LA ZONE -
Résumé : Les chroniques du Docteur Burz s'inscrivent complètement dans le genre des litanies absurdes, brûlots mongoloïdes et polémiques disjonctées de la Zone des années 2001. Personnellement j'aime bien par nostalgie mais je vois déjà les bataillons de littéraires du site s'insurger de tels propos, monter des barricades, sonner le tocsin de la révolte. Ici, effectivement, on s'inscrit dans un pur egotrip solipsiste à faire rougir Alain Delon de honte. Trois thématiques sympathiques qui mériteraient probablement à elles seules un essai d'une centaine de pages ou une totale déconsidération sont torchées en un paragraphe chacune. C'est un peu frustrant mais cela s'inscrit probablement dans la logique du Docteur Burz qui voit en la Zone la possibilité d'un reader's digest personnel. Il est certain qu'on a le droit à un sneak peek de ses sujets de prédilection et que pour en savoir d'avantage sur l'encyclopedia universalis des dialogues de comptoir, l'oeuvre de toute une vie du Docteur, il vous faudra suivre les liens qu'il ne manquera pas de poster en commentaire et vous abonner à sa page Facebook. Donc cette fois, pèle-mêle, comment critiquer les monologues creux en parlant de la pluie et du beau temps, l'excellente question du reboot de la conquête spatiale soulevée par le Docteur Burz qui propose que l'humanité construise une base avancée sur et accessoirement dans son cul avant d'envisager de s'attaquer à Mars et Jupiter, puis en dessert une introspection utile sur le recyclage des morts dans nos sociétés post-modernes. Vivement la suite, il est vrai qu'on ne sait jamais trop de quoi parler dans les pubs. Cela pousse à manger des cacahuètes et enquiller les pintes en sombrant dans la vacuité absolue. Vivement une application pour smartphone qui piocherait un sujet de conversation passionnant au pif dans la base de donnée impressionnante que constitue frénétiquement le docteur.

Le guide mortel des vivants partagés par l’incertitude… d’être.

Le 21/09/2016
par Le Docteur Burz
[illustration] Comme d'habitude Le Docteur parle du monde, de sa décadence et de sa capacité à faire mieux que personne d'autre vu qu'il se pense seul. Mais déjà que penser c'est dur pour lui, être seul le rend un peu plus coupable de l'abolition de l'intelligence...
J’emmerde profondément la pluie et le beau temps.

Ça n’a jamais changé la face des choses, si guerre il devait y avoir, guerre il y a eu. Quand tu prévois un déménagement tu ne changes pas la date au dernier moment pour des cordes, c’est la fin du préavis qui décide, pas ta frustration. Le changement climatique n’y peut rien, l’homme est con sous toutes les latitudes et tous les climats, que ça gueule de con transpire ou bleuisse. On pourrait même faire tous les efforts du monde pour moins polluer, rien que notre présence est un mensonge à l’acte.
Je pisse à la raie des canards boiteux lymphatiques qui inondent notre patrimoine mondial de leurs déjections parlementaires. La politique n’a été inventée que pour argumenter les dépenses outrancières de notre incapacité à vivre ensemble. Si en plus on peut mettre de côté l’argent de la misère sur un compte oublié par le fisc, ça devient carrément rentable de faire crever le monde à petit feu. Je m’en branle sec les hémorroïdes de la condition économique du pays, je vous obstrue déjà de la pensée.

J’adore avec délectation la face cachée de mon cul la nuit.

J’attends toujours qu’un guignol en scaphandre vienne y planter un gros drapeau avec des étoiles. On pourrait sucer des cochons jusqu’au bout de la nuit pour fabriquer des bonbons en gélatine. Se faire des bécots à travers la visière et siroter des bières du démon en regardant le soleil nous griller la rétine. L’écologie en pleine tronche, sans le monde de l’argent, juste quelques bêtises à notre mesure, panne sèche d’oxygène. Le fion dilaté par l’épopée de la découverte d’un renouveau gastrique, la flatulence du siècle, le baiser du colon suceur de gland.
Vous avez remarqué que les grands pas pour l’humanité étaient toujours un pas pour l’homme ? Un pas dans la poussière, un pas dans la misère, un pas dans la fiente égotique. Le mal qu’il se donne pour ne ressembler qu’à lui-même est une provocation à sa condition de faux jeton. Faut t-il encore qu’il se fabrique des seigneurs dogmatiques qui enferment son fanatisme à l’auto fellation consanguine… hein, non je parlais de son addiction à faire du prosélytisme avec l’argent, pour ça aussi faut y croire sans réserve… enfin il en faut un peu quand même.

J’ai tendance à m’imaginer mort entouré de vivants qui saignent.

Comment ça je devrais consulter ? Les morts ont tous les droits, même celui d’exister. Un mort ça ne saigne pas mais ça peut emporter tous les malheurs de son vivant à consommer pour plus tard, et ça vous emmerde un mort, parce que ça n’est plus là pour assumer à votre place. Evidemment, on lui voue un culte, on le claironne de temps en temps, selon comment il est parti on se souvient même de lui à sa place en le pleurant. Alors qu’en fait, il n’en a rien à branler de vos souffrances que sa disparition face écho à la vôtre un jour où l’autre.
On sert aux autres jusqu’au bout. Comme un calepin d’adresses et de numéros poussiéreux qu’on peut brandir contre l’abolition de la peine de vivre. Qu’on soit noir ou hétéro, gay ou blanc, jaune ou raciste, con ou foncé, rouge ou capitaliste, d’une religion n’en acceptant aucune autre ou d’un camp neutre fustigeant les croyants, qu’importe la misère de l’âme ou la richesse d’esprit… on est tous là à attendre patiemment pourquoi ça doit finir un jour, sans jamais comprendre comment cela a commencé.

©Le Docteur vous parle depuis une délégation non humaine…

= commentaires =

Muscadet


site blog fb
    le 22/09/2016 à 11:03:09
Ce docteur propose une médecine animiste du Mozambique où les humains albinos sont chassés par les hommes de main des guérisseurs locaux afin d'alimenter le trafic de membres et d'organes, considérés magiques, pour différents rituels chamaniques.
Un bras y vaut 43000 meticals, soit 560€.
Lapinchien


tw
    le 22/09/2016 à 12:11:14
merci. maintenant grâce à toi, tout le monde sait à quoi on pense exactement quand on utilise l'expression "ça va me coûter un bras"
Muscadet


site blog fb
    le 22/09/2016 à 12:39:41
Le marché libéral d'Afrique noire est lui aussi fluctuant, un corps albinos complet vivant se traite jusqu'à 66000€ d'après mes informations. D'où la disparition d'une centaine d'individus en 2015. Personne ne sait sur place s'ils avaient lu Le Docteur Burz avant leur enlèvement.
Mais les ONG estiment qu'ils ont affaire à un trafic international commandité depuis la Tanzanie et Zambie limitrophes, empruntant les mêmes filières que celles de la drogue.

On relate des traquenards par téléphone, des rendez-vous, et des phénomènes de rue inquiétants dans Maputo : "Voilà ma bourse, voilà mon argent" peut-on y entendre à la vue d'une personne touchée d'albinisme.

Le dernier cas investigué en date décrit un 4x4 de marque occidentale, particulièrement suspect dans cette région où l'on se nourrit d'insectes pour survivre.
Plus affligeant, les familles des victimes sont souvent impliquées dans les tractations financières, voire dans la commission des faits.
Lapinchien


tw
    le 22/09/2016 à 12:59:35
...alors qu'il serait si facile d'uberiser le trafic en cassant le monopole en utilisant de la chaux vive.

hum...

"Ma petite est comme l'eau, elle est comme la chaux vive
Elle court comme un ruisseau, que des enfants poursuivent
Courez, courez vite si vous le pouvez
Jamais, jamais vous ne la rattraperez

Lorsque chantent les pipeaux, lorsque danse la chaux vive
Elle mène les troupeaux, au pays des olives
Venez, venez, mes chevreaux, mes agnelets
Dans le laurier, le thym et le serpolet

Un jour que, sous les roseaux, sommeillait ma chaux vive
Vinrent les gars du hameau, pour l'emmener captive
Fermez, fermez votre cage à double clé
Entre vos doigts, la chaux vive s'envolera

Comme les petits bateaux, emportés par la chaux vive
Dans ses yeux les jouvenceaux voguent à la dérive
Voguez, voguez, demain vous accosterez
La chaux vive n'est pas encore à marier

Pourtant un matin nouveau, à l'aube ma chaux vive
Viendra battre son trousseau, aux cailloux de la rive
Pleurez, pleurez, si je demeure esseulé
Le ruisselet, au large s'en est allé."
Muscadet


site blog fb
    le 22/09/2016 à 15:10:21
Gardons notre sang-froid et mélangeons pas tout.
David


rien que notre présence est un mensonge à l’acte    le 22/09/2016 à 15:37:14
Salut,

J'aime bien les textes qui commencent comme une chanson de Claude François, ça fait danser les clodettes de mon p'tit bonheur ! Bien sûr, comme dans la chanson, le thème est grave, je dirais même cryptique, l'issue incertaine quand on n'a plus de colon n'esquivera pas un déroulement où chaque mot à son importance... euh non, en fait, ça peut se lire en diagonale, on pourrait même l'imaginer en déplacement latéral sous les infos de bfm tv.
Le Docteur Burz


blog fb
    le 22/09/2016 à 17:29:26
C'est dingue tout ce que ça remue le non quantitatif. Vous savez, concernant mes élucubrations, c'est un laissé pissé de mes contritions inabouties. Je ne développe pas l'"indéveloppable", je me laisse saisir par le dégoût ou l'amusement, je mélange, je raccourci, je synthétise et puis c'est marre... mais ça vous l'aurez compris.
Peu importe le sujet, y'a toujours à en dire, même sur rien.
Mélanger n'est pas tromper, tromper c'est mentir sur la vérité.
Lapinchien


tw
    le 22/09/2016 à 17:37:26
mélanger du GHB à un Blue Lagoon, ça peut être tromper. Parfois doublement voire triplement tromper.
Lapinchien


tw
    le 22/09/2016 à 17:43:05
Quant à la vérité, permets-moi d'en douter.
Muscadet


site blog fb
    le 22/09/2016 à 17:43:51
De DocteurBurz à JacquesCauda -je recommande "l'homo caca" sur son canalblog-, le monde se voit revisité de visions ineffables.
Enjaillons-nous de cette diversité.
Le Docteur Burz


blog fb
    le 22/09/2016 à 18:03:18
Arf non mais la vérité, quand je dis on ment sur la vérité c'est comme si je disais on dit de vrais mensonges... je suis scabreux parfois, on dira "mélanjationiste comparatif à deux pois (chiche!) sans mesures"...
Lapinchien


tw
    le 22/09/2016 à 18:27:27
j'ai du réfléchir une vingtaine de secondes avant de comprendre que "mélanjationiste" n'avait à rien voir avec "Mélenchon" pas plus qu'avec "sioniste"

= ajouter un commentaire =