux maudits au lieu de tourner autour du pot ?"
-"Du pot belge...", enquilla le jumeau Twist qui se prit une pichenette dans le nez de la part de Mister Fausse-piste. Il eut alors très mal et regretta sa désinvolture.

- "Je vous présente mes excuses...", déclara Navet en s'agenouillant sur les corps de Monsieur Suspens et Madame Intrigue, "Mais j'étais dans l'obligation d'éclaircir les allégations de la duchesse épilogue. A-t-on déjà lu une histoire où une piste sérieuse est évoquée puis laissée de coté pour en reparler au bon moment ?"
- "Certainement pas.", prononça d'un ton sec Lord Cliffhanger qui vint soutenir Heraklès Navet en apposant amicalement sa main sur son épaule.
- "Et vous avez raison tous les deux...", concéda désolée la duchesse épilogue, "La prochaine fois je tournerai 7 fois ma langue dans ma bouche avant de faire ma maline et tirer des conclusions avec aussi peu d'indices..."
- "C'était assez mal venu.", crut bon d'ajouter Miss Digression, "L'enquête venait à peine de commencer... et puis vous n'êtes qu'un personnage secondaire, ce n'est pas à vous de prendre de telles initiatives."

Heraklès Navet devint tout rouge : "Mais taisez-vous ! Taisez-vous donc !"
Mister Climax et Miss Point-de-non-retour se sentirent particulièrement gênés par une si navrante imitation d'Alain Finkielkraut.

Puis le détective belge de conclure : "Duchesse épilogue, lorsque vous m'avez forcé à détailler l'immonde charade que vous déblatériez telle une théorie, lorsque nous exposions l'improbable mode opératoire du tueur en série visant à tuer consécutivement l'ensemble des étapes classiques d'une histoire, à ce moment là même, par nos propres concessions hâtives, nous condamnions le suspens et l'intrigue. Ils étaient dès lors fichus et n'importe qui pouvait deviner ce qui allait advenir. Ils étaient devenus tout bonnement inutiles à la suite de cette enquête qui s'annonçait dès lors ennuyeuse et poussive. Nous avons assassiné le suspens et l'intrigue. Retenons cette leçon, mes chers amis, les mots peuvent tuer. L'assassin est malin, nous utilise et nous ligue les uns contre les autres."

= commentaires =

Lourdes Phalanges


    le 01/03/2016 à 21:53:00
Je fais remonter ta série à la surface, noyée qu'elle est par les vagues de trolllitérrature.

J'aime bien, c'est drôle, et en plus, y'a un message. Pas un truc chiant genre "sauvez la planète" ou "il faut aller de l'avant", quelque chose de bien.
Lapinchien


tw
    le 04/03/2016 à 13:46:26
Tu ferais mieux de poster un de ces excellents textes que tu as l'habitude d'écrire plutôt que de t'intéresser à cette sombre bouse. Je vais cependant écrire la suite dans un instant parce que j'aime bien être paradoxal.

= ajouter un commentaire =