LA ZONE -
Résumé : 15eme lieu commun de la rubrique de Mill, souvent plagiée, parodiée, remixée, à laquelle on a souvent rendu 'hommage', mais qui n'a jamais été égalée. "Rien ne vaut l'original", probablement un lieu commun que Mill pourrait pourfendre. Aujourd'hui, petits et grands, nous allons traiter de la perception et la compréhension du monde et de la conclusion défaitiste à laquelle on est souvent confrontée face à des tiers paumés et ayant complètement lâché l'affaire, résignés à vivre l'instant présent, car ils ont oublié ce qui les motivait à vivre les instants passés, et ce qui pourrait leur redonner le goût de croire en des jours meilleurs. N'oublions pas que le cerveau si on supprime toutes les options desquelles il est parfois doté (rarement cela dit) peut se réduire fondamentalement à un organe super pratique pour élaborer des stratégies pour survivre un tout petit peu plus à plus où moins long terme. Certes, parfois, on s'embourgeoise, on se gradoublise, et la routine fait disparaitre la peur de la mort subite, imminente et menaçante qui devrait nous préoccuper à chacune de nos inspirations et nous soulager à chacune de nos expirations jusqu'à ce que n'arrive la dernière.

Lieu commun n°15 : Y a rien à comprendre

Le 21/03/2016
par Mill
[illustration] A tes yeux, le monde s'assimile à un rébus, complexe et balancé comme une devinette de sphinx. Il se soumet à des règles que tu visualises à certaines heures, selon ton état psychique, selon la jauge de ta réserve de sky, de bière ou de rouquin, selon la fréquence des visites de ton marchand de sable perso, selon la dégaine de tes espoirs encore en lice et la coupe dernier cri de tes illusions dernières. Le mode d'emploi, le lexique et l'index, tu les as perdus, peut-être volontairement, peut-être par accident, peu m'importe, au fond. Je sais pourtant que, par la grâce d'un mécanisme fielleux qu'un architecte un peu branque a carré dans ton cerveau, tu ne te souviens de rien, d'aucune notice technique, d'aucun conseil éclairé, absolument rien de rien, et tu regardes sans voir, tu écoutes sans entendre et, sans te poser nulle question, te refuses à comprendre.
    Parce que tellement plus simple, tellement plus reposant. Parce que couette, édredon et marque de l'oreiller. Parce que volets tirés sur d'anciens horizons, périmés jusqu'à la moelle, parce que l'halo artificiel de tes lumières tamisées a remplacé depuis longtemps l'éclat brûlant du soleil, la saveur des étoiles, le reflet des mines d'or dont tu rêvais, gamin, à l'heure où saisir les arcanes te semblait nécessaire, le passage obligé pour atteindre la sixième balle, le dernier barreau de l'échelle, l'ultime palier : au-dessus, y a qu'un morceau de ciel et trois pauvres échantillons de voie lactée. Parce que substances mornes, parce que traîner dans la boue, parce qu'écran somnifère et playstation qui t'assomment, parce que nager dans un puits, parce que la brasse coulée, c'est bien ce qui marche le mieux après le plongeon dans le bitume.
    Les grilles de lecture s'enchevêtrent et se mélangent, les tableaux excel te fascinent, les diagrammes et les graphiques, les camemberts, les bases de données, les formules, théorèmes et maximes... Tu les snobes néanmoins d'un signe de tête altier, d'un mouvement haletant, tu leur piétines la courbe, les abscisses, les ordonnées et te contentes d'un power point démonstratif et pauvre, plus creux qu'un film français, huilé comme un blockbuster dopé à la graisse de canard. Et les articles de fond, tu as cessé de les lire, un entrefilet de quatre phrases suffit à t'envahir, une brève te paraît compliquée. Tu veux t'allonger, t'avachir, clore la boîte à idées pour que rien n'en réchappe - oses-tu prétendre.
    Enfant, tu voulais tout savoir, tout saisir, tout apprendre.
    Enfant, tu te projetais cosmonaute, cow-boy et voyageur.
    Enfant, tu dialoguais dans tes rêves avec l'esprit d'Einstein, de Lavoisier, de De Vinci.
    Enfant, tu haïssais celui que tu sembles être devenu : ballotté, emporté, docile et négligent. Une autre version de l'enfance : à peu près aussi molle que l'originale, mais amputée de son innocence.

= commentaires =

Lunatik-


    le 22/03/2016 à 12:52:02
Tiens, ça m'a bien plu.
Même si l'halo m'a écorché l'oeil et que ça manque un peu de hamster (pour l'enfant) et de scotch (pour l'adulte)

= ajouter un commentaire =