LA ZONE -
Résumé : Après un court prologue en guise d'apéritif, voici qu'entre en scène sous vos yeux ébahis le professeur Blanquettestein de Vaux. Écrite en alexandrins, cette mise en place de l'histoire alterne grandiloquence romantique et humour débile. C'est Faust, Prométhée châtelain, et Leonard-est-un-génie, tout en un. Si c'est réussi, ça, on ne sait pas.

Bitengranit I - Blanquettestein de Vaux

Le 13/10/2012
par Dourak Smerdiakov, Hag, Zone Forum
[illustration] Les murailles de pierre et les tuiles d'ardoise
Et le bois vermoulu des vieilles entretoises
S'agitaient sous l'orage et ployaient sous l'assaut
Que livrait la tempête aux restes du château.
La foudre martelait le vieux paratonnerre
Avec l'obstination d'un autiste en colère
Et le vaste fracas de ce bombardement
Sur la vallée, en bas, déferlait, rugissant.
Mais l'antique demeure et son propriétaire
S'accommodaient fort bien de ces vieux adversaires :
Vissée ou cramponnée à son piton rocheux,
La bâtisse tiendrait encore un siècle ou deux.
Ils redoutaient, hélas, une poliorcétique
Beaucoup moins militaire et plus économique
Et subissaient le siège implacable et banal
De la gent créancière et des huissiers fatals.

Dernier de sa lignée et premier de sa classe,
Blanquettestein de Vaux terminait mal sa race.
Troyens, mérovingiens, vaguement capétiens,
Ses ancêtres fameux, bon soldats, bons chrétiens,
S'étaient couverts de gloire à toutes les croisades,
Toutes les canonnades et les mitraillades ;
Ils avaient engendré jadis de nombreux saints,
Certes moult avocats, et quelques médecins...
Mais jamais, non, jamais, dans cette descendance,
Leur sang n'avait connu pareille décadence.
Car l'homme au regard vide et au chef dégarni,
Maigre spectre vouté, noueux et décati,
Trimbalant en blouse blanche sa haute taille,
Plutôt que de briller sur les champs de bataille,
De gagner des procès, d'emporter des marchés,
Errait dans les couloirs des universités
Quémandant des budgets, corrigeant des mémoires
Et chapardant parfois dans les laboratoires.
On l'appelait, c'est vrai, professeur et savant ;
On le montrait du doigt, on se moquait souvent
De ses emportements soudains, de ses lubies,
Et l'on traitait ses thèses de fumisteries.
Des confrères pourtant gardaient le souvenir
D'un étudiant promis à un bel avenir,
Et croyaient voir passer l'éclair rare et fantasque
Du génie avançant caché dessous un masque
Dans le flux démentiel de ses propositions.
Aujourd'hui, ces confrères n'étaient pas légion.
Premier de promotion naguère, il n'avait plus
Que la réputation d'avoir l'esprit perdu.
On fuyait ses humeurs, ses colères subites ;
Il ne recevait plus au château de visites
Que celles de vautours portant titre d'huissiers
Et autres charognards agents immobiliers.
Car l'homme s'endettait, poursuivant dans ses caves,
Seul et mal équipé mais libre et sans entraves,
Sans lourd conseil d'éthique, sans grand débat moral,
Ses recherches cinglées et son grand idéal :
Démontrer que la vie et que la conscience
C'est de la mécanique et que notre science
Peut nous faire démiurges à l'égal de Dieu,
Voire que l'on pourrait, après tout, faire mieux.

Close et sale, son antre était à son image,
Sinistre, renfermée, et manquant d'éclairage.
Il y trainait un chat noir, gras et pétochard,
Que poursuivaient des rats coursés par des cafards,
Et ce pullulement qu'on devinait dans l'ombre
Naissait, se dévorait, mourrait dans les coins sombres,
Et renaissait encore, abject et frémissant,
Et mourrait à nouveau, absurde et putrescent,
Mais le plus souvent digéré. - Il est, ce monde,
Trop organique, au fond, pour n'être point immonde.
Et ce laboratoire, si c'en était un,
De remugles puissants et de louches parfums
S'emplissait ; des relents de souffre plus qu'infâmes
Remontaient, soulevant l'estomac moins que l'âme.
Épars en des amas d'artefacts poussiéreux
Et de babioles mortes, de déchets pierreux,
Dérivaient des carnets, des feuillets solitaires,
Jaunis, froissés, vomis par un vieux secrétaire
Et tout cela noirci, gribouillé, raturé
Par la main du génie avec fébrilité.

Pour l'heure, il radotait, affalé sur sa chaise
Comme un vieux qui décline et qui sucre les fraises,
Ruminant ses échecs et ses humiliations,
Ses regrets, ses rancoeurs, sa vie de frustrations.

« Biologie, hélas ! navrante médecine,
Et toi, psychanalyse aussi, qui vaticines !
Je vous ai étudiées jusques dans vos tréfonds
Et j'ai cru trop souvent y perdre la raison.
Organe vestigial, impasse évolutive,
Retour du refoulé, ou espèce invasive...
La nature est un temple à la stupidité
Dont il faut s'affranchir avec lucidité. »

Et les rats se taisaient, tremblotants et perplexes,
Mais semblaient méditer ces paroles complexes.

« J'ai trop perdu mon temps dans cette soupe-là,
Dans ce clapotement, dans cette tombola,
Ces recompositions de chimie organique.
Ce soir, enfin, je passe au minéralogique !
Ils m'ont pris pour un fou, ces ignares bornés
Par l'horizon restreint de leur médiocrité,
Leurs rêves carriéristes et leur conformisme.
Ce soir, je les renvoie à leur obscurantisme ! »

L'homme galvanisé se redressa d'un bond
Et marcha résolu vers la pièce du fond.
On eût dit l'atelier d'un sculpteur malhabile.
L'imposant corps de pierre exécuté sans style
Reposait sur la table. Il était plutôt moche
Et semblait s'accrocher à sa gangue de roche.
Il saisit son marteau, empoigna son burin
Et se mit à cogner dessus comme un bourrin.

Toute la nuit gronda, pour répondre au carnage
Du dedans, le tumulte au dehors de l'orage.
Mais le voleur de feu redoublait ses efforts
Chaque fois que l'éclair semblait frapper plus fort.
Vers deux heures, ce fut presque apocalyptique :
La foudre concentra son ire électronique
Sur le château, une aile entière s'abattit,
Mais un cri s'éleva, victorieux : « Il vit ! »

Devant sa création, ce grand homme de pierre
Sans glandes lacrymales ni moelle épinière
Qui grimaçait pourtant son drame existentiel,
Le professeur levait ses poings rageurs au ciel.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 15/10/2012 à 11:44:08
Dourak bourré à la vieille piquette a plus de leuveul que nous tous reunis en LAN cerebral. Je n'avais pas capté que le ton de l'initiative était aussi serieux et soutenu. Est qu'il faut que chacun de nous revoit sa copie pour l'hétérogénéiser par rapport au staïle des textes déja publiés ? Sur mon chapitre il va falloir envisager des travaux de type Egypte ancienne avec des centaine de milliers d'esclaves et des mammouths.
ndokizoba     le 15/10/2012 à 21:36:06
L'alternance entre rimes féminines et masculines est brisée à un moment, il y a des vers qui font très mal aux oreilles, des diérèses arbitraires, et l'ensemble est déséquilibré. la partie "action" de la fin est trop vite expédiée comparée aux ennuyeux développements du début. Ce n'est pas soutenu, c'est médiocre. Ce n'est pas sérieux, c'est loufoque (d'écrire comme ça en 2012).
glopglop     le 16/10/2012 à 12:49:59
bien, bien
Koax-Koax


    le 17/10/2012 à 17:20:17
C'est effectivement bien, mais beaucoup trop dense pour être lu d'une seule traite, et aussi, on voit très peu de passages que l'on attribuerait à Hag sans l'ombre d'un doute. Enfin, c'est l'effet que ça m'a laissé. Ou peut être que Dourak et Hag ont fusionnés en version super saïyen, et donc Dourhag, ou HagaDour. Sinon comme LC l'a noté, je n'avais pas non plus compris que le niveau devait être aussi élevé, fichtre.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
Bonus DVD : texte alternatif    le 17/10/2012 à 21:58:59
Pour l'édification des foules et afin que tout soit transparent, voici ce que Hag avait posté (avec le message complémentaire : "C'est pas long. Mais c'est tout pour l'instant, si certains veulent le reprendre, je n'ai tout simplement pas le temps (ni trop la motivation aussi).") :

"Venez, approchez, et écoutez, car voici une histoire belle et triste, et morale ; et apprenez comment le professeur Blanquettestein de Vaux vit sa fortune croître et choir au gré de ses expériences démentes en ces temps troublés.
[ndla : paragraphe développé en prologue]

Ce qu'il fallait bien appeler le laboratoire ne payait guère de mine. La pièce, quoique plutôt spacieuse, n'avait en commun avec le lieu de science communément imaginé que quelques carnets noircis de traits fatigués et ça et là divers instruments de peu d'intérêt ; à vrai dire, ce que l'on pouvait observer ce soir là faisait sûrement plus penser à l'atelier d'un sculpteur malhabile, tant l'imposant corps de pierre reposant sur la brave table de fer, entouré encore des outils l'ayant façonné hors de sa gangue de roche, ne semblait être à la chose scientifique que pesante pierraille.

C'est à peine si l'on distinguait des murs sales l'hère assis sur une étique chaise de bois, non loin d'un secrétaire dégueulant jusqu'au sol ses feuilles jaunes, froisées ou arrangées parfois en semblants de tas qui ne résistaient jamais longtemps à la gravité ; et dans les entrailles du meuble on distinguait les formes sombres et effilées de quelque tord-boyaux, au liquide suintant à l'occasion le long des bouteilles et souillant le bois mort. L'homme au regard vide portait le nom de Blanquettestein, lorsque des gens venaient à lui parler ils l'appelaient professeur et savant, le paraient volontiers des vertues de l'homme de science idéalisé ; il est vrai qu'en blouse blanche sa haute taille et son chef dégarni devaient le faire figurer en quelque incarnation de l'idéal scientifique. Sans-doute un jour l'avait-il vraiment été, après tout il se souvenait avoir donné des cours et reçu quelques honneurs ; mais ces derniers temps sa maigre forme voutée, noueuse et immobile ne recevait plus de visites que du vent et des quelques insectes timides que l'on devinait s'affairer dans l'ombre.

Il s'était fermé, et avait bâti son antre à son image, close et sale, remplie d'artefacts poussiéreux et de babioles mortes, à la pénombre et au désordre salopant une bonne fois les derniers éclats de son talent ; il le savait bien et s'en foutait, après tout il avait fui, et il s'étonnait encore d'avoir trouvé les ressources pour son ultime expérience."


En gros, j'ai incorporé des morceaux de phrases, donc
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 17/10/2012 à 22:32:19
Pour les questions de niveau et d'homogénéisation, qu'on se rassure, la plupart des autres participants ne se sont pas donné autant de mal. On ne peut pas leur donner tort mais, du coup, s'il fallait homogénéiser, ça risquerait de prendre trop de temps (attendre la résurrection des morts, notamment).

Ceci dit, tant qu'à écrire un texte , j'ai essayé qu'il y ait deux ou trous trucs à becqueter dessus (et puis, faut bien remplir, tout simplement), mais je ne voyais pas ça comme étant "sérieux".

Et puteborgne c'est vrai que j'ai sauté une rime féminine. Bon, au moins ce n'était pas trop contre nature.
Hag


    le 18/10/2012 à 23:54:14
Putain, bravo.

Je m'attendais vraiment pas à ça, à côté mon embryon de texte fait tout con ; pour moi qui ne suis guère versé dans les arcanes de la poésie mais qui me plait à en lire parfois, je suis sur le cul.

Bravo, donc.
Et merci.

= ajouter un commentaire =