LA ZONE -
Résumé : OMG, je crois qu'on tient un sérieux candidat pour le titre ! On croirait que le singe de la pub OMO micro devient le leader de la résistance dans un remake roumain de la planète des Singe du très Français Pierre Boulle. Lé tutti rikiki maousse costo, donc. Texte proposé dans le cadre de l'appel à textes #TDM2016 : thématique : Reboot de Licence : Ecrire un superbe texte tant sur le fond que dans la forme, c'est devenu tellement facile, à la portée du premier écrivaillon venu... Relevez le défi ultime, écrivez le texte le plus pourri de l'année 2016 ! C'est bien plus difficile que vous ne l'imaginez. Vos votes ici : http://forum.lazone.org/index.php?topic=3581.0

Li pôple sé vonger #TDM2016

Le 17/06/2016
par LePouilleux
[illustration] «Soli-da-ri-té ! Soli-da-ri-té ! Soli-da-ri-té-hé !»

J'me caveule alavant di cortij', en doubant li vecchieux-ses de la cégété ké cavalon avé oun' bondeau rouj' su il bra é dé fannion del sindicà. Ci grand fatra di pertout é ji d'jia trent'-mil-connétés sou' periscop'. Ça like enmass'. Va yavoir di moviment ci sûr. Ça va p'té.
On'a preparou la cadjias' dé pavés k'on a mé en une brette ki trainê di la. La brette d'la dédéheu. Fo' kji mette lé lounettes di ski per protecter mii yeus', pi l'écharp' per la 'spiration é lé camra, é li casqu' di motou controu lé attaquas dou tchiel. Mi é mes camrades on rissemble adé bandji di gran' tchemin, dé « west side boys ». Pi' li céhéresse en faice i'font pas r'goler nan plus. I sont sapés com' li Moyênnâge. Li caveliers neirs del Diâble. Avac leur' aîre di bot' di consarv' et leur' biclier di plexigass. On'sé arretou ad venti mètré di lir' camiouns blindés. I voulé pas' laissé passer, i voulé pas ricouler. Ci sour ké derriâre yavé Lassembli Nasiounale. Cété lir zâd a euss' li government, la dirnire ancora dibout.

Li vecchieux-ses son' carpatés ver' larrière, ya li fotographes ki son' ramnés entr' nouzé li céhéresses, é avec li gadj' on a ameuté nos munissions. Y'avait troy-cens-mil connétés sou' periscop'. Li commissire la crii don son microfone. Si pri' oun' averse di cadjias in riposta. Lavé l'sommé di crâne tou rouj', com' li bondeau dla cégété, fallé met' li casqu' di motou missieu' li commissire. Li poulissiers pi li céhéresse i si son tout di blan' vêtu en leur faice. Nouzôtres on'a j'té no cocktếles, nouzôtres on'a d'fonsé li grillige aveuk' dé poto mettalik', nouzôtres on'a 'voyé li pobelles en'feu sulli poulissiers en' tchivil'. Sett'-millions connétés sou' periscop'. Ya eu' di mors'. Di deu' côtés. Bôcou di sangue. La fumou di gâs' di pertout. Li dens' ont' explosi, li yeus' crevous, li orej' arratchées. Siti la gouerre. La vri.

« Soli-da-ri-té ! Soli-da-ri-té ! Soli-da-ri-té-hé ! »

Jsé plu commens' jmi suis r'trouvé nel Lassembli Nasiounale. Navait 'jambé li dipouille di céhéresse é di la gard'nazionale en lé zescalié monoumen'tal. Siti com' monté en l'palé di Dious. Nous'estions li gléve vendjeur del pôple. Di sans-dens. Falli pô fallire al momens crutchial. Falli allir' jôsqô bout. Li gran' pôrt' iti fermées. Papossible di rientré enl'Palais. Li camrades sonv'nus pourdire k'derrire on'pvé passé. Alôr nouzôtres on'li a suivi' en li colir tapissi dor e di lambri lussueu'. Zon'i mettê di sangue di pertout perterre, mi stêt po grav' pisque li tapi ison rouj'.

On'ya trouvé di diputi' bien' gras'souillés, toutapeurés, kissi catchés derrire li ridô, o sou' li estrade. Zétais verd', zétais pâle, zavais plu' leur aîre roujô di borghi.

« S'va être tafête, k'ji di al'plugro. Tva vêr' c'que cé ke la misèr'. C'tait bontemps per té é té zamis, tôte tes garces' é té combines. Ta pa zhonte davêr abusê li pôple ? Goja' va ! »

Pi oun' claque sou sa djou flasqu'. On'a bin rigolê ali tourtourê nuitêjour. Nuitêjour li pôple sé vonger di méchans' ki li ava onchaînê. Fallê pa nou' cherchê.

Jiavé trent'-milliôn di connétés sou' periscop' ci jôr-la.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 18/06/2016 à 16:55:41
ça pique les yeux. Certes toucher à l'actualité forcément c'est basculer dans le genre journalistique et c'est basculer du coté médiocre de la vie MAIS BON SANG, trop de fautes d'orthographes ou transcrire phonétiquement les propos d'un gars mâchant du gravier, c'est trop hardcore. L'impression de faire du mountain bike avec mes yeux à la lecture. ça fait un peu trop factice pour atteindre le summum de la pourriture littéraire.
Lourdes Phalanges


    le 20/06/2016 à 00:25:17
"Le texte prend un malin plaisir à faire se succéder name dropping, métaphores enkystées et diableries lexicales, inspirant chez le lecteur une gratitude teinte de plénitude. Valhalla n'est pas loin."
Phalanges te Parle.

http://www.lazone.org/articles/2854.html

VOTEZ PHALANGES

Commentaire édité par Lourdes Phalanges le 2016-06-20 00:29:36.
David


Papossible Goja' va !    le 20/06/2016 à 18:02:00
Il y a quelques jours à la télé je crois entendre "le sexe est dur" mais en fait ça disait "je sais que c'est dur" et ben il me semble que le texte ici-sus-publié joue justement du lien émission-perception. Tout oint de contemporain, il garde un ton de jacquou le croquant toutafé pertinent dans le contexte.

à la lecture, ça se mérite c'est sûr, un texte pour les braves... quelque chose, en tout cas un très bon TDM !
pascal dandois


    le 21/06/2016 à 22:59:37
je sais que je suis plutôt moyen en orthographe, du coup m'arrive d'en rajouter un peu histoire de colmater les brèches, mais se faire chier à écrire un texte un peu long en s'emmerdant bien a ce qu'il n'y en ai à peu près pas, c'est admirable!

= ajouter un commentaire =