LA ZONE -
Résumé : Ci-gît le cadavre de toute narratologie future, violenté à coup de clés USB 3.0 par les crocodiles de la fosse noire Croix-Roussienne,. La Zone se dégage de toute responsabilité en cas de cancer des neurones ou des poumons contracté à la lecture de ce texte de HaiKulysse, ainsi d'ailleurs que de tous ses autres textes, passés, présents, à venir et à vapeur. Message complémentaire de l'auteur : "Bonjour à tous, après les quatre maroccos, voici un texte cut-up. Texte écrit en écoutant en boucle Davodka - Matrice : https://www.youtube.com/watch?v=GMnUnWztTXQ "

La genèse de la fosse noire. Deuxième partie.

Le 09/08/2019
par HaiKulysse
[illustration] 1.
La dernière fois que je le revis enfin, ce fut sur un écran de télé.
Elle en avait des arrières-goûts de phlébites sans fin et sans but, cette Dunhill que Razko Kaphrium, dans ses vêtements de ski tout schuss couleur canari, fumait dans son placard à balais... en glissant du côté du monde onirique des crocodiles de la fosse noire Croix-Roussienne, cette cigarette, dans son contexte bizarroïde de magie noire, avait essayé d'envoûter l'apprenti sorcier, en dernier cycle d'études à Poudlard par une séquence de bouts amovibles de clés USB (des vidéos des bûchers de la Saint Con) abîmés dans leur algorithme.


C'était fini, de remonter les couloirs souterrains, avec comme gardiens aux airs bouddhistes, des pharmaciens candides, des passionnés de taxidermie découvrant une espèce naissante. (Extraterrestre évidemment.) Et maintenant, à cet instant précis, elle passait bien avec la respiration fiévreuse qui planchait dès le réveil, après le café noir du petit matin.

En tombant dedans moi aussi dans l'addiction tabagique, par la suite allumant ma deuxième clope, elle en avait des arrières-goûts de planctons sauvages et très méchants, récoltés par les émissions radiophoniques, cette Craven A qu'on brûlait à l’aide d'une pince à épiler, en pompant fortement dans nos poumons, parfumés doucement, naïvement des crinières des canassons, des privilèges planants des dents des crocodiles.

Des émissions radiophoniques musclant cette faune sous la ligne de flottaison de la fosse noire, parmi les fumées de sapin vert, je récoltais aussi, dis-je, les fumeurs noirs de la fosse des Mariannes, les bandes dessinées de Titeuf lues mystérieusement alors que notre poitrine gonflait et se dégonflait, en nous transformant de personnages mornes et las, en pesant les défauts, les failles et les crash d’un perfectionnement au sabre laser, en Jedis de Star Wars.

Sous l'effet de la nicotine aux hésitations nuisibles, mais ô combien aux années légitimes, j'avais un mal de chien qui campait entre mes deux tempes, tandis qu’ils dépliaient leurs queues, ces crocodiles dans un amalgame de polarisations préhistoriques, de poissons-anges et de poissons-lunes lors de la récolte des fumeurs noirs de la fosse des Mariannes.

En ramant à l'intérieur des veines de Kaphrium, alimentées d'archipels de l'Océanie, les additifs, comme ces lieux étranges où nous nous trouvions (la Polynésie française était située, on en était convaincus, sous la Fosse Noire) l'onirisme de ces bestioles reptiliennes contenait du polyphénol et des tortures polysynthétiques ; l'une d'elles fit voler en éclats les apparences quelconques de son espèce à sang froid, aux organismes en souffrance : dans le canal qui se déversait dans la Sainte Fosse Noire Croix-Roussienne, ces spécimens présentaient des apparences d’espèce innocente en fait quand ils avaient assez de fumées cotonneuses dans leurs trachées et ainsi devenaient pragmatiques, une fois le quota, la valeur et le pouvoir de l'imagination assouvis.

Et poussivement, après le paquet fini, un texte était publié, racontant comment cette espèce protégée par nos soins, avait fraîchement traversé les vertes prairies, à dos d'hommes ou de mules, les vertes et les rudimentaires prairies de Pré-Au-Lard, en touriste nocturne et désabusé.

Et les rats de laboratoire auxquels nous soumettions aussi des expériences alcoolisées, avaient tout ce pragmatisme serein, volé aux mammouths servant aussi de cobaye avant de leur injecter de l'héroïne.
Dans le récit et dans leur corps en souffrance, il y avait de la gangrène et des idées de Saint Con Zonarde : à cette époque des années X qui avaient cette nette distinction d'installer dans les cerveaux des prédilections pour dessiner aux traits fins, dans la caverne du médium, les supplices de ces rats de laboratoire.
Ainsi, Kaphrium s'en emparait de ces prédilections, assoiffé de connaissances et de cancans au sujet des statistiques du nombre de mort de la Saint Con de l’année prochaine ou passée…

2.
Des sentiments de Love Buzz amoureux, entre ses mains, se concrétisaient, mus par quelques pointes de flèches du paléolithique, du love buzz grunge et du vomissement plein de goudrons nuisibles.
Se transformaient aussi en Craven A ou en Dunhill, par un sortilège changeant même l'eau vaseuse de la fosse noire en vins miraculeux, les mégots des maroccos qui traînaient par terre, fumés par ces savant fous de la fosse noire.
C'était du vin comme du porto donnant des visions de portraits-robots de grands criminels, avec, à leurs suites, les serpentins de leurs braies et cottes de mailles en lambeaux.

Avec, aussi, des mots de passe d’identifiant Apple stockés sur iCloud, ainsi que des poignées de soleil vert dérobés aux guerriers de la matrice et sous ce célèbre soleil vert, les ombres rasaient fugitivement les murs.
Ces portraits-robots ? Des poussahs adulés comme des idoles aux yeux noirs compatissants, aux cheveux de papier peint perpétuel, le dos collé aux murs mérovingiens de la fosse noire...

Pour conclure, sur le lit à baldaquins où il y avait des cendriers posés, vertigineux, j’improvisais, avec l'odeur du tabac froid défilant dans la parade des cotonneux saphirs et leurs symboles avant-coureurs de maladie vénérienne, une scène de théâtre antique.

L'un des savants fous, aiguillé par mes recherches sur Google, terminait une improvisation d'un rôle de médium cabotin ; et quand il mêlait de prestigieux sorts dans son chaudron magique avec les herbes médicinales du Sahara Occidental ou de l'Afghanistan, une défonce aux graphismes maléfiques de Tamagotchi, par les vapeurs de la marmite au feu entretenu et censé rééduquer et sauvegarder les données de mon iPhone 8, prétextait d'explosives tâches à accomplir comme le travail interne à se faire voyant, à se rendre voyant, d'un Tamagotchi confectionné par d’artefacts, d'authentique culte barbare.

En effet, les données de ce dérèglement de tous les sens, d'après la lettre du Voyant d'Arthur Rimbaud se combinant monarchiquement aux poèmes surréalistes et visionnaires des Illuminations, discutaient entre elles au sujet de leur sauvegarde, quand, tristement, de mon côté, je plongeais dans leurs danses fantasmatiques qui se prêtaient mal aux jeux de la logique et de la réalité objective, lançant dans tous les azimuts des coups roués de prestidigitateurs philistins, ignorant tout sur le sujet.

Ensuite, j’avais lancé dans tous les azimuts des S.O.S pour sortir de ce nid de créatures solitaires mais dévergondées. Elles ne manquaient pas, quand elles étaient à la terrasse d'un bar pour cramer du tabac et pour écrire sur des bouts de papier de la prose poétique, de laisser un pourboire généreux de monnaies napoléoniennes et, sous la pourpre romaine des filles qui passaient devant cette animalerie étrange et incongrue, elles imaginaient des dessous affriolants quoique pourris par l'humidité de ces îles polynésiennes, françaises, cachées à l'emplacement solaire de cette Fosse Noire.
3.
Pourquoi alors les regardaient-ils, ces cyborgs aux visages d'anges mécaniques avec un désir naissant, sales comme des pourceaux alors qu'ils avaient une femme les attendant à la maison, une belle ténébreuse comme les fiancées russes crânant dans le Tyrol ?

Les poussières du pollen afghan acheté la veille en sous-main, proposaient la fin d’une filmographie d’antan, en noir et blanc. Est-ce que, celle-ci, tolérait les clés USB 3.0, les disques durs aux vaisseaux sanguins périnataux forcés d’obtempérer et toutes les machines expropriées comme tout autre appareil trimbalant des informations contradictoires ?

La réponse à toutes ces questions ?
La première des réponses était froide comme l’éclairage crémeux du laboratoire où les nombreux ordinateurs rejetaient de l’urine sur les murs et des plumes de poussins s'affirmant, insensés volatiles, en martelant avec leurs ailes de pierre polie les mélancoliques départs en vacances.
Sa seconde réponse était à trouver dans une usine oubliée, où les marteaux et les haches laissés par des ouvriers, sa seconde réponse, dis-je, était à chercher dans un système de ballades sur les quais ou dans les forêts du domaine de Vallin. Ce Seigneur, sur son fief, débranchant les organes de mon corps venant d’une autre transplantation avec un cobaye, connaissait la troisième réponse qui était encore à présumer.
Leurs présomptions à tous ces indices, en morse dans les contacts de mon iPhone huit, me répondaient d’aller me faire foutre tandis qu'elles s'’inséraient, de déclic en déclic, dans mon oreille droite.

C’était pourtant la seule chose valable, irréprochable que je pouvais enlever tel un furoncle à la place des tiques habituelles !

Une fusion mortelle s’ensuivit en me tirant de ma léthargie ; de l’encens se répandait dans l’air et dans les tonneaux de la cave où le sang mûrissait patiemment.

4.
Tourmenté, ce sang d’une opacité dense, contaminait les autres univers : des amas de galaxies tombaient avec leur appareil génital au fond de mes chaussettes ! De l’uranium disparaissait dans le grand tourbillon en jouant son dernier big-bang !

Il endommageait les toits de la ville et il répartissait aux enfants turbulents la structure du soleil vert dans un brouillard à couper aux couteaux.

La Voie lactée brûlait en valsant du côté des raisonnements binaires.

Elle se vantait de faire partie à présent de la classe des amphibiens cette ampoule de salon qui avait éteint la Voie lactée. En envoyant de la vapeur d’eau, toutes les théories quant à son extinction finissaient sur la toile virtuelle ; le réalisme dans l’art tourmentait alors les goules et leurs tympans : un type d’exténuation programmée !

Une présence malsaine, incongrue et sournoise. Un champ de gravitation arithmétique qui ne laissait nul espoir envers le monde à venir.
C'était un existentialisme si beau et si terrifiant.

La lune tombait juste à travers l'ouverture d'une plaque d'égout, le sang giclant dans ma bouche.

5.
Des mercenaires, à la solde de la fosse noire, remontaient le temps à deux cents kilomètres à l'heure, l'été.


Il y avait aussi, sur notre chemin, les débris de trois tristes bouteilles de vodka qui clignaient de l’œil devant le pain complet ; la question étant de prendre de l’aplomb de ces chiens vivants dans leur frénésie du futur.

Le futur continuait longtemps comme ça, longtemps jusqu'au moment où la frange d'Alice tombait à terre, épuisée par ces serpents sifflants sur sa tête... Et dans le terrier du lapin blanc, un indice, typiquement répugnant, aidait Alice, la jeune nymphette de moins de dix huit ans, à sortir nue de son lit.

Son lit à baldaquin où le souffle matriciel inspirait à Alice la plus grande idée jamais imaginée ! Les conceptions du monde de demain, envahi par les déchets de la Fosse Noire !

= commentaires =


= ajouter un commentaire =