LA ZONE -

Pétales arrachés, toison pubienne et bonnes raclées

Le 17/12/2020
par HaiKulysse
[illustration] Quelques pétales de ciel blanc arraché venaient de tomber dans mon verre de vin au moment où, absorbé par des contemplations psychédéliques, l'ordinateur Burroughs Cora-Hummer 7 produisit un bourdonnement déconcertant...
J'étais donc assis devant mon bureau et tentais de percer les méandres cérébrales de cet inventeur (peut-être Burroughs lui-même)qui nous avait légué cette étrange machine exclusivement destinée aux ouvrages littéraires. Il avait laissé un manuel ésotérique, hermétique que je tentais en vain de comprendre ; heureusement je pouvais compter sur une petite équipe de hackers qui, après avoir allumé ce système informatique d'un nouveau genre, m'informa que l'électricité des pales du ventilateur perturbait l'ordinateur Burroughs Cora-Hummer 7. Nous éteignîmes donc l'appareil et aussitôt sur l'écran, pour nous guider parmi tous les milieux artistiques référencés dans son disque dur, il nous indiqua que nous étions de la génération cut-up la plus dure...

Je fis tourner son disque dur, et ainsi obtenu une liste d'attentats ayant eu cours lors de ces morbides époques contemporaines que nous avions traversé, abandonnant un vieux sapin de Noël décomposé dans le coin du salon. Pour qu'elle s'éloigne dans les profondeurs du Dark Web, cette liste que je reliais par des phrases codées avec seulement des dommages pas vraiment irrémédiables, m'avait donné la célèbre recette de toutes les approches stylistiques, alors s'affichèrent sur l'écran, avec un bruit semblable au croassement d'un crapaud figé sur place, les textes en prose : toutes ces bibliothèques de fictions et de non-fictions…


Et d’autant plus loin que portait la chaleur du bûcher, il y avait toujours le chemin d'accès des fichiers concernés suggérant que l'impératrice des Hackers allait poser le pied pour la première fois sur ce littoral côtier... et chavirant avec elle, d'autres formes d'expression à inventer ou à réinventer, concernant la description de sa toison pubienne, atteignirent ce rivage virtuel ; cependant ne la perdant pas de vue via la webcam, nous lui proposions la possibilité de belles bagarres : des raclées à gogo pour tous ces utilisateurs d'Internet que leurs mots-clés ne pouvaient expliciter... Et que l'écrivain américain voulait signifier à travers ses textes d'une fastueuse beauté.

Merveilleux procédé qui reliait directement l'équivalent du Finder aux sites pornographiques où l'on pouvait admirer des orgies hitlériennes en cercle autour du cadavre d’un cosmonaute atterri là par hasard. Car l'ordinateur était apparu dans un contexte de guerre sainte et ce qui ressortait le plus de cet environnement propice à faire tomber les cadavres n'avait jamais été vraiment jugé à son authentique valeur.

Des techniciens, provenant des sociétés de Géographie Maritimes du XVI et XVIII siècles, que le jeu de la boisson et du haschisch avait rendu imprudent, nous contactèrent un soir par e-mail et dans leur pièce jointe associée ils exhibaient une cartographie détaillée permettant de localiser les plus délicates toisons pubiennes à saccager.
C’était un dimanche après-midi ; atomisées, pommadées, arrachées violemment comme ces pétales tombant en pluie ou par saccades sur ces toisons pubiennes, il y avait même des odyssées dans sa mémoire vive… des odyssées où l'on croisait beaucoup d'autres toisons pubiennes qu’un peintre fantasmagorique de Brisbane avait édifié au rang de tableaux picaresques, ne croyant à rien d’autre qu'à son pouvoir imaginaire de faire valser les Joconde !

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 17/12/2020 à 23:02:30
J'en ai les poils de ma toison pubienne tout hérissés.
Clacker


    le 17/12/2020 à 23:28:27
Lien vers la première partie du texte : https://www.lazone.org/articles/3002.html
Clacker


    le 17/12/2020 à 23:29:29
Qui contenait, je trouve, quelques moments savoureux, notamment cette histoire de ver vaginal.
Lapinchien


tw
    le 20/12/2020 à 21:44:04
Franchement avec l'avènement des plateformes de contenu à streamer et leurs lots de séries bien faites, je commence à en avoir marre du storytelling traditionnel. Heureusement qu'il y a ce genre de texte pour me faire des shoots d'histoires compressées qui forment une alternative à la narration conventionnelle, celle dont se nourrissent les masses et non je déconne, un texte d'HK ça me crame plus les neuronnes qu'un brushing au micro-ondes.
Sprotch%     le 20/12/2020 à 23:55:04
C'est "nouveau roman", c'est sprotch.

= ajouter un commentaire =