LA ZONE -
Résumé : Haikulysse ajoute un nouveau billet #TDM2015 dans son style personnel zonard à présent bien installé, journaliste Gonzo de l’événement littéraire, inscrit dans une introspection en spirale infinie s'alimentant probablement des divers faits de son existence pour ne pas dire faits-divers, entre autres chiennes écrasées, poètes maudits, accidents domestiques et paranoïa de l'espionnage individuel. J'ai du mal à ne pas aimer même si je n'ai pas les références.

L'épiphyse de Claire Castel, la glande surrénale du Poète, et le deuxième #TDM2015

Le 26/06/2015
par HaiKulysse
[illustration] Les acteurs se déboutonnent et sortent leurs instruments pédagogiques, et la jeune fille les regarde avec de grands yeux humides, puis regarde leurs visages avec une innocence troublée et un désir naissant.

Claire Castel, la scandaleuse libertine, brûle d’impatience et de ferveur, elle traque la nature jusque dans ses replis les plus intimes. Elle apporte enfin la guérison du corps et de l’esprit.

Toutes les actrices présentées ici dans ce film (gangbang pour garce #37) ont été photographiées couvertes de sperme ; à Claire Castel on lui a promis un selfie mémorable après l'instant crucial.
Roger Gilbert-Lecomte, le poète, dans son poème Deuil d'azur, évoque un « masque de perles » ; j'imagine, tout en haut de la maison, dans une pièce, ou plutôt une cellule solitaire, séparée des autres appartements par une galerie et un escalier, se nicher l’atelier de l'artiste où il travaille à ses créations immondes. A force de trop écrire, on devient abject.

Quand à moi, je suis à mon deuxième texte #TDM2015, et la panne devient elle-aussi abjecte... Alors pourquoi ne pas écrire sur Roger Gilbert-Lecomte, sa « contagion bestiale de l'informe » qui m'a transformé en pseudo-poète-scripto-selficus ?
Maintenant tout ce que je vois, ressens, foisonne de détails synonymes de trémolos lyriques ; même lorsque je regarde un film X où Claire Castel, sous un masque de perles, passe de la succion du vide à la sodomie « obscure absurde et verticale. »
Ne vous inquiétez pas, il n'y a aucun danger de contagion ; il suffit de tremper ces kilomètres de proses poétiques dans un vin de Xérès qui fait de grandes taches rouge sur la nappe de la table, et l'antidote magique opéra.
Les lignes auparavant écrites comme des hiéroglyphes indéchiffrables alors que les actrices nues prennent leur fessée sous un ciel verdi par le gaz, reprennent fastueusement tout leur sens. Par moments, indécrottables, vos vieilles habitudes reviennent au galop : vous jouez à l'écrivain, vous écoulez votre stock de mots « aux éclairs de phosphore » et le « vaisseau vide immergé » de votre récit sombre « sous les larges baies rondes, encadrées d'or. »
Ainsi, la mémoire de votre ordinateur est saturée de fichiers inutiles, vous décidez alors d'utiliser tout ce champ lexical qui a macéré pour écrire un nouveau #TDM2015 ; vous vous aventurez du côté de La Zone, avec un titre que vous espérez accrocheur, et là l'horreur absolue : la webcam s'allume et de l'autre côté de la planète, on vous prend en vidéo-selfie ; vous êtes tellement surpris par ce procédé de hacker, que vous laissez tomber sur votre MacBook un verre de houblon, cette pisse dont l'invention est disputée par tout un tas de patries, aussi inconséquentes que cette action.

Par dépit, vous vous dirigez vers la cuisine, et dans un recueillement d'église plein de voix chuchotantes, vous mangez un yogourt et vous songez malgré vous à cet étrange rituel, qui clôt votre malchance et vous recrachez alors quelque chose de sordide... Conclusion : se taire, ne point écrire, et s'enterrer peu à peu sous une existence monacale parce que l'on se fait trop vieux, ici, dans cette vie.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 26/06/2015 à 16:48:14
Ton narrateur ne serait pas du genre à préférer Régis Jauffret, coquinou ?
La Régie de Jauffret Basile du foot    le 26/06/2015 à 17:25:00
J'ai lu Asiles de fou et je dois dire que j'en suis tombé malade ayant un estomac littéraire dont la flore produit une substance noire : non ce n'est pas la mélancolia c'est juste le prélude d'un < interminable déballage intestinale > Régis si tu nous lis ça fait quoi de se retrouver avec deux branleurs (peut-être plus) qui t'admirent secrètement même si aucun des deux ne va oser avouer l'horrible forfait.
Lapinchien


tw
    le 26/06/2015 à 17:40:54
Ah mais si, je l'aime https://www.youtube.com/watch?v=Y6_RLRcw1_w
Lapinchien


tw
    le 26/06/2015 à 17:42:26
François, petite salope
David


#quandonestjeuneonaimelefun    le 26/06/2015 à 22:06:39
CC tribute !

"Si je dis Feu mon corps est entouré de flammes
Je dis Eau l’Océan vient mourir à mes pieds

Vaisseau vide immergé dans un cristal solide
Creuse momie aux glaces prises et je dis Air

Terre et le naufragé prend racine et s’endort
Sous les feuilles au vent de l’arbre de son corps

De sa bouche terreuse expirant ses poumons
Retournés vers le ciel tonnante frondaison

Moisson rouge au soleil de minuit et de mort"

Roger Gilbert-Lecomte
Les quatre éléments
Lapinchien


tw
    le 26/06/2015 à 22:20:17
C'te fan de Pokemons, koi
Lapinchien


tw
    le 26/06/2015 à 22:20:56
ça fait un peu cri de guerre de cheerleader
HaiKulysse


site blog fb yt
YT    le 28/06/2015 à 10:01:12
Merci pour la vidéo YouTube, comme dit Lecomte : "tout voyant vacillera sur ce spectacle" quelle rigolade !
Lapinchien


tw
    le 01/07/2015 à 18:10:45
Ce serait intriguant de savoir ce que donnerait ta méthode d'écriture de texte dans le cadre d'une introspection itérative de type Texte(n+1)=fonction(Texte(n),Texte(n-1),...,Texte(0)) et ce quand n tend vers +infini. Enfin ce serait cool d'y réfléchir car on pourrait découvrir de nouvelles lois universelles ou bien les limites physiques de nos capacités abstractives, peut être réussirais-tu à ressentir les contours de ta boîte crânienne ou violerais-tu une loi d'Einstein appliquée à la vitesse de déplacement du réflexon, le quantum bosonique de la pensée que tu mettrais ainsi en évidence coiffant le CERN sur le poteau et décrochant de fait un BEP coiffure.

= ajouter un commentaire =