LA ZONE -
Résumé : A première vue, ça ressemble à de la pure connerie ce truc, voire comme le dit lui-même l'auteur, à une chanson de Mylène Farmer. Au premier degré ça pue, c'est genre du goth larmoyant, survitaminé et dopé au speed. Mais c'est ausssi de la belle poésie en prose gorasse, trop courte pour être imbuvable et trop violente pour être détestée.

Les corps

Le 15/03/2006
par Narak
[illustration] J'ai envie d'être toi.
J’ai envie que tu t’injectes l’intérieur de mes entrailles dans la pupille de tes yeux. Que tu déchire mes poumons avec mes côtes brisées. Que tu casse mes dents. Que tu m'arrache tous les tendons de mon corps. Sentir tes lèvres collées quelque part sur ma viande saignante. Envie de planter un vaporisateur dans mes veines et de pulvériser mon sang sur ton corps. Pour recouvrir ta peau blanche.
Pour que tu sois belle.
S’il te plait. Fais le.
J’ai besoin que tu m’ouvres, que tu entres dans mon corps. Que tu t’enroules dans mes tripes et que tu y sois. S’il te plait. S’il te plait…
Touche moi. Déchire ma peau, mes muscles, ma chair. Brise mes os et touche moi à l’intérieur.
Je t’en supplie.
Couche toi sur moi et mords moi de toutes tes forces. Dans mes nerfs. Fais moi hurler. Mutile moi.
Plonge tes doigts dans mes blessures. Ecrase moi entre tes ongles. Fais moi crever de tes petits doigts d’enfant. Ampute moi je t’en supplie.
Ampute moi. Déchire ma gorge avec tes dents. Avale mon sang. Fais le.
S’il te plait.
Ampute moi.
Je veux devenir ton corps. Je veux avoir mon sang dans ton sang. Je veux que tu fasse suinter mon corps de toutes ses secretions. Sang, pus, larmes, salive, sperme...
Je veux que tu tranches ma langue d’un coup de machoire et que tu la manges. Dévore moi. Je t’en supplie, dévore moi. Mange mes entrailles en me regardant. Je veux être dans ta bouche, dans ton sexe.
J'ai besoin que tu me tiennes dans tes bras. Que tu me serres sur toi. J'en ai besoin.
Je veux que tu me baises ma chérie. Je veux que tu me fasses mal, encore.
Je veux que tu jouisses de moi et que tu me crèves. Crèves moi.
Je veux crever dans ton sexe rose. Je veux t’entendre gémir doucement.
Et je veux crever. Entre tes cuisses.
Crever.
Te sentir vivante.
Je veux que tu me crèves. En souriant. Parce que.
Je sais que je t’aime.


= commentaires =

nihil


de l'auteur    le 15/03/2006 à 23:20:09
Auto-commentaire de Narak sur son texte :
"Pour moi ce texte est un truc assez bizarre par rapport à mes autres textes. c'est une sorte d'experience, pas vraiment contrôlé sur un sujet que je ne maitrise pas du tout, mais je considère avoir réussi à faire ressortir suffisamment de violence pour que ça ne se voit pas trop. Problème majeur de ce texte : Avec un peu de recul on dirait une putain de chanson de Mylène Farmer ! Je comprendrais totalement qu'au final ça soit de la merde."
Aesahaettr-     le 15/03/2006 à 23:23:51
Putain, j'ai lu ce truc en diagonale en me disant "bon là c'est de la merde mais j'ai affaire à Narak, il va nous faire une chute drôle et ça sera marrant et youpi" et puis en fait non. Je comprendrais totalement qu'au final ça soit de la merde.
Abbé Pierre


    le 15/03/2006 à 23:32:59
Pour le départ, le cours du "s" à la deuxième personne du singulier a augmenté, on dirait? On fait ses économies? On se prépare à cette putain de guerre, hein Rambo? Bordel de putain de merde, j'espère que t'as acheté assez de tournevis pour faire exploser ces gros connards d'hélicoptères qui vont passer au dessus de nos tronches.

Sinon, bah, ouais, enfin non, surtout la dernière phrase. Elle fait gros cliché, là. Bof, j'arrive pas à me faire un avis sur ce texte. Ca m'a fait rire le "je veux crever dans ton sexe rose". Comme si on me déchirait le ventrou. Bof.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 15/03/2006 à 23:52:41
Plutôt un petit bof pour moi aussi. Mais pour être honnête il faut préciser qu'au départ je n'aime pas la poésie. Moi aussi je m'attendais à un soubresaut final sur un mode comique - je me suis demandé au passage s'il ne parlait pas à sa bagnole ou quelque chose du genre. Bah non.
Imax


    le 15/03/2006 à 23:54:18
De la grosse merde goth velue en bois de mes couille. Je croyais que c'était le genre de texte dont il fallait se moquer ici.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 15/03/2006 à 23:57:18
C'est ça, du goth ? Faut me dire, hein, moi je n'y connais rien, j'en suis resté à Théodoric et tous ces salopards ariens.

Aka


    le 16/03/2006 à 06:30:31
Gros bof aussi. Je devais bosser sur ce texte j'ai même pas réussi. Bref, à oublier.

***Bonus DVD***
Mais à qui parle le narrateur :
- à sa bagnole ?
- à son ragondin ?
- à Jean-Pierre Chevènement ?
- à personne, il est bourré en fait.

(mouais il est un peu tôt pour me demander d'être drôle)
Ange Verhell


    le 16/03/2006 à 07:10:54
Moi je pense que Narak a fait un copier-coller de Groumf pour se foutre de la gueule des gens.

En plus il a même pas demandé: "suce-moi"
nihil


    le 16/03/2006 à 17:27:49
Je pense que Narak parle à son reflet dans le miroir en se tapant une queue. Et merde je viens de relire le texte en pensant à ça => fou-rire.
Simili


    le 16/03/2006 à 17:42:48
Ouais ouais texte bizarre, on dirait l'autree chanson pourrie de louise attaque.

Sinon à propos de l'idée de lapinchien dans l'edit du 14 mars, je veux bien j'arrive pas à finir mon texte en ce moment, mais ca marche comment? Faut faire quoi?
nihil


    le 16/03/2006 à 18:03:49
Je vois pas bien de quoi tu parles Simili ? Cite donc l'idée de Lapinchien en question, ça va aider.
nihil


    le 16/03/2006 à 18:14:22
Bon le coup de l'histoire d'amour cannibale, ça nous a tous un jour traversé l'esprit, on avait même plus ou moins formulé un projet similaire avec Glaüx la première fois où on a flirté.
Ceci dit nous on a pas été assez stupides pour le faire vraiment, parce que dans le genre casse-gueule, on fait pas mieux. Et effectivement là c'est un peu le gadin, mais bizarrement j'arrive pas à détester.
Les trucs genre ça : "J’ai envie que tu t’injectes l’intérieur de mes entrailles dans la pupille de tes yeux." ou ça "Envie de planter un vaporisateur dans mes veines et de pulvériser mon sang sur ton corps." c'est trop bien, ça me ferait hurler de rire dans un texte déconnant, et là récité au premier degré, ça devient tellement absurde que je ne peux qu'apprécier. J'aurais apprécié que l'ensemble du texte reste dans ce genre mongoloïdo-hiératique, genre : " je veux que tu me branches mes artères sur les canalisations de gaz de ville" ou "je t'en supplie, enfonce moi une Berline Volovo S60 dans l'oesophage" ou "vomis-moi encore dans l'utérus" ou "défonce-moi l'hypophyse à coups de pelle chauffée à blanc." ou "je veux que tu me greffes un grille-pain défectueux à la place de la septième vertèbre en tournant à gauche au rond-point et après tout droit direction Melun centre".
Hélas les mièvreries viennent ternir cette bonne impression.

Commentaire édité par nihil.
Glaüx-le-Chouette


    le 16/03/2006 à 18:23:23
J'ai passé ce texte au test de la musique très fort. C'est absolument incompréhensible au-delà de 40 décibels. Trop nul, le score.
Les images et les supplices sont tellement loufdingues que je dois réfléchir à chaque phrase, puis paf, "aaaaaaah c'était ça, ok, je comprends", et bof.

Le délire de l'autodestruction amoureuse, c'est bien, à vivre ; à écrire ou à lire, pas persuadé. Pas par ce texte, en tout cas, ça donne à peu près ce que j'ai obtenu quand j'ai essayé.

C'est chiant, quoi.
Glaüx-le-Chouette


    le 16/03/2006 à 18:24:20
Et je capte pas la ligne de la hanche, sur l'illustration.
nihil


    le 16/03/2006 à 18:25:56
Oh tu te souviens mon ami, quand nous travaillument sur ce plan d'entre-dissection sexuelle ? Tu étais un mythe pour moi, un surlittéraire beau et fort (depuis j'ai vu ta gueule) et pour toi j'étais l'équivalent d'une nymphette de dix-sept printemps qui sort du couvent ?
Aaah... Honeymoon is over...
Ange Verhell


    le 16/03/2006 à 18:50:41
J'ai une interprétation: en fait l'auteur est un cuisinier. Il prépare ses pizzas. Vu comme ça c'est plus crédible:

Au menu Pizzas :
la spéciale "N3drz" : Sang, pus, larmes, salive, sperme...
la spéciale "docteur": sexe rose, muscle, chair, os
la pizza "ragondin" : langue,tripes,poumon,dents
la "bot" : Moignon,côte,sécrétion,dents
la spéciale "avale" : Entrecuisse,sexe,sang pulvérisé
la complète : Aka


Glaüx-le-Chouette


    le 16/03/2006 à 18:50:46
Faut-il qu'il m'en souvienne.

J'ai d'ailleurs encore le log, avec des phrases comme "comme tu le sens, honnêtement ces derniers jours la chaleur abat un peu mes élans", "Pfuu tu m'as épuisé salope", "bah c'est pas grave, je me palucherai en solo si je suis pas trop harcelé de coups de fil", "je sais que tu rêves de me sucer la bite" - "certes".


*gros soupir*
Ange Verhell


    le 16/03/2006 à 18:52:32
PArdon de m'être immiscé entre vous... Je peux ??...
nihil


    le 16/03/2006 à 18:55:54
Souvenirs, souvenirs :

- Tu sais, pour moi c'est la première fois...
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
- Je... Je suis un peu timide, tu sais...
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
- Euh...
Glaüx-le-Chouette


    le 16/03/2006 à 19:02:10
MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.

Pas de problème, Vanderpelle, si t'as moins de dix-sept ans je prends.
Ange Verhell


    le 16/03/2006 à 21:18:53

Une autre interprétation: c'est un cadavre Nerd parasité par un Goaould et amoureux d'une nécrophile.

Une troisième, très vraisemblable aussi: c'est une relation d'amour entre deux personnages de "Nous", de Nihil



...J'ai dix-sept ans d'expérience de nymphettes de dix sept ans
Glaüx-le-Chouette


    le 16/03/2006 à 21:50:41
Merde. T'as pas plutôt une fille, alors ?
nihil


    le 17/03/2006 à 00:21:29
Ah j'ai oublié la fin du dialogue :

- Tu sais, pour moi c'est la première fois...
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
- Je... Je suis un peu timide, tu sais...
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
- Euh...
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
- Euh c'est toi AdminBot ? Je reconnais ton inimitable style itératif, ne mens pas ! Le juge t'avais interdit de prendre contact avec moi ou de t'approcher de moi à moins de 500 mètres ! Dégage connard de disque rayé !
- MAIS OUAIS JE VAIS TE DEFONCER LE CUL SALOPE DE NYMPHETTE DE DIX-SEPT PRINTEMPS SORTIE DU COUVENT.
Narak


    le 17/03/2006 à 23:36:03
Bon, ben c'était un test ce truc. Maintenant je sais ce que je dois éviter.



Putain, j'en ai déjà honte.
Aesahaettr-     le 27/04/2006 à 18:57:02
Meuh non, l'aventage c'est que c'est facilement plagiable.
Narak


    le 27/04/2006 à 20:53:01
Faut vouloir aussi.
Narak


    le 15/06/2006 à 15:01:47
Putain, voilà l'idée pour le remix !


On peux remixer ses propres textes ?

Commentaire édité par Narak.
Glaüx-le-Chouette


    le 15/06/2006 à 15:08:46
Tu veux pas plutôt te mixer la face avec une excavatrice et de l'acide nitrique ?
Mill


site lien fb
    le 08/03/2007 à 12:26:47
Joli poème sans grand intérêt.
citroen     le 28/08/2007 à 01:10:46
schön und fickst du auch ein en Hund oder ein Pferd ?
Maginot     le 28/08/2007 à 02:54:31
oder deine mutter, teufel
??? ???    le 21/07/2008 à 00:30:46
allier violence avec amour hum... ça le fais pas trop
El Duc     le 21/07/2008 à 01:53:06
Et t'as mère elle le fait elle ? Pute.
Alvin Karpis Puceau    le 08/10/2008 à 15:14:10
Essaie déjà de baiser une première fois. Tu verras qu'après on a pas envie décrire des conneries pareilles. Goth ou pas.
Glaüx-le-Chouette


    le 08/10/2008 à 15:34:24
Oh bah même avant hein.

Mais sinon merci pour l'exemple de débile frustré, on en manquait avant ton arrivée, sur le site. au revoir.

= ajouter un commentaire =