LA ZONE -
Résumé : HaiKulysse cède à la mode du moment : digresser sur les salades niçoises et la rubrique chiens d'infidèles écrasés qui prend de plus en plus de place dans les journaux. Prenez plutôt exemple sur Audrey Crespo-Mara, saisonnière du JT du week end de TF1, qui a trouvé la formule estivale ultime : 5% d'informations nationales, 5% d'informations internationales, 25% de reportages régionaux pompés à Jean-Pierre Pernaut mais avec des drônes, et 65% de documentaires et astuces sur le développement personnel pour laver le cerveau de populations désespérées, post-burn-outées, enlisées dans le chômage de masse, à qui il faut faire prendre conscience que l'important dans la vie ce n'est pas la réussite professionnelle mais l'accomplissement de soi.

La Machine à Merde

Le 26/07/2016
par HaiKulysse
[illustration] L'Espace était surprenant. L'espace, ici, dégoulinait en chiasses orangées par la valve de cette étrange machine à merde qui nous avait donné vie. Installés en haut, à l'intérieur de son épiphyse très rétrécis, aussi incroyable que cela puisse paraître, nous étions aux commandes de son transit intestinal.
A mesure que nous avancions le long de l'avenue, les corps des passants s'effondraient sous l'effet des pets nauséabonds et des mitraillettes à caca mortel de la machine. Lutinant parfois ma co-pilote, j'abandonnais les manettes et alors la désolation enchérissait dans les rues, comme exaltée par cette excitation sexuelle. La machine possédait de très nombreuses meurtrières où les lances-merdes firent feu sur tout ce qui était à notre portée en cette soirée de 14 juillet, dans la nuit niçoise.

Parlons un peu de la machine : elle provenait de notre grand-père inventeur qui voulait, à la base, se venger de ses anciens professeurs de géométrie euclidienne ; impropre à la morale civilisatrice des nations, la machine nous avait été transmis par héritage. Un matin, on l'avait reçu en pièces détachées dans une grande boite à l'emballage super-cadeau, cerclée de rubans de couleurs. On l'avait monté ensemble comme un meuble Ikea. Et summum du vice, elle n'avait besoin de rien pour chier des ribambelles d'étrons malsains. Auto-suffisante comme ce texte.

Ce fut ainsi qu'on sema la mort sur environ deux kilomètres le long de la promenade des anglais, avant d'être violemment mis hors d'état de nuire par la police municipale.

Ayant survécu à la fusillade, j'écris aujourd'hui en prison, en étant loin d'être remis en liberté.

= commentaires =


= ajouter un commentaire =