LA ZONE -
Résumé : Dans cet épisode, Herakles Navet n'a aucun rapport avec le super-héros du premier opus, c'est un pauvre vieux gouailleur de banlieue au prises avec une sale affaire de poils. Ca n'a aucun sens, c'est parfait.

Herakles Navet et le poil de cul sur la savonnette

Le 31/10/2005
par Lapinchien
La cliente est entrée dans la pièce alors que j’astiquais le canon de mon arme.
J’ai vite remballé l’artillerie pour pas effrayer la demoiselle. C’est alors que sans mot dire, elle m’a tendu l’objet du délit. « C’est un Palmolive, m’dame. », Que j’lui ai balancé d’un œil expert, « Croyez-moi j’ai pris une douche une fois en 84… » « Vous êtes Herakles Navet, n’est ce pas ? Le détective du quotidien ? », Qu’elle a murmuré, horrifiée… « Ben ouais, m’dame, vous allez pas m’passer un savon, au moins ? », Que j’te l’ai vannée en explosant de rire. Je l’sais d’expérience : cliente qui rit, moitié de chèque au Lyonnais Crédit… Mais là pour le coup, la dame a pas du tout rigolé. « Regardez, M’sieur Navet… », Qu’elle a gloussé en pointant de son doigt boudiné la savonnette, « Y a un poil de cul sur mon Camey ! » Et merde ! J’avais tout faux… J‘m’étais gouré sur la camelote… Ni une, ni deux, j’en ai croqué un bout que j’ai mâchouillé deux bonnes minutes pour regagner en crédibilité. « C’est du douze an d’âge ! », Que j’te lui ai balancé en salivant des bulles, « On m’appelle Monsieur Propre dans l’ milieu… » « Vous êtes l’homme qu’il me faut, Monsieur Navet ! », Qu’elle m’a avoué, conquise. Je l’sais d’expérience : Phrase ambiguë, appel au cul… « c’est volontiers que j’accepte l’affaire, m’dame.. », A croire qu’elles ont toutes le pendentif qui les démange…

J’ai débarqué dans sa salle de bain le soir même pour prendre des échantillons… Elle vivait avec un colocataire, un nageur professionnel briguant les jeux olympiques. J’ai tout de suite su que le poil ne pouvait pas lui appartenir. « C’est un centième de perdu sur une longueur par protubérance capillaire dans le maillot… », Qu’il a déclaré pour sa défense, « La pilosité est l’ennemie numéro un des athlètes modernes ! » J’suis sûr que l’bonhomme se faisait l’anus à la cire d’abeille chaude tous les soirs… Un suspect de moins sur ma liste… « Beaucoup de personnes ont accès au lieu du crime, à part vous deux ? », Que j’te les ai cuisiné. Et elle et lui ont secoué la tête un peu comme s’ils assistaient à la finale de Roland Garros dans les gradins. « C’est donc vous la coupable ! », Que j’ai pointé du doigt ma cliente, « Je n’vois pas d’autre explication… » « Mais c’est un scandale ! », Qu’elle s ‘est mis à hurler, « Vous insinuez que j’aurais des poils au cul ? » « Ecarte les fesses, salope ! », Que j’te l’ai mise en joue avec mon Beretta d’appoint. Je l’sais d’expérience : Poil de cul inconnu, sodomisée par un touffu…

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 01/11/2005 à 02:06:07
J'ai aussi du cul de bastringue dans mon épisode.
J'ai aussi des jeux de mots à deux francs, et je dis bien francs, dans mon épisode.
Une école est en train de naître. Un courant littéraire. Une pensée. Une civilisation.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 01/11/2005 à 10:41:49
J'en veux un dans mon jardin, m'dame.
Kirunaa


    le 02/11/2005 à 11:04:41
Mouahahhahahaha !
Lapinchien


tw
    le 02/11/2005 à 19:50:08
çà c'est une histoire capilotractée pfff pfff pfff...
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 02/11/2005 à 20:44:47
ça c'est un commentaire pneumopropulsé
Eric-le-Num     le 12/11/2005 à 23:45:54
Désopilation intégrale du maillot.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
Extraits du carré VIP du forum    le 06/12/2006 à 23:39:02
lapinchien :

"Herakles Navet est tombé dans le domaine public depuis un bail maintenant... a moins qu'il ne se soit vautré sur la voie publique, je ne sais plus trop ce qu'on m'en a dit. En tout cas, on peut le faire tourner, il en redemande, c'est une vraie petite trainée"

Dourak Smerdiakov :

"C'est curieux, cet Héraklès Navet, je le voyais plutôt en héros exemplaire pour la jeunesse, une figure noble et morale, qui ramène un peu de géométrie et de théologie en ce bas monde, un Ignatius Reilly français sur lequel on aurait greffé un Beretta et un verre de cognac."

= ajouter un commentaire =