LA ZONE -
Résumé : Louise Sullivan est née en 1985 en Normandie. Elle est ce petit mélange de babillage enfantin et de décor glauque qu'on ne soupçonne jamais réellement chez les enfants. Elle déambule dans les allégories poétiques de ses cauchemars pour laisser sortir toutes les images accumulées dans sa tête. Enseignante et auteur de la nouvelle Louise dans la maison vide aux éditions Edilivre, elle dresse patiemment sa petite montagne de projets pour des revues comme Nouveaux Délits dans laquelle sortira la nouvelle Epingler les papillons en Avril 2015 et la revue Le Cafard Hérétique pour la nouvelle Manger les éponges en Mai 2015. Après avoir terminé son premier roman Ordonnance 45 (inédit à ce jour), et le second La peau de Job elle signe pour sa nouvelle Les Amours rétiniennes chez L'Ivre-book dans un format 100% numérique. Quand la voix de la petite surpasse celle de la grande rendue muette, c'est un bonbon dans du papier de verre.

Chronique de nowhere

Le 28/03/2016
par Louise Sullivan
[illustration] Moi quand j'étais petite, quand je n'étais pas encore souillée par le monde
J'imaginais là, devant, moi, dans une ligne parfaite
Une foule de gens les uns à côté des autres qui grouillait là comme une onde
Massive et silencieuse, guettant mon oeil fixe, inquiète
Je payais pas de mine à l'époque avec mes dix ans à tout casser
Avec ma petite robe blanche et mes jolies couettes
La foule ne se doutait pas de ce qui allait se passer
Quand dans un sourire j'appuierai sur la gâchette

Ouais parce que je ne rêvais pas de jolies histoires mensongères, j'avais bien compris
Que toutes ces faces de chiens alignées là en joue de ma mitraillette
Que ces ordures médiocres d'adultes qui m'écartelaient, j'avais juste envie
De tous les crever, de lâcher les balles, de leur exploser la tête

De tirer maintenant, de faire comme ça avec mon bras de gauche à droite
TA-TA-TA-TA-TA et regarder les tiges horizontales s'affaisser à tour de rôle
Pour une seule fois d'être la plus forte, d'être celle qui a la main adroite
De faire des trous en eux tout partout comme dans un viol.

Mais c'est pas le sexe, non ça n'a rien à voir avec ça qui fait mal
C'est tous ces putains d'incestes qui m'ont juré que j'irai bien plus tard
Pourtant j'ai toujours ma jolie robe au tissu pâle
Et bien chargé, mon gros pétard.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 12:44:56
Je ne sais pas ce qu'en pensent les autres admins. J'ai pris l'initiative de mettre en avant une auto-réclame en descriptif parce qu'il y avait un précédent avec le livre d'Aka, Immo pectore, aux éditions Edilivre.

Si vous aussi vous avez écrit des bouquins dont vous voulez faire la pub, tant que l'intrigue est dans la ligne éditoriale et le ton de la Zone, n'hésitez pas à en poster un extrait sur le site pour vous faire un peu de promotion.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 12:53:50
En même temps, chers zonards, c'est un test pour savoir ce que vous pensez de cette approche consistant à autoriser les auteurs à se faire un peu de réclame, étant donné que la tolérance était proche de zéro jusqu'à présent à quelques exceptions près, mais puisqu'il y avait exceptions, il y avait donc une forme d'injustice.
Mill


site lien fb
    le 28/03/2016 à 12:58:47
Personnellement, je n'ai rien contre "un peu de réclame" mais là, dans ce résumé de présentation, tu parles plus de l'auteur que du texte en soi.
Mill


site lien fb
    le 28/03/2016 à 13:00:39
Peut-être serait-il sage et avisé de convenir de certaines limites, non ?
Mill


site lien fb
    le 28/03/2016 à 13:00:53
(putain je sais être diplomate des fois hein)
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 13:02:34
oui j'ai fait un copier-coller de ce que l'auteur avait envoyé. J'avais comme des pulsions de faire un truc extrême aujourd'hui. En même temps, je me suis senti sale après.
David


Soupline sous spleen    le 28/03/2016 à 13:17:02
Ça aurait pu faire un super rondel, soyons fou, même un rondeau redoublé !!! Le rondeau redoublé étant au rondel ce que le FAMAS est au mousquet : un plus jeune loup vigoureux, vorace, avide, et sans pitié.

Sinon, j'adore les histoires de méchantes petites filles comme celle-là, la petite princesse avec une mitraillette, pour paraphraser le titre d'un millenium, mais ça va elle est pas hacker keuponne cette héroïne-là.

Et le bouquin et ou l'éditeur dont cette publi est sensée faire la pub, c'est quoi ? qui ?

Lazone invente la promo sans le produit, bientôt le bio sans légumes, le nucléaire sans les protons.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 13:23:39
Ben dans le descriptif, il y a une pub subliminale pour la Normandie, les enfants, les psychopathes, la poésie, l'enseignement du second degré, les éditions Edilivre et L'Ivre-book, et les revues "Nouveaux Délits" et "Le Cafard Hérétique"

Chassez les marchands du temple, koi §
Lunatik-


    le 28/03/2016 à 13:37:42
C'était meilleur avec du formica et de la purée.

J'en ai ma dose des rimes. Surtout quand ça n'apporte rien et que les vers clopinent misérablement.
Merde, j'aime déjà pas la poésie mais quand en plus ça n'en est pas, ça me fait vraiment bouser.
David


    le 28/03/2016 à 13:38:20
Merci, c'est vendu que je ne lis pas toujours, toujours, les présentations tout de suite.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 13:41:25
Ce qui m'inquiète surtout, c'est le fait qu'une enseignante fasse fi de la ponctuation. Si Najat Vallaud Belkacem et les Académiciens traînent dans le coin, ça va peut être leur donner des idées de réformes.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 13:44:10
Lunatik- en même temps tu as absolument voulu savoir s'il y avait une suite. On sait maintenant que le précédent texte est un extrait d'une nouvelle homonyme aux éditions Edilivre.
Lunatik-


    le 28/03/2016 à 14:02:43
Si l'idée c'est de se pointer avec des extraits sous le bras pour nous renvoyer ensuite vers l'Oeuvre Complète via Amazon, c'est moisi en diable (et je pose mémé).

Poster une nouvelle d'un recueil, qu'on achète ensuite (ou pas), pourquoi pas, mais balancer juste un bout d'histoire à suivre, ça sent sa pute à plein nez.

Surtout venant d'une illustre inconnue (par là, j'entends "non zonarde", ça pourrait bien être Marc Lévy que je la traiterais d'inconnue pareil)

Voilà, mes Pâques s'annonçaient pourtant bien, avec une poule en chocolat et un bon texte, et maintenant je suis de mauvais poil.
Lunatik-


    le 28/03/2016 à 14:02:44
Edit : doublon pour cause de double cliquage intempestif.

Commentaire édité par Lunatik- le 2016-03-28 14:04:06.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 14:10:09
Lunatik- ben moi j'aimerais bien lire des extraits de ton bouquin et mettre un lien pour ceux que ça a émoustillé.

Le futur de la Zone est-il de devenir un Reader's Digest en mode information continue ?
ça existe déjà ailleurs. En particulier dans toutes la pléthore de revues littéraires qui ont vu le jour depuis la crise des subprimes.

J'ai proposé à Dourak d'autoriser les auteurs à mettre un lien vers leur site web. ça me semble la solution la moins invasive mais probablement la plus chiante à mettre en place.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 15:24:36
On travaille à ce genre de choses. En fait, non, on travaille à de plus gros chantiers inutiles alors que ce genre de choses utiles pourraient être faites en peu de temps, mais bon on a trop peu de méthode et trop de pulsions. On parle de soi, certes.

Pour le reste, comme je disais ailleurs : la différence c'est qu'Aka participait au site depuis des années, elle ne venait pas juste faire sa pub. Je pense qu'il faut tout de même rester prudent avec ça, c'est comme la poésie merdique, les risques d'inondations sont considérables.

Et je n'ai pas encore vraiment lu le texte mais j'ai vu une assonance, puteborgne.
Lunatik-


    le 28/03/2016 à 15:28:34
Je reste totalement et définitivement réfractaire au principe de poster des extraits (sauf s'ils se suffisent à eux mêmes) dans le but de renvoyer le lecteur vers un produit payant. La Zone n'est pas un site marchand, ou alors je m'ai gouré d'adresse.

Quant au lien vers un site web perso, c'est déjà faisable si vraiment on y tient : on a juste à coller son url dans un des champs de son profil d'auteur (je viens de tester en en mettant un bidon dans mes signes particuliers).
Certes, ce n'est pas cliquable, mais un "ctrl+a ouvrir dans un nouvel onglet" est à la portée du premier crétin venu, même zonard, pour peu qu'il soit intéressé.
David


Bistrout    le 28/03/2016 à 15:48:43
Il y a un truc contre les lignes entre guillemets genre chapeau chinois vertical pour les commentaires en tout cas, j'avais un machin genre parrainage au clic à tester mais ça passe pas. Si tu tentes de mettre une bannière, il valide pas, et si tu écris popopop avant il efface le lien.

Commentaire édité par David le 2016-03-28 15:49:05.

Commentaire édité par David le 2016-03-28 15:52:07.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 18:04:59
Notons qu'il y a une section "Ministère de la maintenance" dans le forum, pour les suggestions constructives et signalements de bogues.

Bon, j'ai lu le texte, je l'ai trouvé bienvenu et très à sa place, donc il me semble que ce serait mieux de ne pas disserter des heures dans ses commentaires sur la pertinence du descriptif.

En général, pendant des années, c'était plutôt mon rôle de faire l'apologie au premier et au second degré de la forme fixe et de conchier le vers plus ou moins libre sur la Zone, accompagné par Glaüx-le-Chouette dans un registre au moins aussi littérairement exigeant mais moins formellement réactionnaire et ridiculement rétrograde que moi (voire d'ailleurs son propre texte 'on raconte'), pendant que nihil et d'autres râlaient ou se moquaient selon les cas, en trouvant ça 'faisandé' ou 'pince-téton' ou je ne sais quoi d'autre. On avait au moins en commun de rejeter la merde poétastre facile, braillarde, adolescente, gothique, tragique, gluante, prétentieuse, etc. (tout le monde voit de quoi je parle).

Puis, au fil du temps, on s'est mis à combler le vide ou le manque d'inspiration en lançant des initiatives à coups de sonnets, et maintenant de rondels, et ça se voulait un délire mais, progressivement, sans s'en rendre compte, j'ai bien peur qu'on en soit parfois arrivé à prendre un peu trop au sérieux ces histoires de contrainte et de forme fixe, et qu'on en arriverait à rejeter a priori n'importe quel texte pour des raisons formelles superficielles et ridicules.

Parallèlement et inversement, pour d'autres, ces abus de rimaillage sur la Zone ont pu exacerber une tendance naturelle qui découle du fait que, en toute généralité, l'abus d'exposition à de la poésie merdique peut engendrer une attitude excessive consistant à rejeter un texte a priori pour la seule raison qu'il est en vers.

Bref, toutes ces considérations pour en venir à ceci qui concerne enfin le présent article : tandis que la plupart des sonnets, ballades, rondels, etc., postés récemment ou pas sur le site, sont des farces plus ou moins amusantes et/ou des bouses commises en s'essayant à une exercice formel et en se heurtant à ses propres limites (et pourquoi pas, d'ailleurs, c'est normal), je trouve que le texte ci-dessus est 'vrai', écrit simplement et bien, et que donc on s'en fiche qu'il parvienne à ce résultat sans vers réguliers ou sans être en prose.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 18:19:18
Par contre, je pense qu'il y a un truc qui ne va pas dans la chute, le dernier vers. Une première virgule derrière le 'et', pour mieux détacher le 'bien chargé' améliorerait sans doute déjà le rythme, en faisant une fin moins abrupte (d'ailleurs elle y était peut-être puis pourrait avoir disparu pendant que l'auteur chipotait à sa ponctuation), mais même après, ça resterait un peu bizarre.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 18:37:48
D'ailleurs, l'autre truc qui m'a fait réagir à la lecture, et à ce moment-là je n'avais même pas encore constaté que c'était en rimes, c'est l'usage du mot 'onde', pas très heureux.

Dans les deux cas, c'est le fait de s'accrocher à la recherche de rimes qui nuit au texte.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 18:38:01
Puissance 4.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 19:05:35
Je viens de découvrir qu'il y avait des rimes. Maintenant quand je le lis ça me fait penser à du slam et j'ai même la voix de Grand Corps Malade dans ma tronche. Merci pour cette prise de conscience qui va encore me niquer ma soirée. Je suis un client facile pour tout ce qui est trouble obsessionnels compulsifs, c'est pour ça que quand on me titille avec des sonnets, des rondels, une petite musique qui va s'imprimer en boucle dans ma tête, un jeu pyramide en tour par tour en ligne, je plonge en bombe, bras et jambes regroupés. Inconscient des conséquences, et très loin de comprendre ce que peut être de la pollution littéraire.

Sinon j'aime bien ce texte. Je suis pas membre de la NRA mais je verrais bien un jour toutes les gamines de moins de 6 ans avec des UZI Hello Kitty. Ce serait cool.
Lapinchien


tw
    le 28/03/2016 à 19:13:46
de toutes façons c'est un de mes films favori https://www.youtube.com/watch?v=GEFj0Pngu_E

Commentaire édité par Lapinchien.
Lunatik-


    le 28/03/2016 à 19:20:18
Je fais effectivement une overdose de rimes, aggravée par le fait que le premier texte de l'auteur m'avait beaucoup plu et que j'attendais le suivant avec impatience et curiosité.
Tout est retombé comme un vieux soufflé.

Je ne vois pas ce que ça apporte au texte, ces pseudo rimes, cette absence de ponctuation, à part un essoufflement fâcheux.
Si encore ça servait le fond...

Je suis peut être tout connement totalement étanche à toute forme de poésie/lyrisme, mais là, je ne vois rien de plus que des effets de manche inutiles.
Contrairement à toi, Dourak, ça me parait absolument pas vrai mais plutôt artificiel, comparé à ce que l'auteur semble par ailleurs capable de faire. Et ce, à cause de la forme, justement. Comme si les vers étaient une justification parce que en prose toute simple ça aurait pu être jugé un peu court, un peu vain.


Pour finir, la formulation "en joue de ma mitraillette" me laisse perplexe.
Muscadet


site blog fb
    le 28/03/2016 à 20:12:33
(inédit à ce jour)
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/03/2016 à 22:28:11
Je n'ai pas encore lu le premier texte de l'auteur sur la Zone, et lis ce texte-ci, le deuxième, pour lui-même.


Oui, "en joue de ma mitraillette" est certainement le troisième truc (et en fait le premier par ordre d'importance) qui cloche dans ce texte et m'avait aussi perturbé à la lecture, même si je n'ai pas relevé la chose en commentaire (mais à quoi bon relever la chose ? c'est indécent).

Le quatrième principal défaut du texte encore non relevé étant la personnalisation des 'incestes' qui 'jurent' quelque chose.

Pour autant, je persiste et signe : ça sonne juste, dans l'ensemble, et j'aime bien.

Les effets de manche existent aussi en prose. Si c'était fait sans la moindre maladresse, je ne vois pas non plus ce que le choix de la versification enlèverait à ce texte.
David


bras pas de chocolat    le 29/03/2016 à 01:03:32
J'ai aussi vu les rimes dans une seconde lecture, j'ai même pris les strophes pour des paragraphes qui ressemblent à des strophes quand j'écrivais que ça aurait pu faire un rondel, pour déconner.

C'est parce que les vers sont longs que le cerveau oublie les rimes, pas de césures non plus, mais il y a un sens du passage à la ligne et du changement de strophe.

Le dire "vrai", c'est un peu le sujet du texte précédent : la beauté qui trompe sur l'état des lieux. L'écriture est habile j'ai trouvé aussi, je veux dire que si on écrit des petites histoires avec attention ou même des romans, alors écrire des toutes petites histoires ça sort plus facilement forcement. ça ferait "vrai écrivain" peut-être mais pas "vraie petite fille" spécialement.

D'ailleurs "artificiel" aussi c'est injuste un peu, un texte, c'est des idées, des abstractions traduites en runes, c'est pas bio du tout c'est sûr. Mais je me dis que si on prend la poésie comme un discours du cœur, alors c'est sur, c'est "artificiel", mais là ça renvoie à ce qu'écrivait Dourak sur les "poetastres", la sincérité ça pue du cul comme littérature souvent, à moins que les gens qui se confient par ce biais aient un sens du scénario ou bien un contexte historique qui fasse scénario.

Mais la poésie ça peut être une autre façon d'écrire, simplement, sans chantage sentimentale, notamment pour mettre en surbrillance les contraintes de la langue, l'inexprimable autrement.

Après, c'est vrai que c'est un bazar de faire côtoyer la poésie avec quoi que ce soit, c'est peut-être comme la recherche appliquée qui doit passer à l'usine et la recherche normale des vrais savants. Sans vouloir sous-estimer la portée fondamentale des petits textes. Y'en a plusieurs ici qui pourraient être vu comme de la poésie en prose (j'enlève le début, je dis pas la fin, j'écris avec le capslock, etc.)

Donc la question ne serait pas poésie ou pas poésie mais quelle poésie pour Lazone. En voulant dichotomer un truc qui fait partie de la structure, ça referait le paradoxe du naturel chassé qui revient au galop.

Et faut pas espérer s'en tirer en disant "non aux rimes" ou autres, c'est juste la partie émergée du glaçon de ton Ricard ou autre, si le verre n'est pas trop petit.

= ajouter un commentaire =