LA ZONE -
Résumé : Nouveau triptyque d'HaiKulysse dans son désormais habituel et constant style burroughsien, une histoire en 3 parties donc oscillant entre onirisme et onanisme, traitant du délicat problème des multiplexes près des lieux de travail et de la perte de productivité induite impactant de pratiquement 0.2 points le taux de croissance de notre beau pays, cause indéniable de la non résolution du chômage de masse même si le plan 500.000 formations aléatoires semble inverser virtuellement la courbe des demandeurs d'emploi de catégorie A et enrichir les copains qui gèrent des centres de formation aux confettis et cotillons avec des intervenants intervertissables en mode tournante ping pong avec leurs élèves. Un texte de spindoctor malveillant donc, qui par un storytelling pervers et en sous-texte ciblant l'inconscient du lectorat, défend le bilan de François Hollande par le biais d'images subliminales pornographiques et d'une délicate odeur de pop-corn caramélisé distillée par des brumisateurs discrets attaquant nos neurorecepteurs au clientélisme. Gageons de fait qu'HaiKulysse cherche à peser sur le résultat de la primaire socialiste à Lyon en échange probablement d'un travail fictif dans une association virtuelle proche d'un multiplexe. "Nice move ! " comme dirait Trump à Poutine.

2017. Ou Théologie du Feu

Le 05/01/2017
par HaiKulysse
[illustration] En ce début de nouvelle année, j'étais fatigué des films cinématographiques. Les Frères Lumière avaient vraiment inventé quelque chose de désastreux. En ce début de nouvelle année aussi, il n'y avait vraiment rien à se mettre sous la dent au cinéma : pas de filles chaudes et dénudées, pas vraiment de sexe, rien qu'un bourdonnement stérile et une succession d'images noircies.
En plus je détestais prendre le bus qui projetait une boue glaciale sur les piétons mais mon boulot l'exigeait : donc le bus m'emmenait vers la Cité Internationale (un multiplexe lyonnais) et cette nouvelle année était comme une image éclatante et en tout point semblable à l'ancienne 2016.
Pourtant il y avait quelque chose qui me bottait bien dans les salles de projection : une sorte de correspondance attachante s'était installée entre moi et l'obscurité. Désormais je savais ce que je voulais : ne plus jamais voir la lumière du jour.

Deuxième partie
Un homme et une femme collante, pendus têtes-bêches à l'entrée de la demeure de Satan, perdus parmi des tourbillons de neige et des explosions de cris joyeux qui viennent de nul part. L'homme n'en peut plus mais, pour que la Théologie du Feu perce au-dessus de la surface, il faut ranimer la braise que cette femme vomit à grands flots ; pour que la Théologie du Feu perce au-dessus de la surface, il faut aussi qu'elle branle l'homme vigoureusement pour qu'il puisse éjaculer d'autres combustibles : c'est une allégorie. Peut-être.
En tout cas, en dressant malgré tout son sexe raide, l'homme comme pour se défaire d'une sangsue, essaie inlassablement de s'en débarrasser et ainsi en lui jetant son sperme à la gueule comme si c'était une vulgaire salope, fait malgré lui grandir le Feu ; c'est le plus parfait des Théologiens du Feu. Même dans leur partie la plus inférieure où des fouilles archéologiques ont lieu en ce moment, les limbes infernales, qui ont conçu sur plusieurs niveaux ce multiplexe, brûlent sans jamais manquer de combustibles : tout est organisé autour du Feu.

Troisième partie
Une femme décroche le combiné du téléphone et une putain de moiteur s'en échappe et liquéfie son environnement. Un homme, dans la salle de projection d'un cinéma, surveille l'écran où se prépare déjà la suite d'un film qui n'a jamais existé.
Aujourd’hui, malgré leur épiphyse qui s'enraye, ils se sont levé de leur lit avec majesté, en listant ce qu'ils devaient faire… C'est de l'eau apportée au moulin de leur vie. Mais le mal s'empire, les efforts à fournir pour se lever de bon matin s'adressent à un athlète de haut niveau selon eux ; le Mal incise les pneus de leur bagnole alors qu'ils veulent se rendre à leur travail, le Mal a même réussi à exhaler une odeur d'animal crevé à la place des arômes du café matinal. Enfin le Mal énervé de les voir encore au labeur entame un plain-chant lugubre qui défie tous ces paysages pâles, décrits par Lautréamont lui-même.
Le mal s'immisce même dans le climat en déclenchant des calamités glaciales mais ils continuent, certes lentement, en s'attachant le soir à trouver un sens à leur action insensée.
Maintenant, dans la salle, on entend seulement le pop-corn qui tombe en pagaille sur la moquette qu'il faudra aspirer comme tous les jours. L'homme sombre dans un délire mélancolique, emporte avec lui le sens de son existence ; une existence qui est comme une sorte de hoquet de peur face à deux mâles qui envisagent de lui faire une surprise de retour chez lui : ils sont allongés en ce moment même dans le lit de sa femme, grattant d'impatience les draps amidonnés.

= commentaires =

Cuddle


fb
    le 05/01/2017 à 22:44:40
Pouvez-vous arrêter avec vos 1,2,3 partie, ça me bousille le cerveau. Merci.
Muscadet


site blog fb
    le 06/01/2017 à 04:05:24
On sent que Lapinchien a repris les présentations en main. Ou alors l'imitation est convaincante.
Mill


site lien fb
    le 06/01/2017 à 11:38:24
Bien écrit, oui, mais je me suis égaré en chemin.
Lapinchien


tw
    le 06/01/2017 à 13:34:38
il faut semer ses petits cailloux en chemin pour ne pas s’égarer. Je soupçonne HaiKulysse d'être le père du petit Poucet d'ailleurs avec son lectorat.
Cuddle


fb
    le 06/01/2017 à 16:42:12
Qu'est-ce qu'elles ont les présentations ?
Lapinchien


tw
    le 07/01/2017 à 09:51:32
elles sont très bien tes présentations, Cuddle. Généralement quand j'ai à faire à un texte burroughsien je passe en mode présentation burrougsienne pour ma part.
Onor Sétélékoron     le 07/01/2017 à 14:28:50
Les tronches de François Hollande et de Georges Michael en page d'accueil font bien mal aux yeux et au moral. Mais surtout celle de Hollande. Je n'ai pas eu aussi mal depuis certain sonnet précieux de Glaüx-le-Chouette. J'irai jusqu'à dire que c'est scandaleux.
Mill


site lien fb
    le 07/01/2017 à 15:06:35
Ok, j'en prends note.

Et le rapport avec le texte ?
Lapinchien


tw
    le 07/01/2017 à 16:14:12
je pense que c'est un commentaire burroughsien
Mill


site lien fb
    le 07/01/2017 à 16:30:40
Oui mais attention, Burroughs avait des rapports avec ses textes. Plein de rapports.

C'était même un peu sale, des fois.
Cuddle


fb
    le 08/01/2017 à 12:14:28
Moi je l'aime bien celle de Hollande, elle donne la patate direct' !
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 08/01/2017 à 18:12:37
Oui, mais toi tu es un petit lapin mignon et rigolo.
HaiKulysse


site blog fb yt
non rien de rien non ça ne changera rien    le 13/02/2017 à 00:59:48
La compagnie des arlequins se divise...
Et maintenant j'arrête les commentaires pour longtemps : vous n'êtes pas à la hauteur de la qualité et de la production de mes textes de toute façon.
Et vous pouvez dire ce que vous voulez : ça ne changera rien.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 13/02/2017 à 04:08:54
Tant mieux, le changement c'était il y a cinq ans. Sinon, joyeuses Pâques, je ne vois pas quoi dire d'autre.
Cuddle


fb
    le 13/02/2017 à 08:27:37
ne vous fâchez pas messieurs, svp un peu de tenue.
Lapinchien


tw
    le 13/02/2017 à 09:46:22
si Dourak est un monsieur, je suis un ornithorynque.
Lapinchien


tw
    le 13/02/2017 à 09:51:50
Quant au teratopoupon c'est un traitement de texte macronien issu d'une technologie epigénétique aldébarienne peu robuste, par ailleurs fabriqué par des lémuriens sur une chaîne de production dans une dimension prison. Mais je l'aime bien. Ses commentaires sont autant burroughsiens que ses textes.
Lapinchien


tw
    le 13/02/2017 à 09:54:23
Ce qu'il n'est pas dit au 3000eme : qui est le zonard ayant fourni une cellule souche permettant la création eugénique de la machine bio outil ? Qui est le père-clone d'HaiKulysse en gros ? et d'ailleurs la phrase culte de Darth Vader à Luke reste à venir probablement.

= ajouter un commentaire =