LA ZONE -
Résumé : Démarrage de la Saint-Con 2015. Lourdes Phalanges, un perdreau zonard de l'année écoulée, s'adonne à ses premières réjouissances saint-connesques en s'attaquant à l'un des piliers historiques du site, Lapinchien, choix de jeune loup audacieux aux dents longues, soucieux de renverser les vieilles hiérarchies au sein de la meute. Mais où se croit-il donc, ce petit foutriquet ?

LE DERNIER DES ENCUL2S #SaintCon2015

Le 10/04/2015
par Lourdes Phalanges
[illustration]
«Tout le monde connait le syndrome de la page blanche qui s'abat sur toute personne qui à pour métier, passion, hobbie, perversion, aliènation, obligation voire doudou, l'écriture et quand je dis "s'abat", vous l'aurez bien compris, je ne parle bien entendu pas du...» Les quatre murs en granit étaient recouvert de ce genre d’inscriptions. Dans un coin, un matelas noir de crasse et encrouté de vomis, ainsi qu’une petit seau pour les besoins.

-«Capitaine, vous me recevez ? J’ai trouvé sa cellule, il n’y a personne»
-«Sainte Mère de Drieu, fouillez les environs, il nous le faut !» gueula Glancreux dans le micro.

Le Lieutenant Etlesaboutissants soupira. L’oxygène se raréfiait à nouveau et le scaphandre l’empêchait de se mouvoir normalement. Le soldat s’était retrouvé sur des théâtres d’opération difficiles : les commentaires d’un blog serbe semi-nécrophile interracial, «Retour à la Terre» : la page fan de Marc Dutroux, un forum esperanto laissé à l’abandon; mais là, on s'enfonçait un peu plus dans l’Horreur à chaque pas.

Le Lieutenant continua son exploration. Un véritable dédale éclairé par des torches précaires, du sang contaminé sur les murs et des portes vermoulues aux noms sibyllins : «L’invitation», «Années 2066», «Comme son ombre»... Et ce silence, pesant, troublé de temps à autre par une suite de litanies incompréhensibles diffusées par des hauts-parleurs archaïques.

Il finit par déboucher sur une pièce plus grande que les autres. Un néon fushia grésillait près d’un bassin : «Articles en Attente». Un ramassis de métaphores en décomposition flottait tant bien que mal parmi les blocs syntaxiques et autres parti-pris esthétiques graisseux. Sans crier gare, une bouillis noire coula d’une ouverture dans le plafond.

-« Lieutenant, du nouveau ?»
-«Toujours rien Capitaine, je poursuis mes recherches»
-«Faites le nécessaire avant qu’il ne soit trop tard !»

Des heures durant, le soldat arpenta des couloirs sans fin, explorant les différents niveaux à la recherche de sa cible. Il ne croisait jamais personne. Trébucha sur un cadavre. 
Arrivé à une intersection, il entendit des petits gémissements. Il s'approcha prudemment de la source du bruit, prêt à faire feu. C’était lui, le Lagomorphe, accroupit au milieu de ce qui ressemblait à un vieux cimetière païen. Il soliloquait en caressant ses testicules atrophiées et pelantes, griffonnant on ne sait quoi. Le Lieutenant fut pris d’un haut-le-coeur. On l’avait décrit hideux mais c’était Lucifer qui avait enfanté cette chose pour mieux répandre le Mal dans le coeur des Hommes.


Soudain, Le micro grésilla :
-«Lieutenant, où en êtes-vous ?»

Alertée, la Bête Immonde se redressa et lança :

-«C QUI QUAI LA ? C KIKI VEU MON VOTE ?»


Etlesaboutissants était repéré. Il fallait faire vite. Il fit feu à plusieurs reprises mais sa cible était trop rapide. Et fourbe. Dans un souci d'aérodynamisme, le Lagomorphe attacha ses longues oreilles vérolées à l’aide d’un élastique bon marché et pris la fuite en s’engouffrant dans une trappe.

Le Lieutenant s’élança à sa poursuite. En descendant l’échelle qui le conduisait tout droit dans un tunnel plongé dans le noir, il put lire sur un vieux panneau rouillé : «Virualité Réelle» : «Un nom débile pour une action du même acabit….» Etlesaboutissants était déjà pris de nausées. Il avait beau être entrainé, il n’avait jamais rien vécu de semblable. «C’était pratiquement mission impossible si on souhaitait faire partie du public, surtout en déboulant à l’improviste. Il fallait montrer patte blanche.» La masse graphique commençait déjà à s’introduire dans sa combinaison. Glancreux tentait d’entrer en communication mais le signal était altéré. Arrivé en bas de l’échelle, le Lieutenant s'enfonça dans une sorte de fange putride. Il activa sa frontale et entrepris de progresser tant bien que mal à la recherche de celui qu’on surnommait dans la gribouillosphère «l’Enculé des Carpates». Ou «Celui qui n’en avait qu’Une», il ne se rappelait plus très bien. «Mais non, en fait là, je raconte n’importe quoi». Le soldat commença à saigner du nez. Les gémissements capslockés se faisaient plus étouffés.

Le Lagomorphe surgit soudain de la fange : «KOUKOU, C UN HAIKU ?» Etlesaboutissants tomba à la renverse. Quand il refit surface, son arme avait disparu.

La Rat Musqué des milieux opaques 2.0 se dressait devant lui, fièrement installé sur un trône en bois de cagette. C’était comme s’appeler Goldstein en 42 (et aimer Wagner), ou éternuer en plein cunni, ou se raser les gonades au beau milieu d’un tremblement de terre. «Ce fut comme une mégatonne de claques dans la gueule». Au moins.

-«MON PLAN EST PRAIT? TU NE POURRA PAS M4ARRETER? QUAND J4AURAI FUZION2 MON ANTRE AVEK LE MONDE R2EL? ELLE SE REPEUPLERA? ET TOUT REDEVIENDRA KOM AVAN8888»

Etlesaboutissants, dont les rétines commençaient à fondre à la vue d’une telle abomination, se dit qu’il valait mieux se sacrifier pour éviter qu’un projet de la sorte n’aboutisse. Il attrapa son briquet et l’alluma. Le soufre contenu dans l’air s’embrasa. «la quintessence de vos vies intérieures bouillonnantes» Les mots entraient dans ses poumons, pénétraient ses pores, grignotaient sa chair. Les flammes n’étaient que caresse et volupté en comparaison : une libération. «formalisez vos angoisses». Le Lagomorphe brulait aussi, mais salement. Ce n’était pas une créature terrestre qui se consumait, «Que dalle», mais bien une partie du Royaume de Satan qui partait en fumée (lol). «un néo-Andy Warhol».
«Le néant happa le tout et conclut cette histoire qui par on se sait quel miracle en réchappa…». «de mes couilles».

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 10/04/2015 à 06:48:57
J'imagine que tout ceci doit avoir un rapport, probablement sexuel, avec l'attaque de TV5 Monde par les cyber-djihadistes hier. Je suis tout de même flatté d'être la première victime de la guerre du feu. Il y a un tas de petites fautes à droite, à gauche, ce qui rend l'atmosphère plus menaçante, comme si certains copier-coller avaient muté dans le cache interne, ce qui est très déroutant. J'espère paradoxalement que Lourdes Phalanges n'a pas perdu trop de temps dans une recherche bibliographique aléatoire de citations pourries et hors contexte de phrases de mon cru. De fait, l'impression étonnante d'un très bon texte couché au premier jet avec passage d'une deuxième couche d'un mélange de lichens, moisissures et vomi dans le cadre d'une expérimentation crypto-artistique.

L'utilisation à présent récurrente du terme Lagomorphe pour me désigner me donne l'impression d'appartenir à l'univers de la licence Prometheus, ce qui me laisse espérer réapparaitre prochainement dans une chaude scène pornographique avec Charlize Theron, ce qui va alimenter mes rêves malsains pendant plusieurs semaines.

Lourdes Phalanges est un super auteur venu d'on ne sait trop où, j'espère secrètement l'avoir débauché sur Facebook suite à mes incessantes campagnes de flood sur les groupes pour attirer de nouveaux talents mais reste l'hypothèse qu'il soit un des nombreux stalkers que je compte dans mon fan club des 8 doigts de ma main. Quoi qu'il en soit si cet auteur pond d'autres textes du même acabit que "Ta bite et ton coup de trop (Un texte zonard dont vous êtes le héros)" et bien la vie vaut la peine d'être vécue.
Lapinchien


tw
    le 10/04/2015 à 18:25:59
Avec l'image d'illustration, on notera par ailleurs que Dourak Smerdiakov souhaite me surpasser dans l'art subtile du détourage aliasé à gros pixels.

Wouarf ! Non mais Dourak va réviser tes carrés, KOI §
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 10/04/2015 à 18:38:39
Je ne sais même pas ce que détourage aliasé veut dire (si ce n'est pas le nom d'un dictateur burkinabé) et tout ce qui appelle au surpassement ou au dépassement me semble a priori exténuant et pas fait pour moi (et scandaleux par rapport au problèmes de l'énergie et de la thermodynamique).

Par contre, ça m'a permis de constater qu'à peu près tous les liens étaient morts dans les galeries d'images, sans doute depuis le changement d'hébergeur, il y a un plus de trois ans, lorsque j'ai voulu aller piocher des yeux et des oreilles de lagomorphe dans tes galeries.
Lapinchien


tw
    le 10/04/2015 à 19:05:59
ah ? et bien, tu peux trouver toutes mes photos officielles dans cet album Facebook https://www.facebook.com/lapinchien/media_set?set=a.12827930100.19204.738395100&type=3

Lapinchien a également interprété le rôle de Dieu dans ce film d'animation polonais : https://www.youtube.com/watch?v=_Anzbd9dexk

Tu veux une dédicace ? J'ai des stylos remplis de fluides corporels aussi.
CTRL X


    le 11/04/2015 à 15:11:01
Un texte à la putasserie tout à fait assumée. Pourquoi pas. Le choix de la cible, le décor, l'utilisation assez lourde du CAPLOCK indiquent une réelle volonté d'intégration.

L'image d'un enfant un peu à l'écart du bac à sable, et qui envisagerait soudain de foutre son doigt dans le nez pour faire comme les copains, en espérant intégrer la bande des gros dégueux m'est immédiatement venue à l'esprit.

Je suis un peu déçu, donc, par cette tentative de copinage flagrante, qui accouche au final d'un texte à l'intérêt limité ; sans compter que la crémation est une farce.

Cela dit, on sent une vraie force dans l'écriture et ce passage, en particulier m'a bien dilaté :

"C’était comme s’appeler Goldstein en 42 (et aimer Wagner), ou éternuer en plein cunni, ou se raser les gonades au beau milieu d’un tremblement de terre. «Ce fut comme une mégatonne de claques dans la gueule». Au moins."

Le jeu de mot sur le nom du Lieutenant mérite quant à lui une castration chimique, et deux ans ferme en compagnie d'une bloggeuse mode. Les jeux de mot sur les noms de famille sont has-been depuis l'invention du magnétoscope, facile.

Pour l'instant, c'est malgré tout mon texte favori, mais cela revient un peu à adopter un enfant trisomique sympa au milieu d'une foule de Kévin portant un maillot du FC Barcelone et chialant pour un Actimel au rayon produit frais de votre Monoprix de quartier.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 14/04/2015 à 11:23:29
Faut quand même être fan, ou lire les commentaires pour comprendre qu'on parle de Lapinchien ici. C'est un bon texte de lancement mais trop hors compet' pour moi.
Koax-Koax


    le 14/04/2015 à 18:24:13
J'ai eu l'impression d'une longue privée blague, comme disent ces crétins de l'Albion, ou d'un texte zonard moyen d'il y a cinq ans, ou d'un texte zonard excellent d'il y a encore plus longtemps. Si on enlève le fait que l'on parle de Lapinchieng' dedans, voir du dedans de Lapinchien, c'est court et torché; et si l'on sait qu'il s'agit de Lapinchieng', et bien on peut retourner au début de ce commentaire et continuer à l'infini.
Waouh, puté, dis.
David


full metal de la brigade légère    le 18/04/2015 à 17:12:46
Salut,

Mince, ça avait l'air d'en promettre à un moment et puis rien ou presque - déjà, je viens de capter "lieutenant et-les-aboutissants" alors que j'ai guetté tout le long le jeu de mot - je m'attendais à ce que ça se jette entre Tron et matrix carrément, ou au moins à comprendre qui était le con qui se ferait bruler.

bref, pétard mouillé.

edith : ayé, a compris kelconbrul

Commentaire édité par David le 2015-04-18 17:17:35.
Lourdes Phalanges


    le 18/04/2015 à 19:21:09
Je copie-colle le début de la description pour les hordes de Ray Charles s'affairant ici bas :

"Démarrage de la Saint-Con 2015. Lourdes Phalanges, un perdreau zonard de l'année écoulée, s'adonne à ses premières réjouissances saint-connesques en s'attaquant à l'un des piliers historiques du site, LAPINCHIEN..."
Koax-Koax


    le 19/04/2015 à 00:24:05
Eh bien, heureusement que toutes ces précisions se trouvent dans la description, décidément. Tu sais, celle sur laquelle tu n'as aucun contrôle en tant que non-admin (chance, d'ailleurs, que celui qui t'as publié a jugé bon de noter qu'il s'agissait ici de LC), et qui de fait, n'a aucun rôle à jouer dans la compréhension de ton texte. Et admin ou non, en règle générale, la description ne sert soit :
- qu'à soulager un peu Lapinchien de ses très vilaines pulsions claviériques
- qu'à résumer, peu ou prou.
Parce que putain, le monde est Ordre donc ta gueule, branleur, et prends en considération que décidément, que ce soit Lapinchien ou non, c'est simplement trop moyen pour que je rajoute une ligne de plus à ce commentaire.
Lourdes Phalanges


    le 19/04/2015 à 01:32:51
En même temps, si tu ne comprends pas que l'histoire se déroule dans la Zone et que lagomorphe + capslock = LAPINchien, je ne peux rien pour toi. Les clins d'oeil sont tellement obèses, c'est à en choper une conjonctivite.
David


C'est quoi une conjonctivite ?    le 19/04/2015 à 10:41:47
C'est pas grave de plonger un moment dans les ténèbres si la lumière ressurgit enfin au bout, comme disait Vlad l'empaleur transylvanien.
Koax-Koax


    le 19/04/2015 à 11:13:58
Lourdes Phalanges, c'est visiblement pour toi que tout n'est pas clair. A aucun moment je n'ai écrit que je n'avais pas capté de qui tu parlais dans ton texte. D'ailleurs aucun commentaire ici ne le suppose, à part celui de David, mais, bon, heureux les simples d'esprit, hein. Je revenais juste sur ce que la description de texte n'a pas à l'expliciter. Ce qui est vrai, et devrait le rester, tant qu'à faire.
Lapinchien


tw
    le 19/04/2015 à 11:38:04
tu lances là un débat intéressant d'amins publicateurs de textes. Je pense que Dourak à un petit coté SM dans l'âme. Il me plait à rêver que c'est un foot fetish et qu'il me fouette dans de longues séances de shibari dans d'interminables soirées où nous échangeons nos fluides corporels.

Pour ma part, je pense qu'il y a un juste milieu à trouver dans la présentation des textes, quelque part entre la fiche de lecture décortiquée, le soutien psychologique post attentat et le spoiler pur et simple.

En réalité, ma conviction profonde est qu'il faut se lâcher dans une présentation de texte, ne pas opter pour une posture neutre voire pire cherchant à tout prix à rendre compte objectivement des faits puisque l'objectivité ça n'existe pas c'est juste un truc que les mass media nous font croire surtout à la télé pour se la jouer genre "on est indépendants mais pro et surtout on s'en bat les couilles des gros actionnaires majoritaires qui détiennent notre feuille de choux et la messènisent à pertes parce qu'ils ont pas intérêt à me faire chier avec ma carrière parce que j'ai plein de bonne grosses bombes GENRE MONSIEUR BUISSON OU PASQUA dans mes archives ET S4ILs ME P7TENT TROP LE CUL BEN C4EST DES MEGATONNES D4EMMERDES RADIOACTIVES AD VITAM AETERNAM QU4IL VONT SE PRENDRE DANS LA TRONCHE QU4HIROSHIMA ET NAGASAKI ET FUKUSHIMA ET TCHERNOBYL 0 COT2 C4EST FESSENHEIM EN TONGS LA BITE 0 L4AIR"

Personnellement j'affectionne la présentation de type reportage GONZO de 30 pages complètement à coté de la plaque du texte à présenter mais assez rigolo pour appâter ce putain de chaland sur le web QU4IL FAUT LUI EN VENDRE 123 POUR LE PRIX DE DEUX? ILS SONT BEAUX MES RADIS? ILS SONT BONS? ILS SONT GROS§ ET MES CONCOMBRES MADAME?MONSIEUR? VOUS POUVEZ VOUS LES CARRER DANS VOS FIONS DE PUTES ADDICT 0 L4ENtERTAINMENt§ OUI§ ICI On SODOMISE LES MASSES§ OUI ICI LE MAINSTREAM C4EST MA BITE CONNECT22 QUI TE BIFLE EN WIFI.

Commentaire édité par Lapinchien.
Lapinchien


tw
    le 19/04/2015 à 14:12:36
Juste une mise au point sur les plus belles images de ma vie, sur les clichés trop pâles d´une love story, sur les tam-tams d´une femme sans alibi qui rêve toutes ses nuits,
juste une mise au point pour un petit clin d´œil de survie, pour tous les fous, les malades de l´amour, pour toutes les victimes du romantisme, comme moi, juste un p´tit clin d´œil, une mise au point : LA CAP LOCKS LITT. J'en revendique pas la paternité, ce n'est en rien un signe qui me caractérise, me singularise. C'est un truc que j'ai vu pour la première fois sur la Zone dans un texte de nihil ou de Glaüx ou de Nourz ou de Monsieurs Yo (des recherches archéologiques pourraient d'ailleurs être effectuées par LAMP master sur les BDD de la Zone et du forum pour établir la vérité chronologique historique) De toute façon, à part la Zone, le world wild web n'existe pas pour moi. Je pense cependant que celui ou celle qui a introduit cette perversion malsainement virale sur la Zone, l'a vu ailleurs, que c'est probablement américain, tout est originellement américain, un truc de 4chan probablement sur des memes, tiré d'une époque antédiluvienne genre fin des années 80 à l'époque trouble ou les ados américains empruntaient les combinés téléphoniques de leurs parents pour les foutre dans des prises modems écoutant et parlant aux combinés téléphonique VOCALEMENT et AUDITIVEMENT voir MêME putain d'analogiquement pour faire du numériquement TRUKDEFOU)CF. Vestiges ici : https://www.youtube.com/watch?v=9Fb-Mh68SX4

à l'époque où des passionnés sur les newsgroups oubliaient de décaplockser leur caplocks et se lâchaient dans d'interminables monologues, que très rapidement des bisounours se mirent à interpréter comme des trucs qu'il fallait lire à HAUTE ET ININTELLIGIBLE VOIX puisqu'ils imaginaient que les caplocks n'existaient pas et que c'est la vitesse d'impact des touches de clavier qui déterminait la "hauteur de casse" retranscrivant ainsi fidèlement l'état de nervosité des auteurs des news postés dans les newsgroups et rapidement identifiés comme d'infâmes prétentieux voulant sortir du lot en attirant l'attention des abonnés par l'incroyable ruse consistant à ne pas respecter la NETIQUETTE pour attirer l'œil des abonnées ayant consulté la news avant le modérateur parce qu'avant on était con les modérateurs n'étaient pas des validateurs mais des effaceurs a posteriori car à l'EPOQUE ON AVAIT ENCORE FOI DANS CE FORMIDABLE PROJET PHILANTROPIQUE QU4ETAIT l'Internet émergeant, soit menacé par des concurrents comme le minitel Français genre d'Alcatel codé en Pascal en bougeant la TURTLE sur des TO5 mais ah non en fait je déconne là.
Valstar Karamzin


    le 09/06/2015 à 15:01:30
J'aime bien cette phrase : "Un ramassis de métaphores en décomposition flottait tant bien que mal parmi les blocs syntaxiques et autres parti-pris esthétiques graisseux. "

et aussi : " C’était comme s’appeler Goldstein en 42 (et aimer Wagner), ou éternuer en plein cunni, ou se raser les gonades au beau milieu d’un tremblement de terre."

= ajouter un commentaire =