LA ZONE -

Arrache moi le coeur ou pète moi le c*ul

Le 03/04/2022
par ladoleurr
[illustration] Ce n’est pas une histoire d’amour .
la cloche a sonné et je savais que j’allais, comme toujours, prendre du temps pour ranger mes affaires , j’allais remettre mes stylos en place , continuer de lire mon cours et faire semblant de galérer à remettre mes affaires dans mon sac . Tout ça pour me retrouver seul avec lui, oui , je sais , ça fait pathétique, mais quand tu n’as pas connu l’amour de ton père, tu as tendance à le chercher dans d’autres pères .

Le dernier élève sort (enfin) de la classe et mon professeur me regarde, il sait que je vais rester et que comme d’habitude on aura le droit à un échange composé de multiples arrières pensées et de sous entendus .

Il dit alors "Sara , j’ai quelque chose pour vous" et tend sa main vers son sac . C’est un livre, « La machination » de Grégory Senet, un livre dont on a brièvement parlé par mail l’autre nuit.

« Merci, Monsieur » est tout ce que je réussis à dire .

Il me regarda alors passionnément comme si j’étais une œuvre d’art qu’il essayait d’analyser et sans le faire remarquer , je me rends compte que nous sommes beaucoup trop proches. Je sens sa respiration, mais il ne sent pas la mienne car je ne respire pas vraiment quand je suis avec lui. Je suis tellement envoûté par son regard et par les mots qui sortent du bout de ses lèvres que j'oublie souvent de respirer lors de nos conversations.

Je romp alors le silence « Vous devez arrêter de me regarder comme ça, Monsieur » ( non s’il te plaît , n’arrête pas)

« Comme quoi Sara ? » rétorqua t-il intrépidement

« Comme si vous vouliez me prendre sur votre bureau-là maintenant et me baiser avec folie et passion »

Il a souri , il était intrigué par la perversion et l’immoralité dans mes mots mais il n’a pas répondu. J’étais déçu . Cependant , je savais qu’il menait une guerre avec son esprit intérieurement que seule moi était en position de clore, alors je me suis mise au niveau de son oreille et très lentement j’ai dis :

« Vous avez déjà fantasmé sur moi Monsieur ? Sur mon corps et comment je pourrais être à votre merci? Vous pourriez faire de moi tout ce dont vous avez envie, vous pourriez écrire sur mon corps avec votre langue et soigner mes blessures avec votre sexe . On pourrait faire l’amour comme si l’on faisait de l’art »



C’était un prof d’histoire de l’art et elle était une élève beaucoup trop curieuse pour son propre bien . Je vous laisse deviner comment ça s’est terminé .

= commentaires =

Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 03/04/2022 à 20:08:18
Je pense qu'elle a eu un D+
Clacker


Pute : -1
    le 03/04/2022 à 20:20:30
Et un rendez-vous pour une laryngoscopie.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 03/04/2022 à 20:37:05
Merci à Glaux pour sa participation à la réalisation de l'image d'illustration
Clacker


Pute : -1
    le 03/04/2022 à 21:47:02
Malgré tout, l'analyse freudienne en début de texte est absolument remarquable.
Charogne


Crul ? Csul ? Coul ?    le 03/04/2022 à 21:55:12
Le titre m'intrigue. "pète moi le c*ul" ?
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 03/04/2022 à 22:08:31
La semaine textes de merde avant plutôt qu'après la Saint-Con, ça perturbe intrépidement ma routine de quasi autiste.

Même la ponctuation est agaçante d'emblée, avec ces espaces devant les virgules et les points. Le narrateur s'appelle Sara mais la plupart des participes passés qui s'y rapportent sont au masculin. Et on rajoute une phrase d'auto-commentaire du texte à la troisième personne qui finit d'énerver le lecteur.

Le roman cité n'ayant tellement aucun rapport avec l'intrigue, on se demanderait presque si ce texticule n'est pas une pub pour le bouquin ou son auteur. Faudrait vraiment être désespéré pour venir faire ça sur la Zone. Et puis une pub pour un roman écrite de façon aussi maladroite, c'est une antipub.

Ladoleurr ?
Dol raleur ?
Ardeur lol ?
Lard roule ?

Leur ado LR ?

Ce serait un texte de campagne cryptique pour Pécresse. Tout s'explique.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 03/04/2022 à 22:32:54
J'aime la façon dont le personnage change de genre à chaque phrase. Furieusement postmoderne.

Et nul à chier.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 03/04/2022 à 23:00:27
AU FAIT BIENVENUE LADOLEUR.

QUESTION : POURQUOI T'AS PAS FINI TON PUTAIN DE TEXTE ? JENRE C'EST MÊME PAS ZONARD ET TOUT C'UN TEXTE D'ADO QUI FAIT D'LA FANFIC ÇA FAUT L'FINIR ?

QUESTION : POURQUOI JE POSE DES QUESTIONS ?

QUESTION : QUESTION ?

QUESTION : EST-CE QUE T'ES THÉO AZIBERT ?
Cerumen


    le 04/04/2022 à 07:30:51
Sara...
Sara...
...

Saraconor ?
Cerumen


    le 05/04/2022 à 12:04:18
Un auteur qu'on repère alodeurr
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 05/04/2022 à 20:05:39
LADOLEURR ! REVIENS ET BATS-TOI COMME UN HOMME !!!

Et réponds à mes questions s'il te plaît.

Merci.

C'est gentil.

Bisous.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 06/04/2022 à 12:49:17
Je ne trouve pas que ce texte soit si pourri que ça. Je pense même qu'il est celui qui se rapproche le plus du texte de l'homme-chat qui avait été donné en exemple pour l'appel à textes zone parafoutrale sauf qu'il ne va pas assez loin dans l'explicite.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 06/04/2022 à 13:23:00
Oui, mais tu compares des pommes pourries et des poires pourries, là, du pourri marrant et du pourri premier degré, même s'il est vrai que l'histoire de l'homme-chat se veut peut-être sérieuse à la base.

A-t-on une chance de voir se manifester l'auteur ou l'autrice ?
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 06/04/2022 à 21:04:08
Je pense qu'il a fait son affaire, s'est essuyé, et nous a balancé le papier à la gueule avant de s'en aller.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 09/04/2022 à 20:20:25
Hum hum. Treuh.

TREUH TREUH TREUH HHHHHRRrrrrrllkkkkkk...

J'annonce solennellement que j'ai retrouvé une copie du texte original dans mes dossiers.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 09/04/2022 à 20:21:00
Ah merde j'ai pas commenté sous le bon texte.

Je voulais parler de La Rouge d'Haikulisse.

= ajouter un commentaire =