LA ZONE -

Bob l'enflure

Le 22/04/2006
par Malax
[illustration]      14h36, enfin arrivé, j’ai suivi cet enfoiré toute la matinée sans qu’il le sache et me voila maintenant devant ce bâtiment aux murs salis par la pollution de la capitale. Au dessus de la porte d’entrée, il y est inscrit « centre d’aide aux enfants handicapés ».
Revenons en arrière, je me présente : je m’appelle Bob ; ce que je fais dans la vie ?… et bien, comment vous dire…. Rétrospectivement, j’ai fait pas mal de mauvais choix dans ma vie et me voila à faire la manche dans le métro pour pouvoir me payer mes quelques grammes de rabla au lieu de chercher à retourner à une vie normale, comme ils disent.
Mon aspect dégoûte la plupart des gens qui me croisent, crasse, ongles noirs, cheveux gras et ma bouche dégage constamment des relents de gin.

Ce matin, j’étais assis à ma place habituelle dans le métro, pas loin des pseudo-péruviens faisant la promo de leur musique à la noix en la répandant dans toutes les galeries à grand renfort de flûtes et de guitares.
Châtelet, heure de pointe, le quai est bondé, tous ces gens qui attendent le train et qui, dès qu’il arrive, se tassent comme du bétail pour aller bosser dans un bureau miteux afin de nourrir leur putain de chiards et de pouvoir s’acheter toutes les merdes qui passent dans les pubs à la télé; en revanche, il y a un espace autour de moi dans lequel personne n’ose pénétrer. Qui voudrait s’approcher d’un type à l’aspect comme moi ? Je leurs fait peur.
Je ressemble à un psychopathe avec mes yeux constellés de vaisseau pétés et mes vêtements maculés de ma propre semence. Parfois, il m’arrive de me réveiller dans des endroits inconnus avec des gens qui me regardent d’un air horrifié.
Mais ce matin, ce type s’est approché de moi et ma tendu un billet de 50 euros. Je l’ai regardé, il m’a regardé avec compassion et m’a fait un sourire rassurant, j’ai pris l’argent sans un mot et attendu qu’il parte mais il est resté, il s’est accroupi et m’a dit :
« Je sens que vous n’êtes pas un mauvais bougre, vous ne m’inspirez aucun dégoût, les gens vous évitent mais moi je ressent beaucoup de pitié pour vous ».
Je ne dis rien, jamais je ne m’était préparé a ça.
« Si vous cherchez de l’aide ou du travail, je peux vous aider, je viens au secours de beaucoup de gens, j’en ai fait ma vocation, voici mon numéro, demandez Michel.»
Il me tendit une carte de visite et partit quand son train arriva.

Ce type m’a tout d’abord intrigué… Suis-le… il a tout de même été sympa avec moi… Tout est de sa faute… mais je ne sais pas pourquoi,… Fait-le payer… je ne le connais pas… Qu’est-ce que tu attends ?... et je le hais déjà.
Pourquoi ? je ne sais pas, mais si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse d’avoir chié ce gros con et de l’avoir foutu devant moi. Monsieur ne sait sûrement pas à qui il a affaire et a eu la connerie de croire que je suis bon, il a eu la naïveté de me faire confiance.
Mourir c'est la dernière chose que ce con a à faire.

J’ai pris mes affaires et sauté dans le même train que lui, essayant de rester hors de sa vue…

     Et voila comment je me retrouve ici, derrière un buisson à le regarder rentrer dans cet hospice.
J’en déduis qu’il doit travailler ici ou alors il va voir un de ces enfants-loque.

Je décide de l’appeler au numéro qu’il ma donné et je me dit :
« Merde comment je vais l’appeler, j’ai pas de téléphone, je suis qu’un clochard, quel con mais quel con ! »
Je regarde aux alentours, il y a l’entrée du métro par laquelle je suis arrivé, une fontaine à la con et un parc public, peu fréquenté en cette saison.
Je vais tenter ma chance au parc espérant rencontrer quelqu’un à qui quémander un coup de fil ; absolument rien ne va contrecarrer mon plan et m’empêcher d’atteindre mon objectif.

Elle…

Immédiatement après avoir pénétré dans les lieux, je vois une salope faisant sont jogging, le portable dernier cri accroché autour du cou comme un bijou, quelle mode à la con, « regardez moi, petite bourgeoise faisant l’étalage de ce que vous, pauvres cons ne pourrez jamais vous payer.»
Je m’approche d’elle, et que fait cette pute ? Elle accélère quand elle passe devant moi.
Immédiatement, je lui cours après en criant et lui fait un magnifique tacle par derrière, elle se vautre et traîne pendant au moins cinq mètres face contre terre.
J’arrive à son niveau espérant que son portable n’ai rien subit et lui donne un magistral coup de talon à l’arrière de sa tête enfonçant un peu plus sa gueule de brenda dans le sol rocailleux.
« MAAANGE ! »
Elle a l’arrière du crâne enfoncé et le tacle lui a plié la jambe gauche au niveau du genou à 45 degrés sur le coté.
Dieu soit loué je récupère le portable intacte et me barre avant que quelqu’un ne me voit à coté de ce corps inerte. Je l’allume, et je vois en fond d’écran une photo de la fille avec, sûrement, une amie à elle.
T’aurais quand même pu la violer…
« Putain j’aurais du la violer. » me dis-je en composant le numéro de ce cher Michel.

Tûût… tûût… tûû…
« Centre d’aide aux enfants handicapés bonjour.» me répond une voix féminine.
«-Bonjour est ce que Michel est là s’il vous plaît ?
-Je suis sa femme, je vous le passe, ne quittez pas…
-Merci.»

Ainsi, lui et sa femme s’occupent de mouflets handicapés ; l’idée de voir et d’approcher ces êtres ratés ne m’enthousiasme guère, mais il faut que je m’approche de ce connard et lui faire payer sa connerie et sa compassion à deux balles.

«Allo, ici Michel, qui est à l’appareil ?»
Je sors de mes pensées et répond :
«-Bonjour, je suis l’homme à qui vous avez proposé un travail ce matin dans le métro, a châtelet.
-Ha oui bien sur, vous êtes intéressé ?
-A vrai dire oui, et je vous remercie de m’avoir tendu la main. dis-je hypocritement. Je suis en fait devant votre lieu de travail, j’ai suivi l’adresse indiquée sur votre carte.
-Mais rentrez, n’hésitez pas, personne ne vous jugera ici, il n’y a que ma femme, moi et d’innocents enfants handicapés.
-D’accord, à tout de suite...» Connard.

     Me voila pénétrant dans ces lieux de cauchemar, je croise toutes sorte d’enfants étranges ; jambe en moins, bras trop cours, attardé mental me fixant avec un air con ; tous ces êtres me font horreur.
Une femme vient m’accueillir, c’est le moment, je dois passer à l’action.
«Bienvenu.» me dit elle un grand sourire aux lèvres. «Mon mari m’a dit que vous allez être notre nouveau cuisinier, j’ai hâte de goûter vos bons petits plats ; venez, asseyez vous, vous voulez boire quelque chose ? Vous aimez les enfants ? Ces pauvres petits, presque tous orphelins, leurs paren… »
Soudain, je la chope par la gorge et j’y lui plante un critérium trouvé sur son bureau. Elle hurle, des enfants applaudissent.
Ayant visé la jugulaire, du sang s’écoule du stylo en rythme avec les pulsations de son cœur. Je lui murmure à l’oreille :
«Ta gueule pétasse ! Où est ton con de mari ? »
« -Dan..dans la salle de jeu avec les enfants trisomiques » dit-elle en regardant d’un air affolé son sang fuir de sa gorge.
Je mets le doigt au bout du critérium pour bloquer l’écoulement, il ne faut pas qu’elle meure tout de suite.
Je la maintiens toujours contre moi et nous rentrons dans cette fameuse salle de jeu. Des petits gogols courent partout en riant sous le regards bienveillant de ce fils de pute de Michel. Il tourne la tête et soudain de la terreur mêlée à de l’incompréhension totale se lit sur son visage.
En nous voyant, tout ce qui va de soi pour cet homme dans sa vie est en train de s’écrouler.
Avec un sourire de prédateur je le fixe et enlève le doigt empêchant l’hémoglobine de sa femme de couler et lui dis :
«Tu as eu tort de me faire confiance trou du cul et maintenant, regardes ta femme se vider de son putain de sang !»
« AIDES MOI CHERI ! IL EST FOU ! » Hurle la vieille.
« -Ta gueule bordel !! » dis-je en enfonçant un peu plus le stylo dans sa jugulaire.
« -Pitié, on fera tout ce que vous voulez mais arrêtez ça je vous en supplie ! » me prie ce pleutre.

C’est ça enculé prie, qui c’est le misérable maintenant hein ?

Je lâche sa femme qui vient de tomber dans les vapes, elle a le teint vraiment très pale à présent et gît dans une marre de sang. Les enfants continuent de jouer ne réalisant pas ce qui est en train de se passer.
Je ligote Michel, le bâillonne et le laisse avec les attardés model réduit, ils ne le libèreront probablement pas, cons comme ils sont.

     Je parcours le centre et m’arrête devant une porte sur laquelle est inscrit « bureau de la direction ».
J’entre, c’est un bureau quelconque, assez bien tenu, deux fauteuils une table, et un bar… Un bar ? Voyons si ce con a au moins des bons goûts. J’ouvre la réserve d’alcool et je vois au moins une demi douzaine de bouteilles de rhum, ma journée n’est décidemment pas perdue. Je me pose dans le bon gros fauteuil de ministre de ce cher Michel et me sirote un bon tiers d’une bouteille. C’est du bon, ma tête me tourne pas mal, je prends le reste des bouteilles et retourne en titubant à la salle de jeu.

     L’abruti est toujours sur le sol, ligoté et les gamins continuent leurs activités diverses.
Complètement pété, je dis a voix haute :
« Les enfants, j’ai un cadeau pour vous ! »
Ils rappliquent tous en criant : les trisos en rigolant d’un air abruti, les aveugles en se cognant partout et les cul-de-jatte en rampant.
« Regardez, je vous offre cette potion magique, vous allez voir c’est marrant » leurs dis-je en montrant les bouteilles de rhum.
Une vague de mioches déferle alors sur l’alcool et ils se mettent tous à boire comme de vrais trous.

Content de moi, je regarde Michel gémir d’indignation et je lui donne un bon gros coup de pieds dans ses misérables burnes, juste comme ça.
Lorsque je ressors de la salle pour aller explorer encore un peu les locaux de l’association, je vois qu’une bonne partie des enfants m’imitent et font morfler ce pauvre con.

        Je dois être vers les chambres des gamins ; une des portes est entrouverte, j’y passe la tête et je vois un enfant sans bras ni jambes, ce n’est qu’un tronc surplombé d’une petite tête blonde, il est également aveugle.
«Il y a quelqu’un ? » dit il en tournant sa tête dans ma direction.
Je le regarde longuement sans expression et sans répondre puis une idée folle me vient à l’esprit.
Les pensées embrumées par l’alcool, je m’approche de ce corps qui me dégoûte et me fascine en même temps. L’enfant s’étant aperçu de ma présence semble inquiet et redemande qui est là. Je ne réponds toujours pas et tends ma main vers ses moignons ; je les touche en frissonnant, il a peur.
Soudainement, je le déshabille violemment, il ne peut absolument pas se débattre, il pleure.
« TA GUEULE !» crie-je en commençant a déboutonner mon pantalon. Il crie de plus belle, je lui décoche alors un superbe crochet du droit qui fini par le convaincre de la fermer. Mon sexe à l’air, et pris d’une incroyable trique, je retourne le môme sur le ventre. Je prépare un bon glaviot que je crache sur l’anus étroit de l’handicapé afin de le lubrifier. Et d’un coup sec et décidé j’y enfonce ma queue, je sens son sphincter frigide se déchirer sous la violence du coup et le gamin hurle de douleur. Je le sodomise frénétiquement jusqu’à l’orgasme et je lui colle mon foutre dans les yeux.
«T’es aveugle de toute façon bonhomme.» lui dis-je en ricanant.
Mon désir assouvi, je remonte mon pantalon et laisse l’enfant en pleure sur son lit, incapable de bouger, du sperme sur son visage d’ange innocent.

Lorsque je retourne dans la salle de jeu, c’est le bordel pas possible, je vois les petits trisomiques bourrés en train de jouer avec les entrailles de la femme de Michel, ils l’ont probablement ouverte avec les dents. D’autres enfants sont en train de jouer avec la bite de Michel et d’essayer de faire sortir ses yeux avec leurs doigts, il hurle de panique et de douleur ; moi, je me tords de rire devant ce spectacle merveilleux. Deux cul-de-jatte jouent avec la chatte de la vieille et tentent d’y cacher des bouteilles de rhum encore pleines, je leurs prends des mains, ils protestent, je leurs donne à chacun un bon coup de pieds dans la gueule et ils repartent en rampant.
Je m’approche de Michel, il a l’œil droit qui pend, retenu par le nerf optique. Je lui dis :
« Merde alors ! Michel ! T’as un œil qui pend ! Ça doit faire un mal de chien dit donc… »
Je tire légèrement dessus, il se détache, faisant pousser un hurlement à Michel et laissant son orbite béante.
Je verse alors un peu de rhum dans le trou, il s’évanouit dans un flot de douleur bien trop insupportable pour lui.

La salle de jeu est à présent jonchée de tripes, de sang, d’alcool et de diverses enfants handicapés commençant à s’entre tuer à coup de membres de la femme de Michel, les petits aveugles, complètement pétés courent dans tout les sens jusqu’à ce qu’ils rencontrent un obstacle ou un coin de mur contre lequel ils s’éclatent le crâne en y laissant des cheveux et du sang.
Je contemple mon œuvre d’un air satisfait, il ne manque plus qu’une chose pour que tout soit une réussite totale.
Je répands alors le restant d’alcool dans toute la pièce en sautillant et en chantant, j’en verse également sur des enfants ivres morts sur le sol.

Je m’approche de Michel ouvrant son unique œil qui me fixe une dernière fois, je craque une allumette…

Tu es un putain d’artiste, y’a pas à chier…

= commentaires =

nihil


    le 23/04/2006 à 00:06:35
Bon alors là Malax, désolé, j'avais pas lu ce texte et j'ai pas une seconde supposé que c'était un texte de Saint-Con. Pourquoi tu t'es pas manifesté putain d'abruti ?

"La salle de jeu est à présent jonchée de tripes, de sang, d’alcool et de diverses enfants handicapés commençant à s’entre tuer à coup de membres de la femme de Michel"
Non décidément c'est pas un mauvais texte, aucun mauvais texte ne contient des phrases comme ça.
Aka


    le 23/04/2006 à 02:20:17
Moui...

Je vois rien d'autre à dire d'ailleurs.
MantaalF4ct0re


    le 23/04/2006 à 09:32:31
Hé mais ça claque bien!!
Mis à part le viol,c'est vraiment très drôle et prenant comme histoire.Il y a des maladresses de style mais de là à dire que c'est un mauvais textes non...S'il avait été là pour la Saint-Con j'aurais peut-être même voté pour lui!
De quoi se mettre de bonne humeur pour démarrer ma journée!
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 10:27:03
C'est pas un texte , ce n'est que le défoulement paragraphique d'un malade mental qui a trouvé des compères zonards pour accueillir son exutoire...

et je sais de quoi je cause
MantaalF4ct0re


    le 23/04/2006 à 10:31:53
la création est souvent un exutoire aux envies refoulées ou impossibles, je ne vois pas ce qu'il y a de gênant ou de surprenant.c'est banal!
mieux vaut des textes que des cadavres.non?
nihil


    le 23/04/2006 à 11:25:10
Ange Verhell n'aime pas les malades mentaux.
Rajouté à la liste.
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:26:54
ouaf ouaf, je disais que je sais de quoi je cause. Et de Un
Et de deux toi qu'est-ce tu fous dans les textes non édités, hein? t'as pas assez de lecture ou c'estpour la censure ? Ou alors c'est un hasard
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:28:19
en fait je réalise quelque chose: le Psy ne voit que des créateurs, alors. Bon sang , mais c'est bien sûr !!!
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:29:57
Merde ! La zone est cachée dans un établissement psychiatrique. Au secours!! laissez-moi rentrer
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:31:10
Ah oui, Ange VErhell n'aime pas les traitres non plus. à ajouter à la "liste"
nihil


    le 23/04/2006 à 11:36:28
Honnêtement, on a assez de nos détracteurs qui veulent nous envoyer à l'HP comme ça. Dès qu'on fait lire des trucs un peu violent à un abruti (de préférence un abruti de 50 ans UMPiste d'ailleurs), il est pris de guili-guili dans l'arrière-cerveau et veut ressortir les formulaires d'internement d'office. Bon c'est l'argument débile de base, mais tant qu'à faire j'aimerais autant pas que ce genre de stupidités vienne de l'intérieur.
Si on est des malades mentaux, on est putain de bien intégrés dans la société finalement.

Tu sais visiblement pas du tout ce que tu dis, alors ferme là. Sérieusement. La ferme.

Commentaire édité par nihil.
nihil


    le 23/04/2006 à 11:40:53
Oh, et si jamais tu déconnais (au cas où), apprends qu'il ne faut surtout SURTOUT pas déconner avec une horde de fous furieux timbrés qui voient des gnous et des ragondins partout armés de machettes.
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:45:38
Nihil est un traitre, nihil est un déloyal, nihil est une grande gueule, nihil n'a aucun sens de l'humour, Nihil ne sait pas lire, nihil s'est levé du mauvais pied ce jour dominical, nihil n'a pas tiré sa crampette?
MantaalF4ct0re


    le 23/04/2006 à 11:48:37
Arrete ou je demande à l'une de mes personnalités multiples d'aller te transformer en filet américain pour que tu finisses chez Aldi Ploegsteert (B).
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:49:22
"Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui." Jonathan Swift
et je rajoute: spécialement nihil

Je te conseille un bouquin qui vient de sortir: " Le Doudou méchant "
nihil


    le 23/04/2006 à 11:54:04
Oui oui, on est des imbéciles et t'es un génie, y a pas de problème, circulez.
Ange Verhell


    le 23/04/2006 à 11:55:03
relis-moi s'il te plaît :

" Je sais de quoi je cause"... donc : j'en suis

.."Au secours !! Laissez-moi rentrer!" ... pas chez moi, bien sûr...
nihil


    le 23/04/2006 à 12:00:01
Pour un médecin quand que tu dis que tu sais de quoi tu causes, je le prends comme une assertion de médecin. Mais bon OK, on s'en fout, on pourrit des commentaires d'un texte qui mérite mieux que ces embrouilles à deux balles, alors CIRCULEZ.
T'as mon mail, sers-t-en.
MantaalF4ct0re


    le 23/04/2006 à 12:01:09
Le doudou méchant ça date de quelques années
Tu prends de l'âge, toi.

commentaire édité par Mentalfactor le 2006-4-23 12:2:7
Astarté


    le 23/04/2006 à 12:08:32
Ouais sur texte pourri. Si je l'avais trouvé drôle mais même pas.
Peut-être quand même le choix du pseudo bienfaiteur à cause de « Je sens que vous n’êtes pas un mauvais bougre, vous ne m’inspirez aucun dégoût, les gens vous évitent mais moi je ressent beaucoup de pitié pour vous ».
Je ne dis rien, jamais je ne m’était préparé a ça.
« Si vous cherchez de l’aide ou du travail, je peux vous aider, je viens au secours de beaucoup de gens, j’en ai fait ma vocation, voici mon numéro, demandez Michel.»
Lui sur pour moi c un gros con
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 23/04/2006 à 12:09:38
Excellent. Je ne sais pas quand il a été posté, mais ce texte avait ses chances pour la St Con. En fait, c'est moi qui l'ai viré pour augmenter mes chances.
Glaüx-le-Chouette


    le 23/04/2006 à 13:24:27
Rigolo sur le principe, il y a des tableaux sympathiques (les gols qui courent partout en riant, ça, je l'imagine parfaitement, avec les bras qui bougent au-dessus de la tête et des cris du type "gleûaaârhagnaaniaaaâh" et c'est super drôle).

Mais comme texte, c'est fade.

M'enfin bon. Ca détend cinq minutes, c'est bien.
Ariankh


    le 23/04/2006 à 13:28:15
Bofbof.
Malax


    le 23/04/2006 à 14:31:44
Au début je voulais le faire concourir à la saint con, mais, je sais pas, j'me suis finalement résigné à le poster comme simple texte de merde, mon talent d'écrivain n'égalant malheureusement pas le vôtre.
Aka


    le 23/04/2006 à 14:57:53
Bah il a plu ton texte dis pas n'importe quoi. T'as vu la gueule du texte de Saint-Con de l'abbé pierre par exemple ?
Malax


    le 23/04/2006 à 15:02:12
J'aime qu'on cherche à me réconforter, continues, je sens une éréction mentale pointer le bout de son nez.
nihil


    le 23/04/2006 à 15:55:16
La Saint-Con n'est pas une affaire de talent, mais de con et de crémation. T'es vraiment con d'avoir cru le contraire. J'implore solennelement le Grand Inquisiteur à déclencher un fatwa sans pitié sur ce naze.
Malax


    le 23/04/2006 à 16:07:34
NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !!!
Grand inquisiteur, j'implore votre pardon d'avoir été aussi con. Je vous en prie ne me carbonisez pas sur place...
hey qu'est-ce que vous faites tous avec des chalumeaux ?
Glaüx-le-Chouette


    le 23/04/2006 à 16:28:46
Aux heureux temps de la Grèce antique, le chalumeau était un petit flutiot de roseau doté de quelques trous. Enfin un aulos simple, quoi, fait maison.

Après ça, on s'étonne que les Grecs n'aient pas eu la Saint Con, que la littérature antique soit moins gore, tout ça.
Evidemment.
Ils n'avaient pas les armes.

C'était le petit ex-cursus de papy Glaüx, ça faisait longtemps.
Malax


    le 23/04/2006 à 17:03:52
Et comment ils faisaient pour mettre à mort leurs cons ?
Ou alors ils les gardaient parmis eux, mais alors là, chapeau les grecs.
nihil


    le 23/04/2006 à 17:17:59
Oui enfin ils avaient découvert le feu quand même hein. Juste, pas le chalumeau. T'arranges pas bien ton cas sur ce coup.
Malax


    le 23/04/2006 à 19:39:31
...et j'menfonce, et j'menfonce...
nihil


    le 23/04/2006 à 21:34:59
On dirait que tu y prends du plaisir, sale pervers.
Aka


    le 23/04/2006 à 21:40:00
A ce stade c'est plutot du masochisme.
TMSDBEE.     le 25/04/2006 à 18:07:05
Bites, viols d'enfants morts, sang sur tout les murs, vidage de bouteille de Zubrowka par voie anale. Ca aussi c'est un bon texte ?
Trop de fautes, et je pense que tout le monde peut décrire des effusions de sang à volonté. Merdique.
Aka


    le 25/04/2006 à 20:15:00
Vas y montre nous copain.
Malax


    le 26/04/2006 à 13:22:36
>TMSDBEEGHUIJFG: Où as tu vu que je disais le contraire ?

commentaire édité par Malax le 2006-4-26 13:23:6
nihil


    le 26/04/2006 à 13:33:56
Il parle pas de ce que t'as dit ou de ce que t'as pas dit, il dit juste que ton texte est merdique.
Glaüx-le-Chouette


    le 26/04/2006 à 14:51:27
Et que lui il est mieux.
Malax


    le 26/04/2006 à 15:33:35
Moi, j'éxcèle dans la merde, c'est déjà ça. Je peux toujours me réconforter en me disant que, pendant les semaines "textes de merde", je serai aimé pour ça et pas lui.
A moins que lui aussi il fasse de la merde, argh !
Kirunaa


    le 03/05/2006 à 21:44:29
Ouais, bof.
J'ai presque sauté des passages.

C'est moi où le passage du viol à été rajouté à la hache après pour rajouter une dernière couche et tenter de choquer?

Et les commentaires sont chiants aussi.

= ajouter un commentaire =